Viêt-Nam: Répression attendue et image interdite

La Chine en avait fait la demande : les autorités vietnamiennes devaient faire en sorte de contenir l’agitation anti-chinoise. Le premier ministre vietnamien avait également ordonné à la Police et aux organismes d’État de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des biens et des personnes visés par les manifestations « illégales » [1]. Ce fut chose faite.

La manifestation nationale du dimanche 18 mai 2014 malgré ses mots d’ordre pacifiques fut réprimée en amont partout dans le pays et sur place tant à Hanoi qu’à Ho Chi Minh-Ville. La répression fut déclenchée dès le samedi 17 mai avec le déploiement de forces de sécurité à proximité des habitations personnelles des principaux blogueurs et manifestants potentiels. Il en fut ainsi des époux Hồ Nhật Thành et Trịnh Kim Tiến ou du journaliste indépendant Phạm Chí Dũng bloqués à Saigon, de la dissidente Phạm Thanh Nghien à Haiphong, de Mẹ Nấm – Nguyễn Ngọc Như Quỳnh à Nha Trang, de Nguyễn Văn Thạnh à Danang, des blogueurs Anh Chí, Lê Lan ou Phương Bích à Hanoi, de Nguyễn Thị Kim Liên et de son fils Đinh Nhật Uy à Long An… D’autres furent arrêtés préventivement à Nha Trang ou à leur arrivée sur les lieux comme Vũ Mạnh Hùng, Mai Dũng, Nguyễn Xuân Diện, Trần Quang Trung à Hanoi. Au total, c’est sans doute plus d’une trentaine d’activistes qui furent empêchés de manifester pacifiquement [2].

VandaLam_18-5-2014
La pancarte dit : « Nous participons à une manifestation pacifique visant à protester contre le gouvernement chinois. Appel en direction de l’international pour soutenir le peuple vietnamien sur la question de la Mer orientale. S’unir c’est vivre, se diviser c’est mourir ».

Cet effort pour éteindre le mouvement de protestation ne put éviter un rassemblement spontané (et donc considéré comme illégal) de quelques minutes dans le centre d’Ho Chi Minh-Ville mais il fut rapidement dispersé. Les manifestants furent arrêtés et forcés de monter dans les cars de la Sécurité publique affrétés pour l’occasion. Devant l’ambassade de Chine populaire, quelques dizaines de citoyens purent néanmoins faire entendre leur voix. Un incident fut remarqué lors de l’intervention de la police. Un jeune étudiant d’origine khmère nommé Vanda Lâm avait courageusement brandi une pancarte sur laquelle apparaissait le drapeau de la RSVN aux côtés du drapeau de l’ancienne République du Viêt-Nam du Sud. Il résumait ce transnationalisme naissant pour contrer la Chine (sur lequel nous reviendrons dans un billet plus conséquent). Ce jeune manifestant fut violemment frappé par un policier en civil avant d’être arrêté. Connu pour avoir par le passé interviewé et soutenu des paysans indignés (dân oan), ce jeune étudiant en pharmacie est aujourd’hui tenu au secret et selon le Facebooker Quang Cảnh aucun contact n’avait pu être pris avec lui depuis son arrestation [3].

Dans son compte-rendu de la manifestation « avortée » du 18 mai, le site China.org.cn relais de l’information officielle chinoise, soulignait l’importante présence policière deployée dimanche dernier et le contrôle exercé sur internet (mais aussi l’utilisation des réseaux sociaux pour diffuser l’exhortation du Premier ministre) :

Dimanche, alors qu’une vague de manifestations anti-Chinois étaient censées éclater dans tout le pays, les agents de police étaient plus nombreux que les dizaines de touristes à la Cathédrale Notre-Dame de Saïgon, célèbre site historique du centre-ville de Ho Chi Minh-Ville. […]

Les autorités vietnamiennes chargées de la sécurité ont renforcé la protection du Consulat général de Chine à Ho Chi Minh-Ville, l’une des principales cibles des manifestants vietnamiens. Certains manifestants ont même tenté d’y faire irruption la semaine dernière.

En plus des deux policiers qui gardent généralement la porte principale du consulat, plus de 20 gardes en uniforme équipés de gilets pare-balles et de fusils ont été déployés sur place pour défendre deux carrefours près de la mission diplomatique chinoise tout au long de la journée.

Le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung a envoyé dimanche trois textos à presque tous les utilisateurs de téléphones mobiles du pays, incitant tous ses compatriotes à ne pas participer à des manifestations sans autorisation gouvernementale [souligné par nous].

Pour empêcher les gens d’utiliser Internet pour organiser des manifestations, les autorités vietnamiennes ont fermé l’accès à Facebook pendant toute la journée de dimanche. Ce réseau social est largement utilisé par les utilisateurs vietnamiens de téléphones mobiles pour organiser des activités de groupe [4].

Les dernières nouvelles concernant cette crise sino-vietnamienne, inédite depuis le conflit armée de 1979, ne permettent pas d’envisager un rapide retour au calme. A ce jour, la Chine aurait déjà évacué plus de 3.000 de ses ressortissants tout en envoyant en direction du Viêt-Nam cinq navires afin de poursuivre l’évacuation de centaines d’autres [5]. En outre, plusieurs programmes d’échanges bilatéraux ont été suspendus par la Chine [6]. Les journaux vietnamiens en ligne rapportaient aujourd’hui que d’autres incidents en mer s’étaient produits contre deux marins pêcheurs vietnamiens battus par des Gardes-côtes chinois [7]. Des deux côtés, les appels au calme se dédoublent de commentaires aux tons plus guerriers. Le Viêt-Nam se prépare psychologiquement à la résistance nationale pendant que la Chine renforce sa présence dans les eaux revendiquées par le Viêt-Nam.

FG, mise à jour le 21/05/2014.

[1] Voir notre précédent billet : Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes, 17/05/2014. Sur la directive du Premier ministre : Công điện số 697/CĐ-TTg của Thủ tướng Chính phủ : Về việc đảm bảo an ninh trật tự (PDF téléchargeable sur le site officiel du PM) et voir l’annonce sur le site de la Télévision de la Sécurité publique : Thủ tướng Chính phủ: Không để xảy ra biểu tình trái pháp luật, ANTV, 17/05/2014.

[2] Voir le compte-rendu détaillé sur le site Dan Lam Bao : Tường thuật Biểu Tình Yêu Nước 18.5.2014 – Công an ngăn chận khắp nơi

[3] idem, voir en fin de CR sur Dan Lam Bao.

[4] Vietnam : les manifestations anti-Chinois avortées grâce au renforcement du dispositif de sécurité, China.org, 19/05/2014.

[5] Tensions Pékin-Hanoï: le Vietnam calme le jeu, la Chine évacue ses ressortissants, Euronews, 18/05/2014 ; Violences antichinoises au Vietnam : la Chine évacue 3 000 ressortissants, Le Monde, 18/05/2014. Voir aussi : Violences au Vietnam: 4000 Chinois en attente d’une évacuation, La presse, 19/08/2014.

[6] idem, La presse, 19/08/2014.

[7] Tran Mai, Ngư dân Việt Nam bị Trung Quốc đánh ở ngư trường Hoàng Sa, Tuoi Tre, 18/05/2014. Information largement reprise dans la presse vietnamienne y compris dans le Nhân Dân, l’organe officiel du PCV.

 La manifestation « illégale » en images :

Rappel des faits par Euronews :

Agression contre Vanda Lâm :

* * *

A lire sur Mémoires d’Indochine

* * *

Autres documents sur la crise sino-vietnamienne