Fall of Saigon, remembered two ways – Vietnam refugee turned Navy doctor has uniquely San Diego story [video]

[ndlr] A lire ou à voir sur U-T San Diego. Article de Jeanette Steele. Entretien avec Minh Nguyen.

RVN_TranHungDao
Minh Nguyen escaped with 40 relatives aboard a South Vietnamese Navy vessel, shown, during the fall of Saigon in April 1975. He grew up mostly in Orange County before coming to San Diego as a Navy doctor. He is now a vice president for US HealthWorks. — John Gastaldo

A boat was at the pier. That’s all Minh Nguyen’s family knew on April 29, 1975, the frantic final day before the fall of Saigon.

Nguyen, just 2 years old at the time, clung to his father’s back as the entire extended family scrambled and clawed their way onto the barricaded pier and up cargo nets into that ship.

The vessel, loaded almost to the sinking point with fleeing South Vietnamese, delivered them to safety and freedom.

Nguyen knew the general outline of his family’s evening escape. The detail he didn’t know was the ship itself.

That South Vietnam-flagged vessel started a thread that would run through Nguyen’s life without him realizing it.

It’s a uniquely Southern California story, bound up with the U.S. Navy in San Diego and Orange County’s large Vietnamese-American population.

Read more : U-T San Diego, 30/04/1975


2 réflexions sur « Fall of Saigon, remembered two ways – Vietnam refugee turned Navy doctor has uniquely San Diego story [video] »

  1. Ce témoignage sur les drames humains atroces de la guerre du Vietnam prouve que les Américains, tout comme les Français avant eux, sont incapables de comprendre qu’ils ne peuvent imposer au Vietnam un régime qui leur convient, même en envoyant leurs armées et même en utilisant de gros moyens financiers pour mettre en place un gouvernement soi-disant indépendant qui exécute leurs ordres.

    Tous ces centaines de milliers de morts français et américains ne faisaient que retarder la réunification du pays dirigée par les communistes vietnamiens. Et on aperçoit aujourd’hui que ces communistes ne sont pas plus corrompus ni plus incompétents que d’autres régimes mis en place par la France et par l’Amérique dans d’autres pays dans le monde.

    Un autre exemple de sacrifice inutile des vies occidentales au Vietnam est la bataille de la RC4. Je suis étonné que François Guillemot n’a pas informé ses lecteurs de ce très bon reportage de 52 minutes qui vient de sortir sur France 5.

    1. Merci de me rappeler la diffusion du reportage de Bernard George auquel j’ai été associé comme « conseiller historique ». Regrettant que peu de place soit faite aux différents acteurs de la bataille (autres que Français), il me paraissait malhonnête de me mentionner comme conseiller dans le générique ce que la production a bien compris.

      En effet, je trouve que l’on en dit pas assez sur les Vietnamiens (des deux bords) mobilisés en engagés dans la bataille et très présents à l’image. De même pour les goumiers marocains ou les partisans issus des ethnies minoritaires. Combien sont-ils, pourquoi sont-ils là ? Cao Bang et la RC4 c’est aussi et surtout la grande victoire du colonel Dang Van Viet. Or, il n’est même pas mentionné. Pour les forces de la RDVN, il s’agissait de la « Campagne des frontières Automne Hiver » (1950) gagnée grâce à une formidable opération de mobilisation humaine (122.000 civils pour Cao Bang) or rien n’est dit sur leur sort. On ne peut comprendre cette lourde défaite sans mettre dans la balance la modernisation rapide des forces Viêt-Minh en Armée populaire du Viêt-Nam à partir de 1950 avec l’aide précieuse des conseillers chinois dirigés par Luo Guibo.
      FG
      Voir le documentaire sur Mémoires d’Indochine : http://indomemoires.hypotheses.org/14348

Les commentaires sont fermés.