Doan Bui : Diên Biên Phu, 60 ans après – les fantômes du Vietnam, ma famille et moi

[ndlr] Signalement d’un article de Doan Bui très intéressant pour la thématique des Mémoires d’Indochine à lire sur le site du Nouvel Observateur (chronique Temps réel). Grande et petite histoire croisées, poids du passé.

Le 7 mai 1954, la chute du camp français mettait fin à la guerre d’Indochine. Doan Bui est retournée sur ces lieux qui continuent de hanter la société vietnamienne. A commencer par sa propre famille.

Des vétérans de Diên Biên Phu allument de l'encens en mémoire des morts de la bataille de 1954 © Alfred/Sipa.
Des vétérans de Diên Biên Phu allument de l’encens en mémoire des morts de la bataille de 1954 © Alfred/Sipa.

Lire l’article : Nouvel Observateur, 11/05/2014.


Une réflexion sur « Doan Bui : Diên Biên Phu, 60 ans après – les fantômes du Vietnam, ma famille et moi »

  1. Le reportage de Mme Doan m’inspire quelques réflexions :
    Pourquoi les Vietnamiens du nord sont partis au sud en 54 alors que sur le papier des accords de Genève ils couraient le risque d’être « rattrapés » par le Vietminh en 56 en cas d’élections ? D’après mon avis, ces gens malgré qu’ils n’étaient pas dans le secret des délibérations de Genève avaient « reniflé  » que les élections n’auraient pas lieu, que le pays allait être divisé pendant longtemps.

    Mme Doan écrit : « Pendant vingt ans, ce fut le rideau de fer, entre les deux Vietnams. Le courrier ne passait pas de Hanoi à Saigon. Pour avoir des nouvelles de la famille, on expédiait nos lettres à des amis en France, qui les envoyaient dans le Sud », se souvient un de mes oncles. » Je crois que la coupure fut du fait du régime de Ngô dinh Diêm qui avait refusé les élections ainsi que tout contact entre les régions, avec le soutien des USA.

    A mon avis, le nord VN avait accepté cette division, sous la pression des pays frères URSS et Chine de Mao. Comme eux, il avait peur de l’intervention nord américaine. Derrière le bouclier US, la famille Ngô au lieu de construire un régime pluraliste et démocratique s’était mis en tête de parachever un aspect de la conquête coloniale, la conversion du VN en un second Philippines. Le régime, une dictature familiale et religieuse corrompue allait s’attaquer brutalement à toutes les autres composantes de la société, en plus des cadres Viet minh démobilisés (parmi les prisonniers du régime, les non-communistes étaient plus nombreux que les Viet minh, il y eut environ 100.000 victimes). Les Ngô allaient se couper de tout le pays, sauf bien sûr des catholiques et provoquer une résistance généralisée. Au bout de 9 ans, le régime était au bord de l’effondrement du fait de ses propres tares internes et sous la pression de la résistance locale réunie sous le FLN du sud VN. L’état de faiblesse de la République du (sud) VN fut un appel d’air pour le régime de Hànôi ; celui-ci était en proie à une stagnation politique et des dissensions internes. Il avait aussi peur que le sud-VN se libère tout seul, il allait sauter sur l’occasion pour régler ses problèmes intérieurs et éviter une évolution indépendante du sud VN. Les grands responsables de la 2è guerre d’Indochine sont les 2 non signataires des accords de Genève, les majorité des victimes sont à mettre à leur passif. Ces réflexions ne sont, je l’avoue, que pure spéculation.

Les commentaires sont fermés.