Pierre Brocheux : à propos de La Guerre du Vietnam sur Arte

A propos de La Guerre du Vietnam : deux films présentés sur la chaîne ARTE le mardi 14 avril 2015.

VietnamLaSaleGuerre

Les deux films ont chacun leur intérêt et leurs qualités. Le premier intitulé « la sale guerre » présente des témoignages inédits de vétérans américains, nord-vietnamiens et d’opposants au régime sud-vietnamien (dits vietcong). Mais la parole est également donnée à un ancien combattant de l’armée sud-vietnamienne. L’autre nouveauté (par rapport à d’autres films sur la guerre d’Indochine) est la vision allemande de la guerre à travers les souvenirs d’Allemands de l’Ouest et de l’Est (reporters, photographes et personnel médical du navire-hôpital affrété par l’ordre des Chevaliers de Malte).

VietnamDividedMapCependant, si l’on écoute attentivement le commentaire, on se rend compte que nous ne sommes pas encore, en 2014-2015, sortis de la tragédie vietnamienne ou plus exactement nous ne sommes pas encore détachés de la doxa anti-impérialiste (anti-américaine) des années 1960-1970.

D’un côté nous voyons l’armée américaine et de l’autre l’armée viet cong et celle du nord, le commentateur dit textuellement « après l’invasion américaine ». Le film, du moins son commentaire, exclut la partie du peuple sud-vietnamien qui ne voulait pas vivre sous un régime communiste ; cette population et l’État sud-vietnamien que les nationalistes tentèrent d’édifier maladroitement (voir la dérive autoritaire sous la présidence de Ngo Dinh Ziem), sont qualifiés de « collaborateurs, d’employés ou de richards » qui s’enfuient sur les porte-avions américains. Dans cette séquence, le commentateur enchaîne sur les boat people dont nous ne saurons pas qui ils sont ni d’où ils viennent, ni pourquoi ils fuient.

Et pourquoi avoir choisi comme témoin sud-vietnamien, un catholique (élève des Frères des écoles chrétiennes), qui est marqué par l’empreinte « colonialiste » puisqu’il fredonne une chanson tricolore ? [1]. Une façon comme une autre de le stigmatiser.

Pour tout dire, Il y avait un autre Vietnam qui n’était pas une colonie américaine et qui fut le théâtre d’une guerre civile qui avait commencé en 1945 et dans laquelle intervinrent la France puis les États-Unis. Si les communistes n’avaient pas été vainqueurs, le Sud Viêt-Nam aurait pu suivre une destinée semblable à celle de la Corée du sud.

Le second documentaire filme les négociations d’abord secrètes puis discrètes, en tous cas laborieuses, entre l’Américain Kissinger et le Vietnamien Lê Duc Tho. Elles menèrent aux accords de Paris (1973) qui permirent aux États-Unis de se désengager du ‘’bourbier’’ vietnamien.

Le deuxième film accentue l’orientation du premier puisqu’il focalise les négociations entre Nord-Vietnamiens et Américains. Comme dans les westerns on assiste à un duel Kissinger-Lê Duc Tho. Les autres sont en dehors du coup, ils sont spectateurs ou subissent passivement leur sort tout en recevant des balles perdues.

Là aussi, l’autre Vietnam n’existe pas, conclusion : il n’y a pas eu de guerre civile. Dans une version de l’histoire, les Américains ont envahi le Viêt-Nam pour le néo-coloniser, dans la version opposée, les Nord-Vietnamiens ont envahi le sud pour le communiser.

Le paradigme historiographique n’a pas changé, la « sortie de guerre » (politologues) n’a pas encore eu lieu.

Pierre Brocheux, 17/04/2015.

[1] Personnellement, je n’ai jamais entendu chanter un tel couplet car dans les écoles publiques nous chantions ‘’Maréchal nous voilà’’…

* * *

Ouvrages récents de Pierre Brocheux (en langue française) :

  • Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Payot, 2003.
  • Une histoire économique du Viet Nam, 1850-2007. La palanche et le camion, Les Indes savantes 2009.
  • Histoire du Vietnam contemporain. La nation résiliente, Fayard, 2011.

* * *

Pour revoir les deux reportages sur Arte+7 (liens et présentation sur Mémoires d’Indochine) :


Une réflexion sur « Pierre Brocheux : à propos de La Guerre du Vietnam sur Arte »

  1. Si je peux me permettre quelques remarques.

    A propos de la quasi absence de représentant du gouvernement de la République du Sud, c’est sans doute un manque. Il commence à y avoir des études intéressantes sur le sujet aux Etats-Unis, mais encore, à ma connaissance, aucun documentaire sur le sujet (je rappelle que les Carnets du Viêt Nam ont consacré un n° sur le sujet en octobre 2009). Ceci dit je doute qu’un documentaire sur la guerre en Afghanistan consacre une large place au gouvernement de Babrak Karmalcar, les vaincus n’intéressent pas grand monde et c’est un tort. Nous sommes bien placés en France pour savoir combien l’étude du régime de Vichy a pris du temps et 70 ans plus tard reste un sujet sensible.

    Ceci dit approfondir le sujet aurait permis de constater que la République du Sud née dans la douleur (éviction de Bao Dai dans des conditions pour le moins particulières, « guerre des sectes », pouvoir autoritaire…) n’en faisait pas un symbole de démocratie. Les multiples coups d’Etat ou mutineries qui ont jalonné sa brève histoire témoignent pour le moins de la faiblesse du pouvoir politique en place. Les multiples contestations (bouddhistes, étudiants, etc.) témoignent que les différents gouvernements étaient en but à une hostilité importante. Pour devenir une Corée du Sud (qui, je crois, n’a connu le multipartisme qu’en 1987) il eut fallu des investissements importants dès le milieu des années 50 car une fois le déclenchement des hostilités au début des années 60 un engrenage s’était mis en route et il était probable que rien ne pouvait l’enrayer.

    Un élément déterminent peu évoqué dans le film : le non respect des Accords de Genève et des élections prévues en 1956 qui n’eurent jamais lieu.

    De même n’est pas évoqué non plus le différent sino-soviétique dont le poids a été important dans le conflit. Poids de la Chine pour en finir avec la coexistence pacifique au début des années 60 puis revirement au début des années 70 et rapprochement avec les USA suite à la pression menaçante de l’URSS sur ses frontières à partir de 1969.

    Sur la guerre civile vietnamienne : à quel moment peut-on parler de guerre civile ? En 1945 ? La liquidation, l’assassinat d’opposants politiques est elle le signe d’une « guerre civile »? Ou la guerre civile commence à partir du moment où la force colonisatrice de retour met en place un gouvernement (ou des gouvernements si l’on pense à la République de Cochinchine) qui lui est favorable ?

    Un autre élément du film qui me semble important de noter est la pression que les USA faisait peser sur son allié allemand pour l’amener à se joindre à son effort de guerre. Il est probable que si la France était restée membre de l’OTAN avec des bases américaines sur son sol des attentats auraient eu lieu en France contre celles-ci avec probablement des conséquences sur la constitution de groupes armés du type RAF qu’a connu l’Allemagne de l’Ouest.

    Dominique Foulon

Les commentaires sont fermés.