8 mars 2014 : Issara – l’exil et le souvenir de l’exil [RFI]

© 2014 RFI
© 2014 RFI

[ndlr] A l’occasion de la Journée internationale de la femme, portrait de Issara (le prénom a été changé) par Daryan Kianpour à lire sur RFI : enfance insouciante puis brisée, guerre, camp rééducation, exil, engagement social.

Les bons souvenirs de son enfance sont rares. Issara a très vite été confrontée à la dureté de la vie, trop vite arrachée de l’insouciance de son enfance, au Laos. A 50 ans, toujours hantée par son passé, elle reste optimiste.

« Pour moi, l’exil n’a pas commencé en France. L’exil s’est emparé de la maison, chez moi, quand du jour au lendemain le décor a changé, les gens ont changé et papa est parti ». C’était en 1975 et Issara n’avait que 11 ans. Ce jour-là, de la suavité de l’enfance et de l’école, elle est soudainement jetée dans l’abomination de la guerre,  des troubles politiques et tout ce qu’ils comportent : les camps de réfugiés, la trahison, le mensonge, le mépris. « Ça te construit pour toute ta vie », susurre-t-elle.

Elle boit une gorgée de son chocolat chaud pour bien avaler son émotion. Regard attentif, les cheveux longs et lisses rangés derrière la tête, ses mains étranglent la tasse… pour se réchauffer ou se concentrer. Très pudique, elle est avare de mots pour décrire ses malheurs. Mais elle n’hésite pas à dire sa reconnaissance aux personnes qui l’ont accueillie à son arrivée en France, en 1979.

Lire la suite : RFI, 07/03/2014.



Citer ce billet
indomemoires (2014, 8 mars). 8 mars 2014 : Issara – l’exil et le souvenir de l’exil [RFI]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q573