Hugo Slim : Les civils dans la guerre – CR de lecture par Evolène Tcherkassof

Hugo Slim, Les civils dans la guerre

Identifier et casser les logiques de violence

HugoSlim_LesCivilsDansLaGuerre

L’étude de Hugo Slim* vise à explorer « les intentions et objectifs à l’origine des souffrances infligées aux civils et les raisonnements qui les sous-tendent » (p. 23). Ce n’est donc pas un nouvel ouvrage descriptif sur la situation historique ou juridique des civils dans les conflits armés, le récit de tel épisode de guerre ou la synthèse du droit applicable, mais un ouvrage analytique et normatif qui cherche à comprendre les raisons d’un phénomène et proposer des solutions pour améliorer une situation complexe.

Pour ce faire, l’auteur procède en quatre parties (cf. intertitres) : après un récapitulatif des théories portant sur la notion de civil, il décrit les exactions perpétrées envers les civils, c’est-à-dire de quelles façons ils sont atteints, pour ensuite se demander pourquoi ils sont pris pour cible. Il termine son ouvrage par un plaidoyer « pour une guerre limitée », en expliquant pour quelle raison, selon lui, les civils doivent, envers et contre tout, être protégés.

1. Différentes attitudes face à la guerre

Le civil est, étymologiquement, l’innocens, celui qui n’est pas capable de nuire. La raison d’être et le point de départ de cette définition est à la fois une intuition morale millénaire (la protection des plus faibles) et l’un des piliers du droit international humanitaire moderne (le principe de discrimination entre combattants et non-combattants).

Les discours sur les civils sont variés, selon qu’ils les intègrent dans une vision « globale » de l’ennemi, comprenant de manière indifférenciée les populations civiles, et les utilisant même dans des stratégies de destruction et d’humiliation, ou comme dommages collatéraux qu’ils disent autant regrettables qu’inévitables, considérant que la souffrance des civils est inhérente à la guerre.

Hugo Slim propose dans son premier chapitre (l’unique chapitre de sa première partie) un compte-rendu succinct des idéologies concernant les civils, depuis l’Antiquité jusqu’aux Conventions de Genève, en passant par Saint Augustin.

2. Les sept cercles de souffrances des populations civiles

Dans la deuxième partie intitulée « Les sept cercles de souffrances des populations civiles » [1], l’auteur analyse d’abord les souffrances les plus marquantes infligées aux populations civiles, puis il s’intéresse aux actes à long terme qui sont moins médiatisés mais responsables de nombreuses pertes. Entre témoignages personnels et chiffres de massacre, cette partie foisonne d’exemples plus ou moins récents. Dans le cadre de ce séminaire [Mémoires d’Indochine], nous nous sommes intéressés aux exemples indochinois.

Le chapitre 2, « Tuer, blesser, violer », traite des actions les plus médiatisées et les plus choquantes. Hugo Slim divise ce chapitre en quatre parties, en soulignant « qu’il convient toutefois à garder à l’esprit que ces dernières ne constituent qu’un aspect du vécu des personnes concernées. L’autre est la survie » (p. 67). Génocides, meurtres de masse, massacres, bombardements aériens, puis exactions, tortures et disparitions et enfin viols, exploitations et sévices sexuels sont les catégories retenues par l’auteur pour illustrer son propos.

En Indochine, ce sont les massacres qui sont perpétrés à de nombreuses reprises. Si le massacre de My Lai, le 16 mars 1968, où 500 hommes, femmes et enfants sont massacrés par des soldats américains, fut extrêmement médiatisé notamment par l’opinion publique américaine, il « n’a rien d’unique dans sa brutalité » (p. 78) affirme l’auteur [2]. Au Cambodge, la purge politique de Pol Pot pour fonder une nouvelle société khmère et déclarer un « an zéro » (p. 81) a causé plus de 2 millions de morts et sa visée était clairement exterminatrice.

Hugo Slim découvre déjà ce qu’il développe tout au long du livre et qui constitue en quelque sorte son fil directeur : les motivations des acteurs et les logiques qui poussent à la commission de ces crimes. Analysant différents « degrés d’intention », il distingue ce qui relève de la cruauté inhérente à la guerre et ce qui appartient à des stratégies délibérées, pour accomplir des objectifs politiques ou militaires. Ainsi, dans la catégorie des viols, exploitations et sévices sexuels, le cas indochinois se distingue de la violence de masse qui existent partout ailleurs. L’auteur ne détaille que la demande américaine au Viêt Nam pour des « services de repos et récupération », ce qui implique un développement de la prostitution plus ou moins forcée.

Les exemples détaillés dans le chapitre 3, intitulé « Déplacements, appauvrissements, famines, maladies et détresse psychologique » sont de très loin les premières causes de mortalité des civils dans la guerre et les civils de la péninsule indochinoise ont été particulièrement marqués par les violences à leur égard.

Les déplacements de population, au Viêt Nam, ont été très importants, notamment à travers la création de « hameaux stratégiques » qui offre des services et une prétendue sécurité. Pourtant, les bombardements aériens intensifs pendant la guerre du Viêt Nam mettent à mal cette vision sécuritaire. Ce conflit fut caractérisé par l’emploi de nombreux instruments de destruction : « bombes intelligentes », napalm, engins à fragmentation, qui tuaient par définition sans discrimination. Ainsi, l’opération Rolling Thunder, qui ciblait, entre autres, la piste Ho Chi Minh, a valu des tirs sur des « cibles d’opportunités » ainsi que des bombardements spontanés.

Le travail forcé requalifie le civil qui possède alors une qualité plus ambiguë que ce que certains textes de droits veulent faire croire. Les « porteurs » de l’armée du Général Vo Nguyen Giap sont bien des civils qui se font pourtant bombarder pour des raisons tactiques, puisqu’ils fournissent un soutien à l’armée populaire vietnamienne.

Les famines et maladies : toujours liées, elles sont parfois les conséquences de déplacements de population. Souvent, elles sont intentionnelles et exploitées par les généraux : le napalm et l’agent orange au Viêt Nam mettent à nu les routes de circulation mais contribuent à une politique de terre brûlée et l’empoisonnement des populations.

Le Laos est un pays emblématique en ce qui concerne les souffrances post-conflit : après les 3 millions de tonnes de bombes qui se sont abattues sur son pays, celles qui n’ont pas explosé demeurent une menace quotidienne et 10 000 personnes sont mortes depuis 1973 de ces vestiges.

HugoSlim_KillingCivilians3. Pourquoi prendre les civils pour cible ?

La troisième partie développe ce questionnement, passant de la question « comment les civils souffrent » à « pourquoi ils souffrent » (p. 158). Composée de trois chapitres, elle constitue le noyau de l’ouvrage, explorant les raisons qui poussent les belligérants à viser les civils, et les moyens qu’ils utilisent pour convaincre leurs troupes de le faire.

« Celui qui tue les civils ne le fait pas sans raison. Il a ses motifs, se convainc de leur bien-fondé, puis s’efforce d’en convaincre les autres aussi. » (p. 161).

L’auteur divise les idéologie en cinq catégories, allant du « rejet pur et simple de l’éthique civile », c’est-à-dire du principe de protection des non-combattants, aux adeptes des idéologies qui protègent les civils mais se retrouvent contraints à leur faire du mal.

On a tout d’abord l’explication du fonctionnement de l’idéologie génocidaire, la vision dualiste, la domination et la revanche : l’ennemi est souvent décrit comme appartenant à une race inférieure, tandis qu’est mis en avant un idéal de pureté. L’Allemagne nazie et la Turquie face à la Grèce moderne et aux Arméniens ont porté cet idéal et la méthode dite « des quotas » montre bien l’idéal d’extermination. La vision dualiste a souvent pour vecteur un support religieux (croisades, pensée du frère musulman Sayyid Kotb, pp. 175-1977), tandis que l’esprit de domination ne s’intéresse pas aux civils qu’il détruit : il est autocentré. L’esprit de revanche ou les représailles donnent une légitimité au massacre des civils même lorsque ceux-ci ne sont pas responsables des exactions initiales. On retrouve dans de nombreux actes terroristes cette volonté de vengeance.

Parce que ça marche : l’utilité est en effet mise en avant sans langue de bois. Les leaders politiques y voient un intérêt tactique. « Ils partent du principe que de tels actes se justifient par leur caractère exceptionnel. Aussi, dès lors que leur cause est grande d’un point de vue moral, les pertes civiles sont acceptables dans certaines circonstances » (p. 195). Dans les guerres asymétriques, les combattants plus faibles revendiquent ainsi un plan d’égalité avec leur ennemi, et la dimension spectaculaire de certaines attaques-suicides permettent de faire basculer l’opinion publique, qui se trouve être un enjeu majeur.

Parce que ça rapporte : la « fonction économique de la violence dans les guerres civiles » (David Keen) est un enjeu tactique majeur. Les combattants peuvent chercher à anéantir le potentiel de leurs ennemis, en massacrant tous les hommes, pour éradiquer la capacité de résistance de la population, tandis que les femmes seront visées en tant que génitrices.

Tuer sans le vouloir : Si la négligence fait partie intégrante des idéologies anti-civils, l’auteur nuance ce propos en soulignant la difficulté de faire preuve de précision. Les situations « qui dégénèrent » à cause du stress, de la peur ou d’une surcharge sensorielle des combattants sont nombreuses. C’est l’extrémité la plus humaine des actions anti-civils. Les civils sont alors des « dommages collatéraux ». Cette nécessité militaire est mise en parallèle avec le « double effet » dont parle Saint Thomas d’Aquin ; celui-ci explique que quelqu’un qui commet une action dans une visée louable mais qui produit des effets indésirable qu’on ne peut pas prévenir n’est pas moralement coupable. L’OTAN met régulièrement en avant ce principe, tandis qu’Israël défend l’idée selon laquelle la responsabilité morale ne lui incombe pas uniquement, mais que le Hezbollah, en se cachant dans les zones civiles (zones résidentielles de Gaza, villages au Liban), met délibérément les civils en danger. « Autrement dit, si les civils sont tués par l’armée israélienne, la responsabilité morale n’en incombe pas forcément aux seules forces d’Israël, mais peut souvent être attribuées à ceux qui les combattent en adoptant des pratiques qui exposent les populations ». (p. 218)

« Tuer des civils est moralement, politiquement et pratiquement plus simple si vous pensez que les personnes que vous attaquez ne sont pas vraiment des civils » (p. 228). Or la limite entre le civil et l’attaquant est souvent floue, et c’est cette ambiguïté qu’Hugo Slim, conscient du fait qu’elle est trop souvent évacuée par les théoriciens de la paix, veut établir. En effet, le droit international ne définit la qualité de civil que négativement, en fonction de ce qu’ils font ou ne font pas. Mais l’auteur voit au cœur de la notion de civil « un argument moral lié à l’identité et à l’innocence » (p. 231), c’est-à-dire une qualité qui dépasse les seules actions.

L’ambiguïté de la qualité de civil vient du fait que les civils sont parfois amenés à s’impliquer dans les conflits armées pour différentes raisons. Il définit quatre domaines d’ambiguïté : économique, militaire, social ou politique. Pour survivre, les civils sont parfois amenés à collaborer avec leurs bourreaux en leur offrant leurs services ; d’autres civils contribuent à l’économie de guerre (depuis la collecte de leurs impôts qui servent à soutenir la guerre, jusqu’au travail en usine d’armement). Les camps de réfugiés ont également été exploités dans cette visée.

Sur le plan militaire, l’ambiguïté des civils est grande : les civils « à double usage » portent des armes pour la chasse, mais pourront s’en servir pour combattre ; d’autres sont « paysans le jour et combattants la nuit » (p. 243). La qualité de civil est souvent tranchée par les combattants d’en face qui cherchent à détruire la majorité des ennemis potentiels. Les liens sociaux entre des civils et des combattants (être membre de leur famille, de leur village) font des civils des objets de soupçons. Ils sont alors vu comme « des sympathisants actifs qu’il convient de combattre » (p. 245).

Enfin, c’est politiquement que les civils prennent parti : pour le chef islamiste Oussama Ben Laden, « tout citoyen d’une démocratie en guerre est politiquement non innocent, puisque le système dans lequel il vit lui permet de choisir librement ses dirigeants, et donc ses guerres » (p. 248-249). Cela met fin à ses yeux à l’immunité des civils. Par ailleurs, les idéologues sont régulièrement pris à parti dans tous les conflits (les civils nazis étant devenus l’exemple-type de la non-innocence pendant la Seconde guerre mondiale). L’ambiguïté au sein même d’une population mène à des tactiques anti-civils : les femmes Boers « entretiennent indéniablement la soif de combat des hommes », avait affirmé un officier, puisque leur dicton était « je peux trouver un autre mari, mais je ne peux pas trouver un autre État libre » (p. 253). Elles furent transférées de force dans des camps de concentration afin de limiter cet engagement.

Le soutien de toute une société dans un conflit est régulièrement mise en avant par les stratèges (Mao, Che Guevara, l’Armée de Résistance nationale ou NRA en Ouganda). Mais pour les juristes humanitaires, définir le civil implique parfois d’évaluer les conditions faisant d’un enfant une cible militaire légitime ; tâche difficile qui est « parfois trop précise et analytique face aux passions extrêmes et aux perceptions globales qui peuvent dominer les raisonnements de l’ennemi ». (p. 163)

My_Lai_massacre
Corps de Vietnamiens massacrés à My Lai © 1968 Ronald L. Haeberle – Time & Life Pictures/Getty Image

Pour accéder au reportage paru dans le magazine Time du 5/12/1969 cliquez sur l’image

« Les idéologies – même violentes – ne tuent pas. Ce ne sont que des idées. Pour produire leurs effets, elles doivent être appliquées. » (p. 265) Comment un « homme ordinaire » (Christopher R. Browning) peut-il se transformer en un tueur de civils ? Hugo Slim relève huit domaines qui amène à ce que certains deviennent extrêmement violents en temps de guerre : l’endoctrinement, la provocation, la pression des pairs, la tradition, l’autorité, le déni, le plaisir et l’habitude.

Le principe du « 80/20 » ressort régulièrement dans les expériences psychologiques et les études approfondies sur les violences commises. « Il apparaît que, dans des conditions données, 80% d’entre nous s’associeront ou prendront directement part à des actes de violence. 10% refuseront et demanderont à être assignés à d’autres tâches et 10% seulement offriront une résistance active » (p. 267). Connaître les facteurs responsables de l’embrigadement d’une majorité devint donc un enjeu central et fait de ce chapitre le point-clé de l’ouvrage.

Déshumaniser l’ennemi, se conformer à la masse et à l’autorité, diluer son rôle dans la masse sont autant d’explications pour un comportement meurtrier. Massacrer l’un des siens peut être un rituel initiatique dans un groupuscule violent, mais le processus bureaucratique de la Shoah, à travers l’emploi d’euphémisme, met au contraire une grande distance entre le tueur et le tué. Des états seconds, provoqués par les drogues, le stress ou les rituels religieux, expliquent la désinhibition d’un individu ; mais, selon l’auteur, la simple soif de pouvoir et de violence peut être suffisante. Hugo Slim explique sans se voiler la face qu’« il y a quelque chose de particulièrement excitant dans les extrêmes de la guerre elle-même » (p. 288). Le sentiment de puissance ou le plaisir de dominer explique les horreurs et les jeux sadiques ; il explique aussi pourquoi le principe du 80/20 s’applique. Il y a la volonté de sauver ou de venger celui avec qui on a combattu, d’appartenir à un groupe soudé par des horreurs subies ou commises ensemble. Mais la répétition de tels actes de violence permet de tomber dans une habitude atroce, qui dépasse l’individu et rend des sociétés entières habituées aux phénomènes de violence. L’injustice et la colère rend les individus facilement manipulables. Sigmund Freud constatait la facilité avec laquelle on projette notre haine contre des éléments plus facile à détester. Enfin, c’est le déni (States of Denial, Stanley Cohen), c’est-à-dire la capacité à s’aveugler face à tout acte violent, qui permet aux « homme ordinaires » de réécrire leurs actes en étant sincèrement convaincu de la merci de leurs actes.

4. Pour une guerre limitée

Après avoir montré toute l’ambiguïté derrière les statuts de combattants et de civils, et ce qui les amenait à en arriver là, dans sa dernière partie, Hugo Slim tente de définir les grandes lignes visant à mieux protéger les civils.

Point essentiel, l’auteur cherche à faire changer les mentalités grâce au modèle d’Howard Gardner. Celui-ci donne en effet sept leviers permettant de faire évoluer les esprits : la raison, la recherche, la résonance, les redescriptions représentatives, les ressources et les récompenses, les événements du réel, et enfin les résistances à la protection des populations civiles. Les « arènes » où ces changements peuvent se produire vont de l’échelle globale (une nation entière) au plus intime (l’esprit même d’un individu) en passant par les courants religieux et les institutions éducatives.

Face à la question « pourquoi protéger les populations civiles ? », l’auteur refuse un modèle idéaliste ou connoté religieusement, axé sur la valeur de la vie humaine. Mais en invitant à « reconnaître l’ambiguïté » du statut de civil et en mobilisant l’intérêt personnel, il produit en réalité une proposition équilibrée et intelligente. Il détaille les questions d’éthique et le concept d’innocence, en soulignant les devoirs et obligations du civil. Ainsi, écrit-il :

« s’il est inacceptable d’attaquer une personne qui ne peut pas s’attaquer à vous, attaquer une personne alors qu’on prétend ne pas être à même de le faire l’est tout autant. L’abus du statut de civil ne peut être toléré. Profiter de ce statut pour mener des actions terroristes (…) rapproche l’ambiguïté – inévitable et tolérable – des rôles assumés par les civils de l’action militaire directe. Ils font tout simplement passer le civil de la position d’individu naturellement engagé dans la guerre sur un plan politique à celle d’individu potentiellement opérationnel au plan militaire ». (p. 329)

Reconnaître l’ambiguïté des civils, et garder en tête la résonance ou l’empathie, permettra de les respecter, et il peut être important de punir et récompenser les exactions, et ne pas simplement s’arrêter à la dimension morale de l’acte. C’est, enfin, que pour Hugo Slim, « tolérer l’ennemi suffit ». (p. 61)

* * *

Cette étude offre un mélange de témoignages vécus dans une description-choc de la violence à laquelle font face les civils. Mais, si le propos détaillé est difficile à résumer, entre exemples foisonnants et analyse, la lecture est extrêmement fluide grâce aux parties claires. Cependant, accumulant de nombreux exemples, l’ouvrage n’est pas exempt d’approximations.

On peut regretter également, malgré une non-spécialisation assumée, de ne pas trouver, dans chaque catégorie (sciences politiques, droit international humanitaire, psychologie, sociologique, stratégie militaire…) des éléments permettant d’aller plus loin, à défaut de le lire dans l’ouvrage lui-même. L’auteur ouvre en effet des pistes pour des champs d’analyse très approfondis mais n’offre pas cette possibilité si le lecteur le désire.

« Chaque nouveau courant d’opinion ainsi créé modifie de façon subtile les paramètres de la pensée et détermine ce qui est considéré comme inacceptable ou inacceptable au sein de sociétés entières. Après Ghandi, personne ne peut plus affirmer que la violence est le seul moyen de susciter un changement politique. Après Freud, il est difficile de prétendre que les expériences vécues durant l’enfance ne nous influencent pas à l’âge adulte. » (p. 319)

Lecture faite d’Hugo Slim, il est impossible désormais de considérer le civil comme une catégorie homogène de personnes faibles et innocentes attaquées sans raison ; c’est précisément pour cela qu’il est fondamental de parvenir à sa protection.

Evolène Tcherkassof, promotion ASIOC 2014-2015

 

Notes

[1] Ce sont : Les violences directes, les violences sexuelles, les souffrances liées aux déplacements forcés, l’appauvrissement des populations touchées par ces violences, les famines et les maladies, les souffrances d’ordre psychologique, les souffrances d’après-guerre (p. 64).

[2] Selon les sources, ce sont entre 347 et 504 civils qui furent massacrés.

Réf. : Hugo Slim, Les civils dans la guerre. Identifier et casser les logiques de violence, Genève : Labor et Fides, 2009. Traduit de l’anglais par Odile Ferrard. Edition originale anglaise : Hugo Slim, Killing Civilians: Method, Madness, and Morality in War, London: Hurst, 2007.

* * *

* Hugo Slim est un spécialiste des études humanitaires et de la protection des civils en temps de guerre. Il fut, de 1983-1994, travailleur humanitaire pour Save the Children UK et pour l’ONU au Maroc, au Soudan, en Éthiopie, en Palestine et au Bangladesh. Il fut également conseiller pour la Red Cross. Cette expérience du terrain est fondamentale dans ses écrits, puisqu’il émaille son récit de son vécu, en plus du nécessaire recul académique. Il devint en 1994 maître de conférence à Oxford Brookes University, et fut, entre 2003-2007, responsable du Centre pour le Dialogue Humanitaire à Genève. Il est aujourd’hui associé à l’Oxford Intitute for Ethics, Law and Armed Conflicts et est invité à écrire dans des grands médias anglais tel que The Guardian. Ses recherches portent sur l’éthique humanitaire dans les guerres et les désastres.

Bibliographie sélective :

  • Browning, Christopher R., Ordinary Men: Reserve Police Battalion 101 and the Final Solution in Poland, New York : HarperPerrenial, 1992.
  • Cohen, Stanley, States of Denial: Knowing about Atrocities and Suffering, Cambridge ; Malden, Mass. : Polity, 2001.
  • Gardner, Howard, Changing Minds: The Art and Science of Changing our own and other People’s Minds, Boston, Mass. : Harvard Business School Press, 2004.
  • Keen, David, The Economic Functions of Violence in Civil Wars, Oxford : Oxford University Press ; London: International Institute for Strategic Studies, 1998.

 

Evolène Tcherkassof étudie actuellement en Master 2 en double diplôme Sciences-Po / ENS de Lyon. Après avoir étudié le japonais pendant de nombreuses années, ses recherches portent sur la sécurité internationale et la géostratégie contemporaine en Asie Orientale. Elle est invitée par le département de sciences politiques de l’Université de Gakushuin à Tôkyô en 2015.



Citer ce billet
indomemoires (2015, 3 février). Hugo Slim : Les civils dans la guerre – CR de lecture par Evolène Tcherkassof. Mémoires d'Indochine. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q5ck