Christel Thibault : L’archipel des camps, l’exemple cambodgien – CR de lecture par Arnaud Richard

Thibault_L'ArchipelDesCampsChristel Thibault présente dans cet ouvrage une version remaniée de sa thèse de doctorat de géographie intitulée « Conflits, refuges et enjeux frontaliers : les déplacements forcés de la population du Cambodge, 1970-2000 » et soutenue en 2005 à Paris IV-Sorbonne sous la direction de Christian Huetz de Lemps. Cet ouvrage a obtenu le Prix « Le Monde » de la recherche universitaire en 2008.

En s’intéressant au sort des centaines de milliers de déplacés et réfugiés cambodgiens ayant fui leur pays depuis l’avènement du régime Khmer rouge en 1975, et plus encore à sa chute lors de l’invasion vietnamienne en janvier 1979, Christel Thibault tente de démêler ici l’écheveau politique, humanitaire et militaire qui détermine le sort de ces populations. Le développement proposé est à la fois thématique et chronologique, couvrant les périodes de fuite des populations civiles et des militaires khmers rouges vers l’ouest, leur précaire stabilisation forcée dans des camps de part et d’autre de la frontière avec la Thaïlande du fait de l’impasse politique des années 1980, et leur rapatriement progressif à partir de 1991 suite aux accords de Paris.

Fuir le Cambodge en 1979

Lorsque les troupes de Hanoï « libèrent » Phnom Penh des quatre années de Kampuchéa démocratique le 7 janvier 1979, le Cambodge est un pays exsangue, totalement désorganisé par l’Angkar révolutionnaire qui a contraint le déplacement de millions de Cambodgiens des villes vers les campagnes, pour y mener ses expériences collectivistes. Le pays entier a été transformé en immense prison à ciel ouvert, de laquelle il est quasiment impossible de s’échapper, tant du fait de la surveillance étroite exercée par le régime que par l’absence de ressources mobilisables par des populations sous-alimentées, isolées de leurs proches, et souvent loin de leur région d’origine. L’invasion vietnamienne, en faisant tomber le pouvoir khmer rouge, permet de desserrer l’étau sur le pays, en même temps qu’elle se double d’une grave crise alimentaire puisqu’à peine le tiers des rizières est alors cultivé. Face à cette crise de subsistance, la réaction naturelle des populations est de fuir vers la Thaïlande pour celles qui le peuvent. À ces populations civiles, migrantes de la faim, se superposent des déplacements motivés par des raisons politiques ; les militaires khmers rouges et ce qu’il reste des monarchistes pro-Sihanouk ou des républicains se déplacent vers l’ouest du pays devant reculer face aux troupes de Hanoï. La situation de pénurie alimentaire est aggravée par le fait que le nouveau pouvoir de la « République populaire du Kampuchéa » (RPK) ne soit pas reconnu à l’ONU comme autorité légitime sur le Cambodge, hypothéquant une éventuelle aide alimentaire, que l’on craint d’être vue détournée vers le Viêtnam…

Une crise humanitaire, un problème de politique internationale

La Thaïlande, seul pays relativement stable de la région, est devenue, malgré elle, au fil du temps le réceptacle des déplacements de populations dues aux différents conflits et crises qui affectent ses voisins depuis 1946. Face au flot massif de réfugiés en provenance du Cambodge, le pays durcit sa politique d’accueil après 1975, ne donnant que chichement le statut de réfugié défini par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) aux personnes qui fuient la faim, considérant la majorité d’entre eux comme des déplacés, et les forçant à se stabiliser dans des camps de rétention du côté thaïlandais de la frontière, sous l’autorité du ministère de l’Intérieur. En tant que signataire de la convention de Genève, la Thaïlande est en théorie censée souscrire au principe de non-refoulement des populations. Or, entre mars et juin 1979, au plus fort des mouvements de population, on estime que 60 000 Cambodgiens sont refoulés par la Thaïlande, parmi lesquels 45 000 d’entre eux entrés au niveau d’Aranyaprathet sont transportés et relâchés 300 kilomètres plus au nord, dans la région du temple de Preah Vihar, une zone de conflit latent entre la Thaïlande et le Cambodge. Ces nouvelles préoccupations sécuritaires se doublent d’une volonté de ne pas créer « un appel d’air » pour d’autres candidats à la fuite, en même que d’une stratégie visant pour la Thaïlande à attirer l’attention de la communauté internationale pour ne pas assumer seule la gestion de ces déplacés. Ainsi, en juillet 1979, l’ONU réagit enfin en condamnant le nouveau régime mis en place à Phnom Penh et décide de mettre en place la Mission conjointe, une opération humanitaire d’urgence vers les populations réfugiés d’Asie du Sud-Est. Des garanties données à Bangkok quant à une répartition future des réfugiés vers des pays-tiers (France, États-Unis,…), lui font accepter plus facilement l’afflux de nouvelles populations sur son territoire entre octobre 1979 et février 1980. On compte à la fin de cette année 150 000 réfugiés statutaires cambodgiens en Thaïlande.

Cambodia anti-PRK border camps © 2010 Wikimedia Commons
Cambodia anti-PRK border camps © 2010 Wikimedia Commons

L’auteur montre par ailleurs bien l’imbroglio diplomatique qui existe dans les années 1980 face à la situation politique du Cambodge, puisque la majorité des États membres de l’ONU continuent de reconnaître les Khmers rouges comme seules autorités légitimes, considérant le nouveau pouvoir à Phnom Penh en place depuis 1979 comme un régime d’occupation. En conséquence, la décision d’apporter une aide humanitaire d’urgence au pays fait l’objet de vifs débats, d’autant que Phnom Penh ne veut aucune ingérence étrangère sur son territoire. C’est ainsi que l’on en arrive piteusement à ce que fin 1980 300 tonnes de vivres soient débarquées dans le port de Sihanoukville dans le Golfe du Siam, sans possibilité aucune de contrôler l’acheminement effectif des denrées vers les populations civiles, par le nouveau régime militaire. Le constat de l’auteur est ainsi sans équivoque :

« La distribution étant désormais laissée à l’appréciation des autorités locales, l’aide est répartie selon une hiérarchie de groupes bénéficiaires – privilégiant notamment Phnom Penh par rapport au reste du pays, les villes par rapport aux campagnes, les militaires par rapport aux civils, l’armée d’occupation par rapport à l’armée régulière, les fonctionnaires par rapport aux autres corps, les Vietnamiens par rapport aux Cambodgiens, les cadres du Parti par rapport aux simples citoyens, etc. […]. L’aide censée résorber rapidement le déficit alimentaire global contribue ainsi directement à la remise en route de la nouvelle administration sous tutelle vietnamienne et à l’entretien des troupes d’occupation – dont les Nations unies condamnent pourtant le déploiement[1]. »

Face à cette situation d’impuissance, l’aide est désormais acheminée via la frontière avec la Thaïlande, ce land bridge provoquant l’afflux d’un million de nouveaux réfugiés cambodgiens, décidant Bangkok à fermer sa frontière et à pratiquer officiellement une politique de humane deterrence. Au final, la Mission conjointe, avec ses 650 millions de dollars dépensés en trois ans, s’avère être « l’intervention humanitaire internationale d’urgence la plus lourde des années 1980 »[2]. Ce que l’auteur qualifie de « surinvestissement »[3] au regard d’autres crises humanitaires s’explique par le contexte de la Guerre froide où les États-Unis, principal contributeur au budget de l’opération, craignent que Hanoï ne fasse basculer toute la péninsule dans son orbite.

Il ressort de la lecture que la question du règlement du sort des réfugiés dans les années 1980 est belle et bien politique. Le gouvernement de Heng Samrin à Phnom Penh soutenu par Hanoï, se maintenant en grande partie grâce au détournement de l’aide internationale, poursuit sa politique d’offensive contre les combattants de la résistance et les civils réfugiés du côté cambodgien de la frontière, poussant à deux nouveaux pics de déplacements vers la zone de sécurité du côté thaïlandais en 1984 et en 1988. Par ailleurs, ce que l’auteur qualifie de « prédations vivrières organisées[4] » par des Bo Doï qui se comportent comme en terrain conquis dans les provinces de l’ouest du Cambodge, alimente le flux de réfugiés civils vers la Thaïlande. Ainsi, en dépit de la politique de Humane deterrence thaïlandaise et d’un contrôle plus strict des déplacements au Cambodge à partir de 1985, « les effectifs de la population réfugiée doublent entre fin 1981 et fin 1992, atteignant 380 000 personnes environ[5]. »

Vers une politisation des camps

Alors que la fin de la Mission conjointe traduit la sortie de la période d’urgence humanitaire à partir de 1982 et le début d’une longue période d’attente d’un potentiel retour pour les populations des camps, l’heure est à la reconstruction politique. Sous l’égide de l’ASEAN et de l’ONU, les trois oppositions au régime de collaboration de Phnom Penh –Khmers rouges, Sihanoukistes et Républicains– sont réunies dans un gouvernement de coalition du Kampuchéa démocratique (GCKD) en exil. Sur le terrain, il apparaît que les camps frontaliers soient les derniers éléments de souveraineté territoriale pour ces oppositions politiques, relayées sur le terrain par des combattants et des militaires en fuite. En entérinant la création du GCKD, l’ONU laisse donc les populations déplacées des camps frontaliers –sans statut en droit international contrairement aux réfugiés–  devenir des instruments des factions combattantes dont le contrôle est crucial pour l’affirmation d’une représentativité politique. L’auteur décrit le mouvement complexe des relations d’influence et de contrôle politique allant des camps de réfugiés statutaires en Thaïlande, vers les bases de repli combattantes à l’ouest et au nord du Cambodge, en passant par les camps satellites de déplacés. Dans les camps où ce sont les déplacés militaires qui ont pris le contrôle, les cas de conscription forcées sont nombreux, tandis que la Thaïlande ferme les yeux sur les abus commis par sa Task Force 80, un corps spécial de son armée, à qui elle a délégué une gestion mercantile et arbitraire des camps de son côté de la frontière.

Le rapatriement ou l’impossible retour

À partir de la fin de l’année 1988, on assiste à un retrait progressif des Bo Doï qui ouvre la voie à une reconquête spatiale et politique du pays par les trois tendances de l’opposition. À la suite de la conférence de Paris du 23 octobre 1991 qui aboutit à un règlement politique global, l’agence onusienne Apronuc[6] est chargée du processus de rapatriement des réfugiés. Sa mission doit être achevée en avril 1993, date fixée à Paris pour les élections générales censées redonnées la parole au peuple. D’où un empressement des forces politiques à faire appliquer l’accord et à prendre soin de cette clientèle électorale en puissance… Rentrer effraie légitimement des populations éloignées de leur région d’origine depuis dix voire quinze ans. Il leur est en outre souvent impossible de retourner s’établir dans certaines régions défigurées par la guerre et durablement inexploitables pour l’agriculture en raison des trois millions de mines antipersonnel « tombées » sur le pays. Phnom Penh est ainsi complétement dépassée au milieu des années 1990 par une population errante d’anciens déplacés, déracinés, ne sachant plus où aller ni vers qui se tourner, et tentant de trouver un ultime refuge dans la capitale. Les secousses de la scène politique à cette période menacent la fragile normalisation d’un pays qui doit désormais affronter l’histoire enfouie des crimes du régime Khmer rouge.

Une remarquable géographie des camps est dressée, appuyée par une enquête de terrain dans les provinces de Battambang et Siem Reap pour y rencontrer les populations anciennement déplacées. La mise en lumière des différents intérêts des acteurs en présence permet de saisir les dimensions multiples que revêt la problématique des déplacés cambodgiens. On en ressort avec l’impression que dans ce « chaos organisé » qu’est l’archipel des camps, les populations civiles ont été prises au piège dans des enjeux qui les dépassent, comme pour faire écho au sort d’un Cambodge à peine indépendant pris dans « la lessiveuse de l’histoire ».

 

Éléments de bibliographie :

  • Cambrézy Luc, Réfugiés et exilés. Crise des sociétés, crise des territoires, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2001.
  • Chan Kwok Bun, Kenneth Ch, « Past, present and future: the Indochinese refugee experience twenty years later », Journal of Refugee Studies, 1995, vol. 8, n° 1, p. 75-94.
  • Martin, Marie-Alexandrine, « Migrations et répartitions de la population dans l’Ouest cambodgien communisé », Hérodote, 2ème trimestre 1989, p. 114-138.
  • Peschoux, Christophe, Les « Nouveaux » Khmers rouges. Enquête (1979-1990). Reconstruction du mouvement et reconquête des villages, Paris, L’Harmattan, 1992.
  • Richer, Philippe, Le Cambodge. Une tragédie de notre temps, Paris, Presses de Sciences-Po, 2001.

Voir aussi :

  • Thibault Christel, « L’état des déplacements sous contrainte au Cambodge en 1998 », L’Information géographique 1/ 2007 (Vol. 71), p. 87-90.

 


Notes

[1] Christel Thibault, L’archipel des camps, l’exemple cambodgien, Paris, Le Monde/Presses universitaires de France, coll. Partage du savoir, 2008, pp. 27-28.

[2] Op. cit., p. 32.

[3] Op. cit., p. 32.

[4] Op. cit., p. 51.

[5] Op. cit., p. 38.

[6] Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge.

 

Arnaud Richard est étudiant à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Il a étudié la langue chinoise durant une année à l’Université de Nankin. Ses recherches actuelles, pour lesquelles il effectue un séjour académique à l’Universitas Gadjah Mada de Yogyakarta, portent sur les communautés chinoises dans l’Indonésie post-Suharto.



Citer ce billet
indomemoires (2014, 2 avril). Christel Thibault : L’archipel des camps, l’exemple cambodgien – CR de lecture par Arnaud Richard. Mémoires d'Indochine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q57o