Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]

Granier_DomestiquesIndochinois[ndlr] Nouvelle parution dans la collection Empires des éditions Vendémiaire. Présentation de l’éditeur.

« On demande serviteur annamite, connaissant bien service table français, parlant français, pour service valet de chambre-maitre d’hôtel-argentier, hôtel particulier, bonne place. »

De la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, des milliers d’Indochinois sont venus en France comme domestiques. Un décret promulgué dans l’Empire français en 1897 permet en effet aux fonctionnaires coloniaux d’emmener des serviteurs colonisés en métropole.

Pour la plupart d’entre eux, dont un petit nombre restèrent à Paris, ce séjour devait être une expérience marquante, qui modifia leurs identités et leurs perceptions des mondes sociaux, coloniaux et métropolitains.

L’analyse de leurs parcours individuels et collectifs offre une nouvelle vision de l’histoire des migrations coloniales. À partir des archives et de leur correspondance, Solène Granier nous livre ici l’analyse d’une rencontre entre deux mondes, faite de méfiance et de préjugés, mais aussi de formes d’attachement, voire de fascination réciproque.

Au sujet des domestiques indochinois

Lors d’un échange universitaire à Montréal en dernière année de licence, j’ai eu l’occasion pour la première fois de suivre un cours sur les impérialismes et les sociétés est-asiatiques aux XIXe et XXe siècles. Cette initiation à l’histoire coloniale de l’Asie a été pour moi une révélation. Les problématiques liées à cette histoire me passionnèrent et c’est tout naturellement qu’en rentrant en France à l’issu de mon année de licence, je décidais de poursuivre mes recherches dans cette voie.

Souhaitant dans un premier temps travailler sur les nationalistes indochinois présents en métropole durant l’entre-deux-guerres, j’ai réorienté mon choix, sur les conseils de mes directeurs de recherche, vers d’autres migrations coloniales, celles des domestiques indochinois. Le sujet n’avait jamais été étudié et le corpus de sources semblait être suffisamment riche pour pouvoir donner naissance à un mémoire de master. M’étant en premier lieu intéressée aux migrations coloniales par le biais de l’histoire politique et idéologique, je commençai alors à explorer les archives politiques et la place des domestiques dans les mouvements.

Des domestiques au carrefour de deux mondes

Rapidement, il m’est apparu que l’histoire des domestiques était singulière et qu’elle ne pouvait être comprise sans explorer plus en profondeur l’ambivalence de leur position au sein des sociétés coloniales et colonisées tant en Indochine qu’en métropole. J’ai alors élargi mes recherches à d’autres types de sources, des archives administratives aux ouvrages de la littérature coloniale, des récits de voyage, des études ethnologiques etc. qui se sont révélées très riches sur la question. Influencée dans cette démarche par les travaux de sociologues et d’anthropologues spécialisés dans l’étude du fait colonial, j’ai été amenée à penser d’autres aspects de la situation des domestiques : les représentations des domestiques dans la colonie, leurs conditions sociales, les contacts qu’ils entretenaient avec les sociétés coloniales, leurs cadres de vie, de travail, et enfin, leurs trajectoires migratoires en métropole…

Solène Granier est diplômée d’un master en histoire du fait colonial à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Ses recherches portent principalement sur les migrations coloniales et leurs interactions.

Source : Vendémiaire



Citer ce billet
indomemoires (2014, 3 juin). Solène Granier : Domestiques indochinois [parution]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q597