30 ngày Trung Quốc xâm phạm chủ quyền Việt Nam [VN Express]

[ndlr] Diaporama interactif de VN Express intitulé : « Tableau complet de la situation après 30 jours de tension provoqués par la Chine en Mer de l’Est ».

VNExpress_ToanhCanh30NgayCliquez sur l’image pour accéder au Diaporama (VN Express, 02/06/2014).

Rappel de quelques points clés :


4 réflexions sur « 30 ngày Trung Quốc xâm phạm chủ quyền Việt Nam [VN Express] »

  1. Merci pour vos commentaires sur cette question des frontières. Comme ils ne concernent pas directement l’article en référence ci-dessus, je propose de clore la discussion ici. FG

  2. Merci à Lena Nguyen pour ses recherches.

    Je me permet d’apporter aussi quelques précisions, il semble qu’une partie des provinces frontalières ait cependant bien vu leur souveraineté établies en Annam suite à l’application pratique des dispositions du Traité de Tientsin dans le cadre de l’article 3 relatif à la reconnaissance du tracé de la frontière Chine/Annam.

    La revue « Le tour du monde de 1888: sur les frontières du Tonkin » décrit le parcours d’une mission franco-chinoise pour la délimitation du territoire annamite en 1885-1886.(cf collin.francois.free.fr/Le_tour_du_monde/textes/Tonkin/Neis.doc)

    page 38 :

    « Apres mon départ de Laokay, les autorisations des deux gouvernements pour opérer la délimitation sur les cartes arrivèrent bientôt. MM. Dillon et Tisseyre, aidés du commandant Daru, dont la santé se remettait peu a peu, opérèrent rapidement et arrivèrent bientôt aux meilleurs résultats.
    C’est ainsi que, sur la rive droite du fleuve Rouge, les provinces muongs de Phong-tho, Lay-chau, Dien-bien-phu et d’autres, qui avaient d’abord été revendiquées par nos collègues chinois et que le vice-roi du Yunnan voulait s’annexer, furent, d’un commun accord, reconnues pour territoire annamite. »

    Il y a donc bien eu par le passé une revendication chinoise des provinces du pays Tai par la Chine.

    1. Des provinces Tai ont été revendiquées par des commissaires chinois en 1885, mais en fin de compte, il y a eu un commun accord pour reconnaitre que c’est un territoire vietnamien. C’est donc par ce que les Vietnamiens les revendiquaient aussi. C’étaient des territoires litigieux qui ne sont pas clairement définis dans les traités frontaliers entre Vietnam et Chine de l’époque (c’est-à-dire avant l’arrivée des Français).

      Le texte du site angkor-planet : « La France s’offrait le luxe d’annexer le territoire Chinois Diên Biên Phu » ne reflète donc pas la réalité. Ce n’était pas un territoire chinois mais bien territoire litigieux revendiqué par les 2 parties.

      Ce n’est pas comme dans le traité Công ước Pháp-Thanh 1887 (Wikipedia) où la France a volontairement cédé à la Chine une zone de 1.000km2 qui était auparavant reconnu par les 2 pays comme territoire vietnamien.

  3. Concernant le tracé frontalier entre la Chine et le Vietnam, certains pensent que la région de Diên Biên Phu appartenait à la Chine, et que c’est la France coloniale qui, au moyen des traités « inégaux », ont forcé la Chine de céder des morceaux territoires au profit du Vietnam. Ce serait donc un aspect « positif » de la colonisation française en quelque sorte. Les Cahiers du Nem se basent sur les affirmations sur ce site http://www.angkor-planet.com/FR/histo-SEA.html

    Pour voir les choses de manière précise, je pense qu’il faut examiner les 3 traités entre la France et la Chine :

    1) Le premier traité Treaty of Tientsin (1885) (Wikipedia) n’a rien modifié du tracé des frontières. Il suffit de lire la traduction anglaise du texte du traité pour s’en rendre compte.
    2) Le 2e traité Công ước Pháp-Thanh 1887 (Wikipedia) a cédé environ 1.000km2 à la Chine
    3) Le 3e traité Công ước Pháp-Thanh 1895 (Wikipedia) a, en effet, pris un petit morceau de la Chine près de la région Diên Biên Phu. Mais beaucoup plus petit que 1.000km2

    En fin de compte, le Vietnam a plutôt perdu des territoires au profit de la Chine pendant l’occupation française.

    Le Vietnam a également perdu un autre morceau de son territoire dans le Sud au profit du Cambodge, toujours pendant l’occupation française, cf. Six Provinces of Southern Vietnam (Wikipedia)

Les commentaires sont fermés.