Viêt-Nam : Changer pour exister ?

Tel pourrait être le slogan résultant des diverses manifestations antichinoises de ces derniers jours. Le blog frondeur des net-citoyens combattants « Dân Làm Báo » a relayé la parole de quelques internautes convaincus d’une chose : le Parti communiste vietnamien au pouvoir n’a plus la capacité de résoudre la question des Paracels [1].

Compte-tenu des bonnes relations, jusqu’à présent, entre les deux partis communistes chinois et vietnamiens, le PCV n’a même peut-être jamais eu réellement cette volonté de mettre en faute le grand frère chinois, son propre mentor politique. La question est posée crûment par un hanoïen qui pendant de longues années a observé avec perplexité l’attitude bénie oui-oui des plus hauts dirigeants et d’une partie de l’intelligentsia vis-à-vis de Beijing [2].

HanoiBieuTinh_ FBThanh Hoang
« Pour une nation prospère, il faut changer ! » © 2014 Dan Lam Bao

Cet aveuglement à propos des ambitions chinoises a été, depuis de longues années, dénoncé par des blogueurs dont la plupart sont aujourd’hui soit d’anciens prisonniers de conscience (Cu Huy Ha Vu, Le Thanh Long, Le Cong Dinh, Nguyen Tien Trung, Pham Thanh Nghien…), soit toujours en prison (Ba Sam Nguyen Huu Vinh, Bui Thi Minh Hang, Dieu Cay Nguyen Van Hai, Dinh Nguyen Kha, Le Quoc Quan, Ta Phong Tan, Tran Anh Kim, Tran Huynh Duy Thuc…) et dont les analyses ou les mises en garde restent tout à fait pertinentes dans le contexte actuel [3]. Si l’on considère l’état des dégradations entre Hanoi et Beijing suite à l’affaire de la plate-forme HD 981, ces net-citoyens furent des visionnaires.

Concernant les relations avec la Chine populaire, la responsabilité que porte le PCV est très importante pour ne pas dire historique car elle s’inscrit dans le long terme. Le Parti communiste vietnamien doit en effet beaucoup à la Chine populaire pour sa pérennité dans le temps. Le Parti Communiste Indochinois (PCI) de Ho Chi Minh connut sa genèse nationaliste en Chine (avec le Thanh Niên) dans les années vingt, se lia d’amitié avec des révolutionnaires chinois dans les années trente, en adopta les pratiques d’organisation et favorisa dans les années cinquante la greffe du système maoïste dans les campagnes de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN, ancien Nord Viêt-Nam) pendant la réforme agraire [4]. Le parti, devenu Lao Dong en 1951, mena une purge sociale et politique sanglante lors de cette réforme agraire avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’une grossière erreur qui porte encore aujourd’hui la marque de l’infamie dans l’histoire de son existence.

Les deux décennies suivantes, le parti bénéficia d’une aide considérable en hommes (plus de 320.000 soldats chinois en RDVN entre juin 1965 et mars 1968), moyens militaires et financiers pour conquérir le Sud Viêt-Nam, République indépendante massivement soutenue de son côté par les États-Unis [5]. Il porte en lui cette lourde « dette » qui pouvait être soldée dans les années 1980 lorsque les relations s’étaient considérablement dégradées à la suite de l’invasion du Cambodge et de la guerre frontalière de février-mars 1979. Cependant, les années d’après, les hauts-dirigeants pragmatiques plus proches de l’URSS que de la Chine populaire ne réussirent pas à s’imposer à la tête de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN), l’État officiellement réunifié depuis 1976 [6]. Le retrait militaire des troupes vietnamiennes du Cambodge à partir de 1989, la fin de l’URSS en 1991 et son démembrement, et le réchauffement diplomatique avec Beijing l’année suivante ont inauguré une nouvelle ère d’amitié et d’échanges entre les deux Partis-États chinois et vietnamien. Pour autant, ce partenariat régulier ne fut pas sans embûches notamment sur la question des zones maritimes relevant de la souveraineté des deux pays.

Dans la décennie 1999-2009, le bornage de la frontière entre les deux États avait soulevé moult polémiques. Certains Vietnamiens (même au sein de l’appareil) considéraient que la Chine populaire avait profité de l’établissement de cette nouvelle frontière officielle pour « grignoter » quelques kilomètres à l’intérieur des terres (engloutissant au passage quelques symboles frontaliers) et des eaux vietnamiennes (en particulier dans le golf du Tonkin) [7]. L’affaire de l’exploitation de bauxite à partir de 2008 avait frappé l’opinion et mit en avant la force des groupes d’intérêts au sein du Parti. Le sentiment national avait été quelque peu sacrifié sur l’autel du développement économique. Des milliers de travailleurs chinois étaient installés sur l’ancienne Piste Ho Chi Minh pour extraire le précieux minerai. Le général Vo Nguyen Giap en personne, véritable icône patriotique, avait envoyé aux instances dirigeantes plusieurs mises en garde soulignant son désaccord et sa perplexité devant la politique menée [8].

Les partis nationalistes, éternels concurrents du national-communisme hanoïen, publièrent également déclarations sur déclarations pour dénoncer ce qu’il considère comme une mainmise chinoise sur le Viêt-Nam [9]. Depuis 2010, une vidéo politico-historique au titre évocateur Đại Họa Mất Nước (La catastrophique perte du pays) a même été largement diffusée sur les réseaux sociaux et dans la communauté d’outre-mer [10]. Si cela a été fait avec beaucoup d’exagération avec une bonne dose d’ultranationalisme, la réalité d’aujourd’hui rejoint les pires scénarios. Le gouvernement vietnamien est dans l’impasse ou du moins au pied du mur. Il se doit désormais d’afficher son indépendance vis-à-vis de Beijing et donc de déconstruire la solidarité politique patiemment élaborée depuis le début des années 1990 avec la Chine populaire. Cela ne se fera pas en un jour, les liens politiques, économiques et familiaux avec la Chine restent forts au sein de l’appareil communiste vietnamien. La fracture ancienne entre « pro et contra » est ravivée et ne se refermera que si la Chine calme le jeu et modère son action vis-à-vis de son voisin du Sud.

Paradoxalement, si les hauts-dirigeants du Parti arrivent à conserver une unité sur la question nationale, cet incroyable défi lancé par Beijing pour tester les limites de son partenaire politique régional peut se transformer en une occasion de faire le point des relations entre les deux pays à l’aune de l’expérience de plusieurs décennies. L’occasion de se rapprocher des États-Unis est une solution envisageable [11]. L’Europe, quant à elle, n’apparaît pas comme un partenaire assez uni et résolu dans la région pour peser face à la Chine. La crise actuelle permet en effet de constater que les Philippines s’en sortent mieux que le Viêt-Nam grâce au parapluie américain [12]. Est-il trop tard ? Le PCV saura-t-il saisir cette nouvelle opportunité pour refondre sa politique extérieure puis intérieure ? La pression populaire pourra-t-elle être canalisée ?

Si l’on considère l’épreuve de la refonte de la constitution de l’année dernière comme celle d’un rendez-vous manqué avec l’histoire, on peut douter de la capacité de se réformer du pays sur le plan politique [13]. Si l’on considère sur un plus long terme les changements effectués depuis bientôt trente ans avec l’avènement du Đổi Mới (Renouveau), notamment sur le plan diplomatique, on peut espérer une avancée pour sortir de l’embarrassant giron chinois. Dans le contexte international actuel, présentant l’image d’un Poutine conquérant et d’une faible intervention diplomatique étrangère sur la question de l’Ukraine et de la Crimée en particulier, il est fort à parier (ce que démontre déjà la modeste réaction de l’ASEAN) que la question de l’espace maritime vietnamien n’intéresse que peu les officines diplomatiques. De fait, la RSVN apparaît isolée du fait même de ses contradictions internes. Elle doit mobiliser sa population comme aux grandes heures de la guerre mais pour recueillir pleinement l’adhésion elle doit également favoriser le jeu démocratique et engager de façon officielle et responsable une véritable réconciliation nationale.

Ne plus censurer la parole, libérer les prisonniers de conscience dont certains ont développé de véritables programmes d’alternative politique [14], permettre un bi-partisme voire le multipartisme, renouveler l’Assemblée nationale à travers des élections libres sont les choix impérieux et courageux du second Đổi Mới que le PCV doit initier [15]. Sans quoi, il portera à jamais dans son histoire, celle de son peuple, l’unique et lourde responsabilité d’un défaut de fonctionnement face à une Chine envahissante. Tel est l’enjeu véritable de la sortie de crise du défi lancé par Beijing. La solution la moins coûteuse sur le plan politique mais également la moins honorable serait de faire le gros dos pendant les quelques mois d’exploitation chinoise dans les eaux vietnamiennes. Pour cela, le pouvoir actuel devra maintenir la protestation populaire à une expression de pure forme au risque de passer pour un élève (turbulent mais relativement impuissant) aux ordres de la Chine.

François Guillemot

__________________

Notes

[1] Voir Nguyen Thach, Còn cộng sản Việt Nam – Còn thất vọng!, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[2] Nguyen Trung Linh, Hỡi bọn người ngu dốt và hèn nhát trong nội bộ đcsvn đã sáng mắt ra chưa?, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[3] A titre d’exemple, voir les entretiens avec le lieutenant-colonel Tran Anh Kim sur la Chine, le rôle de l’armée populaire, la question des Paracels et des Spraleys : Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 1/2 (YouTube) ; Cựu Trung Tá QĐND Trần Anh Kim Nói Về Hoàng Sa & Trường Sa 2/2 (YouTube).

[4] Voir le constat édifiant dressé par le colonel Bui Tin dans ses Mémoires: Bui Tin, 1945-1999, Vietnam : la face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, (ch. II: Réformes).

[5] Cf. Qiang Zhai, China and the Vietnam Wars, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2000, p. 135.

[6] Voir la cabale lancée contre le général Vo Nguyen Giap et ses soutiens par les conservateurs pro-chinois exposée dans Huy Duc, Le Général Giap, Dien Dan – Forum.

[7] Pour un aperçu général de la résolution des questions frontalières entre les deux pays, voir : Ramses Amer, The Sino-Vietnamese Approach to Managing Boundary Disputes, IBRU, Martitime Briefing, 2002.

[8] Voir les trois lettres de Vo Nguyen Giap rédigées en 2009 publiées sur le site Bauxite : Tư liệu liên quan đến bản Kiến nghị 2009 (17) – Ba lá thư của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi đến các nhà lãnh đạo về vấn đề khai thác Bauxite Tây Nguyên ; la troisième lettre du 20/09/2014 : Thư thứ 3 của Đại tướng Võ Nguyên Giáp gửi BCH TU, Bộ Chính trị cùng Quốc hội và Chính phủ về vấn đề Bauxite Tây Nguyên (Blog Boxitvn).

[9] Voir à titre d’exemple la déclaration du Tân Dai Viêt : Tuyên Cáo của Đảng Tân Đại Việt, LMDCVN và ĐGĐ Nguyễn Ngọc Huy (11/05/2014).

[10] Le film est diffusé sur You Tube et a bénéficié depuis 2010 d’une audience très importante : Đại Họa Mất Nước.

[11] Cf. l’analyse de Trần Trường Thủy, Căng thẳng Việt-Trung là cơ hội đẩy mạnh quan hệ Việt-Mỹ, VOA, 12/05/2014. Voir aussi : Nguyen Nghia 650, Một cơ hội lớn để thoát Trung, Dan Lam Bao, 13/05/2014.

[12] Akit Panda, Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?, The Diplomat, 13/10/2014.

[13] Cf. François Guillemot, La constitution vietnamienne de 2013 confrontée au monde réel : choix pragmatique ou réflexe protectionniste ?, Mémoires d’Indochine, 01/12/2013.

[14] Voir l’ouvrage en ligne du dissident Tran Huynh Duy Thuc, « Quelle voie pour le Viêt-Nam » : Sách Trần Huỳnh Duy Thức và Con Đường Nào Cho Việt Nam (PDF)

[15] Laurent Gédéon & François Guillemot, « Viêt Nam. L’appel à un second Renouveau », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012. Les événements majeurs de l’année, Bangkok & Paris, Irasec / Les Indes Savantes, 2012, pp. 289-311.


2 réflexions au sujet de « Viêt-Nam : Changer pour exister ? »

  1. Il est faux de dire que les Nord Vietnamiens ont bénéficié de « plus de 320.000 soldats chinois en RDVN entre juin 1945 et mars 1968 ».

    Selon les déclarations de China News Services, traduites par Reuters et publiées dans le Bangkok Post le 17 mai 1989, la Chine a envoyé 320.000 soldats au Nord Vietnam entre 1960 et 1975 pour aider à combattre les Américains.

    A quoi cela sert-il d’étendre cette période jusqu’en 1945 ? Pour faire croire qu’en plus des conseillers chinois, des soldats chinois étaient présents massivement et tiraient sur les colonialistes français ? Si c’est le cas alors donnez-nous vos chiffres, combien étaient-ils ces soldats chinois qui combattaient l’armée française au Tonkin 1945-54 et que les Vietnamiens devraient en être reconnaissant ?

    1. Merci pour votre lecture attentive. C’est une coquille de ma part, il s’agit de juin 1965 et non de juin 1945. Le passage a été corrigé en conséquence. FG

Les commentaires sont fermés.