Michel Bodin : Les Français au Tonkin 1870-1902. Une conquête difficile – CR de lecture par Pierre Brocheux

Bodin_LesFrancaisAuTonkin_1870-1902Réf. : Bodin, Michel, Les Français au Tonkin. 1870-1902. Une conquête difficile, Paris, éditions SOTECA, 2012, 297 p., cartes, bibliographie, index, glossaire.

Michel Bodin, historien du registre militaire de la guerre d’Indochine, 1945-1954 (il a publié quatre ouvrages sur le sujet), remonte dans le temps pour nous raconter la conquête et l’annexion du Tonkin par les Français. En 1802, après presque deux siècles de guerres intestines qui déchirèrent le royaume Dai Viêt, cette partie septentrionale (Bac) avait été réunie au centre (Trung) et au sud (Nam) sous l’appellation unificatrice de Viêt Nam. Cependant l’utilisation presque exclusive de la terminologie coloniale conduit l’auteur à quelques confusions.

Le plan de l’ouvrage n’est pas celui de l’exposé classique qui traiterait successivement des causes, de la stratégie et des tactiques, des forces en présence, des étapes et du dénouement. D’entrée de jeu, Michel Bodin nous conduit sur le théâtre des opérations où il décrit l’environnement naturel et humain, hostile et mortifère (climat, maladies alors que l’équipement vestimentaire, le régime alimentaire des soldats français sont totalement inadaptés) ; il nous livre le détail des armements, des méthodes de combat (guerilla, poursuites, ratissages).

Le récit est neuf lorsqu’ il aborde le choc des altérités (les apparences physiques, les coutumes, les mœurs) d’autant plus dur qu’il était difficile voire impossible de distinguer les combattants des non combattants. Des pages intéressantes sont consacrées aux visions et aux représentations réciproques qui engendrent l’étonnement, l’incompréhension, souvent le mépris des autres, plus rarement l’admiration. Les émotions qui l’emportent sur la raison sont propices à la violence et à la cruauté des uns et des autres. Ces pages correspondent à la tendance actuelle de l’historiographie de la guerre qui met l’accent sur la ‘brutalisation’.

Mais que diable ces Français allaient-ils faire dans le bourbier ‘tonkinois’ ? le lecteur ne le saura qu’à partir de la page 241 (Partie II, chapitre IV : Les étapes de la conquête). Le chapitre 1 ‘L’engrenage, 1872-1883’ débute par « Ce ne furent ni la défense des grands intérêts économiques ni la protection des chrétiens encore moins les appels au secours des descendants des Lê qui provoquèrent l’action française au Tonkin mais les conséquences des agissements de Jean Dupuis et de ses démêlés avec les autorités vietnamiennes » (p. 242). Sans représenter les « grands intérêts économiques », Jean Dupuis était indubitablement un négociant dont l’horizon était le « grand marché chinois » dont l’accès passait par le Tonkin via le Fleuve rouge. En outre, l’auteur consacre deux pages (97, 98) à ‘l’influence et l’action des milieux cochinchinois’ d’où il ressort que les groupes coloniaux établis en Cochinchine considèrent (selon l’auteur lui même) que la conquête du Tonkin doit parfaire l’opération commencée dans le sud (1858-1872).

L’aventurier et négociant Jean Dupuis, les officiers Francis Garnier et Henri Rivière apparaissent à partir de la page 242 : acteurs et victimes d’un « engrenage »… À aucun moment, l’auteur ne s’interroge sur le bien fondé de la conquête française : qui sont les agresseurs et les agressés ?

FrancisGarnier
Marie Joseph François dit Francis Garnier (1839-1873)

Sans s’engager dans une querelle nominaliste, le lecteur est en droit d’exiger de la cohérence et de la clarté terminologique Le vocabulaire de Michel Bodin sonne curieusement : les Vietnamiens ne résistent pas à la conquête, ils « s’y opposent », plus loin ils sont les « adversaires de la conquête »… Les mots ‘résistants’, ‘résistance’ ne viennent jamais sous la plume de l’auteur. Il y a pire : « l’annexion de la Cochinchine approfondit encore le fossé entre chrétiens et Annamites » (p. 70) ; « Tout le Tonkin était agité par des mouvements désagrégateurs (!). Les chrétiens victimes d’exactions, en voulaient aux Vietnamiens » (p. 100), ces chrétiens étaient-ils des Esquimaux ? « Les Annamites » deviennent des « Tonkinois » (dans la même page 243). Lorsque les Français prirent Hanoï en Novembre 1873, Michel Bodin découvre que « le nationalisme vietnamien renaissait » (p. 247).

Cette conquête « difficile » paracheva la mainmise française sur toute la péninsule indochinoise. Elle coïncida avec la création d’une entité politico-administrative baptisée Union indochinoise qui lia les trois pays (et non provinces) viêt aux royaumes cambodgien et laotien (1897). Pour des raisons politiques que les Français ne cachèrent pas, le Viêt Nam avait été, au préalable, tronçonné en entités territoriales et administratives : Cochinchine, Annam, Tonkin. Ces trois appellations sont d’origine étrangère : Annam était utilisé par les Chinois, les deux autres par les missionnaires et marchands européens. La sémantique –encore elle– dévoile les connotations politiques.

La compilation sur un sujet inédit que nous propose Michel Bodin n’est pas sans intérêt, au contraire, mais il faut lui souhaiter du succès afin que dans la réédition de son ouvrage, il refasse sa copie avec rigueur et clarté.

Pierre Brocheux

CR de lecture publié avec l’aimable autorisation de l’auteur.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
indomemoires (17 juin 2014). Michel Bodin : Les Français au Tonkin 1870-1902. Une conquête difficile – CR de lecture par Pierre Brocheux. Mémoires d'Indochine. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q59k