Les Accords de Paris, quarante ans plus tard – un film de Rina Sherman

AccordsdeParis40ansplustardDVDVigna[ndlr] Présentation de la réalisatrice.

LES ACCORDS DE PARIS

Quarante ans plus tard

Un film de Rina Sherman

HD, 74 min, 2014

Production : ACA LTFA – Distribution : Label K

Au mois de mars dernier, pendant une dizaine de jours, à Choisy le Roi, j’ai filmé Mme Nguyễn thị Bình, accompagné M. Trịnh Ngọc Thái, l’ancien ambassadeur du Vietnam à Paris, et de délégations françaises, italiennes et vietnamiennes lors des commémorations du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, organisée par la ville de Choisy-le-Roi dans la cadre de l’année croisée France-Vietnam.

En présence d’élus de Choisy-le-Roi, de grands témoins, d’historiens, de diplomates, de chauffeurs et d’amis français et vietnamiens, au travers retrouvailles émouvants avec amis et camarades, récits de grands témoins, précisions données par des chercheurs et des diplomates, j’ai filmé l’histoire au jour le jour des acteurs de ces célébrations mémorielles originales, tantôt caméra à l’épaule, tantôt caméra fixe, telle un stylo qui trace un trait dans le sillage de la grande et la petite histoire.

L’idée de ce film est de mettre en avant la dimension humaine des célébrations. L’attachement des uns à cette histoire qui est la leurs, la découverte des autres de cette héritage inconnu jusqu’à lors, mais aussi d’offrir une trace de ce moment particulier avec les différentes générations qui se sont retrouvées pour se souvenir du Vietnam, des luttes locales et internationales pour la liberté et la souveraineté de son peuple.

Lorsque le service Vie internationale de la Mairie de Choisy-le-Roi m’a demandé de réaliser un film sur cette célébration du 40ème anniversaire de l’Accord de Paris, je n’ai pas hésité un instant, même s’il nous restait que quelques jours pour préparer le tournage.

De suite, j’avais pressentie la grande et la petite histoire dans les événements à venir, esquissés avec une précision maintes fois répétée : Il va falloir suivre ; les choses risquent d’évoluer au fil du temps. Il a fallu donc préparer, pour une équipe réduite de deux personnes, plusieurs configurations de matériel de tournage : sur pied avec son séparé, à l’épaule avec son sur bras déporté monté, à l’épaule sans son séparé, avec l’idée de filmer sur le vif les grands et les petits moments de ces journées commémoratives.

Source : Rina Sherman


4 réflexions sur « Les Accords de Paris, quarante ans plus tard – un film de Rina Sherman »

  1. Les études citées mentionnent le mouvement Cân vuong ou le Viêt Minh mais :

    1°) elles ne voient pas la relation entre les deux mouvements ;
    2°) surtout elles n’évaluent pas à sa juste valeur l’importance radicale du Cân Vuong. Ce n’est pas un mouvement passager né juste en réaction à l’agression colonialiste. Il est ancré depuis des siècles dans le Vietnam millénaire, le Vietnam des milliers de villages avec leurs haies de bambous. A la tête de ces villages, les lettrés. Ceux-ci étaient respectés par tout le monde par leur intégrité. Ils formaient une confrérie informelle, couvrant tout le pays. Au moment de la proclamation de l’édit (hich) Cân vuong, ce fut la levée en masse à l’injonction de cette confrérie. L’insurrection a temporairement échoué, en partie parce qu’il lui manquait un élément primordial, le concours extérieur.

    Après sa défaite à la fin du 19è siècle, le mouvement a paru s’effacer. Mais en réalité, il restait vivace, comme une armée de l’ombre. L’esprit de résistance persistait, nourri par la transmission orale. Cela explique le succès fulgurant de l’implantation du Viêt Minh dans la masse paysanne de 1940 à 1946. Ce fut la jonction entre le Cân vuong version 3.0 et les communistes vietnamiens revenus de l’étranger, ces derniers apportant l’élément crucial, le soutien de l’étranger. Le Viêt Minh fut la fusion de ces deux courants.

    Les deux guerres du Viêt Nam furent la revanche des conquêtes coloniales : au nord VN, de 1946 à 1954, d’Argenlieu en lieu de Rivière ou Garnier ; au sud, après Dien Bien Phu, Westmoreland, en lieu de Genouilly ou Charner ou Chasseloup-Laubat. Il n’y a pas eu plusieurs guerres du Vietnam ou d’Indochine, ce fut toujours la même guerre pendant 130 ans, toujours le Cân vuong (aka Viêt Minh) contre les catholiques – colonialistes / impérialistes.

    Voilà des pistes nouvelles d’étude pour les historiens au lieu d’essayer de tronçonner cette période de 130 ans, de délégitimer le Viêt Minh ou de réhabiliter l’Etat du Vietnam ou la République (catholique) de Saigon.

    1. Je pense que votre analyse des différentes études mentionnées est trop rapide et il faudrait peut-être se demander pourquoi ces historiens et sociologues, selon vous, ne vont pas vers une simplication extrême des liens Can Vuong/Viêt Minh.

      Votre vision sur la « longue durée » est intéressante mais elle pose problème. Il faudrait voir en détail ce qu’était réellement le Viêt Nam il y a mille ans et mettre à jour une certaine continuité à travers la classe des lettrés. Ce devrait être possible à travers les sources anciennes en caractères et les registres des lauréats des concours mandarinaux. Ceci dit, l’étude de sociologie historique d’Emmanuel Poisson sur la bureaucratie mandarinale du Nord en réaction à la colonisation met à mal les interprétations manichéennes (compradores + leurs collaborateurs vietnamiens vs lettrés et résistants). Il démontre avec finesse comment « le protectorat s’est coulé dans les usages de cette bureaucratie » et que cette bureaucratie fut « co-actrice de la réforme de l’Etat du XVe au XXe siècle » ce qui peut rejoindre votre propos.

      Le changement d’échelle, soit une périodisation de 130 ans (selon quelle datation ?), pour analyser le conflit vietnamien contre l’agression étrangère (ici spécifiquement « occidentale et catholique ») présente plusieurs écueils. Pourquoi ne pas prendre en compte alors les conflits récurrents avec la Chine dans le rapport des Vietnamiens aux autres, à l’étranger ? Ceci nous mènerait à une guerre de plus de 1000 ans. Je comprends bien votre besoin de simplification d’un Viêt-Nam « lettré, résistant et ancré dans la tradition » contre des « forces catholiques étrangères et leurs valets » cela permet de donner du sens à une lutte de plus de cent ans si l’on considère la période 1858-1975 (117 ans). Cela fait résonance à cette « école anticléricale » en ligne (sachhiem.net) qui compile tout ce qui va dans son sens (bouddhisme vs catholicisme) avec beaucoup de soin et que vous connaissez sans doute.

      Cette vision me paraît trop idéal-typique car elle fait feu de tout bois de la complexité historique et du débat vigoureux sur l’intériorité nationale constitutif de cet Etat-nation au XXe siècle. C’est une vision monolithique de l’histoire, bloc contre bloc (lettrés contre catholiques étrangers) qui ignore ou tend à effacer les dynamiques internes et les vitalités réelles de ces entités proposées. Voir par exemple les travaux de Charles Keith et Tran Thi Lien sur l’émancipation et le patriotisme du catholicisme vietnamien.

      D’une façon générale, ce débat très intéressant et interminable interroge ce qu’est la tradition vietnamienne (passé et présente), de quoi est-elle faite et ce que fut le Viêt-Nam d’un point de vue administratif, religieux et territorial sur plus de 1000 ans, autant dire une immense tâche. Si vous êtes convaincu par votre thèse (plus exactement si vous possédez des ressources inédites), étayez-la avec des sources historiques de première main et publiez-la ce qui permettra de débattre plus en détail. En vous remerciant pour votre contribution.
      François Guillemot

  2. Mme Binh (dont le grand père maternel était le célèbre lettré anti colonialiste Phan chu Trinh [Phan Châu Trinh]) a publié ses mémoires, il y a quelque temps. On y apprend entre autres que son grand père a fait partie du mouvement Cân vuong, que son père et plusieurs membres de sa famille ont participé à la guerre d’Indochine; elle a aussi été emprisonnée par les colonialistes. Le cas de Mme Binh est emblématique, semblable aux différents leaders Viêt Minh, ils font la jonction entre le Cân vuong et le Viêt Minh et à ce titre ont une légitimité peu contestable ; par rapport à eux, Bao Dai ou la famille Ngô fait piètre figure, ils n’ont jamais souffert de privations, de prison, ils n’ont jamais été proches des paysans.

    Le mouvement Cân vuong a été la matrice du Viêt Minh ; les lettrés Cân vuong formaient une confrérie informelle d’envergure nationale, ils se connaissaient tous de vue ou de réputation. Quand le mouvement a été vaincu, les lettrés se sont retirés dans leurs villages. Par transmission orale, ils ont nourri l’esprit de résistance et l’ont transmis à leurs enfants et petits enfants (dont Mme Binh et le général Giap). En 1940, quand le Viêt Minh est entré en action, ses membres ont fait appel au terreau Cân vuong et au réseau de relations informelles des familles des lettrés. Grâce à cela, le Viêt Minh a pris son essor plus rapidement. Les membres du Viêt Nam quôc dân dang avaient aussi les mêmes origines mais grâce au machiavélisme colonialiste qui suivait une politique de terre brûlée (pas de troisième force entre nous et le Viêt Minh), ils ont été plus sévèrement réprimés et ont perdu la lutte par rapport au Viêt Minh.

    Les historiens modernes devraient se pencher sur ces aspects historiques de la résistance anti-colonialiste, au lieu de chercher à « revisiter » l’histoire et délégitimiser le Viêt Minh et réhabiliter l’Etat du Vietnam ou la République de Saigon.

    1. Précision aux lecteur/trice : les mémoires de Nguyen Thi Binh ont été publiés en vietnamien en 2012, puis traduits en anglais et publiés chez Tri Thuc Publishing House en 2013 sous le titre : Family, Friends and Country. Autobiography. Plus généralement, le Can Vuong a été la matrice du mouvement révolutionnaire vietnamien. Le sociologue Trinh Van Thao a publié un article très intéressant en trois parties sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine.

      Les études sur cette filiation existent depuis longtemps. L’historien Charles Fourniau a consacré deux ouvrages importants sur le Can Vuong [1], Trinh Van Thao a étudié en détail toute une génération d’intellectuels engagés au Viêt-Minh [2] sans parler d’études plus anciennes de David Marr, Alexander Woodside, William Duiker, Nguyen The Anh ou Bernard Fall [3]. Quant aux liens entre le Viêt-Minh et le PCI en 1945-46, David Marr y consacre un chapitre dans son dernier ouvrage [4]. Christoph Giebel, de son côté, s’est intéressé de près à la biographie de Ton Duc Thang avec ce titre évocateur : Imagined Ancestries of Vietnamese Communism: Ton Duc Thang and the Politics of History & Memory. [5]

      Vous avez raison, poursuivre l’étude sociologique du Viêt-Minh entre 1941 (date de sa création) et 1951 (date de sa fusion dans le Lien Viet) serait utile et intéressant, notamment pour voir ce qu’il reste de cette filiation héritée du Can Vuong après la brutale réforme agraire de 1953-56 et les purges de 1966-67, deux opérations politiques qui firent peu de cas des descendances de lettrés qui servirent le Viêt-Minh (voir par exemple le destin de Dang Van Viet ou, dans une moindre mesure, celui de Vo Nguyen Giap). Cela permettrait de mieux comprendre l’étendue de la transformation interne du Viêt-Minh, du PCI au Lao Dông, et de réfléchir sur la sclérose idéologique qui s’en suivit.

      Quant à l’État du Viêt-Nam (1948-1955) et la République du Viêt-Nam (1955-1975), ils méritent d’être étudiés avec soin car ils font partie du récit national au même titre que la République Démocratique du Viêt-Nam (1945-1976) et, du même coup, leurs filiations sont aussi constitutives de la République Socialiste du Viêt-Nam depuis 1976. Les nouvelles études explorent les pans délaissés de l’histoire vietnamienne contemporaine et permettent d’appréhender avec plus d’acuité la complexité du processus historique.

      Enfin, plus que la filiation, c’est l’action (politique, sociale, culturelle, économique, religieuse) des femmes et des hommes qui me paraît intéressante à retracer et à analyser.

      François Guillemot

      [1] Charles Fourniau, Annam-Tonkin 1885-1896. Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale, Paris, L’Harmattan, 1989 ; Vietnam, domination coloniale et résistance nationale, 1858-1914, Paris, Les Indes savantes, 2002.
      [2] Trinh Van Thao, Vietnam, du confucianisme au communisme : un essai d’itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2008.
      [3] David G. Marr, Vietnamese anticolonialism 1885-1925, Berkeley, University of California, 1971 ; Alexander B. Woodside, Community and revolution in modern Vietnam, Boston, Houghton Mifflin, 1976 ; William J. Duiker, The rise of nationalism in Vietnam 1900-1941, Ithaca, Cornell University Press, 1976 ; Nguyen The Anh, Monarchie et fait colonial 1875-1925. Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, 1992, Bernard Fall, Le Viêt-Minh.La République Démocratique du Viêt-Nam : 1945-1960, Paris, Armand Colin, 1960.
      [4] David G. Marr, Vietnam: state, war, revolution, 1945-1946, Berkeley, University of California Press, 2013, voir chapitre 8.
      [5] Seattle, WA: University of Washington Press, 2004.

Les commentaires sont fermés.