Hàng triệu người về Giỗ tổ Hùng Vương [VNExpress]

[ndlr] Comme chaque année la Fête des Rois fondateurs Hung est célébrée à Viêt Tri dans la province de Phu Tho. Elle a rassemblé du 5 au 9 avril 2014 plus de cinq millions de Vietnamiens. Reportage photographique de Mai Uyên sur VN Express.

Lễ hội Đền Hùng năm nay diễn ra trong 5 ngày (5-9/4) với các sự kiện văn hóa nghệ thuật đặc sắc, ước tính thu hút hơn 5 triệu lượt khách viếng thăm.

LeGioToHungVuong_2014
© 2014 VN Express

A suivre sur : VN Express, 09/04/2014.

 

Pour en savoir plus :


4 réflexions sur « Hàng triệu người về Giỗ tổ Hùng Vương [VNExpress] »

  1. Le mythe des rois Hùng attire de nos jours des millions de personnes C’est vraiment époustouflant, alors que dans la réalité, il est aussi sinon plus inconsistant que celui des « ancêtres gaulois ».
    Je suis tombé sur un blog « leminhkhai SEAsian history blog » ; l’auteur (un autodidacte érudit, semble t-il) fait justice du mythe des rois Hùng, avec documentation et argumentation à l’appui. D’après lui, ce mythe est fondé sur des faits réels : l’existence des tribus Bach Viet dont les Lac (les proto-VN) qui ont eu des chefs ou des rois. La première fois qu’on parle d’eux dans les annales chinoises, c’est dans le « Giao châu ngoai thành ky » (jiaozhu waiyu ji), oeuvre du 3è-4è siècle. Ca a été repris au 15è siècle par Ngô si Liên dans le « Dai Viêt su ky toan thu ». (Cf. : How the Hùng Kings Obtained a Citadel)

    Ensuite dans les années 60, le régime de Hà Nôi a poussé pour officialiser le mythe.
    Dào duy Anh a exprimé son scepticisme à propos du mythe (cf. Đào Duy Anh’s Ambiguous Statements about the Hùng Kings)

    Dương Bá Trạc et Hồ Hữu Tường ont exposé leurs théories sur l’origine du peuple vietnamien ; la théorie de Hồ Hữu Tường est plus cohérente (cf. Hồ Hữu Tường and the Origins of the Vietnamese Nation(ality))

    Pour Dương Bá Trạc, les Vietnamiens descendent des colons Han (cf : Dương Bá Trác on the Origins of the Vietnamese Race)

    De toute façon, je suis, comme Lê minh Khai, d’avis que dans l’antiquité, l’historiographie ne s’intéressait qu’aux gouvernants. Dans les temps modernes, on veut donner la parole aux peuples. C’est honorable comme intention mais il ne faut pas interpréter rétrospectivement les évènements anciens.

    Pour finir, dans l’article Back to Lý Công Uẩn, Lê minh Khai explique l’apparition du Viêt Nam après le morcellement de l’empire Tang, non comme l’indépendance du peuple vietnamien par rapport à la « Chine », mais la victoire d’un seigneur de guerre contre un autre seigneur de guerre.

    1. Merci pour les multiples indications des textes en ligne de Le Minh Khai (a.k.a. Liam C. Kelley). Il est curieux que les études de Kim Định ne soient pas mentionnées ou encore celle de Bình Nguyên Lộc sur « les origines malaises du peuple vietnamien » (Saigon, 1971). Les travaux de Kim Định (Lương Kim Định) publiés dans les années 1960-1970 au Sud proposaient une vision « vietnamo-centrée » de l’histoire des Bach Viet d’antan (Cent tribus Viet) sur lesquels on a très peu d’informations. Dans un récent article, Philippe Papin rappelle que « les débuts de l’histoire avérée du Vietnam concordent avec la formation de l’Empire chinois » et que c’est un « prince chinois réfugié qui fonde le premier royaume vietnamien connu, celui d’Au-Lac » (dans « Le pays des Viêts du Sud », L’Histoire, Le Vietnam, depuis 2000 ans, janvier-mars 2014, p. 8).
      – PS : Le professeur Liam C. Kelley a créé un site entièrement dédié à la traduction des principaux textes historiques anciens du Viêt-Nam : Viet Texts.
      FG

      1. Tạ Chí Đại Trường dans cet article rapporté par L.C. Kelley (cf. : The Emotional Appeal of Lương Kim Định) a fait une critique de la théorie de Luong kim Dinh. Il la trouve erronée, trop biaisée par un nationalisme mal avisé.

        La même critique peut être adressée à Binh nguyên Lôc. Il a énormément d’érudition et il se « décarcassse » vraiment dans son oeuvre ORIGINE MALAISE pour démontrer que le peuple VN est différent du peuple « chinois » et que la culture VN est différente et supérieure ainsi qu’antérieure à la chinoise. Il adhère aux mythes que la culture « chinoise » est monolithique et que le peuple chinois est homogène. LC Kelley fait justice de cette erreur (cf. : Demystifying Mainland Southeast Asia).

        Le mythe des 1000 ans de domination « chinoise » est apparu depuis que l’historiographie occidentale s’est imposée aux esprits et aux peuples ; cette notion erronée (je dirais même canular, hoax) blesse profondément les VN et pour compenser, ils essaient désespérément de démontrer que le VN a une culture, une histoire aussi ancienne que la chinoise. Ils essaient de remonter aussi longtemps que possible pour prouver cette ancienneté, ils « nationalisent » les peuples qui ont habité le pays avant eux, ils se créent des mythes comme les rois Hùng.

        Je suis d’avis de combiner au point de vue peuplement la théorie de Hô huu Tuong et au point de vue politique la théorie de Le minh khai : les peuples / nations ont des origines souvent multiethniques, multiculturelles. c’est ce que dit un peu P. Papin, d’après lui, le nord VN a été le lieu de brassages multiples sur plusieurs siècles.

        1. Pour nos lecteurs/trices, voici la référence de l’article de Ta Chi Dai Truong concernant les travaux de Kim Dinh. L’article fut publié en 2008 sur l’excellent et regretté site Talawas : Tạ Chí Đại Trường, Về “huyền sử gia” Kim Định và các chi, bàng phái “huyền sử học” Việt Nam?, Talawas, 04/02/2008.
          Voir aussi notre billet sur cet historien récemment récompensé au Viêt-Nam (prix Phan Châu Trinh 2013) : http://indomemoires.hypotheses.org/14212
          FG

Les commentaires sont fermés.