Feu vert patriotique et contradictions vietnamiennes

La fin de la semaine dernière aura été marquée par trois événements importants : la vingtième journée annuelle des droits de l’homme pour le Viêt-Nam qui s’est déroulée le 9 mai à Washington, la fête des mères (Ngày của Mẹ) le dimanche 11 mai et la fin de la fête anniversaire du Bouddha (Vesak 2014) qui s’est également terminée le 11 mai. Ces trois événements ont été partiellement occultés par la dimension explosive qu’a pris la question des Paracels (Hoàng Sa). Comme l’avaient annoncé plusieurs associations de la société civile, le Viêt-Nam a connu une fin de semaine marquée par d’importantes manifestations contre la Chine. Celles-ci ont commencé le vendredi 9 mai devant l’ambassade de Chine à HCM-Ville puis les 10 et 11 mai avec beaucoup plus d’intensité dans les grandes villes du pays [1]. Le dimanche 11 mai, le rue vietnamienne s’est exprimée avec fougue. Des milliers de citoyens ont défilé à Hanoi, Hue, Danang ou Ho Chi Minh-Ville. Environ 5000 étudiants ont manifesté pacifiquement dans le centre ville de la métropole du Sud [2]. On avait rien vu de cette ampleur depuis le mois de juin 2011.

BieuTinhChongTrungQuoc_2014
Manifestation devant le consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014

Ces manifestations tolérées par le régime ne sont pas dues au hasard. En effet, avec l’organisation par l’Association des avocats d’Ho Chi Minh-Ville le 10 mai d’un meeting sur cette crise, le feu vert avait été clair [3]. L’idée première du pouvoir était de se servir de la rue pour appuyer les protestations officielles du gouvernement vietnamien qui ne décolère pas devant les empiètements répétés de la Chine populaire. En second lieu, les manifestations permettaient de donner une résonance internationale à cette crise [4]. Comme à l’époque de la guerre, les communautés favorables au régime furent mobilisées à l’étranger par exemple en Allemagne (à Berlin), en République Tchèque ou au Japon [5]. La plupart des slogans véhiculés ce dimanche n’avaient rien de subversifs, ils déclaraient leur soutien sans réserve au Parti, à l’Armée dans leur combat contre la Chine. D’autres visaient indirectement le seul parti au pouvoir, le Parti Communiste Vietnamien (PCV), accusé d’avoir mené le pays à la situation présente à cause de sa mauvaise gestion des affaires en mer orientale. En particulier, le communiqué de presse du 9 mai des principaux opposants au régime proclamait avec une once de surenchère : « Nous condamnons fermement les actes d’agression de la Chine qui ont violé la souveraineté du Viêt-Nam, dans le même temps nous exprimons notre opposition à la veule, lâche et inacceptable attitude du gouvernement vietnamien » [6]. Plus mesurée, une déclaration commune de vingt organisations politiques exilées demandait une réponse forte du gouvernement vietnamien, appelait à une mobilisation de la population toute entière mais exigeait aussi la libération de tous les prisonniers de conscience et la condamnation officielle de la Chine par les instances juridiques internationales [7]. Ainsi, les manifestations et déclarations politiques de la fin de semaine ont-elles montrées un double visage : celui du nationalisme pur et dur, largement majoritaire, et celui de la contestation interne, minoritaire et encore timide mais terriblement gênante pour le pouvoir en place.

Que penser de ce regain de patriotisme à double tête ? Les tenants du national-communisme version « Viêt-Nam – Hô Chi Minh » ont pu proclamer leur soutien sans faille au gouvernement vietnamien en mettant l’idéal patriotique au-dessus de tout. « La Patrie avant tout », « la nation en danger » figuraient en bonne place dans les slogans de ce courant. Pour les tenants d’une contestation plus vive à la fois anti-chinoise et antigouvernementale, la manifestation du 11 mai présentait tous les ingrédients d’une « manifestation d’État », d’une « manifestation à orientation socialiste » (non sans humour) promue et autorisée par un régime en quête de soutien populaire [8]. A l’inverse de la posture officielle, certains dissidents ou blogueurs s’étaient même interdits de rejoindre les cortèges téléguidés par le pouvoir pour conserver leur intégrité critique et intellectuelle. Mais en réalité, rien n’est aussi simple. La blogueuse Pham Thanh Nghien, assignée à résidence à Haiphong, avait appelé à manifester tandis que le net-citoyen Nguyen Lan Thang exprimait son refus [9]. Du côté des intellectuels critiques, si de nombreuses figures incitèrent leurs compatriotes à rejoindre les rangs anti-chinois, le professeur Tuong Lai, depuis HCM-Ville, protesta publiquement contre les mots d’ordre antigouvernementaux affichés dans l’appel des membres de la société civile [10]. Il mettait en avant le soutien indéfectible et unitaire dont devait bénéficier le gouvernement en ces temps de vives confrontations, par média interposés, avec la Chine. Il considérait qu’attaquer le gouvernement dans ce contexte de crise régionale consistait en une erreur politique et que la solidarité nationale devait primer. En d’autres termes, critiquer le gouvernement et donc l’affaiblir revenait à faire le jeu de la Chine.

ToQuocTrenHet_2014
« La patrie avant tout »

D’autre blogueurs, et cela reste le principal tracas de la Sécurité publique, ont exprimé à la fois leur patriotisme et leur rejet de la politique gouvernementale jugée globalement trop timorée voire « à la botte des Chinois ». Ils ont également placé le Parti-État devant ses propres contradictions. Comment peut-on à la fois emprisonner les blogueurs qui défendent un patriotisme anti-chinois (alertant l’opinion publique depuis des années sur le « danger chinois ») et vouloir promouvoir ce même patriotisme au sein de la société vietnamienne ? Cela donne à voir qu’il co-existe en réalité deux formes de patriotisme qui s’opposent, le premier légal et aux ordres du Parti, le second illégal, volatile, rebelle et difficile à contrôler ou à mesurer. Ce trait de politique intérieure n’est d’ailleurs pas spécifique au Viêt-Nam. Il traverse souvent les États, démocratiques ou non, bousculés dans leur légitimité.

La seconde contradiction concerne les relations sino-vietnamiennes sur un plus long terme. On le sait, la Chine a toujours eu cette image ambivalente de modèle et de menace pour le Viêt-Nam. A l’ère contemporaine, les deux pays possèdent à leur tête deux partis communistes omnipotents qui furent tout au long du XXe siècle successivement amis puis ennemis et de nouveau amis. Les relations entre les deux Partis-États sont en principe bonnes et régulièrement confirmées par des visites amicales. Cependant l’affaire des Paracels a mis le feu aux poudres alors que l’on pouvait considérer cette affaire close depuis la fameuse note diplomatique signée de la main de Pham Van Dong et adressée à la Chine populaire le 14 septembre 1958. Acte malheureux à une époque où le Nord Viêt-Nam avait grand besoin du soutien chinois pour mener sa révolution socialiste intérieure puis sa guerre d’unification contre le Sud. Pendant ce temps, la République du Viêt-Nam (l’ancien Sud Viêt-Nam soutenu par les Etats-Unis) défendait les armes à la main les îlots contestés mais perdait la bataille navale en 1974 avant la fin de la guerre [11]. En 1988, dans un contexte de tension extrême avec la Chine, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait lui aussi dans la bataille (cette fois-ci dans la zone maritime des îles Spratleys) sans succès. Depuis lors, les Paracels avaient été un peu oubliées du fait de la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays communistes à partir de 1992 et du développement d’un nouveau partenariat politique et économique.

LuoiBoCependant, les actions récurrentes de la Chine contre des pêcheurs vietnamiens depuis quelques années – l’année 2011 consistant en une sorte d’apothéose – ont ravivé la question des îlots perdus au mois deux fois militairement par les Vietnamiens. Ces derniers n’ont jamais accepté la défaite faisant valoir qu’historiquement ces îlots appartenaient à l’empire vietnamien (Dai Viêt) depuis des siècles. L’affaire est donc compliquée car, de son côté la Chine communiste, a régulièrement affirmé que la mer méridionale faisait partie intégrante de son immense domaine maritime. Le fameux tracé chinois en mer de Chine fut caricaturé par les Vietnamiens en une « langue de bœuf » effrontée. La Chine affiche ces dernières années sa présence militaire et stratégique dans la région de façon unilatérale et sans complexe. Le Viêt-Nam a tout fait pour porter l’affaire au niveau international. Mais l’impact de cette diplomatie nécessaire reste mitigé. Au dernier sommet de l’ASEAN (le 24e) qui vient de se dérouler à Nay Pyi Taw, la capitale du Myanmar, l’organisation régionale des dix pays d’Asie du Sud-Est n’a émis qu’une protestation de forme se gardant bien d’attaquer la Chine de front [12]. Au Viêt-Nam de régler ce différend de manière pacifique avec son grand voisin. La marge de manœuvre de la RSVN est donc très faible. Va-t-elle oser s’engager dans un court et bref conflit maritime comme en 1988 ? La Chine va-t-elle également faire tonner le canon pour donner une leçon à son insolent voisin ? Comment vont réagir les opinions publiques des deux pays ? Quel impact sur l’économie vietnamienne ? Autant de question qui vont occuper les États-majors militaires, politiques et économiques ces prochains mois. Si l’on en croît le site des Syndicats d’Ho Chi Minh-Ville, la guerre de l’information est déjà en cours par hackers interposés [13].

HaNoi_TuDoChoNguoiYeuNuoc
« Liberté pour les patriotes »

Du côté vietnamien, l’agitation officielle du nationalisme n’est pas sans danger et pourrait être reprise par la rue avec plus de force et de virulence. La RSVN n’a en réalité, compte tenu de ses bonnes relations politiques, rien à gagner à entrer en conflit avec la Chine populaire. Elle n’en a pas les moyens et le résultat risque fort d’être contre-productif. Seulement, tiraillée entre une partie de son propre appareil militaire très remontée et la pression constante exercée par la Chine, elle se doit de réagir pour ne pas perdre la face. Enfin, on peut observer qu’une grande partie de l’opinion publique vietnamienne commence à s’inquiéter de cette situation de crise et que les jeunes générations redoutent déjà un éventuel rappel sous les drapeaux pour « la défense de la patrie socialiste contre l’expansionnisme chinois ». Entre un nationalisme à fleur de peau illustré par un esprit de sacrifice toujours valorisé en temps de crise et une réponse mesurée, pacifique et pragmatique, le Viêt-Nam est à la recherche d’un équilibre aujourd’hui difficile à trouver.

FG

Position de la plate-forme chinoise dans les Paracels
Position de la plate-forme chinoise dans les Paracels © BienDong.net

Notes

[1] Pour un aperçu général, voir les dossiers photos sur le site de la BBC : Anti China Protest Gallery ; sur le site du parti Viêt Tân : Phóng sự hình ảnh cuộc biểu tình tại Hà Nội ngày 11/5/2014 et sur le blog Dân Làm Báo : Tường thuật Biểu Tình Yêu Nước 11.5.2014 – Cả nước xuống đường. Voir aussi l’article illustré du site Dân Trí : Người dân ba miền xuống đường phản đối Trung Quốc, Dân Trí, 11/05/2014 ; l’article de Diễn Đàn Forum et ses liens vers des reportages photographiques : Biểu tình lớn ở Hà Nội, TP. Hồ Chí Minh, Huế, Đà Nẵng. Voir également le tag « Bien Dong » sur le site « non-officiel » du Premier ministre vietnamien. Alors qu’il est actuellement emprisonné, le site de Ba Sàm (Nguyen Huu Vinh) est un des plus complets renvoyant à de très nombreux liens.

[2] Công Quang – Đình Thảo, Sinh viên TPHCM xuống đường biểu tình phản đối Trung Quốc, Dân Trí, 11/05/2014.

[3] NLĐO, Đồng lòng hy sinh để bảo vệ chủ quyền, Lao Dong, 10/05/2015 ; Chính quyền VN ‘bật đèn xanh’ biểu tình?, BBC, 10/05/2014.

[4] Như Tâm, Biểu tình phản đối Trung Quốc gây tiếng vang trên báo quốc tế, VN Express, 11/05/2014.

[5] Đức Vũ, Người Việt năm châu tiếp tục phản đối hành động của Trung Quốc, Dân Trí, 12/05/2014 ; My Loan, Người Việt Nam khắp thế giới đồng loạt phản đối Trung Quốc, Tuoi Tre, 12/05/2014. Une résonance internationale dûment relayée sur les sites vietnamiens ce matin.

[6] We resolutely condemn China aggression and Vietnam’s spineless acts, 09/05/2014.

[7] Tuyên bố chung của 20 tổ chức trên thế giới về giàn khoan TQ trong lãnh hải VN / Declaration of Vietnamese organizations all over the world re. the Chinese Haiyang 981 RIG in Vietnam’s waters.

[8] Mặc Lâm, Khắp nước biểu tình chống Trung Quốc, RFA, 10/05/2014.

[9] Anh Vũ, Biểu tình chống TQ xâm lược: Nên tham gia hay không?, RFA, 09/05/2014.

[10] Giáo sư Tương Lai: Phản đối quyết liệt mưu đồ chính trị của tổ chức phản động DĐXHDS, Truong Sa Hoang Sa Info, 11/05/2014.

[11] De fait les Paracels à hauteur de Danang au Centre du Viêt-Nam relevaient de la République du Viêt-Nam (Sud) sur le plan international et non de la RDVN (Nord). Voir : Từ Đặng Minh Thu, Chủ quyền trên hai quần đảo Hoàng Sa và Trường Sa. Thử phân tích lập luận của Việt Nam và Trung Quốc, Thoi Dai Moi, so 11, 07/2007.

[12] Mike Yves & Thomas Fuller, Vietnam Fails to Rally Partners in China Dispute, New York Times, 11/05/21014.

[13] Chánh Trung, Hàng trăm website bị hacker Trung Quốc tấn công, Nguoi Lao Dong, 12/05/2014.