L’historien Ta Chi Dai Truong récompensé pour l’ensemble de son oeuvre

140321_tachidaitruongLe prix Phan Châu Trinh 2013 a été récemment décerné à cinq personnalités du monde des sciences humaines, de la culture et de l’éducation. Créé en 2008, le Fonds culturel Phan Châu Trinh (Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh) distingue chaque année des travaux qui contribuent à la richesse intellectuelle du Viêt-Nam. Lors d’une cérémonie organisée à Hô Chi Minh-Ville le 24 mars 2014, Mme Nguyễn Thị Bình, l’ancienne vice-présidente de la RSVN, présidente de la fondation Phan Châu Trinh, a remis le prix aux personnalités suivantes :

  • Le musicien Lư Nhất Vũ et la poétesse Lê Giang pour leurs contributions à l’étude de la culture populaire du Sud (Văn hóa dân gian Nam bộ).
  • L’Américain Thomas J. Vallely, de l’université d’Havard, pour ses multiples contributions et soutiens à l’enseignement universitaire vietnamien.
  • Le traducteur et professeur Ngô Đức Thọ pour ses travaux de traduction et de diffusion de la culture Hán Nôm.
  •  L’historien Tạ Chí Đại Trường pour son oeuvre historique « originale et nouvelle ». [1]

Fait à remarquer cette année, le prix « Histoire » a été attribué à l’historien Tạ Chí Đại Trường, une personnalité respectée par ses pairs pour ses travaux importants sur l’histoire (ancienne et moderne) du Viêt-Nam ainsi que sur l’identité vietnamienne. L’historien Tạ Chí Đại Trường, résidant aux Etats-Unis à Garden Grove (Californie), n’était pas présent lors de la cérémonie de la remise de ce prix important mais a tenu à faire entendre sa voix à travers un texte lu ce jour-là [2]. Il rappelle dans ce long texte les sources historiques essentielles sur lesquelles se fondent l’écriture de l’histoire du Viêt-Nam, principalement des annales historiques édités sous la dernière dynastie des Nguyen, et souligne les apports des anciens érudits et/ou historiens comme Trần Trọng Kim, Đào Duy Anh, Hoàng Xuân Hãn, Phạm Quỳnh… Il démontre aussi tout l’intérêt qu’il y a à étudier l’histoire ancienne avec lucidité en la détachant des objectifs et pratiques politiques.

Ouvrages de Ta Chi Dai Truong © Hau Khao Co Blog
Ouvrages de Ta Chi Dai Truong © Hau Khao Co Blog

Tạ Chí Đại Trường est assurément un historien à part tant dans son parcours personnel que dans sa production historienne rigoureuse. Revenons en quelques lignes sur le premier point [3].

Il naquit à Nha Trang dans la province de Khánh Hòa et son nom fait directement référence au lieudit de sa terre natale (Đại Lãnh et Trường Giang). Il débuta ses recherches sur l’histoire et la culture de son pays dans les années 1960. En 1964, il fut remarqué dès sa maîtrise d’histoire soutenue à la faculté d’histoire de Saigon dont le sujet traitait de la guerre civile au Viêt Nam de 1771 à 1802, celle qui opposa Quang Trung au futur Gia Long. Ce travail qui questionnait la dynastie des Tây Son fut édité en 1973, près de dix ans plus tard, et reçut entre-temps en 1970 le prix littéraire national (Giải thưởng văn chương toàn quốc) en histoire attribué par la République du Viêt-Nam (Sud).

Cependant, en 1964, Tạ Chí Đại Trường comme de nombreux compatriotes fut happé par la guerre contemporaine qui frappait son pays. Mobilisé, il endossa une carrière militaire de 1964 à 1974 soit pendant dix ans, en sortit avec le grade capitaine de l’Armée républicaine avant de reprendre des études d’histoire à la faculté de Saigon. Cette décennie au sein de l’armée ne le coupa pas néanmoins des recherches historiques car il poursuivit la rédaction d’une thèse sur le soldat colonial en Cochinchine, une étude éditée au Etats-Unis quarante ans plus tard [4]. A cette époque, collectionneur de monnaies anciennes, il s’intéresse également à la numismatique du Viêt-Nam.

Ta Chi Dai Truong, soldat et historien © Thong Luan
Ta Chi Dai Truong, soldat et historien © Thong Luan

Après 1975, Tạ Chí Đại Trường rejoignit le cortège des soldats vaincus considérés comme « dangereux » et fut envoyé en camp de rééducation jusqu’en 1981. Son ouvrage primé en 1970 fut interdit. Jugé non orthodoxe, il fut critiqué pour vouloir abaisser le rôle des Tây Son au détriment de celui de Gia Long, premier empereur des Nguyen. Emprisonné, il ne cessa d’écrire et fit sortir plusieurs textes qui allaient être édités aux États-Unis grâce au soutien indéfectible du professeur et historien Nguyễn Thế Anh en France, auteur de la préface de Thần, Người và Đất Việt (Les génies, l’homme et la terre vietnamienne), publié pour la première fois en Californie en 1989 [5].

Après cette période de prison et un travail d’ouvrier dans une imprimerie, en 1994, il rejoignit les Etats-Unis à travers le programme HO, mis en place par les Américains et destiné aux anciens militaires rééduqués de l’Armée du Sud. Là, il poursuivit ses recherches et publia plusieurs ouvrages clés sur la culture et l’histoire du Viêt-Nam. En particulier, sans doute celui qui fit le plus sensation, fut Thần, Người và Đất Việt, une somme de réflexions sur l’identité vietnamienne. Selon l’historien Nguyễn Thế Anh, il s’agit « d’une admirable synthèse de l’histoire des mentalités qui éclaire l’évolution des croyances populaires dans la société vietnamienne » [6]. En 2004, Tạ Chí Đại Trường retourna au Viêt-Nam dans l’espoir de consulter directement les sources anciennes originales qu’il affecte tant mais dut se contenter de poursuivre en artisan son travail d’historien à l’aide de sources glanées dans les bibliothèques américaines ou achetées chez des bouquinistes vietnamiens.

Malgré ce parcours totalement indépendant des structures officielles et une production abordant plusieurs tabous du récit national, l’oeuvre rigoureuse et pointue de Tạ Chí Đại Trường finit par être reconnue au Viêt-Nam même. Deux de ses ouvrages furent rééditées à la fin des années 2000. Le prix qui lui est attribué confirme la place importante que ce chercheur iconoclaste occupe sur le plan de la recherche historique. Elle souligne également la reconnaissance à leur juste valeur des travaux des historiens de l’ancienne République du Sud, autrefois méprisés. Il ne reste plus qu’à souhaiter qu’un jour quelques-unes de ses oeuvres soient traduites en français.

François Guillemot, 14/04/2014.

Notes

[1] Voir : Kết quả Lễ trao giải văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VII – 2014, Quỹ Văn Hóa Phan Châu Trinh.

[2] Texte en ligne : Diễn từ nhận giải – Tạ Chí Đại Trường, Quỹ Văn Hóa Phan Châu Trinh.

[3] Sa biographie établie par Nguyễn Thế Anh a été publiée pour la première fois dans Le Médecin du Viêt-Nam et reproduite en quatrième de couverture de l’ouvrage Những bài dã sử Việt (Nxb Thanh Văn, 1996). Nguyễn Thế Anh, « Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard d’historien », Le Médecin du Viêt-Nam, n° 8, mai-juin 1993, p. 13. Notons que sa date de naissance n’apparaît actuellement sur aucun notice biographique.

[4] Người lính thuộc địa Nam kỳ, 1961-1945, Hanoi, Nhã Nam / Nxb Tri Thức, 2011, 382 p.

[5] Voir : Thần, Người và Đất Việt, Westminster, CA, Nxb Văn Nghệ, 1989, pp. XI-XV.

[6] Nguyễn Thế Anh, « Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard d’historien », art. cit.

* * *

TaChiDaiTruong_ouvrages

Ouvrages de Tạ Chí Đại Trường :

  • Lịch sử nội chiến Việt Nam (1771-1802) (1973, in lại từ bản gốc năm 1991, 2007)
  • Thần, Người và Đất Việt (1989, 2000, 2006)
  • Một khoảng Việt Nam Cộng hòa nối dài (1993), [mémoires des camps de rééducation], en ligne sur Thông Luận.
  • Việt Nam nhìn từ bên trong (cùng Nguyễn Xuân Nghĩa, 1994)
  • Những bài dã sử Việt (1996)
  • Những bài văn sử (1999)
  • Lịch sử Việt Nam trong tầm mắt người Việt: Một lối nhìn khác (200x?)
  • Bài sử khác cho Việt Nam (Sơ Thảo) (2009)
  • Người lính thuộc địa Nam kỳ, 1961-1945 (2011), voir la présentation sur le site de l’éditeur Nhã Nam.

 

Pour en savoir plus (deux entretiens en ligne) :