Paracels : Forage chinois contesté et regain de nationalisme vietnamien

Alors que se célèbre aujourd’hui 7 mai 2014 le 60e anniversaire la bataille de Dien Bien Phu, lors de laquelle les généraux vietnamiens bénéficièrent de la précieuse aide chinoise [1], les relations entre les deux pays communistes se sont subitement tendues à la suite des incursions répétées de la Chine populaire dans la zone maritime vietnamienne.

L’incident a débuté le 1er mai dernier lorsque la Chine a poussé ses bâtiments militaires à proximité des îles Paracels dans le but d’y faire fonctionner un puits de forage de pétrole au seul profit de la China National Offshore Oil Corporation (CNOOC). On savait les Paracels sous contrôle militaire chinois et que la revendication des îlots vietnamiens perdus en 1974 était de pure forme mais l’implantation d’une structure pétrolière, baptisée Haiyang Shiyou 981 par Beijing et inaugurée en mai 2012, dans ce nouveau paysage contesté sonne comme une véritable provocation pour les autorités de Hanoi [2]. La réaction du Parti Communiste Vietnamien (PCV) ne s’est d’ailleurs pas fait attendre. Par la voix de Pham Binh Minh, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la RSVN, une protestation officielle a été émise le mardi 6 mai lors d’une conversation téléphonique avec Yang Jiechi, le conseiller d’État chinois.

Position_HD981
Position (carré noir) de la plateforme de forage chinois dans la zone maritime vietnamienne © 2014 Petrotimes

Le site officiel du PCV rapporte les propos de Pham Binh Minh ci-après :

« Ces actes sont illégaux et contraires au droit et à la pratique internationale. Ils violent gravement la souveraineté du Vietnam sur l’archipel de Hoang Sa (Paracels), ses droits souverains et sa juridiction dans sa zone économique exclusive et sur son plateau continental. Ils portent également atteinte à la confiance politique et à la coopération multisectorielle entre les deux pays.

« Le Vietnam proteste énergiquement contre ces actes et demande à la Chine de retirer cette plateforme et tous ses bateaux de cette zone et de retourner à la table de négociation pour régler tous les différends à ce sujet« . [3]

Cette protestation officielle s’accompagne de son pendant historique régulièrement mis en avant par Hanoi pour réaffirmer sa souveraineté ancienne sur les Paracels et les Spratley et d’un rappel du contexte juridique international :

« Le Vietnam possède suffisamment de preuves historiques et de bases juridiques pour affirmer sa souveraineté, ses droits légitimes sur les deux archipels de Hoang Sa (Paracels) et de Truong Sa (Spratley) ainsi que ses droits souverains et sa juridiction dans sa zone économique exclusive et sur son plateau continental, conformément à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (UNCLOS).

Le Vietnam appliquera toutes les mesures nécessaires pour protéger ses intérêts légitimes. Le Vietnam fait toujours preuve de bonne volonté dans le règlement des divergences via des négociations, sur la base des conceptions communes des hauts dirigeants des deux pays et de l’Accord sur les principes directeurs fondamentaux du règlement des questions maritimes entre le Vietnam et la Chine, conformément au droit international, a fortiori l’UNCLOS ». [4]

Le 3 mai, l’Administration de sécurité maritime chinoise annonçait officiellement la mise en route du forage. Le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères Lê Hai Binh s’insurgeait :

« L’emplacement d’opération du forage HD-981 exposé dans l’annonce chinoise est situé totalement dans la zone économique exclusive et sur le plateau continental du Vietnam, à environ 120 miles nautiques de ses côtes. [5]

PlateformeChinoise_HaiyangShiyou981
La plateforme chinoise Haiyang Shiyou 981 © 2014 Petrotimes

Pour faire valoir son bon droit et pour démontrer que cet acte ne fait pas l’unanimité en Chine populaire, l’agence de presse francophone Vietnam + mobilisa ses talents de propagandiste en relayant la voix d’un intellectuel chinois :

Dans un texte publié le 6 mai sur son blog à la page 163.com, le célèbre intellectuel chinois Li Ling Hua a affirmé que la Chine étant une partie de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM 1982), elle doit mener des actes conformément aux articles 74 et 83 de celle-ci aux termes desquels elle doit respecter le plateau continental et la zone économique exclusive de 200 milles marins des pays environnants. [6]

D’autres voix importantes se sont fait entendre comme celle de la porte-parole du Département d’État américain Jen Psaki qui évoque un acte « provocateur » pouvant déstabiliser la région [7]. Les voix des intellectuels et blogueurs vietnamiens n’ont par contre pas retenu l’attention de l’agence officielle. Dans un entretien avec le journaliste Tran Quang Thanh (Radio Chan Troi Moi), le dissident et intellectuel iconoclaste Ha Si Phu constatant l’inefficacité de la politique vietnamienne face au grand frère communiste en appelait à la mobilisation populaire pour renverser la situation [8].

Dans le même registre, une vidéo de deux minutes postée sur You Tube par Dân Làm Phim (Les citoyens cinéastes) tourne en dérision les vaines protestations officielles de la RSVN face à la politique de fait accompli de la Chine populaire. Elle met en scène l’espace vietnamien peu à peu envahi par son voisin du Nord. Sur un fond musical digne d’un mauvais film à suspense, la vidéo pose cette question aux citoyens : « Ami, lorsque le Viêt-Nam sera complètement occupé par la Chine, où seras-tu, que feras-tu ? »

Les réactions au sein de la société civile et de la blogosphère sont encore plus explicites. Une des premières émanent de l’avocat dissident Cu Huy Ha Vu qui, de son exil forcé aux États-Unis, a proclamé lors d’une conférence de presse qu’il rentrerait tôt ou tard dans son pays pour y défendre son peuple et sa patrie contre l’expansionnisme chinois [9]. Ce regain de nationalisme et de positionnement contre la Chine risque de donner du fil à retordre à la Sécurité publique vietnamienne qui doit déjà savoir que dès dimanche prochain deux manifestations sont programmées à Hanoi et à Saigon. En effet, 20 associations et groupes issus de la société civile se sont d’ores et déjà données le mot d’ordre pour exprimer le ras-le-bol des Vietnamiens face aux empiètements récurrents de la Chine. [10]

Trois mots d’ordre accompagnent cet ordre de mobilisation intitulé « Protéger la Patrie » (image ci-dessous). Le premier consiste à protester contre « l’invasion » chinoise en Mer orientale, il interpelle directement la Chine populaire. Le second est en direction de l’État vietnamien, pressé de trouver une solution en s’appuyant sur le peuple pour faire cesser les provocations chinoises dans la zone maritime vietnamienne. Le troisième mot d’ordre vise à faire libérer sept dissidents et blogueurs actuellement emprisonnés pour leurs actions patriotiques : Điếu Cày – Nguyễn Văn Hải, Bùi Thị Minh Hằng, Trần Huỳnh Duy Thức, Nguyễn Xuân Nghĩa, Việt Khang, Trần Vũ Anh Bình, Đinh Nguyên Kha. [11]

baovetoquoc-danlambaoDans sa politique de conquête des hydrocarbures la Chine choisit la manière forte. L’annonce publiée le 3 mai dernier par l’Administration de sécurité maritime chinoise avait fait savoir que le forage pétro-gazier HD-981 fonctionnerait du 2 mai au 15 août dans un emplacement de 15° 29′ 58  » de latitude Nord et 111° 12′ 06 » de longitude Est [12]. On imagine aisément la mauvaise surprise pour le Viêt-Nam qui, depuis juin 2011, tente avec un certain succès de réprimer les manifestations anti-chinoises dans les grandes villes. L’arrestation récente du blogueur Ba Sàm (Nguyen Huu Vinh) par la Sécurité publique n’arrange rien car elle est un avertissement contre ceux qui contestent la politique de la RSVN. Cette arrestation donne l’impression que l’État vietnamien, très embarrassé par cette situation, se plie aux injonctions chinoises. Les mots d’ordre de l’appel à manifester visent tout autant la Chine que l’État vietnamien. L’été risque donc d’être chaud.

FG, mise à jour le 08/05/2014.

[1] Jean-Luc Domenach, « Qui se souvient de Diên Biên Phu? », Ouest-France, 07/05/2014.

[2] Yann Rousseau, « Cette nuit en Asie : Grave poussée des tensions entre la Chine et le Vietnam », Les Echos, 07/05/2014.

[3] CPV, « Le Vietnam demande à la Chine de retirer sa plateforme de forage pétro-gazier des zones maritimes vietnamiennes », Le journal en ligne du PCV, 07/05/2014.

[4] Idem.

[5] CPV, « Le Vietnam s’oppose fermement aux activités étrangères illégales dans ses zones maritimes », Le journal en ligne du PCV, 05/05/2014.

[6] VNA, « Opinions publiques : la Chine doit respecter la CNUDM 1982 », Vietnam +, 07/05/2014.

[7] VNA, « Plate-forme chinoise en Mer Orientale, « une provocation », Vietnam +, 07/05/2014.

[8] Hà Sĩ Phu: Chỉ nhân dân Việt Nam mới cứu được nước, Chan Troi Moi, 07/05/2014. (une leçon de real politik. La question de la réponse à apporter est à la toute fin de l’entretien).

[9] TS Cù Huy Hà Vũ họp báo ở Quốc hội Hoa Kỳ, RFA, 06/05/2014. (interview)

[10] Lời Kêu Gọi Biểu tình Yêu Nước của 20 Tổ Chức Dân Sự Việt Nam, Dan Lam Bao, 08/05/2014.

[11] Idem.

[12] CPV, « Le Vietnam s’oppose fermement aux activités étrangères illégales dans ses zones maritimes », Le journal en ligne du PCV, 05/05/2014.

* * *

Informations complémentaires


Conférence de presse de la RSVN rappelant que 80 navires chinois (dont 7 navires militaires) avaient pénétré dans les eaux vietnamiennes.

Une recherche par le mot clé « HD 981 » (terme utilisé dans la presse vietnamienne) sur le moteur de recherche Google renvoie le 8 mai 2014 à 772 entrées soulignant l’important traitement médiatique dont bénéficie cette inquiétante affaire au Viêt-Nam.

L’expert australien Carl Thayer considère que la Chine lance un défi au Viêt-Nam et que cette manœuvre agressive est une réponse probable au récent tour d’Asie du président américain Barak Obama (AFP).

Suivre l’information sur la Mer de chine méridionale (Mer orientale pour les Vietnamiens) :

Articles en français des 08 et 09 mai :

Bandeau capturé sur les sites non officiels des plus hautes personnalités de la RSVN

banner-nguyen-tan-dung

Le slogan dit : « S’opposer à l’agression chinoise »