Mark Atwood Lawrence : Assuming the Burden – CR de lecture par Olivier Campeau

Lawrence_AssumingTheBurdenDans son ouvrage Assuming the Burden, Mark Atwood Lawrence cherche à répondre à une question en apparence bien simple : comment expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis qui, en 1945, étaient largement indifférents envers le sort du Vietnam, et qui en 1950 considéraient que l’avenir de celui-ci « carried heavy implications for the destiny of Asia »[1] au point d’intervenir dans la guerre d’Indochine, marquant alors le prélude à ce qui deviendra la guerre du Vietnam ? Or, la complexité de la réponse et l’argument original que propose Lawrence, ainsi que le brio avec lequel il mène sa démonstration, sont ce qui fait de cet ouvrage une lecture incontournable pour quiconque désire comprendre l’évolution de la guerre d’Indochine, les origines de la guerre du Vietnam et l’arrivée de la guerre froide dans le tiers-monde.

Comme nous le rappelle Lawrence, trois explications dominent l’historiographie quant aux raisons permettant de comprendre l’intervention américaine en Indochine en mai 1950[2]. D’abord, certains historiens comme Gary Hess et George Herring expliquent le phénomène par le fait que la situation géopolitique en Asie à la fin des années 1940 semblait, aux yeux de l’administration américaine, se conformer de plus en plus à un modèle d’agression soviétique global dirigé contre les intérêts des pays du bloc capitaliste[3]. Avant 1948, le gouvernement américain avait largement porté son attention envers l’Europe de l’Est, au détriment de l’Asie, celle-ci considérée alors comme un théâtre secondaire de la guerre froide. Au lendemain de la victoire de Mao en Chine cependant, en 1949, Washington en était venue à considérer la menace soviétique comme globale, et le Vietnam comme la prochaine cible de Moscou en Asie. Il fallait donc rapidement intervenir en Indochine et bloquer l’avancée de l’idéologie soviétique avant de voir celle-ci triompher ailleurs en Asie. C’est ce qui expliquerait, selon certains historiens, le changement de politique des États-Unis en 1949 et leur décision d’intervenir en Indochine en 1950. Les historiens de l’économie, dont Gabriel Kolko, se sont quant à eux intéressés à une deuxième explication: l’Indochine aurait constitué une région essentielle pour la relance de l’économie ouest-européenne, et donc pour les intérêts américains, et son maintien au sein du bloc capitaliste serait devenu une priorité devant la menace d’une victoire communiste au Vietnam en 1950[4]. Enfin, la troisième explication mise de l’avant par les historiens, entre autres par Robert Blum, tient aux aléas de la scène politique américaine[5]. Le changement de politique de l’administration Truman serait alors à mettre en lien avec les critiques qu’elle essuya de la part de l’opposition républicaine suite à la victoire de Mao en Chine, selon lesquelles le gouvernement américain n’aurait pas été assez fort pour éviter une telle conclusion à la guerre civile chinoise.

           Pour Mark Atwood Lawrence, ces trois explications sont toutes valables pour expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis en 1950 envers le Vietnam et elles ne s’excluent en rien, cependant qu’elles oblitèrent toutes une réalité jusqu’ici jamais abordée, et tel est l’argument original de Lawrence : la transformation de la politique américaine envers le Vietnam entre 1945 et 1950 résultat aussi d’un débat transnational entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France pour trouver une solution au conflit indochinois, chacun essayant le plus possible de faire valoir ses impressions et ses intérêts au sein du groupe[6]. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que la défaite japonaise devenait de plus en plus imminente, ces trois pays commencèrent à réfléchir sur l’avenir de l’Indochine. Pour la France Libre de Charles de Gaulle, il ne faisait aucun doute que l’Indochine devait revenir dans le giron français. La France devait retrouver son statut de grande puissance perdu aux mains des Allemands et des Japonais en 1940, et cela passait par la voie impériale. Quant à la Grande-Bretagne, elle se rangeait derrière l’idée d’un retour de la France en Indochine essentiellement, selon Lawrence, parce qu’elle estimait qu’une remise en question du pouvoir colonial français en Indochine risquerait de se retourner contre ses propres intérêts coloniaux ailleurs dans le monde, et parce que la France était maintenant considérée comme un allié important en Europe contre le communisme et s’opposer au retour de la France en Indochine ne ferait qu’envenimer les relations entre les deux pays[7]. Quant aux États-Unis, ils hésitaient à consolider leurs bonnes relations avec Londres et Paris et à reconnaitre les droits de la France en Indochine ou à demeurer ferme sur leurs convictions anticolonialistes et maintenir en vie l’esprit de la Charte de l’Atlantique. Selon Lawrence donc, on ne peut comprendre la réorientation de la politique américaine à l’égard du Vietnam en 1950 si l’on ne tient pas compte des débats entre ces trois gouvernements entre 1945 et 1950 quant à l’avenir du Vietnam.

           Pour le démontrer, Lawrence entreprit de vastes recherches à travers divers fonds d’archives des gouvernements américain, britannique et français. Il reconstitua à la fois les débats et les conflits internes ayant eu lieu au cœur de ces administrations quant à la solution à appliquer au Vietnam, et les négociations internationales menées entre ces différentes administrations. C’est par cela, entre autres, que se démarque cette recherche de l’historiographie actuelle : l’abondante utilisation des sources françaises pour expliquer un pan d’histoire de la politique étrangère américaine et la prise en compte de l’allié britannique. Conduite avec le souci de la nuance, cette entreprise historique nous offre donc à voir une administration américaine influencée par ses alliées, « [as] merely one participant in a complicated, decidedly international dynamics in which other governments usually held the initiative and set the agenda »[8], et donc loin du stéréotype de l’Amérique triomphante et toute puissante d’après-guerre, dictant ses remèdes au reste du monde, tel qu’on nous la présente parfois dans certaines monographies ou dans certains médias.

BaoDai_200Piastres_1954
Bao Dai, enjeu de la Guerre froide.

           Cette dynamique et ces rapports de forces entre les États-Unis et leurs alliés français et britannique, finement analysés par Lawrence, nous permettent, de même, de mieux saisir l’évolution de la guerre d’Indochine et l’intervention américaine au Vietnam en 1950. L’analyse que fait Lawrence de la solution Bao Dai en est un bon exemple. Ayant désespérément besoin de l’aide financière et militaire américaine pour s’imposer face à la République Démocratique du Vietnam (RDV), mais se butant, entre 1946 et 1948, au refus de l’administration américaine d’intervenir au Vietnam et de cautionner un retour du colonialisme dans la péninsule, la France se mit alors en quête d’une solution pour circonvenir la position des États-Unis. En octobre 1947, Paris arrêta son choix sur l’ex-empereur d’Annam, Bao Dai. Au sein du gouvernement français, on croyait que si celui-ci pouvait prendre la tête d’un nouvel État vietnamien non-communiste destiné à faire concurrence, sur la scène politique vietnamienne, à la RDV et à s’imposer dans l’opinion publique vietnamienne, il serait alors plus aisé de nier à Ho Chi Minh sa position de leader du nationalisme vietnamien et de le stigmatiser comme un rebelle et un agent de Moscou. De la sorte, le gouvernement français n’aurait plus à demander à Washington de l’aider à vaincre un gouvernement vietnamien nationaliste et légitime, mais plutôt de l’aider à vaincre une rébellion communiste dirigée par Staline. Si Lawrence analyse cependant la solution Bao Dai davantage sous l’angle de sa thèse, comme étant « designed largely to shatter existing international perceptions of the Indochina conflict »[9], et néglige ainsi par moment la dimension « nationale » bien réelle de la solution Bao Dai (en ce sens où la solution Bao Dai n’avait pas seulement que des objectifs internationaux), il n’en demeure pas moins qu’il démontre très bien dans son ouvrage que la décision des États-Unis de reconnaitre diplomatique le gouvernement de Bao Dai en février 1950, et par la suite d’intervenir en Indochine pour le compte de ce nouvel État vietnamien en mai 1950, résulte bel et bien des conclusions d’un débat multinational. En somme, il démontre que les multiples tentatives de la part du gouvernement français, aidé en cela par son allié britannique, pour réorienter les objectifs de la guerre d’Indochine de manière à les faire correspondre aux valeurs et aux engagements américains ont réussi. Après de longs mois de négociations, l’administration américaine accepta finalement de jouer « the active role in Southeast Asian affairs that they [la France et la Grande-Bretagne] had scripted for it »[10]. Aux yeux des États-Unis, la guerre d’Indochine n’était plus une guerre coloniale, mais plutôt une guerre destinée à défendre le Vietnam et le reste de l’Asie contre une agression soviétique.

           Dans l’introduction de son ouvrage, Lawrence écrit que « this book rests partly on the theoretical insight that « reality » is established through social interaction »[11]. Or, cette phrase est peut-être celle, pour conclure, qui donne toute sa portée à cet ouvrage. En démontrant tout au long de son ouvrage que la « réalité » de la guerre d’Indochine, pour les États-Unis, fut « construite » lors d’un long débat avec ses alliés français et britannique sur l’avenir de la péninsule indochinoise et sur le rôle que devait y jouer l’administration américaine, Lawrence fait intervenir ici les perceptions personnelles des responsables politiques dans l’élaboration de la politique américaine, et démontre ainsi l’incertitude qui entoura, entre 1945 et 1950, le sort politique du Vietnam. « To the extent that Vietnam’s political destiny lay in the hands of the Western powers, it’s future remained highly incertain »[12]. Une lecture indispensable donc pour les historiens travaillant sur l’intervention américaine au Vietnam et sur la construction du prisme à travers lequel Washington vit, pour les années à venir, son rôle politique en Asie du Sud-Est.

Olivier Campeau, UQAM


[1] Mark Atwood Lawrence, Assuming the Burden: Europe and the American Commitment to War in Vietnam, University of California Press, Berkeley, 2005, p. 3.

[2] Ibid., p. 4.

[3] Gary R. Hess, The United States’s Emergence as a Southeast Asian Power, 1940-1950, Columbia University Press, New York, 1987, 448 p. ; George C. Herring, America’s Longest War: The United States and Vietnam, 1950-1975, McGraw-Hill, New York, 1985, 316 p.

[4] Gabriel Kolko, The Roots of American Foreign Policy: An Analysis of Power and Purpose, Beacon Press, Boston, 1969, 166 p.

[5] Voir entre autres Robert M. Blum, Drawing the Line: The Origins of the American Containment Policy in East Asia, Norton, New York, 1982, 273 p.

[6] Lawrence, Op. cit., p. 7.

[7] Ibid., p. 33-45.

[8] Ibid., p. 4

[9] Ibid., p. 187.

[10] Ibid., p. 168.

[11] Ibid., p. 9.

[12] Ibid., p. 8.

 

Olivier Campeau est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal. Son mémoire s’intitule « La perception française de l’Inde durant la guerre d’Indochine, 1947-1954: une étude de cas sur l’émergence du mouvement anticolonial asiatique sur la scène internationale avant Bandung ». Il poursuit présentement des études en pédagogie.


4 réflexions sur « Mark Atwood Lawrence : Assuming the Burden – CR de lecture par Olivier Campeau »

  1. Certains historiens français pensent que Bao-Dai ne fut pas que “ce dandy désargenté et oisif », ils affirment que Bao-Dai a pu arracher quelques semblants d’indépendance pour son gouvernement. Ils ne veulent pas admettre que si la France a refusé même le mot « indépendance » à toutes les organisations nationalistes vietnamiennes (communiste ou pas) en 1945-46, et que, en 1949, les Français ont finalement accepté une indépendance cosmétique au gouvernement de Bao-Dai, c’est surtout grâce à l’intransigeance de l’armée Viet-Minh sur le terrain de guerre.

    Contrairement à ce qu’affirme François Guillemot, l’échec de « la solution Bao-Dai » n’est pas « l’échec collectif des Vietnamiens ». Il est clairement l’échec de la France dans sa tentative de placer un gouvernement fantoche exécutant les ordres venant de France. Il suffit de regarder la composition de son gouvernement. Les dirigeants résistant (même non communiste) ont refusé de servir ce gouvernement.

    Le caractère cosmétique du gouvernement de Bao-Dai apparaît clairement dans le rapport Revers. François Guillemot qualifie ce rapport de « caricatural ». Le général Revers a pourtant préconisé « une vraie indépendance au gouvernement de Bao-Dai ». Car c’est le seul moyen pour attirer des éléments valables. Exactement comme le gouvernement de Hô Chi Minh peut se targuer être maître de ses décisions concernant cette guerre. Cette théorie est également confirmée dans « the Pentagon Papers » https://www.mtholyoke.edu/acad/intrel/pentagon/pent5.htm

    C’était une phrase de Trân Van Huu. Premier Ministre de Bao-Dai :

    « It is not necessary for young men to die so that a French engineer can be director of the port of Saigon. Many people are dying every day because Viet Nam is not given independence. If we had independence the people would have no more reason to fight.”

    Revers a été limogé à cause de ce rapport. Ce n’était pas n’importe qui. S’engager comme sous-lieutenant, il a gravi tous les échelons pour devenir chef d’état-major de l’Armée de terre. C’est un homme du terrain.

    Revers a été limogé parce qu’il a osé contredire la version officielle. Ce site indomemories [Mémoires d’Indochine] qui a justement pour mission de « inverser la tendance générale de l’histoire officielle » et qui écarte d’un revers de main le rapport Revers sous prétexte que c’est trop « caricatural ». Il y a donc des « histoires officielles » qu’il vaut mieux « inverser la tendance » et d’autres qu’il vaut mieux pas y toucher?

    Avec le recul, beaucoup pensent que la France a échoué en Indochine justement parce que les conseils de Revers n’ont pas été suivis.

    1. Vous exprimez plusieurs choses dans cette réponse notamment une sur laquelle je vous rejoins : la pression de la résistance Viêt-Minh sur la formation du premier gouvernement baodaïste de 1948 (Nguyen Van Xuan, Gouvernement Central Provisoire). Beaucoup de nationalistes (du Dai Viet entre autres) ne souhaitaient pas voir trop affaiblie la résistance Viêt-Minh car ils se méfiaient des intentions françaises (à juste titre d’ailleurs) cela justement pour maintenir une certaine pression sur l’ancien colonisateur.

      Pour le reste : que vous dire de plus après maintes discussions sur ces sujets (sur ce même carnet de séminaire) ? Vous êtes dans le déni de ce qui s’est passé au niveau vietnamien sur cette période, c’est votre choix et je ne suis pas d’accord avec cette vision tronquée de l’histoire, vous le savez. Je n’ai que faire d’un débat stérile pour ou contre ceux que vous nommez les « fantoches ». Vous ne m’entrainerez pas sur ce terrain là, cela ne m’intéresse pas. Je considère les acteurs, leurs destins et leurs projets avec sérieux qu’ils soient de tel ou de tel bord, Viêt-Minh, Dai Viêt, VNQDD, révolutionnaires, radicaux ou modérés, femmes ou hommes. Laissez derrière vous les jugements péremptoires de type « fantoches » et compagnie… vous y verrez plus clair.

      Pour en revenir au débat, peut-être que les Français eux-mêmes n’ont pas cru à cette solution Bao Dai dès le départ, c’est possible. Et il est vrai également que des nationalistes vietnamiens ont fortement douté de son efficacité, Bao Dai le premier. Par exemple, Phan Quang Dan un des premiers soutiens de Bao Dai (dès décembre 1945 avec le journal Thiet Thuc) se retourna violemment contre lui dix ans plus tard (voir le programme du Parti Républicain). Mais il est vrai également que d’authentiques patriotes (et pour certains d’entre eux autant anticolonialistes qu’anticommunistes d’ailleurs) ont soutenu l’ex-empereur comme par exemple Dang Van Sung, Le Thang, Le Van Vien (Bay Vien), Nguyen Huu Tri, Nguyen Ton Hoan, Nguyen Van Tam, Phan Huy Quat, Vu Quoc Thuc, etc. Une partie de ces hommes se sont retournés contre Bao Dai à la fin de l’année 1953 conscients de l’impasse dans laquelle se trouvait ce régime (voir l’important congrès de Saigon d’octobre 1953) et dans laquelle eux-mêmes allaient finir par se trouver.

      Concernant le fameux rapport Revers (qui est en réalité une compilation de documents [1]), je ne le rejette pas en bloc loin de là, d’ailleurs je n’en ai qu’une connaissance livresque très partielle [2]. Dans la discussion précédente, je nuançais juste l’extrait de quelques lignes qui était cité dans les Pentagone Papers , c’est très différent de votre façon d’extrapoler. Sachez qu’en 1949, il existait d’autres rapports bien informés émanant du Deuxième bureau sur la situation des partis politiques vis-à-vis de Bao Dai.

      [Je vous cite] Avec le recul, beaucoup pensent que la France a échoué en Indochine justement parce que les conseils de Revers n’ont pas été suivis.

      Certes, avec le recul et avec des « si » beaucoup de choses peuvent être dites mais la guerre a bien eu lieu et s’est poursuivie avec son cortège de malheurs pour les populations locales.

      Quant à ce carnet de séminaire que vous détestez tant pourquoi vous y attachez-vous autant ? J’ai le sentiment qu’au contraire il vous intéresse grandement…
      Bien à vous.
      François Guillemot, 01/04/2014

      [1] Cf. D. Domergue-Cloarec, « La mission et le rapport Revers », Guerres mondiales et conflits contemporains, No. 148, L’INDOCHINE DE 1945 A 1952 (Octobre 1987), pp. 97-114.
      [2] Cf. Général Yves Gras, Histoire de la Guerre d’indochine, Paris, Librairie Plon, 1979, voir : § « La mission du général Revers en Indochine », pp. 265-269 § « L’affaire des généraux », pp. 275-279.

  2. – Assuming the burden = accepter le fardeau, il faut une sacrée dose soit d’arrogance soit d’inconscience ignorante pour utiliser ces mots dans ce contexte. Ca vient droit de Kipling et rappelle son fameux poème (où le racisme affleure) « le fardeau de l’homme blanc », un péan à l’impérialisme et au colonialisme, envoyé au président Théodore Roosevelt pour l’encourager à aller « prendre en charge » le sort des Philippins. Celui-ci allait céder aux injonctions et venir aux Philippines apporter le progrès et les lumières de la civilisation blanche (bien entendu supérieure) aux autochtones (bien entendu sauvages et inférieurs) ; les malheureux allaient goûter de la soupe mongole revisitée (cet américanisme est à la mode) à l’américaine ; les VN allaient aussi en goûter en plus corsé.
    – Comme on le voit dans l’article, les 2 crapules colonialistes allaient demander le concours du mafioso néo-impérialiste en lui promettant le partage des richesses.
    – Que faisait Bao dai de 1946, quand il a abdiqué à 1949, quand il est revenu « assumer le fardeau » de l’Etat du Vietnam ? Il était à Hong kong où il vivotait de quelques subsides octroyés par la Banque d’Indochine : Bodard en parle dans ses mémoires. Il était pendant cette période l’archétype du dandy désargenté et oisif, du joueur décavé, de l’alcoolique mondain.
    – En 1946, les Nord-Américains allaient accepter de financer les troupes coloniales du CEFEO mais ils ne voulaient pas aux yeux de leur opinion publique cautionner une reconquête coloniale. Les colonialistes ont donc fait un tour de passe passe. Ils avaient sous leurs ordres des supplétifs VN civils et militaires ; on allait mettre sur les supplétifs civils l’étiquette : Etat et gouvernement du Vietnam et sur les militaires : armée nationale du Vietnam. Tout ce beau monde continuait comme avant à se battre sous les ordres et pour le bien des colonialistes mais sous une couverture nouvelle. Les Américains allaient pouvoir soutenir les colonialistes en faisant semblant d’aide à l’indépendance des Vietnamiens ; l’Etat de Bao Dai servait de cache sexe à l’intervention US.

    1. Voici une opinion personnelle bien tranchée dans un style qui rappelle la vieille rhétorique des années soixante-dix. Si votre interprétation ne manque pas de piquant (et peut-être même d’humour en ce sens que sa lecture prête à sourire) elle véhicule les traditionnels clichés sur Bao Dai qui ne fut pas que ce « dandy désargenté et oisif, joueur décavé et alcoolique mondain » que vous décrivez avec mépris. Sans doute, Bao Dai, l’ancien conseiller suprême de la RDVN, a trop cru à ce destin personnel qu’il décida d’endosser à Hong Kong en septembre 1947 en se projetant chef d’Etat d’un nouveau Viêt-Nam non communiste en mesure de contrer la RDVN d’Ho Chi Minh. Et l’histoire de cette période ne se résume pas à cette vision simpliste (mais toujours efficace) d’un néocolonialisme interchangeable, à ce « tour de passe passe colonialiste » entre France et Etats-Unis qui fut bien plus que cela pour les Vietnamiens engagés dans une lutte fratricide consciencement nourrie pendant la Guerre froide par les grandes puissances (France, Etats-Unis, République Populaire de Chine et URSS comprises). Votre interprétation fait bien peu de cas de l’autonomie de pensée des Vietnamiens qui ont refusé le communisme (et plus généralement le totalitarisme). Mais, je suis bien d’accord in fine cette « solution Bao Dai » fut un échec cinglant qui devait aboutir à la partition du Viêt-Nam en juillet 1954, symbolisant à la fois l’échec personnel de l’ex-empereur et l’échec collectif des Vietnamiens. Car Genève ne régla rien pour ces derniers, bien au contraire.
      François Guillemot

Les commentaires sont fermés.