Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 8 (exposés et bilan)

Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Mémoiresd'Indochine_2014

Séance 8 :

jeudi 18 décembre & vendredi 19 décembre 2014

Exposés oraux sur le Laos (jeudi 18 décembre) :

  • Bassis, Esther, CR de lecture de : Payen, Cyril, Laos, la guerre oubliée, Paris : Robert Laffont, 2007.
  • Sergent, François, CR de lecture de : Kao Kalia Yang, The latehomecomer. A Hmong family memoir, Minneapolis : Coffee House Press, 2008.

Exposé sur le Viêt-Minh (jeudi 18 décembre) :

* * *

Exposés histoire sociale Chine / Indochine (vendredi 19 décembre) :

  • QI Yu, sur la thématique : Chinese laborers and the First World War /  中国劳工与第一次世界大战

* * *

Bilan du séminaire (discussion) :

Retour sur la notion d’archives de soi

  • Artières, Philippe & Kalifa, Dominique, “L’historien et les archives personnelles : pas à pas”, in “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1, pp. 7-15.

Dans leur présentation de ce numéro dédié aux pratiques des historiens vis-à-vis des archives personnelles, Philippe Artières et Dominique Kalifa commencent par dresser l’état des lieux de l’historiographie française. L’utilisation des sources autobiographiques parcourent les trente dernières années (le numéro paraît en 2002), phénomène dont ils soulignent les enjeux multiples “à la fois mémoriels, scientifiques et éditoriaux”. Mais cette place du “je” dans l’histoire ainsi que la compréhension, la critique et l’utilisation de ces sources pour appréhender “l’infra-ordinaire” soulèvent depuis des décennies de nombreux débats intimement liés à la pratique historienne des chercheurs.

Les auteurs distinguent trois moments clés dans l’évolution de cette nouvelle pratique. Un premier moment consiste en la valorisation de la parole habituellement négligée, celle des petites gens, des victimes ou des exclus, transformant le plus souvent cette expression en “un instrument de lutte”. Et les auteurs de souligner que dans cette perpective : “L’archive personnelle était ainsi perçue comme une contre-source, énonçant ce que l’on a tu, disant l’envers de l’histoire”. Le second moment est illustré par une pratique plus anthropologique qui se caractérise par l’analyse du contenu du discours mais qui interroge également les conditions de sa production. C’est ainsi que la pratique autobiographique est décryptée, déconstruite, analysée tant sur le fond que sur la forme comme le démontrent les études historiques sur l’intime et la vie privée. Le troisième moment poursuit l’investigation dans ce sens en utilisant, selon les auteurs, ces sources au même titre que d’autres avec l’appareil critique nécessaire. Ils constatent : “après une période de sacralisation puis de problématisation, les archives personnelles entrent en histoire dans une phase de banalisation”. Elles servent désormais à appréhender cette infra-ordinaire spécifique d’une époque qui permet d’en restituer le climat, les émotions, le vécu au quotidien. Cette nouvelle approche s’oriente également vers l’analyse des usages sociaux de ce type d’archives.

Enfin, Philippe Artières et Dominique Kalifa rappellent les tensions importantes qui existent chez les historiens pour appréhender la nature et composition de ce “social” que les archives personnelles peuvent éclairer et que l’histoire culturelle s’est appropriée. Mais ces tensions, entre mise en avant de la singularité et paradigmes holistes attachés au collectif, entre individu et société, ont tendance à s’effacer car les archives personnelles contiennent de fait une dimension collective “d’histoire de vie sociale” et “fonctionnent pour la plupart en série, en réseau, en continuum”. On assiste en quelque sorte à l’émergence d’un “moi collectif” qui permet de restituer “le réel” des objets/sujets traités par les historiens.

Pour finir, les auteurs se focalisent sur le nécessaire exercice critique si cher à l’histoire qui nous ramène au “régime de scientificité”, un questionnement inhérent à l’utilisation de ce type d’archives. “Protocoles d’expertise” pour la validation de la preuve, obligation de “désembuer les émotions sans en altérer la marque”, analyse des “régimes d’historicité” des textes sont autant de difficultés à surmonter dans l’utilisation de ces archives. Ces éléments pris en compte pour déjouer les éventuels pièges permettent alors de donner à l’archive de soi tout son intérêt, celui de réunir, “lier et lire ensemble sociétés et représentations”. Cette présentation convaincante appuyée par des références clés est illustrée par les articles de ce numéro spécial qui proposent de multiples explorations sur les types d’écrits, les correspondances, les mémoires recomposées, les archives orales, la pratique autobiographique, la rhétorique du “je’ confrontée à l’histoire, le témoignage dans le récit historique, les stratégies d’écriture ou l’emprise du sensible. FG

 

Références complémentaires :

  • Branfman, Fred (ed.), Voices from the Plain of Jars. Life under an Air War (with essays and drawings by Laotian Villagers), Madison: The University of Winconsin Press, 2013, second edition. [première édition parue en 1972]
  • Buchanan, Sherry et al., Mekong diaries: Viet Cong Drawings and Stories, 1964-1975, Chicago : University of Chicago, 2008.
  • Le Van Ho, Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50.000 recrues dans les usines françaises, Paris : Editions Vendémiaire, coll. Empires, 2014.