Philippe Dumont : un ami s’est éteint

Nous avons appris avec une immense tristresse le décès de Philippe Dumont, survenu le vendredi 27 juin 2014, en début d’ après-midi.

Nous perdons tous un ami, un amoureux du Viêt-Nam, un infatigable chroniqueur et un esprit fin. Philippe Dumont était à l’origine de la revue Carnets du Viêt-Nam dont il était le rédacteur en chef.

Philippe-Dumont
Ses funérailles auront lieu jeudi 3 juillet à 14h au crématorium du cimetière de la Guillotière (nouveau) : 228 avenue Berthelot à Lyon 7e (tramway 2 : arrêt Jet d’Eau/Mendès France).

Mise à jour du 1er juillet 2014

Cinéma vietnamien : deux articles de Philippe sur La Revue des Ressources

* * *

Hommages

(lettre de diffusion de Carnets du Viêt-Nam du 29 juin 2014)

Je me souviens de ce soir de 2003 où nous avons fait connaissance, à Nantes, il venait participer à un colloque, nous l’avions invité chez nous. Surprise de rencontrer ce monsieur sur la réserve, et à l’œil si vif.

Érudition, culture, malice, empathie, énergie, goût de la poésie, passion pour le Vietnam, ténacité, courage. L’incroyable Philippe ! On se téléphonait, ça rebondissait, les sujets passaient, du coq à l’âne, ou du coq au buffle… on n’arrivait pas à raccrocher. Je garde en mémoire l’œil pétillant, le goût de la discussion quand nous animions les rencontres de cinéma autour de Bordeaux, invités ensemble par une asso à présenter Perrin ou Rythy Panh.

Et puis la gourmandise face à toutes les belles choses de la vie, un bon Pessac (à Bordeaux), une jolie polémique, un plat simple et goûté, une rencontre imprévue, un livre nouveau, une beauté passant dans la rue, une remarque érudite, et les plaisirs simples et doux, l’amitié, une fin de soirée traînant dans les échanges, avec Christine et Agnès… Philippe le gourmand gourmet qui savait prendre tous les plaisirs…

Je ne parle même pas de cette incroyable affaire des Carnets, une affaire de beauté et de qualité et d’ouverture, que vous avez portée vous deux, et qui nous a tant apporté, à tous.

Notre chagrin est immense, mais Philippe n’est pas parti, sinon en apparence, une illusion de plus… nous savons tous qu’il est là, va juste falloir s’habituer à ne plus croiser son regard…

Henri Copin

* * *

C’est avec une grande tristesse que j’apprends le décès de Philippe Dumont.

Cela ne fait pas beaucoup d’années que nous nous connaissions, mais en ce qui me concerne, j’avais vite appris à apprécier sa grande culture, son esprit vif et critique et, surtout, cette amitié pour le Viêt Nam qui nous avait rapprochés, sentiment peu compréhensible pour ceux qui ne le partagent pas, mais qui est un ciment si puissant.

La lecture des articles de fond et des notes de Philippe, dans les Carnets du Viêt Nam, était pour moi une grande source de connaissance et de réflexion. L’arrêt annoncé de la publication papier de cette revue, devenu inévitable, est une source supplémentaire de regret.

En ce qui me concerne, j’avais eu la chance de pouvoir l’associer à un ouvrage que j’avais dirigé, avec Sébastien Jahan, en 2007, Histoire de la Colonisation. Réhabilitations, Falsifications, Instrumentalisations. Philippe nous avait confié un article, « L’Indochine racontée aux enfants. Une histoire mal ficelée en guise d’Histoire officielle », dans lequel il dénonçait avec une certaine jubilation les falsifications d’une vulgate réactionnaire et revancharde.

Que la famille de Philippe veuille bien trouver ici l’expression de ma sympathie la plus entière. L’équipe du CID, dont il suivait d’ailleurs les travaux, se joint à moi en ces douloureuses circonstances.

Alain Ruscio
Historien Président du CID Vietnam

* * *

Bien que n’ayant connu de lui que ses écrits dans les Carnets, j’ai le sentiment de perdre un ami très proche.
En tout cas un très grand Monsieur.

Jean Cabane

* * *

…/… nous avons toujours lu et apprécié ce que Philippe Dumont écrivait avec intelligence, acuité et esprit dans Carnets du Viet Nam.

Pierre Brocheux

* * *

Le Vietnam perd un ami précieux. Merci à lui d avoir porté si longtemps Les Carnets.

Betty Clavel

* * *

Nous regrettons la disparition subite de Philippe dont nous garderons a jamais dans nos coeurs les meilleurs souvenirs, les marques d’une infaillible amitie a l’égard du Vietnam.
…/… que Philippe rejoigne, en paix, les esprits les plus généreux et brillants du Royaume Eternel.

V.et H. B. D.

* * *

Toutes mes condoléances à sa famille, ses amis et au Vietnam qui vient de perdre un grand spécialiste de son histoire. Les Carnets du Vietnam sont une somme inestimable des trésors de la culture de ce pays qui lui est si cher. Je perd un ami et un complice… AD@lY se joint à ce deuil.

Anna Owhadi-Richardson

* * *

Cette nouvelle m’attriste profondément. A mon arrivée à Lyon en 2001, Philippe m’a reçu à Lyon et aux Carnets du Viêt Nam avec les bras grands ouverts. Un esprit très fin, un homme très sympathique et humain, il va nous manquer tous…

Christopher Goscha


3 réflexions sur « Philippe Dumont : un ami s’est éteint »

  1. Le FaAOD partage le chagrin de la famille et des amis de ce « pilier » des carnets du Vietnam, amoureux et fin connaisseur de ce « petit dragon d’Asie » aujourd’hui confronté aux appétits d’expansionnisme de son grand voisin.

Les commentaires sont fermés.