Le Viêt-Nam veut faire entendre sa voix face à la puissance chinoise – par Lizzie Carboni

Bien-DongUn accrochage entre des navires chinois et vietnamiens dans les eaux méridionales contestées par les deux pays a engendré un soulèvement de la population vietnamienne contre la puissance chinoise. Début mai, Pékin installe une plateforme d’exploitation d’hydrocarbure, à l’intérieur de la zone économique exclusive du Viêt-Nam. Ce conflit est ancré dans l’histoire récente des deux pays. Mais à l’heure où la Chine devient la première puissance économique mondiale, le Viêt-Nam entend s’imposer.

« Le Viêt-Nam demande la paix, la Chine répond par la guerre ». La phrase est accrocheuse et figurait sur l’une des nombreuses banderoles brandies par les manifestants vietnamiens, le 11 mai dernier. Cette confrontation verbale est un évènement qualifié de rarissime par les autorités. « La pression au sein de la population et du Parti communiste vietnamien était telle que ce dernier a donné son feu vert aux manifestations. C’est un jeu qui s’est révélé dangereux car la Chine, agacée de ce nationalisme outrancier, a su exploiter les contradictions vietnamiennes », explique François Guillemot, ingé­nieur de recher­che au CNRS à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Conséquence directe de ces manifestations qui ont fait deux morts : le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé que le pays suspendra en partie les projets d’échanges bilatéraux avec le Viêt-Nam, signé en octobre 2013.

Nguyen Tan Dung, le PM vietnamien au 24 sommet de l'ASEAN © 2014 VTV1
Nguyen Tan Dung, le PM vietnamien au 24e sommet de l’ASEAN © 2014 VTV1 

Au Viêt-Nam, le Parti communiste comporte deux aspects avec d’un côté ceux qui veulent maintenir les bonnes relations avec la Chine pour des raisons politico-économiques et ceux aux intentions plus nationalistes. C’est ce second aspect qui se manifeste aujourd’hui envers Pékin. « Les Vietnamiens ont une vision dure de leur confrère chinois. Ils s’expriment aujourd’hui sous cette forme en référence à la domination chinoise. Il y a une forme de paranoïa qui se comprend en vue des relations anciennes entre les deux pays qui ont souvent été conflictuelles » explique François Guillemot. Les deux pays veulent apaiser les choses, notamment le Viêt-Nam pour des raisons de politique intérieure. Si la Chine affirme être dans son droit, elle tient cependant un double discours : elle prétend que les eaux territoriales qui bordent les îles Paracels lui appartiennent mais qu’elles sont également contestées. « On ne peut pas dire les deux. L’accord international (UNCLOS) sur la loi maritime signé par les deux pays en 1982 (ratifié en 1994 par le Viêt-Nam) puis en 1994 (ratifié en 1996 par la Chine) démontre de fait que c’est un espace contesté. La Chine ne souhaite pas que le Viêt-Nam porte le conflit devant l’ASEAN pour le résoudre, elle prévoit de le faire à un niveau bilatéral, n’engageant que les deux parties » précise le spécialiste.

Manifestation vietnamienne à Tokyo le 11 mai 2014
Manifestation vietnamienne à Tokyo le 11 mai 2014 © 2014 Blog nguoilotgach

Démonstration de force chinoise

L’implantation de la plateforme pétrolière chinoise n’est pas une coïncidence. Elle intervient au moment où le Viêt-Nam, les Etats-Unis et d’autres pays d’Asie du Sud-Est finalisent des accords économiques multilatéraux (Accord de Partenariat Trans-Pacifique). C’est un bon moyen donc pour la Chine de signifier sa domination. Le grand appétit territorial de la Chine se veut justifié. « Au regard de l’histoire, la Chine est chez elle, elle peut donc y construire ce qu’elle veut. Le Viêt-Nam jalouse son voisin qui est aujourd’hui devenu la première puissance économique mondiale » explique Pierre Picquart, spécialiste de la Chine à l’Université de Paris-VIII. Ces « îles de la discorde » possèdent des eaux environnantes riches en poissons et les fonds sous-marins pourraient receler d’importantes ressources en gaz ou pétrole. Mais bien plus important encore, elles se situent sur des routes maritimes internationales cruciales pour le commerce mondial : un gros avantage pour la Chine. « Pékin ne veut pas la guerre mais la paix régionale. Le conflit n’est pas du tout dans son intérêt ni dans celui des pays alentours qui forment une zone économique en pleine expansion. La Chine a plutôt intérêt à s’entendre avec ses voisins pour avoir des partenariats intégrés » explique le spécialiste. A l’image de l’Europe qui n’échappe pas à la règle des conflits territoriaux, cette dernière peut s’en sortir grâce à la mise en place de systèmes monétaires d’échanges et économiques comme l’affirme Pierre Picquart. Pour les relations sino-vietnamiennes, il affirme la même chose : les conflits territoriaux peuvent se résoudre sur le même schéma. L’entente qui paraît se dessiner entre le Viêt-Nam et la Chine lors de la 8ème Conférence des ministres de la défense des pays de l’ASEAN au Myanmar pour résoudre la crise devrait permettre de ramener le calme. « Si la logique nationaliste l’emporte sur le pragmatisme économique, le conflit risque au contraire de s’amplifier » précise François Guillemot.

Lizzie Carboni

 

La Chine, reine des rivalités territoriales asiatiques

HD981_BienDong
La plateforme chinoise HD981 © Viet Bao

La République populaire de Chine revendique depuis bien longtemps, l’ensemble de la mer de Chine méridionale. En 1958, le Premier ministre nord vietnamien (RDVN) reconnaît la souveraineté des îles à la Chine mais pas le Viêt-Nam du Sud (RVN). En 1974, prenant avantage du retrait des troupes américaines de la guerre du Viêt-Nam, la Chine a envahi les îles Paracels, occupées par le Sud Viêt-Nam. Une courte mais sanglante bataille navale s’en est suivi. Depuis la réunification officielle du Viêt-Nam en 1976 (RSVN), les deux pays se disputent la souveraineté de plusieurs zones maritimes. En 1988 vient s’ajouter une autre bataille, pour le contrôle des îles Spratleys, qui a fait quelque 70 morts côté vietnamien. Mais le Viêt-Nam n’est pas le seul à revendiquer les îles Paracels : les Philippines, Taïwan et le Bruneï veulent s’imposer dans le débat. Le Viêt-Nam apparaît toutefois assez isolé car le conflit actuel touche uniquement les îles Paracels, moins contestées par les autres pays d’Asie. Toutefois, les Philippines ont joué la manière forte, en arrêtant des pêcheurs chinois qu’ils ont par la suite, présentés en justice. Et Pékin ne s’arrête pas là, le pouvoir chinois est aussi en conflit avec le Japon depuis le début du XXème siècle : les Japonais revendiquent la souveraineté des îles Senkaku/Diaoyu, un archipel également situé en mer de Chine orientale.

Lizzie Carboni est étudiante en journalisme à l’ISCPA de Lyon.



Citer ce billet
indomemoires (2014, 22 mai). Le Viêt-Nam veut faire entendre sa voix face à la puissance chinoise – par Lizzie Carboni. Mémoires d'Indochine. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q58u