François Guillemot : « L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

« L’urgence démocratique ».

Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne

Par François Guillemot

Institut d’Asie Orientale

UMR 5062 – CNRS – Ecole normale supérieure de Lyon

Guillemot_UrgenceDémocratique_slide1

Introduction

[DIAPO 1] Les manifestations antichinoises de ces deux dernières semaines ont présenté un double visage, voire un triple visage qui, globalement, propose deux options différentes pour résoudre la crise actuelle. Le premier visage fut illustré par la protestation officielle du gouvernement de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) face à l’implantation de la plateforme HD 981 dans les eaux contestées des Paracels. Il fut relayé largement par la presse d’État mais aussi sur les réseaux de communications non officiels de l’État-Parti (par exemple les sites dédiés aux plus hautes autorités de l’État et les blogs de soutien au régime) et par les organisations mobilisées pour manifester dans la rue leur soutien à la politique gouvernementale. Le second visage revêtit la forme d’une contestation non officielle dont les mots d’ordre stigmatisaient autant l’expansionnisme chinois que le régime autoritaire vietnamien. C’est ce dernier aspect que nous proposons de survoler à travers les différentes voix de la dissidence qui se sont exprimées tout au long de ces deux semaines agitées. Enfin, le troisième visage portait pour ainsi dire la marque des « sans voix » les ouvriers de Dong Nai, de Binh Duong, de Ha Tinh, les étudiants de Can Tho, les Catholiques de Vinh, les bouddhistes Hoa Hao, les petites gens du régime qui se exprimés pacifiquement ou violemment à travers un nationalisme antichinois fait d’un bloc.

Je commencerai cette courte communication par identifier les principales voix dissidentes, incarnées par des leaders d’opinion aujourd’hui relativement bien connus, qui se sont fait distinguer sur le sujet. Quels furent leurs mots d’ordre, que contenaient leurs déclaration politiques, quelles types d’action préconisèrent-ils ? Je poursuivrai par les solutions envisagées pour sortir de l’impasse dans laquelle semble se trouver le gouvernement vietnamien actuel dont la tâche, il faut le souligner, est extrêmement difficile. Et qui pour l’heure, essentiellement par la voix de Nguyen Tan Dung et de ses deux jeunes vice-Premier ministres (Pham Binh Minh et Vu Duc Dam), parvient à maintenir le cap.

[DIAPO 2 & 3] Quelles voix se sont fait entendre au sein de la dissidence et pour dire quoi ? Les principales têtes dures de la dissidence vietnamienne se sont exprimées sur la crise actuelle. Les critiques émanent de différentes générations de contestataires incarnées aussi bien par le Dr Nguyen Dan Que, l’avocat exilé Cu Huy Ha Vu, que par la jeune génération des Pham Chi Dung, Pham Thanh Nghien ou Nguyen Tien Trung. Notons que tous sont d’anciens prisonniers de conscience. Des déclarations politiques ont été produites par un certain nombre d’organisations issues de la société civile, laïques et religieuses (bouddhistes et catholiques) à l’intérieur du pays, ou par des organisations politiques anticommunistes ou non communistes résidant à l’étranger (Viet Tan, Tan Dai Viet). Ces différentes déclarations et analyses, qui fondent le corpus de cette réflexion, permettent de rappeler rapidement ce qui préoccupe la dissidence.

[DIAPO 4] Avant cela, il convient d’évoquer en deux mots la politique actuelle du gouvernement :

  • Rester ferme sur la revendication de souveraineté ;
  • Ne pas envoyer de bâtiments militaires en Mer de Chine méridionale ;
  • Porter l’affaire au niveau régional (ASEAN) et international (ONU) ;
  • Maintenir les discussions au niveau bilatéral ;
  • Réprimer toute manifestation intérieure « illégale » mais promouvoir l’activisme à l’étranger ;
  • Rassurer les compagnies étrangères et et prévoir des dédommagements pour les compagnies attaquées.

Questions sans réponses

  • Le reflux de l’histoire

[DIAPO 5] Le premier aspect historique qui a ressurgi des affres de l’histoire du Viêt-Nam en guerre est la « Note diplomatique » de Pham Van Dong adressée à ses homologues chinois le 14 septembre 1958. Il s’agit d’une réponse banale mais affirmative validant le tracé maritime de la Chine maoïste sur la mer méridionale. Cette Note a suscité moult polémiques jusqu’à aujourd’hui [24 mai]. Les plus farouches opposants au régime la brandissent pour dire que les communistes vietnamiens ont vendu à la Chine cet espace maritime depuis des décennies. Un argument de poids qui a finalement été repris par la Chine elle-même dans sa joute verbale avec Hanoi. On parle d’une facture de 870 milliards de dollars pour solder la part de la dette de la guerre financée par la Chine contre la propriété des îlots de la mer de Chine méridionale. Ceux qui disent que ce texte n’a aucune valeur juridique s’appuient sur le fait que les Paracels dépendaient de la République du Viêt-Nam (Viêt-Nam du Sud pendant la guerre) déchue et non de la RDVN (Viêt-Nam du Nord) soutenue à l’époque par la Chine populaire. Enfin, certains font l’exégèse du texte pour contester toute allégeance à la Chine, minimisant ainsi la valeur du document. Le tonitruant député Duong Trung Quoc en appelait dernièrement à une clarification par l’Assemblée nationale et le gouvernement vietnamien a récusé officiellement le 24 mai toute valeur juridique à ce document.

  • Violences imprévisibles ?

La seconde grande thématique qui a traversé les analyses des dissidents est celle du déferlement de violence. De nombreuses questions restent aujourd’hui sans réponses sur le rôle de la police et sur l’intervention très tardive des pompiers. Un certain laisser-faire, je devrais dire laisser-détruire, a été constaté par de nombreux blogueurs. Cela rappelle nos casseurs d’ici et les violences en marge de manifestations pacifiques. Comme c’est un fait rare (en terme d’images et de médiatisation) mais peut-être pas si nouveau qu’il n’y paraît en RSVN, chacun y va de son hypothèse : la police ou ses hommes de main (côn đồ), les agents secrets (tình báo) de la Sécurité publique seraient derrière les événements dans le but de discréditer le mouvement dans son ensemble et permettre ainsi l’élargissement de la répression ; d’autres, comme l’avocat Nguyen Van Dai, pensent que des espions et agents chinois ont organisé les choses dans le but de frapper sans distinction les intérêts économiques taïwanais, japonais ou sud-coréens des zones industrielles de Binh Duong ou de Dong Nai. De façon plus prosaïque, on peut penser que la violence populaire impliquait des classes marginales prêtes à en découdre avec le « Chinois », incarnation d’une exploitation sans vergogne. Plus terrible encore furent les violences raciales lors de l’expédition punitive organisée contre des ouvriers chinois dans le complexe Formosa de Vung Ang dans la province de Ha Tinh. Il y a eu mort d’hommes, lynchages et sauvagerie manifeste si l’on croit les photos prises par le jeune net-citoyen photographe Nguyen Lan Thang. A la suite du rapatriement d’urgence d’un millier d’ouvriers chinois par le port de Vung Ang, la population locale rejetait la faute sur le laxisme des autorités provinciales qui fermeraient les yeux sur l’implantation de travailleurs chinois illégaux dans la province. Quoi qu’il en soit l’image de ses deux flambées de violence fut désastreuse pour le Viêt-Nam.

Les solutions préconisées

[DIAPO 6] Je voudrais ici mettre l’accent sur trois points clés développés par la dissidence :

1 – La survie passe par un changement intérieur radical (non violent et/ou violent) ;

2 – Les nouvelles alliances économiques, militaires, diplomatiques (le repositionnement du Viêt-Nam) ;

3 – La poursuite des manifestations pacifiques à l’intérieur du pays.

  • Démocratiser en urgence

[DIAPO 7 : Nguyen Dan Que] La parole du Dr Nguyen Dan Que, un dissident de longue date, est sans ambiguïtés. Comme beaucoup d’autres, il propose une marche salvatrice vers la démocratie. Selon lui, seule la démocratisation du régime permettra de résoudre les défis multiples du Viêt-Nam. Son analyse est sans pitié pour le régime communiste et porte sur un constat d’échec : « le pays est en faillite à cause de l’orientation générale prise où l’on passe d’une erreur à une autre, et de la gestion laxiste du fléau national que représente la corruption endémique ». Cette dégradation subie depuis des décennies est, selon lui, due « à la dictature communiste ». Il poursuit : « Il n’y a que le système démocratique qui pourra résoudre les impasses politiques, économiques, éducatives et culturelles, sociales actuelles du Viêt-Nam ». Sur le plan international, seul un gouvernement démocratiquement élu pourra obtenir une grande légitimité et le soutien populaire nécessaire pour défendre les intérêts vietnamiens en Mer de Chine. Il propose un plan de démocratisation en deux étapes. Une étape préliminaire qui verrait le bureau politique du Parti Communiste Vietnamien (PCV) démissionner en bloc pour transmettre le pouvoir à l’instance populaire suprême incarnée par l’Assemblée nationale. L’Assemblée désignerait un gouvernement intérimaire. Ce dernier modifierait en profondeur toute la politique étrangère en s’appuyant sur « la morale traditionnelle nationale au profit du peuple », en faisant de la défense de l’indépendance et de la souveraineté nationales le fondement de sa politique, tout en mettant en œuvre le processus de démocratisation du régime. L’étape suivante, l’Assemblée nationale abandonnerait la constitution actuelle et organiserait la décommunisation générale des organismes du pouvoir à tous les échelons. Elle détacherait le PCV de la police et de l’armée, tout comme des activités religieuses, syndicales ou celles des groupes constitués… L’Assemblée décréterait l’avènement d’un système démocratique et libéral. L’Assemblée rédigerait la nouvelle loi électorale en faveur du pluralisme et du multipartisme. Enfin, des élections libres, justes et transparentes sous supervision internationale pourraient se dérouler. C’est à ces conditions que la défense de l’intégrité du territoire vietnamien peut être envisagée. Toujours selon lui, la question de la « Mer orientale » pourra ainsi être débattue dans une conférence rassemblant tous les pays de l’ASEAN concernés par cet espace maritime contesté en présence des 4 puissances impliquées dans la région (États-Unis, Chine, Japon et Russie, il oublie Taïwan). Cette conférence internationale donnerait naissance à un nouvel accord définissant clairement les droits de souveraineté et économique de chacun. Cette proposition du Dr Nguyen Dan Que peut prêter à sourire et son programme de démocratisation volontariste bien idéaliste. Elle rejoint sur biens des points les questions débattues par des blogueurs et journalistes indépendants. Chacun de ces contestataires de penser que le gouvernement actuel, ligoté par la Chine, ne peut plus se porter garant de l’intégrité nationale.

  • Se repositionner, sortir du giron chinois

[DIAPO 8 : Pham Chi Dung] Cela fait déjà plusieurs mois que des blogueurs ont exposé leur désir de voir un changement de direction dans la politique diplomatique de leur pays. En clair, il s’agit d’abandonner les deux slogans politiques chinois « Phương Châm 16 Chữ Vàng » et « Tinh Thần 4 Tốt » (« voisinage amical, coopération globale, stabilité à long terme, en direction de l’avenir »). Ceux-ci, acceptés par le Politburo vietnamien lors de la fixation de la frontière à partir de 1999, fondent l’approche officielle et sont repris textuellement dans les médias vietnamiens pour qualifier les relations particulières entre les deux pays.

L’intellectuel Tran Trung Dao, poète et informaticien, se demande comment le Viêt-Nam peut-il battre la Chine ? Se basant sur le fait qu’aucun empire n’est immortel, et donc peut s’effondrer, il met en avant quatre conditions pour sortir du giron chinois : la première implique que le Viêt-Nam se démocratise avant la Chine (la même idée est reprise par la blogueuse Song Chi). Si la plupart des analystes du Viêt-Nam estiment que la démocratie peut s’avérer une solution efficace pour défendre l’intégrité du territoire vietnamien, Tran Trung Dao pense qu’elle sera aussi un outil pour vaincre la Chine. Cette démocratie doit se mettre en place rapidement avant qu’un conflit armé n’éclate en Asie qui donnerait l’avantage à la Chine. Selon M. Dao, la Chine populaire n’est pas effrayée par la puissance militaire des États-Unis ou la bombe atomique mais par la démocratie et s’inquiète beaucoup, dans sa cour arrière, de l’évolution du Viêt-Nam. « L’arme démocratique », ce sont les termes employés, provoquerait une réaction en chaîne menant à l’effondrement du système communiste chinois. L’éclatement de l’empire en plusieurs territoires ne permettrait pas à la Chine de s’occuper des îles lointaines des Paracels ou des Spratleys. Le second point concerne l’union nationale vietnamienne. La démocratie permettrait d’obtenir un large soutien international avec cette condition essentielle de l’union nationale. Sans cette dernière, aucun peuple ne peut vaincre. Mais le nationalisme préconisé par Tran Trung Dao doit reposer sur des bases humanistes et non pas verser dans l’extrémisme, le racisme ou la caricature. Le troisième point consisterait pour le Viêt-Nam d’activer une nouvelle stratégie nationale pour se repositionner sur le plan international. Il s’agit d’éviter à tout prix l’isolement du Viêt-Nam et d’inscrire le pays dans de nouvelles alliances militaires clairement définies. Sa neutralité actuelle le dessert. Enfin, la quatrième condition va dans le même sens puisqu’il préconise que le Viêt-Nam fasse le choix crucial de l’alliance militaire la plus sûre sur le modèle du Japon, des Philippines ou de la Corée du Sud ce qui revient à dire en langage décodé que seule une alliance américano-vietnamienne serait viable. Cependant, M. Dao, un rien désabusé, ne prévoit pas de changement possible au niveau de l’État-Parti, il en appelle finalement aux 90 millions de Vietnamiens à prendre leur destin en main.

Parmi les voix officielles relayées par la dissidence qui se sont fait entendre sur les solutions de sortie de crise, Mme Pham Chi Lan, experte économique du Viêt-Nam et conseillère de haut-rang dans l’appareil d’État, a souligné l’opportunité à saisir à l’issue de cette crise pour reconsidérer la politique économique de la Chine au Viêt-Nam. Elle propose un rééquilibrage avec le développement de nouveaux partenariats économiques avec de nouveaux pays afin de rendre l’économie vietnamienne plus indépendante c’est-à-dire moins dépendante de la Chine. Elle n’est pas tendre pour cette dernière qu’elle accuse de « procédures sales » dans leurs relations commerciales ou économiques avec le Viêt-Nam.

  • Lutter jusqu’au bout et manifester pacifiquement

[DIAPO 9 : Tan Dai Viet] Deux partis politiques interdits au Viêt-Nam ont rédigé des déclarations pour protester contre l’implantation de la plateforme chinoise HD 981. Le premier, le Tân Đại Việt (Néo Dai Viet), fondé à Saigon en 1964 mais interdit depuis 1975, principalement implanté aux États-Unis et en Europe, entend réagir devant « la catastrophique perte du pays » (đại họa mất nước). En cinq points, il condamne l’agression chinoise, interpelle l’opinion internationale sur la violations des droits maritimes par la Chine, condamne la faible réaction des autorités communistes vietnamiennes exigeant de leur part des mesures énergiques pour porter l’affaire devant un tribunal international, en appelle à la solidarité internationale et enfin, dans son cinquième point, se prépare avec les compatriotes à la lutte commune autour du mot d’ordre « Contre la Chine, éliminer les Communistes Vietnamiens » (Chống Tàu Diệt Việt Cộng). La déclaration est guerrière et rappelle les campagnes anticommunistes meurtrières organisées au Sud Viêt-Nam entre 1955 et 1975 pour éradiquer la résistance antigouvernementale ou antiaméricaine. Elle est de toute évidence une posture pour se démarquer de la propagande antichinoise promue par Hanoi. Elle reflète néanmoins l’état d’esprit d’une partie de la communauté exilée qui estime que seul un soulèvement populaire pourra débarrasser le pays du totalitarisme. Mis en cause par le pouvoir communiste d’être derrière les violences de Binh Duong, le parti Việt Tân, quant à lui, a immédiatement réagi dénigrant ces accusations sans fondement et réaffirmant son attachement à la lutte non violente (Đấu tranh bất bạo động) dans un communiqué de presse en ligne en date du 18 mai 2014. Cette aspect clé de la lutte est pour lui « la seule façon de ne pas pénétrer dans l’arène de la violence sur laquelle le régime détient la supériorité absolue ». C’est aussi la voie « la plus civilisée, la plus humaniste à l’aube du XXIe siècle ».

Les organisations anticommunistes vietnamo-américaines poursuivent leur manifestations sur des mots d’ordre autant antichinois qu’anti-gouvernementaux, la prochaine en date du mardi 27 mai se rassemblera autour de cinq slogans assez similaires de ceux du Tân Đại Việt [manifestation annulée depuis]. Sont mentionnés en prime le danger de la « sinisation » du Viêt-Nam et la « complicité » du PCV dans l’agression chinoise.

[DIAPO 10 : Pham Thanh Nghien] A l’intérieur du pays, le régime communiste nourrit cette contradiction interne qui est de promouvoir l’activisme à l’étranger pour porter la voix du Viêt-Nam sur le plan international et d’empêcher les gens de manifester dans le pays. On ne sait aujourd’hui si cette option pourra tenir longtemps. Sur son blog, la jeune dissidente Pham Thanh Nghien, assignée à résidence à Haiphong, s’interrogeait le 18 mai sur la violence étatique : « Il y a une chose que je ne peux comprendre : pourquoi, à l’heure où la patrie est en danger, que la seule porte de sortie pour sauver la Nation de la disparition est de s’appuyer sur la force du peuple, le gouvernement communiste maintient sa politique d’emprisonnement, de mépris, de vengeance et d’oppression contre l’expression du patriotisme ». Les dissidents vietnamiens mettent en garde le pouvoir contre la colère croissante du peuple si l’interdiction des rassemblements antichinois est maintenue. L’exaspération est difficilement contrôlable comme le démontre l’immolation par le feu, le vendredi 23 mai à l’aube, de la bouddhiste Le Thi Tuyet Mai (Dong Xuan) devant ce lieu hautement symbolique que représente le Palais de la Réunification. Toutes les associations de la société civile sont d’accord sur la nécessité de manifester pacifiquement (Pham Chi Dung, Nguyen Tien Trung). Ceci pose de nouveau la question soulevée il y a plusieurs années déjà d’une loi sur le droit de manifester, un sujet remis à l’ordre du jour par le député Duong Trung Quoc.

Cu Huy Ha Vu fait la synthèse contestataire

[DIAPO 11 : Cu Huy Ha Vu] L’analyse des événements par Cu Huy Ha Vu repose sur le ressentiment antichinois ancestral des Vietnamiens. Il y a cette idée chez certains intellectuels et politiciens (également au sein du parti) du danger permanent que représente la Chine (voir encore la dernière déclaration publique de Duong Trung Quoc). Ils évoquent la lutte multiséculaire et la période de domination chinoise. Pour M. Vu, porter l’affaire au niveau international n’apparaît pas comme une solution viable car la Chine n’acceptera jamais de reculer sur ce sujet. Cela fera donc perdre un temps précieux au Viêt-Nam. Le Viêt-Nam est engagé dans une course contre la montre pour changer sa politique intérieure et extérieure. Le gouvernement s’inscrit dans le long terme, sur une durée indéterminée, alors que la dissidence demande des mesures urgentes donc un très court terme. Cu Huy Ha Vu préconise une alliance militaire immédiate avec les États-Unis, la seule grande démocratie capable de mettre un frein aux ambitions de la Chine. De son côté, Nguyen Sinh Hung, le président de l’Assemblée nationale souligne que la politique gouvernementale envers la Chine doit à la fois être « souple et dure » ce qui revient à dire, selon ses détracteurs, qu’elle n’est pas clairement définie.

Quant à la perte du Parti en tant que formation politique unique et omnipotente, d’aucun considèrent que seul le territoire national compte, les régimes politiques quels qu’ils soient, passent. D’autres dissidents résument l’attitude du pouvoir actuel par cette formule frappante « Thà mất nước chứ không mất đảng » (Plutôt sacrifier le pays que le parti)… De nombreux citoyens partage ce sentiment de la trahison du pouvoir. Une société qui ne peut manifester est une société « cliniquement morte » (chết lâm sàng) répondait la fille d’un manifestant âgé interdit de sortir de chez lui (site Việt Tân). Selon Cu Huy Ha Vu (mais il n’est pas le seul à le penser), le changement passera par la violence si le gouvernement vietnamien n’écoute pas les aspirations du peuple. Cette éventualité que personne ne souhaite à vrai dire reste plausible. La mise en garde imprécatoire de l’avocat dissident est sérieuse.

* * *

Depuis la réunification, l’analyse des faits démontrent que le maintien du PCV à tous les échelons de la société freine aujourd’hui de nombreuses potentialités de la société vietnamienne. L’éducation en pâtit, la liberté académique, la liberté de penser (plus de 212 prisonniers de consciences selon la FIDH), de manifester pacifiquement, tous ces éléments engendrent des frustrations et provoquent chaque année la fuite des cerveaux. A l’ombre du PCV, il est difficile de construire en refusant la corruption et d’élaborer librement un projet car une ligne rouge invisible est toujours active. Il y a encore trop de tabous, de cicatrices à refermer. Le PCV a hérité en 1975 d’une société aux identités plurielles (politiques, sociales, religieuses, culturelles) qu’il a d’abord espéré pouvoir rééduquer selon les critères de sa révolution missionnaire. Il a finalement appris à l’accepter mais il reste une tension permanente entre cet état de fait et la nature du régime politique. Près de quarante ans après la guerre civile, aucune réconciliation officielle n’est intervenue. Tous les actes allant dans ce sens ont été initiés par la société civile ou les organisations religieuses. Les héros des uns font toujours le malheur des autres. L’État-Parti doit prendre en compte cette réalité qui pèse encore sur le quotidien des familles.

[DIAPO 12 : Ly lich gia dinh] Prenez l’exemple d’une demande officielle pour adhérer au parti unique. Nous sommes encore dans la rhétorique de la guerre avec une discrimination sociale et politique sur plusieurs générations. Il y a toujours ceux qui sont du côté du pouvoir et qui ont raison et ceux qui ont tort, les « ngụy » (fantoches), les « thù địch » (adversaires), les « phản động » (réactionnaires), l’ennemi intérieur logé au sein du corps social qui voudrait répandre le chaos. Cette vision binaire, caractéristique des régimes autoritaires, repose sur le vieux crédo léniniste de la purge sociale permanente. Il fait encore beaucoup de mal à la société vietnamienne. Ceci créé des tensions, des divisions, nourris des amertumes dans les histoires familiales et engendrent des réactions radicales. Il faut entendre la voix des paysannes « indignées » (dân oan) et celle des intellectuels issus des rangs du parti (le général Tran Do décédé en 2002, l’avocat Cu Huy Ha Vu, l’ancien officier de l’armée populaire et journaliste Pham Chi Dung, l’ancienne policière Ta Phong Tan…) pour évaluer l’ampleur du ressentiment face à l’injustice et à la corruption souvent liés aux groupes d’intérêts politico-économiques organisés au sein de l’appareil communiste et aujourd’hui taxés de collusion avec la Chine communiste.

Conclusion

  • Réconcilier
  • Réformer
  • Démocratiser

[DIAPO 13] La crise actuelle offre à de nombreux experts internationaux et/ou spécialistes de la région (Carl Thayer, Jonathan London, Murray Hiebert, Laurent Gédéon…) l’occasion d’affiner leurs analyses sur le danger potentiel d’une guerre limitée entre plusieurs belligérants de cet espace maritime fortement contesté. Les cartes peuvent en effet être redistribuées à travers de nouvelles alliances militaires. Cette crise est aussi une formidable occasion pour la dissidence vietnamienne de repenser sa stratégie et de construire son discours politique pour trouver des solutions viables et des alternatives envisageables. Coup d’État militaire par une faction patriotique de l’armée, renversement populaire violent, chute de l’intérieur sous la pression pacifique de la rue et sous l’effet de la détérioration du système policier (comme en RDA), réforme radicale initiée par le pouvoir actuel, démocratisation progressive du régime, toutes les options restent ouvertes pour mener le Viêt-Nam sur le chemin d’une nouvelle ère démocratique ou d’un second « Doi Moi » (Renouveau). Une évolution inverse peut être également plausible avec le renforcement de la faction pro-chinoise du PCV, l’intensification de la répression, l’interdiction de manifester, le blocage des réseaux sociaux, la baisse de la revendication territoriale et le règlement de la question au niveau bilatéral dans le plus grand secret. L’entre-deux probable est une solution « nửa vời », insuffisante et inachevée, visant à calmer le jeu et à reporter les problèmes cruciaux du moment au lendemain.

Comme vous avez pu le constater rien n’est simple et demandera de la part de celles et ceux qui mèneront ce combat une extrême lucidité, du pragmatisme, de l’expérience et une vision politique sur le long terme. La transition démocratique est une épreuve que beaucoup redoutent car potentiellement porteuse de désordres. Du côté du pouvoir vietnamien, l’État-Parti ne peut plus se permettre d’être aussi répressif que par le passé. Dans son évolution pragmatique, le PCV, véritable maître du jeu, aurait tout intérêt à favoriser la liberté d’expression et l’émergence de « think tanks » sur ces sujets complexes. Il pourrait tout à fait offrir des tribunes libres dans les quotidiens en ligne les plus en vues pour favoriser l’échange d’idées et le renouvellement de la pensée. Cela aurait le double avantage de recueillir les meilleures idées et de réintégrer au sein de la communauté nationale les intellectuels les plus critiques au lieu de les cantonner en marge des affaires publiques alors qu’ils possèdent aujourd’hui une notoriété internationale indéniable. Cela permettrait une transition politique en douceur mais demanderait du courage. En outre, d’accepter de libérer toutes celles et ceux qui ont exprimé des idées patriotiques et tenté de dessiner une « autre voie » pour le Viêt-Nam. Sans quoi le transnationalisme oppositionnel émergeant aura bien des chances de se développer.

[DIAPO 14] Le PCV devra un jour où l’autre mettre en œuvre la réconciliation nationale officielle, parfois timidement exprimée, mais jamais réalisée. Le 30 avril 2015 pourrait être décrété « Jour de réconciliation » pour ne plus signifier la victoire des uns sur les autres. De la sorte, la devise « Indépendance, Liberté et Bonheur », paradoxalement inspirée du triple démisme chinois (doctrine de Sun Yat-sen et devise du VNQDD, le Parti National du Viêt-Nam [interdit]), retrouvera tout son sens ou, si un changement radical s’opère, elle sera remplacée par une autre, plus conforme aux idéaux d’humanisme et de progrès fondement de l’identité nationale vietnamienne qui ont été ceux des lettrés modernistes du début du XXe siècle.

[DIAPO 15] Je vous remercie pour votre attention.

Guillemot_VietnamUrgenceDémocratique_24-05-2014

* * *

Documents de référence :

Pour citer cet article :

Guillemot, François (27 mai 2014), « ‘L’urgence démocratique’ : le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/14938 (Page consultée le …).


24 réflexions au sujet de « François Guillemot : « L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne »

  1. J’ai dû louper quelque chose mais pour moi, la carte de Nem (Lien : carte Farther India, 1885) montre que la région de Diên Biên Phu faisait bien partie du Tonkin.

    Quand on lit le texte de ce traité (Source : Wikipedia Treaty of Tientsin), on voit bien qu’il n’a aucunement modifié la frontière entre la Chine et son état vassal An-Nam.

    Ce traité est surtout inégal pour le Tonkin qui passe officiellement d’un état vassal (c’est-à-dire indépendant) à un état sous protectorat français où tous les dirigeants sont désormais français de souche et où les Vietnamiens sont devenus des sous-humains n’ayant même pas les droits de citoyens élémentaires.

    1. J’ai retrouvé la carte qui attestait que la région de dien bien phu était bien chinoise.
      http://lescahiersdunem.fr/?attachment_id=1535

      Cette carte est issu d’un site très instructif http://www.angkor-planet.com/

      Mais j’ai l’impression que la souveraineté du pays Tai a été changeante une autre carte précise que des « tribus indépendantes » peuplait la région : http://dev.lib.utexas.edu/maps/historical/indo_china_1886.jpg

      En tout cas l’intégration définitive de la province de Dien Bien au Vietnam a été tardive, à la fin du XIXème siècle.

      En ce qui concerne la dénomination de « Traités Inégaux », il faut prend en compte le fait que c’est avant tout une vision sino-centrée qui est exprimée. Les Traités inégaux entérinaient un recul de l’influence chinoise (pour celui Tianjin 1885 en Annam) et c’est dans ce sens qu’ils sont restés dans l’Histoire.

  2. Quelle désolation de voir que les Viêt Công Outre Mer (Viêt Kiêu Yêu Nuoc) conservent toujours les raisonnements identiques pour défendre les intérêts du Parti : mandat du Ciel, impérialisme…

    1. Le terme mandat du Ciel (Thiên mệnh) utilisé par Ung Do est très juste pour qualifier la légitimité du parti communiste vietnamien jusqu’à aujourd’hui. C’était la seule formation politique capable d’éjecter militairement les colonialistes français. Cette victoire obtenue de haute lutte a effacé d’un seul coup toutes les humiliations subies pendant 80 ans.

      Grâce à ce parti communiste, tous les Vietnamiens et Vietkiêu aujourd’hui peuvent discuter d’égal à égal avec les Français, y compris avec les anciens colonialistes car leur pays a obtenu son indépendance par ses propres soldats. Ce n’est pas le cas avec le régime de Bao-Dai qui a mendié son indépendance morceau par morceau suivant le bon vouloir de la France. Ce n’est pas non plus le cas de la France qui a obtenu son indépendance grâce à l’armée américaine.

      Rien que pour ce service, ces communistes méritent le droit de diriger le pays. Le problème aujourd’hui c’est qu’il y a des signes montrant qu’ils ne sont plus capables de protéger ses citoyens et son territoire face à l’invasion chinoise.

      1. Je salue bien bas Lena Nguyên pour avoir expliqué le sens du mandat du ciel, je n’aurais pas pu mieux faire. Le parti communiste vietnamien garde sa légitimité, les mérites dépassent les défauts.

        Autre mérite du parti : avoir amélioré la situation économique, malgré les monstrueuses destructions culturelles, morales, physiques et écologiques infligées par les colonialistes et impérialistes ; selon les statistiques, la proportion de pauvres a été divisée par deux passant de 90% à 40% ; les Vietnamiens disposent en principe de la sécurité sociale universelle (les citoyens USA viennent de l’acquérir ; Thaksin l’a fait aussi en Thaïlande, il y a quelques années, ce qui a beaucoup irrité les féodaux thaïs) ; les indicateurs sociaux (éducation, mortalité, etc.) sont plutôt satisfaisants.

        Pour l’intégrité du pays, le Viet-Nam n’a pas perdu de territoires vitaux. Les impérialistes et leurs relais, certains dissidents, font au parti communiste vietnamien un mauvais procès et exagèrent les empiétements chinois. Leur but sous couvert de défendre leur pays et à travers des émeutes savamment organisées, c’est d’obtenir la « démocratisation » c’est-à dire sinon le renversement du régime, du moins celui de la faction pro-chinoise et d’éloigner le Viêt-Nam de la Chine (c’est ce qu’on perçoit à travers les Cahiers du Nem).

        Leur tentative chimérique ne peut qu’échouer sur le fond car même un régime vietnamien libéral, non communiste ne peut pas survivre sans plus ou moins l’aval de la Chine. Les événements d’Ukraine le montrent : les Euro-Américains commencent à s’apercevoir que l’Ukraine ne peut pas être stabilisée sans le bon vouloir de la Russie, le ploutocrate président ukrainien est en train de se rendre à Canossa, c’est-à-dire, de demander le pardon russe.

        1. Vous avez raison de souligner les aspects positifs et les progrès indéniables réalisés depuis la politique de Renouveau (Doi Moi) décrétée lors du VIe Congrès du PCV en décembre 1986. Après des décennies de violence et dix années de gabegie économique après la réunification, le PCV a beaucoup appris du régime de Saigon, c’est bien cela le paradoxe. Que la dissidence ait tendance à exagérer certains faits ou à organiser la résistance face à l’injustice grâce aux réseaux sociaux c’est de bonne guerre compte-tenu du fait qu’aucune opposition légale n’est officiellement autorisée. Cette opposition existe pourtant au sein même de l’appareil politique mais conserve une dimension virtuelle en s’exprimant sur la blogosphère contestataire (alimentée d’ailleurs par des sources intérieures bien informées).

          La question n’est donc pas tant le communisme en tant qu’idéologie ou idéal (qu’en reste-t-il d’ailleurs ?) mais la nature du régime : un système autoritaire organisé autour d’un parti unique aux références marxistes-léninistes (Mac-Lê) bien désuètes et une Sécurité publique omnipotente calquée sur l’ancienne Stati est-allemande. Cette crise est de toute évidence une occasion rare pour la dissidence (voir les récents billets de Bui Tin, colonel de l’Armée populaire) de mettre en avant la nécessaire démocratisation du régime avant que la chape de plomb ne se referme pour on ne sait combien de temps encore. De quoi a peur ce régime, c’est difficile à dire car une démocratisation contrôlée par étapes pourrait lui éviter bien des soucis à l’avenir et, on peut l’imaginer à l’aune d’autres expériences post-communistes, même de conserver le pouvoir sous une autre forme. FG

    2. Et en plus de l’anti-impérialisme et du mandat du ciel, un autre motif pour garder au pouvoir le parti communiste ; la stabilité du pays. Comme en Thaïlande, où l’armée a pris le pouvoir et ajourné tout fonctionnement démocratique (pas d’élections pendant 1 à 2 ans) sous ce prétexte. Qu’en dit M. Poussepousse ?

      Thai junta chief declares 15 months of ‘reforms’ before general elections : General Prayuth Chan-ocha says coup necessary to restore stability to kingdom after a decade of political turmoil (cf. The Guardian).

      Si la situation sino-vietnamienne est si grave comme le hurlent les dissidents, le gouvernement et le parti devrait instaurer un régime plus sévère comme en Thaïlande et les dissidents devraient faire l’union sacrée derrière le gouvernement.

      La démocratisation selon le plan du Dr Quê pourrait mal se passer, au moment où l’assemblée devrait nommer le gouvernement On risque de voir les gens se battre pour les postes. Il y aurait le chaos, la guerre civile, les minorités réclamer leur indépendance, etc. Le pays tomberait dans un état de faiblesse extrême comme du temps du roi Tu Duc et il suffirait de 1000 US marines (comme avec F. Garnier) pour prendre le pouvoir à Hà nôi. Les Chinois prendraient les régions de Lang Son, Cao Bang, Dien Bien Phu ; ils formeraient un gouvernement en exil pour faire de la résistance ; etc…

      1. La question de la stabilité politique du pays est un argument de poids martelé par le gouvernement en place et surtout par les services de la Sécurité publique (Công An) effrayés par la possibilité d’une « révolution de couleurs » non violente. Cette question pèse assurément sur les décisions actuelles et à venir du Polit-Buro qui apparaît (provisoirement) divisé sur la réponse à apporter à la crise. La contradiction qui habite ce gouvernement touche justement au traitement réservé aux dissidents dont la plupart se sont élevés contre l’expansionnisme chinois au Viêt-Nam en formulant des alertes détaillées et argumentées sur leurs blogs.

        Comment le gouvernement de la RDVN pourrait-il obtenir aujourd’hui l’union sacrée alors que plus de deux cents prisonniers de conscience sont derrière les barreaux ? Il devra résoudre cette contradiction sans trop tarder s’il croit encore pouvoir mettre en œuvre la belle devise « du peuple, pour le peuple, par le peuple » (qui au passage figure dans le préambule de la Constitution de la République du Viêt-Nam de 1967). L’un dans l’autre, l’instabilité pourrait être un vrai problème si la dictature persistait et signait dans l’ombre de la Chine. Quant à la situation de la Thaïlande, chaque pays possédant sa propre histoire, ses propres traditions politiques et militaires, les parallèles ne sont pas toujours aussi pertinents qu’ils n’y paraissent.

        Sur la question de la stabilité politique vietnamienne, l’avènement d’un pouvoir nationaliste militaire et autoritaire transitoire, débarrassé de l’idéologie communiste, pour maintenir la cohésion nationale ne peut évidemment être écartée. C’est un danger et la raison pour laquelle des membres du PCV et des dissidents (souvent issus de l’appareil d’État) exigent une démocratisation rapide. FG

  3. En 1858, quand Tu Duc perdait des morceaux de territoire au profit des Français, il avait la même réaction stupide en disant qu’il vaut mieux perdre l’intégrité nationale que perdre le pouvoir. On sait ce qui est arrivé ensuite à ce roi minable et à son royaume.

    Il est temps que ces communistes vietnamiens apprennent que l’intérêt supérieur de la Nation doit passer avant leur volonté de s’accrocher au pouvoir.

    L’exemple de l’annexion de l’Alsace-Lorraine souligné par Ung Do est très révélateur. Les Français n’ont pu le récupérer qu’avec l’aide de l’armée américaine. On voit bien que « n’en parler jamais, y penser toujours » ne suffit pas forcément. Il faut parfois aussi s’allier avec les Américains.

    Les Américains « sont venus aider les Japonais et les Coréens et ne sont pas repartis », d’accord. Mais ils n’ont jamais tiré sur les pêcheurs japonais et coréens ni aller voler des îles et du pétrole dans leurs eaux territoriales.

  4. Le brouhaha suivant l’incursion chinoise est exagéré ; les Spratleys (sic) ont été perdus depuis 1974, l’installation de la plateforme ne justifie pas d’une telle hystérie à moins que ce ne soit calculé ; cela ressemble trop aux émeutes de la place Maidan en Ukraine qui sont connues pour avoir été fomentées par la CIA et les ONG occidentales. Est ce que les services secrets occidentaux et leurs relais sur place, certains dissidents, espéraient un résultat similaire au Viêt-Nam, renverser le gouvernement et le parti communiste? Peut-être un moindre but était visé, enfoncer un coin entre le Viêt-Nam et la Chine, créer des dissensions à l’intérieur du parti pour renverser la faction « pro-chinoise » dont parle les Cahiers du Nem.

    Il n’y a pas de menace sérieuse nouvelle pour l’intégrité territoriale du Viêt-Nam depuis la perte des Spratleys et les petits empiètements à la frontière sino-vietnamienne.

    Cela ne justifie pas de se lancer dans les bras des Nord-Américains, de les laisser nous « aider » encore une fois à la manière « on a dû détruire la ville pour la sauver ». Ils sont venus aider les Japonais et les Coréens et ne sont pas repartis. Cela ne justifie pas ces hurlements à la démocratisation.

    Quoi faire face à la Chine? On ne peut que nourrir la détermination de se défendre militairement au cas où ils feraient une incursion comme en 1979. Le gouvernement s’est déjà préparé en achetant des sous-marins et autres armes modernes aux Russes, il a invité la flotte US à faire des visites et à des manœuvres communes.

    En attendant, il faut faire comme la France après la perte de l’Alsace-Lorraine, le mot d’ordre : n’en parler jamais, y penser toujours. Si les Français avaient manifesté contre leur gouvernement pour l’obliger à récupérer les territoires perdus, les gouvernements français seraient tombés tous les jours.

    Les Mexicains ont perdu la moitié de leur pays ; chaque jour, des policiers américains abattent impunément quelques Mexicains ou immigrants illégaux comme des lapins, que peut faire leur gouvernement ? attendre son heure.

    1. Permettez-moi de rectifier, ce sont les îles de l’archipel des Paracels qui ont été perdues en 1974 (par la République du Viêt-Nam, Sud) et non les îles Spratleys. Ces dernières ont fait l’objet d’une attaque chinoise contre la RSVN à Gac Ma en 1988. FG

    2. Oui c’est exact, la position de la faction « pro chinoise » du PCV commence à être contestée mais cependant pas en raison des manifestations récentes ou de la dissidence : un rééquilibrage dans le PCV au profit de la branche plus nationaliste est à dater de 2006 avec le XIème congrès du Parti.

      Cette contestation a pour origine comme le souligne Lena Nguyen, le comportement de la partie chinoise qui a invalidé jusqu’à maintenant la stratégie d’alliance sino-vietnamienne prônée par les « pro chinois » :

      “China’s consistent refusal of solidarity […] have caused the decline of solidarity” (cf. Vuving, Alexander. “Strategy and Evolution of Vietnam’s China Policy: Changing Mixture of Pathways.” Asian Survey 46, no. 6 (November / December 2006): 805-824)

      Si c’est bien votre jugement, je pense qu’ il est inexact de considérer la présence de troupes américaines en Asie comme un simple impérialisme, et encore moins le Japon et la Corée du Sud comme pays occupés. Cela reviendrait à donner une omnipotence aux États-Unis qui n’existe pas dans les faits. Si on prend l’exemple de la Corée du Sud, il était envisagé pendant l’ère bush de réduire voire de mettre fin à la présence américaine (cf. U.S. plans to redure troops in S. Korea). Ce sont les Coréens du Sud de façon souveraine qui demandent aujourd’hui la prolongation de cette présence (cf. Chuck Hagel in South Korea for military talks).

      De même considérer toute alliance avec les États-Unis comme une simple néo-colonisation c’est aussi dénier toute autonomie d’action aux pays « colonisés ». C’est se priver pas mal de clés de compréhension de la situation je pense. Car même dans une relation asymétrique, les « petites » puissances peuvent conserver une influence considérable sur les événements : si par exemple on prend pour référence la guerre du Vietnam, les études récentes montrent bien qu’on ne peut plus réduire la République Démocratique du Vietnam, ou la République du Vietnam à de simples proxies ou pions dans le jeu de la guerre froide (cf. Lien-Hang T. Nguyen, Hanoi’s War)

      Analyser les relations avec les États-Unis sous le signe de « l’impérialisme » me paraît d’autant plus dépassé d’autant qu’on observe en ce moment une réduction sans précédent de leur outil militaire pour des raisons budgétaires (cf. Pentagon Plans to Shrink Army to Pre-World War II Level), nous allons peut être assister à une nouvelle phase d’isolationnisme américain.

      Enfin, il me paraît illusoire de croire que l’Armée Populaire du Vietnam puisse réitérer sans allié aujourd’hui la performance de 1979. Les capacités militaires de Pékin d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec celle de l’époque, la chance des Vietnamiens est d’avoir affronté une armée chinoise complètement désorganisée par la Révolution Culturelle.

      Pour revenir au sujet de la démocratie, peut être que son institution au Vietnam pourrait apporter un avantage : celui de pouvoir renforcer son alliance avec les pays de la région en intégrant l’ « arc des démocraties asiatiques » pour reprendre une formulation de Shinzo Abe.

      Aujourd’hui en Asie les promoteurs de la démocratie sont asiatiques, japonais en l‘occurrence. Comme quoi je pense qu’il est peut être réducteur de considérer la démocratie comme un concept irrémédiablement occidental et contre nature par rapport au contexte asiatique. Elle pourrait donc servir de base idéologique à une vaste coalition de l’Inde-Japon–Australie dont la population et le PIB serait supérieur à celui de la Chine. Par ailleurs cet arc de la « liberté » n’a pas été promu par les Américains, il a été défini comme une alliance à établir entre asiatiques en réaction au désengagement relatif prévu des Etats-Unis (cf. Heigo Sato, Arc of Freedom and Prosperity, PDF).

  5. On ne peut qualifier « les 1000 ans de domination chinoise » d’« ânerie ». Car ce fait a été prouvé par les écrits anciens. Par exemple dans le Bình Ngô đại cáo de Nguyen Trai.

    C’est cette version de l’histoire qui a été enseignée à tous les enfants vietnamiens depuis des générations. C’est donc avec ce background qu’ils regarderont la Chine aujourd’hui. Duong Trung Quôc l’a expliqué ici sur Pho Bolsa TV. (minute 24)

    Deuxième erreur de Ung Do : Le Vietnam n’est pas du tout isolé dans cette confrontation avec la Chine. Il peut s’allier avec le Japon, les Philippines, … et surtout les USA. Il y a toujours un risque d’être allié avec des Américains, mais cela ne peut être pire qu’avec des Chinois.

    Troisième erreur : Les fréquentes manifestations dénonçant l’invasion chinoise partout dans le monde sont très importantes. Les Viets ont pratiqué la même tactique pendant la guerre antiaméricaine et cela les a pas mal aidé.

    Quatrième erreur : Ce n’est pas la taille de la Chine qui « impose du réalisme ». Leur politique est justement tout à fait irréaliste car inacceptable pour les pays voisins. La Chine a beaucoup plus à gagner en se développant de manière pacifique vis-à-vis de ses voisins.

    Où doit s’arrêter cette politique irréaliste ? Quand commencer la résistance ? Mais tout de suite bien sûr. La Chine a commencé en repoussant les frontières terrestres de quelques km vers le Sud. Il faut être naïf pour croire qu’ils s’arrêteront après avoir annexé ces archipels et la « zone maritime des 9 traits » couvrant à elle seule 75% de cette mer.

    Cinquième erreur : Le sentiment antichinois au Vietnam n’est pas exacerbé par les dissidents. Il est surtout entretenu par l’agressivité de la Chine vis-à-vis des pêcheurs vietnamiens et aussi par l’incapacité des communistes vietnamiens à protéger ses citoyens et faire respecter l’intégrité de son territoire.

  6. Le Viêt-Nam est isolé, dans l’impasse, peut-être mais cela veut dire aussi qu’il est vraiment indépendant et pas « ban nuoc ». Il est isolé parce qu’il est pris entre ou plusieurs feux :

    – les Chinois sont devenus « fous » et expansionnistes, « cela traduit une immaturité et une instabilité politique » comme le dit les Cahiers du Nem avec raison. Mais comme le dit Yang yiechi (Dương Khiết Trì 杨洁篪), « la taille de la Chine » impose du réalisme. (le petit pays dont il parlait c’était Singapour).

    Se pose la question : où doit s’arrêter le réalisme ? Quand commencer la résistance ? Manifester contre la Chine tous les jours est-ce pragmatique ? Cela apporte t-il des résultats concrets ? S’allier avec les États-Unis, jusqu’où aller sans irriter les Chinois ? Les Yankees sont-ils prêts à se battre pour nous ? Ne vont-ils pas nous laisser tomber en cours de route comme en 1975 ou nous zigouiller comme Ngô dinh Diêm ? Comme le disait Mme Nhu, les pays qui ont pour amis les États-Unis n’ont pas besoin d’ennemis.

    – en plus les Yankees sont toujours impérialistes. Les troubles actuels de l’Ukraine sont dus à une subversion nord-américaine. Pour éviter le serpent chinois, on voudrait sauter dans les bras du loup yankee et laisser leurs troupes et flotte être basées au Viêt-Nam ?

    Avancer l’exemple de la Birmanie laisse à sourire : les avancées de la Birmanie, le Viêt-Nam les a faites depuis longtemps. Le Viêt-Nam est moins répressif, les dirigeants vietnamiens sont moins corrompus et dictatoriaux.

    Le Viêt-Nam a déjà diversifié ses contacts diplomatiques, financiers et économiques ; il a attiré les investissements de nombreux pays pour les contrebalancer les uns les autres : USA, Chine, Taiwan, Corée du Sud, France, Australie, etc. Qui a des statistiques sur le niveau des investissements des capitaux de ces pays au Viêt-Nam ?

    Les dissidents devraient arrêter d’exagérer hystériquement la situation. Perdre les îlots, ce n’est pas une perte vitale comme perdre l’indépendance envers les colonialistes français. Ils veulent en profiter pour avancer leurs manigances, vanter leur remède miracle à tous les problèmes du Viêt-Nam, la démocratisation à l’occidentale (traduction = vendre le pays aux ploutocrates). Si la situation était si grave, ils devraient taire leurs voix discordantes et se tenir derrière le régime de Hà Nôi qui a encore, je le répète, le mandat du ciel (le Viêt-Nam n’est pas tombé aux mains d’étrangers comme du temps de la colonisation).

    Il faudrait éviter d’aggraver en plus l’hystérie en rappelant le mythe des 1000 ans de domination. Aucun historien sérieux ne devrait répéter une « ânerie  » pareille.

    1. Vous avez raison de souligner la versatilité potentielle d’une alliance avec les Etats-Unis. L’administration Obama prépare bien une ère de retranchement de l’Amérique et rien ne garantit que cette dernière sera à l’avenir à la hauteur des espérances dont elle fait l’objet. La réaction américaine très molle à la crise ukrainienne et à la guerre en Syrie tend à le prouver. Ce qui se dit à ce qu’il paraît à Washington c’est que Medicare ne sera pas sacrifié pour la défense de l’Asie.

      C’est sans doute pourquoi en Asie les alliés traditionnels des Etats-unis que sont le japon et les Philippines commencent à s’interroger sur la réalité de l’engagement américain pour leur défense. Je trouve votre parallèle avec la chute de la République du Vietnam assez pertinent, la crainte de l’abandon américain est aussi de plus en plus présente chez les leaders asiatiques.

      Pour autant, le parapluie protecteur américain même si on peut s’interroger sur sa fiabilité reste le seul élément réellement dissuasif envers l’expansionnisme chinois. C’est bien le Vietnam que la Chine a choisi pour cible pour l’implantation de sa plateforme pétrolière et pas les Philippines ou le Japon.

      La nécessité pour le Vietnam de contracter une nouvelle alliance est d’autant plus urgente que son principal fournisseur de matériel militaire, la Russie, vient de contracter un accord gazier historique d’une valeur de 400 milliards de dollars avec la Chine. Un axe Pékin-Moscou est en train de se créer. Le Vietnam n’est pas seulement isolé, il pourrait peut être carrément perdre les moyens d’assurer sa souveraineté : sans armes et sans allié l’immobilisme serait suicidaire.

      La question c’est aussi si le Viêtnam doit continuer de faire des concessions à la Chine, où s’arrêter ce d’autant plus que cette dernière paraît assez insensible aux tentatives de conciliations vietnamiennes ?

      Faut-il accepter de polluer les hauts-plateaux pour exporter le bauxite vers la chine ? « Perdre » le pétrole de la mer orientale et priver les pêcheurs vietnamiennes des ressources halieutiques ? Et puis si on fait dans la science fiction car il n’y a aucune revendication de la sorte doit-on rendre la région de Dien Bien Phu à la Chine qui –pardonnez moi si je me trompe- était un territoire impérial annexé par la France suite aux traités inégaux de Tianjin en 1885 ?

      L’évolution démocratique pro-américaine du régime birman de 2011 n’est pas seulement un mouvement de rééquilibrage tactique qui aurait pour but de diversifier les investisseurs et apporteurs de capitaux du pays. Contrairement à ce que vous avancez à l’image du Vietnam, la Birmanie avait déjà mis en œuvre bien avant le rapprochement avec l’Amérique et une politique multilatérale avec la Russie et l’Inde notamment. La Birmanie est aussi membre de l’ASEAN depuis 1997 (soit deux ans après l’adhésion du Vietnam).

      Ce qui se passe en ce moment Birmanie n’est pas qu’une politique d’équilibre mais bien une volonté d’émancipation et d’affirmation de la souveraineté du Myanmar par rapport à la Chine. C’est un nouveau modèle démocratique qui émerge et qui résonne un peu comme un défi lancé au capitalisme d’Etat autoritaire promu par la Chine, suscitant l’intérêt peut être de la Corée du Nord :

      « Myanmar’s success could have a potential, far-reaching exemplary effect over other authoritarian countries important for China, such as North Korea. In June 2012, the U.S. envoy on North Korean human rights issues, Ambassador Robert King argued that political and economic reforms unfolding in Myanmar are a great example for North Korea to follow (Foster 2012).”(cfSUN, Yun (2012), China and the Changing Myanmar, in: Journal of Current Southeast Asian Affairs, 31, 4, 51-77.)

      Enfin pour vous répondre sur l’Ukraine, je resterais plus prudent sur le supposé impérialisme américain dans cette affaire. Avant la crise ukrainienne les Etats-unis étaient en train de réduire très fortement leurs forces conventionnelles en Europe, il n’y a par exemple quasiment plus de chars américains stationnés en Allemagne (cf. « US Army’s last tanks depart from Germany« ). On a vu plus préparé comme puissance impérialiste. Le parallèle qu’on pourrait tirer de l’Ukraine pour le Viêtnam c’est l’annexion de la Crimée par la Russie qui est devenue un cas d’école pour Pékin pour ses ambitions territoriales présentes et futures.

      Enfin vous évoquez souvent la notion de mandat du ciel. Mais si je saisis bien le concept, le principe de vertu du souverain est aussi constitutif de la légitimité du souverain. Si je conçois que la démocratie à l’asiatique n’est pas un modèle d’intégrité, je veux bien qu’on me prouve la probité de l’affairisme du PCV.

      1. Le traité de Tientsin de 1885 n’a rien d’inégal. Il oblige seulement la Chine à ne pas traverser la frontière (historique entre Chine et An-Nam) pour attaquer l’armée française se trouvant dans le Tonkin. (Source : Wikipedia Treaty of Tientsin)

        1. Le traité de Tianjin signé à la fin d’une guerre sino-française est bien a compter parmi les Traités Inégaux. En reconnaissant le protectorat français, il mit il me semble terme au tribut versé par le Vietnam à la chine et donc à la suzeraineté impériale sur son vassal. (Cf. Jean-François Dufour, Géopolitique de la Chine : Les Traités inégaux).

          1. Bien sûr, ce traité a mis fin à l’état de vassalité de l’An-Nam vis-à-vis de la Chine, mais il n’y a aucune inégalité d’un point de vue des frontières, même avant ce traité, la région de Diên Biên Phu ne faisait pas partie de la Chine (contrairement à ce que vous prétendez).

            Un état vassal est un état indépendant avec une frontière d’état avec la Chine. Même l’empereur Quang Trung, après avoir écrasé l’armée des Thanh, avait accepté de gouverner un état indépendant mais vassal de la Chine. C’est très différent d’un état colonisé par la France où les postes dirigeants sont occupés exclusivement par les Français de souches, et que les indigènes ne sont que des sous-hommes et n’ont pas le droit d’avoir la citoyenneté française.

          2. Les Traités Inégaux n’impliquaient par forcément une perte territoriale conséquente, mais résultaient souvent en l’octroi de droits et concessions commerciaux. On dit que la Chine n’a été que semi colonisée. Le traité de tianjin est classé par les historiens dans cette catégorie de traités inégaux (cf. lien dans mon message précédent). Par rapport à la région de Dien bien Phu, je ne suis pas sûr de ce fait, de mémoire j’avais lu quelque part que le pays Tai était tributaire du vice roi du Yunnan mais cela n’implique pas une administration directe chinoise. Mais quand on regarde une carte de l’époque la province de Dien Bien ne fait pas partie de l’Annam (Lien : carte Farther India, 1885)

  7. Je suis d’accord avec FG, car la Chine, avec leurs empiètements répétés, et le Parti Communiste Vietnamien, par son incapacité à garder l’intégrité du territoire, montrent que « le mandat du Ciel » des communistes au Vietnam est peut être arrivé à sa fin.

    Pour le peuple vietnamien, il n’y a pas d’urgence d’y instaurer une démocratie à l’occidentale, mais il est urgent pour le parti communiste vietnamien de montrer qu’ils ne sont pas des gens « Bán Nước » s’ils veulent rester au pouvoir. Seule l’alliance avec les Américains a une chance de stopper ces invasions chinoises, et ces communistes vietnamiens, par leur refus d’envisager cette option, auront du mal à prouver qu’ils placent la souveraineté nationale devant leur volonté de rester à tout prix au pouvoir.

    Car le sentiment antichinois multimillénaire est profondément ancré au sein de ce peuple, et la lettre stupide de Pham Van Dông en 1958, additionnée avec les prosternations répétées de ce parti devant plusieurs empiètements frontaliers chinois commencent à semer le doute dans l’esprit des Vietnamiens.

    Seuls une petite minorité des Vietnamiens pensent qu’il faut payer le prix du sang pour chasser l’armée française et américaine mais qu’on doit docilement faire l’allégeance devant les Chinois.

  8. Il y a urgence, oui mais d’arrêter tous ces délires.

    Je ne parle pas des victimes des injustices et de la corruption ; eux ont le droit de protester. Tous les autres dissidents, mécontents ou suppôts de l’étranger prennent prétexte des empiétements chinois pour avancer leurs propres revendications ou celle des revanchards occidentaux qui à travers les ONG cherchent à organiser des entreprises de subversion à l’ukrainienne, de changement de régime à la libyenne. Tout ce qu’ils ont à proposer, c’est en plus de l’alliance nord-américaine, c’est une belle imposture, la démocratie comme remède miracle qu’ils agitent comme un talisman magique (bùa linh). Ils montrent ainsi leur faiblesse et leur servilité intellectuelles.

    Alors qu’actuellement, l’idée de démocratie est en bonne voie de subir une faillite quasi totale en Euro-Amérique où c’est la dérive oligarchique et ploutocratique : un pillage éhonté des richesses et la dévastation des acquis sociaux au profit des super riches, les médias sont manipulés en outils de propagande, les contestations sont étouffées, les peuples sont paupérisés (la preuve, l’Ukraine se voit dotée d’un président ploutocrate oligarque millionnaire).

    Dans la région aux alentours du Viêt-Nam règnent féodalisme, corruption. Les événements thaïlandais récents ne donnent pas raison aux fauteurs de troubles au Viêt-Nam. Le pays est allié aux États-Unis depuis des lustres ; soi disant il y a une démocratie ancienne avec des élections mais règnent un féodalisme rétrograde et une corruption débridée. Il y a une lutte acharnée entre 2 factions ploutocratiques et les généraux (quân phiêt) au service d’une des factions refusent de reconnaître le résultat de plusieurs élections favorables à l’autre faction. C’est cela, le visage des « démocraties asiatiques » alliées des Nord–Américains. C’est à cela qu’on veut arriver. La Thaïlande et le Viêt-Nam risquent le chaos à la libyenne.

    Comme dirait Goethe : je préfère une injustice à un désordre (quoique, Goethe l’a dit dans un autre sens). Il ne faut pas prendre les idées occidentales. Actuellement, doit s’appliquer la notion asiatique de mandat du ciel. Il appartient à celui qui l’a arraché de haute lutte et le vainqueur le conserve de plein droit, de pleine légitimité jusqu’à ce que le ciel lui montre sa défaveur.

    La victoire finale a eu lieu il y a 40 ans mais le pays n’est pas stabilisé, il faut de 60 à 100 ans pour que les racines prennent. Pour pouvoir effectuer une évolution sans risque de chaos, il faut donner du temps au temps, le Viêt-Nam a besoin de stabilité pour encore 20 ans au moins.

    1. Il n’y a bien entendu pas de solution démocratique miraculeuse. Il y a un espoir de changement et une opportunité à saisir tant du côté de la dissidence que du gouvernement vietnamien. En mettant en marche son expansionnisme maritime, la Chine populaire a lancé un véritable défi au gouvernement vietnamien de la RSVN mais aussi à ses opposants. Défi d’alliance stratégique et défi de politique intérieure provoquant des remous au sein même de l’Etat-Parti. Que les dissidents apportent leur contribution au débat lorsque le destin de leur pays est en cause c’est bien normal. Comme vous le dîtes, le « mandat du ciel » sera déterminant. Si la Chine est l’incarnation de ce Ciel alors elle a indiqué, par ses empiètements répétés, des signes de sa défaveur envers son protégé. Le Viêt-Nam dans son rapport ancien et ambivalent à l’Empire chinois, à la fois « menace et modèle », est aujourd’hui contraint de peser le pour et le contre de cette relation dégradée. FG

    2. Aujourd’hui en Asie, la promotion d’un rapprochement avec les Etats-Unis voire de la démocratie n’a pas été tant le fait des militants des droits de l’homme ou d’un complot de l’étranger mais bien d’une partie de la direction des régimes les plus autoritaires de la région à savoir le Myanmar voire peut être la Corée du Nord :

      « The new trend was typified by US engagement with Myanmar. The Myanmar junta, aware that its wholesale reliance on the unpopular PRC presence was pushing it into a political and economic cul de sac, reached out to the United States in 2011 by postponing the Myitsone dam, a high-profile PRC-funded hydro project, and by negotiating an accommodation on political reform with Aung San Suu Kyi. (If executed uncle and pro-Beijing asset in Pyongyang Jang Song-thaek turns out to be North Korea’s Myitsone Dam, we may be in for an interesting year of awkward US-DPRK outreach on the Korean peninsula as well). » (Asia Times, 23/12/2013)

      La vision géopolitique du monde des élites asiatiques a bien changé. Même les « rogue state » de la région ont radicalement modifié les tenants de leur politique étrangère. Pour ces pays, la lutte contre « l’impérialisme américain » appartient presque au passé nous ne sommes clairement plus au temps de la guerre froide. Ce basculement a été réalisé de manière souveraine par ces pays – on ne peut suspecter le Myanmar voire la Corée du Nord d’être manipulés par les Etats-Unis – : il traduit simplement une urgence géopolitique, pour garantir leur indépendance ; les « petits » pays de la région ont un besoin vital de développer une alliance avec les Etats-Unis pour contrebalancer une Chine de plus en plus agressive.

      Le cas du Myannmar est peut être celui le plus intéressant : c’était un régime encore plus dépendant économiquement et politiquement de la Chine que ne l’est le Viêt-Nam car sous embargo occidental. Face à la prédation économique chinoise, la junte militaire du Myanmar a à la fois rompu son alliance avec la République populaire de Chine, entamé une démocratisation et s’est considérablement rapproché avec les Etats-Unis. (cf. The Economist, 8/11/2011) (le massacre de la minorité musulmane en cours de ce pays vient toutefois assombrir ce tableau). Alors que les rapports Pékin-Naypyidaw étaient empreints d’un certain mépris de la part de partie chinoise, ce renversement politique birman a permis au gouvernement du Myanmar de regagner un certain respect et équilibre dans sa relation avec la Chine. L’exemple birman serait peut être une voie possible d’évolution pour le Viêt-Nam ?

      A juste titre vous soulignez les incertitudes de l’efficacité d’une démocratisation du régime vietnamien comme solution à la crise actuelle. Mais cependant force est de constater que la politique étrangère actuelle vietnamienne a plutôt échoué. Sur ces 20 dernières années, la vie politique vietnamienne a été dominée par la faction dite « anti impérialiste ». Cette faction qu’on peut qualifier de pro-chinoise a avant tout essayé d’approfondir la relation entre le Viêt-Nam et la Chine – même si dans le même temps d’autres courants dans le parti ont promu une plus grande intégration régionale pour équilibrer cette relation-. D’une part, par réalisme géopolitique, la Chine étant le voisin intangible du Viêt-Nam, il fallait bien s’entendre avec. Mais d’autre part par solidarité idéologique : après la chute des régimes communistes en Europe, la République socialiste du Viêt-Nam a cherché à resserrer de ce qui restait du camp socialiste face à l’impérialisme américain. Cette politique s’est traduite par de nombreux signes de déférence et de conciliation envers la République populaire de Chine : à trois reprises, la république socialiste du Viêt-Nam a essayé de contracter une alliance approfondie avec Pékin : cela fut refusé par la partie chinoise. Ensuite, les accords frontaliers de 1999 peuvent se concevoir comme une concession territoriale faite à la Chine. Et lorsque des pêcheurs vietnamiens furent arrêtés voire assassinés par la marine chinoise dans les années 2000, par souci de conciliation Hanoi accepta la version officielle de Pékin qui faisait de ces pêcheurs des « pirates ». (cf. Vuving, Alexander. « Strategy and Evolution of Vietnam’s China Policy: Changing Mixture of Pathways. » Asian Survey 46, no. 6 (November / December 2006): 805-824)

      Plus près de nous cours de ces 6 derniers mois, les autorités vietnamiennes ont clairement cherché à faire retomber la tension en mer orientale en recherchant de nouveau l’accommodement avec la Chine (cf. Financial Times, « China U-turn on Vietnam charm offensive »). L’implémentation de la plateforme n’en constitue plus encore un échec cinglant pour la politique étrangère vietnamienne mais interpelle aussi sur le comportement de la direction chinoise : même la conciliation ne permet pas de modérer les visées expansionnistes de Pékin…

      Soit cela traduit une immaturité et une instabilité politique chinoise et cela est très inquiétant. Soit tout simplement la République populaire de Chine tient le Viêt-Nam pour quantité négligeable. Que le Viêt-Nam soit allié ou ennemi de la Chine peu importe ce n’est qu’après tout qu’un « petit pays » comme a qualifié l’ensemble de l’Asie du Sud-Est le ministre des affaires étrangères chinois Yang Jiechi au forum de l’Asean en 2010 (“China is a big country and other countries are small countries, and that’s just a fact,” disait il exactement). On mesure l’isolement du Viêt-Nam qui n’a AUCUN allié formel dans l’impasse actuelle.

Les commentaires sont fermés.