Au Vietnam, la fuite des cerveaux en formation [AFP]

tien-si-giay-baodatviet.vn[ndlr] Rare article sur une situation de plus en plus préoccupante. A lire en ligne.

Hanoï (AFP) – Face à un système éducatif vietnamien engoncé dans le culte du par cœur et les cours de léninisme obligatoires, les classes moyennes se saignent aux quatre veines pour faire étudier leurs enfants ailleurs.

Chaque année, les parents vietnamiens dépensent plus d’un milliard de dollars pour envoyer leurs enfants étudier à l’étranger. Le but: éviter les bancs des universités du régime à parti unique, où des départements universitaires restent dédiés à l’enseignement du marxisme-léninisme.

Certains vont dès le lycée à Singapour, d’autres prennent le chemin des universités américaines. Au total, au moins 125.000 Vietnamiens étudient à l’étranger, selon ICEF Monitor, spécialisé dans l’étude du marché des études à l’international, où les Chinois restent les plus nombreux au monde à prendre le chemin de l’exil pour étudier.

Selon l’ICEF, un étudiant à l’étranger sur six vient de Chine, suivis par ceux venant d’Inde et de Corée du Sud, qui à eux trois fournissent plus du quart des étudiants à l’international.

Au Vietnam, ceux-ci ne représentent qu’une fraction des quelque 17 millions d’élèves et étudiants de ce pays de 90 millions d’habitants. Mais leur proportion augmente vite, de l’ordre de 15% en 2013 par rapport à l’année précédente.

Lire la suite : L’Obs, 21/01/2015.

Illustration « Les Docteurs de papiers » (Tiến sĩ giấy) sur Bao Dat Viet.