François Guillemot : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam [résumé]

 Colloque 20-22 mars 2014 – Académie des Sciences d’Outre-mer

« DE L’INDOCHINE COLONIALE AU VIỆT NAM ACTUEL »

 NhatLinh_parNguyenGiaTri

 Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam :

un intellectuel nationaliste dans la tourmente des années 1940

(1938-1948)

 

Résumé :

Cette communication propose une analyse du destin politique de l’écrivain Nhất Linh, de son vrai nom Nguyễn Tường Tam (1906-1963), un des fondateurs du Tự Lực văn đoàn [Groupe littéraire autonome], de l’Association Ánh Sáng [Lumière ou Clarté], chef du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (Đại Việt Dân Chính) puis du Parti National du Viêt-Nam (Việt Nam Quốc dân Đảng / VNQDĐ) et enfin ministre des Affaires étrangères du gouvernement d’Union et de Résistance de mars 1946 présidé par Hồ Chí Minh. Le destin politique que l’on peut qualifier de tragique (l’homme se suicida en juillet 1963) de cet acteur majeur de la vie culturelle, sociale et politique du Viêt-Nam contemporain reste relativement méconnu. A la fois écrivain de renom, moderniste, révolutionnaire et artiste, le personnage donne à voir de lui-même de nombreuses facettes. Pour son engagement à la fois contre le colonialisme et le communisme, à la recherche d’une troisième voie pour son pays, l’homme politique Nguyễn Tường Tam fut ostracisé pendant longtemps par l’historiographie officielle. Si depuis les années 2000, il n’est plus considéré comme un simple « réactionnaire », les avis sur son rôle politique restent partagés. Son action, aux côtés des nationalistes vietnamiens pendant la période révolutionnaire, est pourtant clé. Peu d’études se sont cependant intéressées à la période prérévolutionnaire de la fin des années 1930 qui propulse cet écrivain renommé dans la sphère politique. Entre 1938 et 1948, soit pendant une décennie, Nguyễn Tường Tam va se consacrer corps et âme à la lutte pour l’indépendance et tenter de définir une voie nationaliste pour relever son pays.

* * *

A la recherche d’un grand destin pour son pays, il fut un acteur politique majeur entre 1938 et 1948 avant d’abandonner provisoirement ce rôle sur un constat d’échec. Les raisons pour lesquelles il convient d’étudier l’action de cet autodidacte en politique apparaissent suffisamment. Les sources disponibles (archivistiques, presse, ouvrages de recherche, analyses littéraires et témoignages) permettent de reconstituer avec assez de précision cet itinéraire singulier qui fait le lien entre l’Indochine coloniale de Vichy sous occupation japonaise, la période des indépendances vietnamiennes de 1945, la reconquête militaire de l’Indochine par la France et la mise en place de l’Etat associé du Viêt-Nam sous l’égide de SM Bảo Đại.

VietNam_so53ngay16.1.1946_p1
Nguyen Tuong Tam à la une du journal Viêt Nam (VNQDD) le 16 janvier 1946.

Nous abordons ici les dix années de son activité politique à travers trois questions clés qui émergent de l’analyse de son parcours politique. La première concerne la genèse et l’élaboration d’un nationalisme Đại Việt dans le contexte particulier de l’Indochine « à deux têtes » (régime de Vichy et présence japonaise). La seconde question est relative à l’unité du nationalisme vietnamien et par voie de conséquence à celle de la violence révolutionnaire dans les milieux émigrés vietnamiens en Chine du Sud. La troisième s’intéresse aux réalités complexes du terrain lors de son retour au Viêt-Nam en 1946. A travers ces trois clés (idéal politique, violence révolutionnaire, confrontation au réel), notre déconstruction ouvre le champ plus large de l’échec d’une intelligentsia vietnamienne, embarquée, parfois malgré elle, dans les affres d’une guerre de trente ans. Ces trois clés posent de fait trois questions : quelle politique ? Quels moyens pour y parvenir ou quelle stratégie ? et enfin quelle application concrète (l’idéal confronté à la pratique) ? D’une façon plus générale, cette communication tente d’analyser à travers le destin de cet homme de lettres les possibilités de l’émergence puis de l’existence d’un Viêt-Nam à la fois unifié du point de vue de son territoire national et unifié politiquement de façon pacifique.

Quelques auteurs ont souligné avec justesse la complexité du personnage Nhất Linh – Nguyễn Tường Tam tant dans son parcours que dans ses différentes actions. De même, a été mise en avant toute la difficulté qu’il y avait à évaluer son destin politique. Cette communication tente d’approcher cette complexité, de pointer les contradictions de ce parcours tout en réfléchissant sur son unité.

Dans une première partie nous nous focalisons sur l’avènement et la construction de l’idéal d’un Grand Viêt-Nam (Đại Việt) indépendant. En 1941, Nguyễn Tường Tam apparaît dans le curseur de la Sûreté coloniale comme le chef d’une nouvelle organisation révolutionnaire antifrançaise susceptible de prendre de l’envergure. Le nationalisme revendiqué du célèbre écrivain remonte à quelques années antérieures lorsqu’il abandonne la littérature pour l’action sociale puis politique. De la publication du « Manifeste » du groupe littéraire autonome en décembre 1936 dans la revue hebdomadaire Ngày Nay [Temps actuels] à la création de l’Association « Ánh Sáng » la même année, un glissement vers l’activisme social puis politique s’opère. La Sûreté coloniale s’en inquiète et Ngày Nay, finalement interdit, cesse de paraître en septembre 1940. Cette première partie retrace ce glissement et s’attarde sur la courte existence du Parti Populaire du Grand Viêt-Nam (1938-1945), son idéologie, ses hommes et son action ; enfin son démantèlement par la Sûreté coloniale en septembre 1941. Quoique modeste, l’existence de cette organisation groupusculaire atteste à la fois de la volonté d’indépendance des Vietnamiens à Hanoi au cœur même de l’Indochine coloniale et de la clairvoyance vis-à-vis des enjeux internationaux pesant sur le destin du Viêt-Nam démantelé. Elle est en outre, fait à souligner, une des premières tentatives d’unification de forces non communistes à Hanoi.

InsigneVNQDD

La seconde partie revisite la période des deux exils politiques de Nguyễn Tường Tam (de 1942-45 et de 1946-49), la question de l’unification des forces nationalistes et la problématique de la violence révolutionnaire. Ce premier épisode douloureux, qui est illustré par le démantèlement presque total de l’organisation nationaliste révolutionnaire Đại Việt, force Nguyễn Tường Tam à se repositionner. Il doit reconsidérer sa stratégie pour fondre son organisation dans le Parti National du Viêt-Nam de l’Extérieur (VNQDĐ-Hải Ngoại). Il rejoint les réseaux des révolutionnaires vietnamiens émigrés en Chine du Sud notamment la Ligue des Révolutionnaires Vietnamiens (Việt Nam Cách Mệnh Đồng minh hội, en abrégé ĐMH) fondée en octobre 1942 et concurrente du Việt Minh créé en mai 1941 mais cette intégration n’est guère facile. Trois aspects sont à considérer dans ce premier exil entre 1942 et 1945 : le retournement contre le Japon, l’affiliation au VNQDĐ de l’Extérieur et la question de la violence révolutionnaire entre émigrés vietnamiens abordée dans une partie non négligeable de son œuvre littéraire. La période du second exil de 1946 à 1949 est marquée par la nouvelle tentative d’unification des forces nationalistes cette fois-ci pour soutenir le retour de l’ex-empereur Bảo Đại comme fer de lance de l’indépendance négociée avec la France. Constat d’échec face aux divergences de vue entre les nationalistes sur la nature de ce soutien et le propre projet de Bảo Đại. Quelques années après le décès soudain de son frère (et soutien indéfectible) Nguyễn Tường Long en Chine dans des circonstances non éclaircies, Nguyễn Tường Tam de retour à Hanoi, décide d’abandonner la politique.

ConférenceDalat_1946
Extrait de Raoul Salan, Mémoires tome 1 (Presses de la Cité, 1970) © 1946 L’Illustration

La troisième partie analyse le dur retour aux réalités politiques de 1946 face à la France dans un pays occupé militairement et divisé tant sur le plan territorial que sur le plan politique. En quittant le théâtre tumultueux de la Chine du Sud pour retourner dans son pays à la fin de l’année 1945, Nguyễn Tường Tam est vite confronté à une réalité de terrain plus complexe qu’il ne pouvait l’imaginer et toute aussi dangereuse. Il revient au Viêt-Nam en tant que principal chef de l’opposition nationaliste et devient le ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement d’Hồ Chí Minh de mars 1946. Il affiche à la fois son indépendance vis-à-vis du Việt Minh et sa détermination face à la France. Son intransigeance vis-à-vis des Français va peu à peu le marginaliser politiquement alors que le Việt Minh se rapproche sensiblement, pour des raisons tactiques, de l’ancien colonisateur jusqu’à la rupture en décembre 1946. Son rôle de rassembleur est tout de même écorné par sa participation secrète au Front nationaliste d’opposition (Mặt trận Quốc dân Đảng) qui envisage un coup d’État en juillet 1946 auquel il n’est cependant pas impliqué. C’est le temps des occasions manquées, de la confrontation aux exigences françaises et de l’impossible entente avec le Việt Minh. Défendant avec détermination l’intérêt national au dessus de celui des partis, il reprend le chemin de l’exil en juin 1946 de nouveau sur un constat d’échec.

La conclusion revient sur les raisons de cet échec et l’héritage que laisse derrière lui ce romantique contestataire après son suicide en juillet 1963 quelques mois avant la chute du régime autoritaire de Ngô Đình Diệm qu’il combattait. Son destin politique rejoint les millions de destins oblitérés par la guerre civile et les confrontations des nationalismes dans l’histoire du Viêt-Nam contemporain.

François Guillemot, CNRS, IAO, ENS de Lyon.


7 réflexions au sujet de « François Guillemot : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam [résumé] »

  1. Beaucoup d’historiens français affirment que la guerre d’Indochine est une guerre des nationalistes vietnamiens non communistes contre les Viêt-Minh communistes. Puis ils se basent là-dessus pour qualifier la guerre d’Indochine de « guerre civile » c’est-à-dire une guerre entre Vietnamiens avec l’aide de l’armée française (un peu comme la guerre civile espagnole). Ces historiens français en sont très fiers car ils auraient aidé leurs lecteurs francophones à comprendre que l’histoire officielle vietnamienne ne correspond pas à la réalité.

    Ces historiens français refusent d’admettre que la majorité des nationalistes non communistes ont refusé de servir le gouvernement de Bao-Dai mis en place par la France. Il suffit pourtant de lire l’analyse de la Défense Américaine https://www.mtholyoke.edu/acad/intrel/pentagon/pent5.htm

    “A group of non-Communist nationalists, including members of the Cao Dai, Hoa Hao, Dong Minh Hoi, Dai Vet [Dai Viet], and the VNQDD formed a National Union, and declared support for Bao Dai. One authority termed the National Union ‘a fragile coalition of discredited collaborators, ambitious masters of intrigue, incompetent sectarians, and a smattering of honest leaders without a following’.”

    La raison de ce manque de support est que ce gouvernement Bao-Dai n’avait pas la permission des Français pour diriger le pays et doit toujours recevoir les ordres de la France

    “… In late June, 1949, Vietnam was legally united under Bao Dai, but the related alteration of administrative functions was slow, and usually only pro forma; no genuine power or authority was turned over to the Vietnamese. The State of Vietnam became a camouflage for continued French rule in Indochina. As Bao Dai himself characterized the situation in 1950, « What they call a Bao Dai solution turned out to be just a French solution… The situation in Indochina is getting worse every day… »

    Bao-Dai était donc obligé de composer son gouvernement en faisant appel aux « collabos pro-français »

    « … far from looking to the « resistance, » Bao Dai chose his leaders from among men with strong identification with France, often men of great and dubious wealth, or with ties with the sub-worlds of French neo-mercantilism and Viet vice. None commanded a popular following. General Georges Revers, Chief of Staff of the French Army, who was sent to Vietnam to appraise the situation in May and June, 1949, wrote that: If Ho Chi Minh has been able to hold off French intervention for so long, it is because the Viet Minh leader has surrounded himself with a group of men of incontestable worth… [Bao Dai, by contrast, had] a government composed of twenty representatives of phantom parties, the best organized of which would have difficulty in rallying twenty-five adherents ».

    Le gouvernement de Bao-Dai, tout comme son armée, ne pouvait qu’exécuter les ordres de la France. Ce gouvernement n’est pas un vrai protagoniste de cette guerre. C’est très différent de la guerre civile en Espagne où les Espagnols des deux camps étaient maîtres de leurs décisions.

    1. Je suis globalement d’accord pour souligner l’échec de cette « solution Bao Dai » dont je discute dans mon ouvrage sur le Dai Viet (Indes Savantes, 2012) mais, il me semble, qu’il faut dépasser la source que vous présentez ici (Pentagone Papers) en la croisant avec les archives nombreuses et encore relativement peu utilisées qui existent en France. Je pense notamment aux archives du SPCE (Service de Protection du Corps Expéditionnaire) aux ANOM, aux Archives du MAE sur les Etats Associés ainsi qu’aux archives du SHD (Service Historique de la Défense). On ne peut résumer cette période « baodaiste » clé (1948-1954) à ce rapport du Département de la Défense qui s’intéresse plus précisément aux « Relations entre les États-Unis et le Viêt Nam, 1945-1967 » (United States-Vietnam Relations, 1945-1967: A Study Prepared by the Department of Defense) dans le contexte de la guerre du Viêt-Nam qui a débutée (le rapport édité en 1971 s’arrête à 1967). Le général Revers (cité dans cet extrait) fait une analyse caricaturale des forces politiques vietnamiennes en mai-juin 1949 mais il est vrai que de nombreux nationalistes hésitèrent à soutenir ce projet franco-vietnamien à cette date. Par contre, les Français s’inquiéteront tout comme le Viêt-Minh de la prédominance du parti Dai Viêt (DVQDD) particulièrement fort au Nord Viêt-Nam sous la mandature de Nguyen Huu Tri, le gouverneur de cette région.

      Second point : Pour aller vite, la question de la guerre civile fut posée (et promue) par le général Valluy dès la fin de l’année 1946 qui la voyait comme un moteur important qui permettrait à la France de revenir en force en 1947 avec un bon alibi anticommuniste. De son côté, le Tong Bo Viêt-Minh avait attisé cette confrontation entre Vietnamiens pour asseoir, par la violence, son pouvoir fragilisé de 1946 et se prétendre seul détenteur de la lutte pour l’indépendance nationale.

      Pour finir, « Beaucoup d’historiens français » : vraiment ? qui par exemple ?

      François Guillemot

  2. Les forces nationalistes non-communistes ont échoué surtout à cause de la répression de l’armée française. Les meilleurs dirigeants du Viêt Nam Quôc Dân Dang ont été exécutés par le pouvoir colonial français. C’est écrit sur Wikipedia [extrait de l’article Viêt Nam Quôc Dân Dang]

    La France, même en 1945-46, a toujours refusé toute promesse d’indépendance pour le Vietnam (même en faveur d’un gouvernement non communiste). C’est seulement en 1949, après plusieurs années de combats sans succès avec les forces Viêt-Minh, que les Français ont finalement accepté de parler d’une éventualité d’indépendance pour le Vietnam à condition que le gouvernement de Bao-Dai accepte d’exécuter les ordres français dans le combat contre les communistes Viet-Minh.

    La majorité des nationalistes non communistes ont refusé de servir le gouvernement de Bao-Dai. L’armée de Bao-Dai n’est pas un vrai protagoniste dans la guerre d’Indochine. Elle exécutait simplement les ordres venant de France. C’est indiqué sur wikipedia [extrait de l’entrée Quoc Gia Viet Nam].

    C’est également indiqué dans ce document venant de la défense nationale française : L’Armée nationale vietnamienne (page 58-59).

    « … la politique proposée par la France, l’indépendance dans le cadre de l’Union française, n’était pas crédible face à la détermination du Vietminh. Si la France était prête à accorder l’indépendance au Vietnam, ce devait être sans arrière pensée et surtout sans donner l’impression de reprendre d’une main ce qu’elle accordait de l’autre. […] si jamais Hô Chi Minh n’est apparu comme un fantoche du mouvement communiste international, la légitimité de Bao Daï était sujette à caution ».

    Même la défense nationale française admet que l’armée de Bao-Dai n’étant pas un vrai protagoniste de cette guerre, il n’en reste forcément que deux protagonistes possibles : les Viêt-Minh et la France. Pourquoi s’entêter à l’appeler une « guerre civile » ?

    1. Je suis d’accord avec vous sur deux choses :

      1) En éliminant brutalement le VNQDD en 1930 et les années suivantes, le pouvoir colonial a affaibli considérablement les forces révolutionnaires non communistes ;

      2) La France a trop tardé (c’est un euphémisme) à reconnaître l’indépendance vietnamienne à Bao Dai et l’Etat associé (non abouti) était très handicapé de ce fait (et par ailleurs fortement contesté de l’intérieur à partir de 1953).

      Pour le reste, les notices Wikipedia évoquées pour soutenir votre argumentation ne peuvent aller dans le détail de la formation complexe et problématique comme de l’action de cet Etat associé, dénommé Quoc Gia Viet Nam (Etat du Viet Nam) par ceux qui le dirigeaient et sur lequel de nouvelles études sont actuellement en cours. Par exemple, l’extrait que vous mentionnez renvoie en note 2 à une chronologie partiale en ligne et non à une étude sérieuse (http://www.historyplace.com/unitedstates/vietnam/index-1945.html). Les entrées sur Wikipedia peuvent donner des indications intéressantes mais comportent souvent des erreurs et des informations non sourcées. Cela tient beaucoup aux sources parfois mal choisies qu’elles utilisent et à la méthode compilatoire sans réflexion d’ensemble.

      Toujours concernant les approximations sur Wikipedia, à titre d’exemple une erreur de date apparaît clairement dans la notice sur le Viêt-Minh (entrée Wiki en vietnamien). Le gouvernement d’union et de résistance de mars 1946 est indiqué en 1949 ! C’est sûrement une coquille mais c’est embêtant. Concernant la notice Quoc Gia Viet Nam, elle présente un déficit de sources importantes notamment en langue française éditées dans les années cinquante (Philippe Devillers, Jean Lacouture, Paul Mus) et d’autres plus récentes ne sont pas utilisées (Mark Atwood Lawrence, Fredrik Logevall, David G. Marr…). Espérons que des modifications seront apportées.

      Enfin sur votre dernier commentaire relatif à l’extrait de la revue de la Défense nationale, c’est justement cette vision simpliste « franco-Viet Minh » que je réfute. Nous sommes à partir de 1950 dans une triangulaire avec trois armées en présence (Armée nationale de l’Etat associé + CEFEO contre l’Armée populaire de la RDVN. Le Viêt-Minh a fusionné avec l’ancien Liên Viêt au sein du nouveau Front Liên Viêt (Mat Tran Lien Viêt) en mars 1951. Il n’existe donc officiellement plus en tant que tel et sous cette appellation à partir de cette date (cf. Van Kien Dang Toan Tap, année 1951 ; Nguyen Thanh, Mat Tran Viet Minh, Nxb Su That, 1991). En termes historiographiques et d’écriture de l’histoire, peu d’études françaises sur la guerre d’Indochine rappellent ces transformations majeures et déterminantes au sein de l’appareil communiste (sur les plans politique et militaire) en 1951. A cette date, le conflit n’oppose plus le Viêt-Minh à la France mais l’Armée populaire de la RDVN aux forces du CEFEO alliées à l’Armée nationale de l’Etat du Viêt-Nam.

      Concernant la question de la « guerre civile » voir notre précédente discussion en ligne sur ce site, détrompez-vous ce n’est pas un entêtement (ce qui ne sert à rien en histoire puisque c’est une science humaine élaborée par les êtres sociaux que nous sommes et soumise constamment à un renouvellement lié aux nouvelles archives inédites exhumées, aux nouvelles perspectives de recherche et aux nouveaux apports conceptuels). Mon interprétation repose sur la définition de ce qui peut être considérer comme une guerre civile ou pas et l’analyse des faits pendant cette période 1945-1954.

      Dans tous les cas merci pour votre remarques attentives qui nous obligent à réviser nos « classiques » et à réfléchir sur la façon caricaturale dont a trop souvent été présentée cette guerre.

      François Guillemot

  3. Je pense que c’est une erreur de traduire “Dai-Viêt” par “Grand Vietnam”. « Dai-Viêt » est simplement le nom du pays des Viêts de 1054 à 1400 et de 1428 à 1804. Tout comme « Viêt-Nam » est également le nom du pays des Viêts de 1804 à 1839. Ces deux noms « Dai-Viêt » et « Viêt-Nam » désignent le même pays, le pays Dai-Viêt n’est pas plus « grand » que le pays Viêt-Nam.

    1. L’article évoque justement l’évolution sémantique de l’appellation du pays Đại Việt (大越), littéralement Đại (大 / Grand) + Việt (越 / vượt qua / franchir, traverser, au-delà) [1] au sein des nouvelles organisations politiques vietnamiennes de la fin des années trente et de l’émergence d’un nationalisme « grand-viet ». Plusieurs éléments sont à considérer.

      – Le regard des Vietnamiens sur eux-mêmes (dans un contexte colonial) à partir du déclenchement de la guerre impériale japonaise en Asie, en particulier de l’invasion de la Chine ;

      – La définition de l’espace national vietnamien en termes « indochinois » pendant la période coloniale (cf. Christopher Goscha, Going Indochinese, NIAS Press, 2012) ;

      – La référence explicite au passé impérial vietnamien, en particulier aux deux grandes dynasties Ly et Tran (cf. Ta Chi Dai Truong, Viet Nam, nhin tu ben trong, 1994) ;

      – L’émergence à la fin des années trente et au début des années quarante de cinq organisations nationalistes répondant à l’appellation Dai Viet (cf. Guillemot, « Vietnamese Nationalist Revolutionaries and the Japanese Occupation », article, 2004) utilisant l’ancien nom interne du pays (An Nam étant habituellement le nom externe attribué par la Chine). Je simplifie bien entendu.

      – L’identité politique de ces différentes organisations (cf. Guillemot, Dai Viet, chapitre 3, Les Indes Savantes, 2012, en particulier sur le Dai Viet Dan Chinh et le Dai Viet Quoc Dan Dang) ;

      – Le contexte des fascismes européens (Allemagne nazie, espace vital) et asiatiques (Japon militariste et Chine nationaliste) et des luttes pour l’indépendance nationale en Turquie (avènement d’Atatürk) et en Syrie notamment. Un contexte rappelé dans cette communication.

      Les termes Dai Viet mentionnés dans les appellations de ces différentes organisations nationalistes entendent signifier la force, l’indépendance ancestrale, la lutte contre les forces étrangères… (cf. Guillemot, 2012, p. 126).

      Sur le plan spatial, c’est le contraire, le territoire du Dai Viet d’antan était bien plus réduit que celui du Viêt-Nam actuel. Seul le Dai Nam de Minh Mang dépassait les frontières actuelles (débordant sur les territoires voisins).

      François Guillemot

      [1] cf. Dao Duy Anh, Han Viet tu dien gian yeu, Ha Noi, Nxb Van Hoa Thong Tin, 2005, p. 194 pour Đại (大), p. 912 pour Việt (越) et p. 201 pour Đại Việt (大越).

      1. C’est exactement ça. Ceux qui utilisent le nom Dai-Viêt dans les années 1930-40 voulaient justement faire abstraction du nom Viêt-Nam et revenir dans l’esprit d’un pays fort et victorieux d’antan.

        Il y a quelque chose de très chauvin dans le nom Dai-Viêt. Les Chinois n’aiment pas ce nom. C’est pourquoi quand les nationalistes vietnamiens sollicitent l’aide des Chinois, ils remplacent le nom Dai-Viêt par Viêt-Nam pour ne pas les frustrer.

Les commentaires sont fermés.