17 avril 1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir au Cambodge

Flag_DemocraticKampuchea.svg[ndlr] Rappel d’une des dates les plus sombres de l’histoire du Cambodge contemporain : 17 avril 1975, les Khmers rouges victorieux après cinq ans de guerre civile investissent Phnom Penh et vident la ville de ses habitants. Ceux que les Khmers rouges nomment « les 17 avril », « le peuple nouveau », urbanisé, intellectuel et commerçant, vont disparaître lors d’une brutale épuration politique et sociale qui doit façonner le Kampuchéa Démocratique de Pol Pot.

 


1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir… par Monde-contemporain

Le 17 avril 1975, après cinq ans de guerre civile, les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh, la capitale du Cambodge. C’est la fin du gouvernement pro-américain du maréchal Lon Nol. Les Khmers rouges menés par Pol Pot s’emparent du pouvoir et instaurent un régime répressif qui provoquera des centaines de milliers de morts. L’évacuation des villes, la collectivisation et les travaux forcés, les exécutions de masses conduisent à un véritable génocide du peuple cambodgien.

Commentaire & réalisation : Jakob Schlüpmann  –  © 2010

Source : Aleph99.info


4 réflexions au sujet de « 17 avril 1975 : les Khmers rouges s’emparent du pouvoir au Cambodge »

  1. Ce qui est furieusement occulté, c’est le rôle des Nord-Américains dans le développement et la victoire des Khmers Rouges. Le Cambodge a subi une décennie de génocide de 1969 à 1980, la phase II due aux Khmers Rouges. Mais on oublie volontairement la période 1969 à 1975, période nord-américaine où les Cambodgiens ont subi des pertes de 500.000 à 1 million de personnes. D’après [William] Shawcross, la référence pour les massacres du Cambodge, les Nord-Américains à partir de 1969 avaient commencé à martyriser de toutes manières le Cambodge et son peuple. Il semble que c’est par dépit, pour se venger des Vietnamiens ; ils avaient choisi de se défouler sur des victimes innocentes. Ils savaient par expérience avec les bombardements au Nord Viêt-Nam que l’utilisation de la force aérienne pure sans engagement au sol n’apportaient aucun résultat, que les massacres de civils par les bombardements ne faisaient que radicaliser leurs opposants. Ils voulaient consciemment semer les graines du chaos futur et ils y sont arrivés. Grâce à eux, les Khmers rouges sont passés de 4000 partisans en 1970 à des centaines de milliers en 1975.

    Pour prendre une comparaison médicale, les malades du SIDA affaiblis sont souvent victimes secondairement de la tuberculose. Les Nord-Américains ont volontairement « inoculé le SIDA » aux Cambodgiens ; après, les pauvres attrapent la tuberculose, c’est à dire les Khmers Rouges. Les Nord-Américains peuvent-ils se dire non responsables des souffrances du peuples cambodgien des mains des KR après qu’ils soient partis du Cambodge ? Le tribunal international peut-il uniquement se concentrer sur les KR sans poursuivre les Nord-Américains et ne pas se déconsidérer ?

    Les Nord-Américains ont infligé aux trois peuples d’Indochine des traitements inhumains, barbares au même niveau ou même pires que la sauvagerie des Mongols, des nazis ou des Japonais. Il faudrait revisiter leurs prétentions à incarner la liberté et la démocratie au lieu d’essayer de les excuser après coup avec la parodie du tribunal international pour le Cambodge.

    1. Merci d’avoir rectifié suite à ma précédente réponse. Puisque vous citez le journaliste britannique William Shawcross (1946-), je renvoie les lecteurs à ses deux ouvrages clés sur le Cambodge qui firent sensation :
      Sideshow. Kissinger, Nixon and the destruction of Cambodia, New York, Simon & Schuster, 1979, 467 p. Traduit et publié en français sous le titre : Une tragédie sans importance (en couv. : Kissinger, Nixon et l’anéantissement du Cambodge), Paris, Balland, 1979, 438 p.
      The quality of mercy. Cambodia, holocaust and modern conscience, London, Andre Deutsch, 464 p. Traduit et publié en français sous le titre : Le poids de la pitié, Paris, Balland, 1985, 412 p.
      J’ajouterai deux autres références importantes :
      – Chanda, Nayan, Brother enemy. The war after the war (en couv. : A history of Indochina since the fall of Saigon), London, Harcourt Brace Jovanovich Publishers, 1986, 479 p. Traduit et publié en français sous le titre : Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Les Presses du CNRS, 1987, 368 p.
      – Chandler, David, The tragedy of Cambodian history. Politics, war and revolution since 1945, New Haven & London, Yale University Press, 1991, 396 p.
      FG

  2. Ce qui est furieusement occulté, c’est le rôle des Nord-Américains dans le développement et la victoire des Khmers Rouges. Le Cambodge a subi une décennie de génocide de 1969 à 1980, la phase II due aux Khmers Rouges. Mais on oublie volontairement la période 1970 à 1975, période nord-américaine.

    1. Vous avez fait suivre votre propos d’un long extrait d’un texte en anglais que j’ai dû supprimer. Ce texte, copié-collé d’un autre site, n’était pas accompagné du nom de son/ses auteurs et la source n’était pas mentionnée. Pour la clarté de votre propos et pour le respect des lecteurs, merci de bien vouloir toujours accompagner les extraits pouvant illustrer votre propos des références précises et complètes (sources utilisées) et d’éviter de placer dans les commentaires des pages extraites d’autres sites.

Les commentaires sont fermés.