Déclaration des milieux bouddhistes du Sud Viêt Nam [1963]

Déclaration des milieux bouddhistes du Sud Viêt-Nam

CoPhatGiao_PhapLuan

(Texte lu devant les fidèles rassemblés en la pagode Tu Dam à Huê).

Depuis des millénaires, les bonzes et les fidèles du Bouddha, dans le monde entier comme au Viêt-Nam, sont demeurés fidèles à l’idéal de douceur et d’altruisme de notre Maître Cakya Mouni.

Aussi bien, partout où il arrive, le bouddhisme apporte-t-il avec lui une atmosphère de calme et de paix. L’histoire en fournit la preuve indéniable. Durant toutes ces dernières années, à la répression qui nous frappait en tous lieux, nous avons opposé notre résignation constante, non par faiblesse, mais par volonté de partager les souffrances et les deuils de notre pays en ces temps de malheur. Nous constatons avec combien d’amertume, que certains ont abusé de leurs pouvoirs pour semer le deuil chez les bonzes et les fidèles du Bouddha à travers tout le pays, pour commettre des injustices vis-à-vis d’une foi dont l’histoire remonte à des millénaires dans la vie de la nation. D’arbitraire en violence, on en est venu à fouler aux pieds les droits les plus sacrés du bouddhisme : son drapeau international a été interdit. Cette décision illégale est une violation éhontée de la liberté de croyance. Face à de telles injustices, nous nous voyons tous, bonzes et fidèles d’un bout à l’autre du pays, dans l’obligation de nous lever pour défendre notre idéal.

Les événements qui se sont produits durant ces trois derniers jours s’inscrivent dans cet esprit. Le sang a coulé, des vies humaines ont été sacrifiées. Avec une ferme détermination, nous réclamons une nouvelle fois du gouvernement la satisfaction de nos aspirations :

  • 1. Retrait définitif de l’ordre interdisant le drapeau bouddhique.
  • 2. Jouissance effective pour les bouddhistes des droits inscrits dans l’ordonnance n° 10.
  • 3. Cessation des arrestations et autres mesures de répression à l’encontre des bouddhistes.
  • 4. Liberté pour les bonzes et les fidèles de propager leur foi et pratiquer leur culte.
  • 5. Indemnisation équitable des familles des innocentes victimes et sévères sanctions aux responsables de leur mort.

Ce sont là des revendications minima, celles qui tiennent le plus à cœur à tous les bonzes et fidèles dans l’ensemble du pays.

Nous sommes prêts à tous les sacrifices jusqu’à ce que soit donnée satisfaction à ces légitimes aspirations.

En l’année 2507 du Bouddha, Huê, le 10 mai 1963.

L’Association Générale des Bouddhistes Vietnamiens.

5NguyenVongCuaPhatGiaoVietNam

Extrait de : Terreur contre les bouddhistes au Sud Viêt Nam, S.l., Éditions Libération, 1963, pp. 42-43.



Citer ce billet
indomemoires (2014, 9 octobre). Déclaration des milieux bouddhistes du Sud Viêt Nam [1963]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q5at