Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément

Souvannaphouma_Laos_AutopsieMonarchieAssassinéeComme son titre le laisse présumer, l’ouvrage Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée, fait le pari d’une relecture historique de la période 1953-1975 (c’est-à-dire de l’indépendance jusqu’à la fin de la monarchie) très largement acquise aux idéaux de la monarchie laotienne destituée par le Pathet Lao le 2 décembre 1975.

Rédigée par un membre de l’ancienne famille royale (fils du dernier roi du Laos) ayant passé la majeure partie de sa jeunesse en France, cette reconstitution historique fournit au lecteur un accès privilégié aux cercles de pouvoir et militaires de la monarchie durant la progressive déliquescence des institutions royales laotiennes. Très au fait des intrigues de pouvoir et des luttes internes qui déchirent la famille royale (notamment du fait de l’adoption du marxisme-léninisme par le frère du roi, et oncle de l’auteur, Souvanouphong), fourmillant de détails et d’anecdotes personnelles, le récit relaté par le Mangkra Souvannaphouma est cependant très largement grevé par une vision partiale et très idéologisée des processus politiques qui secouent le Laos de l’époque. Privilégiant l’évocation de souvenirs précis et au détriment des « tendances lourdes » et autres déterminants politico-économiques,  Autopsie d’une monarchie assassinée procède d’une lecture idéaliste de l’histoire, vu à travers ses « grands hommes » plus que par les « lames de fond » qui animent la société civile laotienne (cette dernière étant la grande absente de l’ouvrage). Membre de la famille royale, militaire de carrière formé à l’Ecole de Guerre, issu des classes très privilégiées de l’ancienne élite politique et économique, Mangkra Souvannaphouma revisite l’histoire du Laos et de la famille royale selon une trame très conservatrice et mettant en œuvre une vision idéalisée du Royaume laotien qui bascule parfois dans l’absurde, voire même la provocation (en invoquant notamment l’entente cordiale de son père, Souvannaphouma, avec des collaborateurs français notoires tels que René Bousquet ou Maurice Papon).

Dès les premières pages, le ton est donné : mentionnant le fantasme d’un Laos « originel », stable et pacifié par plusieurs siècles de monarchie, dans lesquels les laotiens vivent « avant tout d’amour » et dont les maux viennent « du dehors, de l’étranger ». Ainsi, dans la représentation politique déroulée par l’auteur, les Laotiens vivaient dans un cosmos de paix et de tranquillité (l’ouvrage s’ouvre notamment sur une description de la luxuriante faune et flore du pays) sans se soucier des choses administratives ou politiques (l’auteur s’empresse néanmoins de rapporter que les colonisateurs français ont eu la bienveillance de remédier à ce travers) et que cette phase anhistorique originelle a été perturbée par « l’étranger », à savoir les Grandes Puissances (à l’exception de Paris, épargné tout au long de l’ouvrage), la Guerre Froide et ses protagonistes (URSS, Etats-Unis, Chine Populaire) mais aussi et surtout le Viêt-Nam. En effet, la matrice nationaliste de l’auteur le pousse à exacerber la distinction entre ce qui relève de l’interne (le Laos monarchiste paisible, insouciant et dévot) et l’externe, soit un monde instable qui essaie tant que possible de semer la discorde républicaine contre les intérêts des Laotiens. De cette évocation de souvenirs on retient surtout l’incompréhension manifeste d’une partie de l’ancienne élite laotienne incapable de saisir les enjeux politiques posés par la Guerre Froide et la décolonisation, puisque l’ensemble de l’ouvrage fait l’impasse sur des variables clés (inégalités, question ethnique, rôle de la jeunesse etc.) en se borne à évoquer la « perfidie communiste » sans même chercher expliquer le succès du marxisme-léninisme au Laos autrement que par l’ingérence vietnamienne.

Car s’il est un thème en particulier qui met en lumière la mauvaise foi dans cet ouvrage, c’est notamment la question du rôle joué par le Viêt-Nam dans la trajectoire historique du Laos. Il serait évidemment faux de penser que le Viêt-Nam du nord n’est pour rien dans la diffusion de la pensée marxiste-léniniste-maoïste au Laos, cependant, faut il, comme le fait l’auteur, nécessairement assimiler tout les mouvements politiques progressistes (Néo Lao Issara, Front Patriotique Lao, Pathet Lao etc.) qui animent le Laos post indépendance comme des émanations de Hanoï, au point de les qualifier de « Lao-viet » ? En effet, le patriotisme exacerbé de l’auteur le laisse penser que les laotiens progressistes, les pro-républicains ne peuvent être de véritables laotiens et sont nécessairement téléguidés par « l’étranger » (c’est-à-dire le Viêt-Nam) ; témoigne de cette vision nationaliste des choses l’interprétation faite par l’auteur de l’acronyme NLHX (soit Néo Lao Hak Xat, Front Patriotique Lao) en « Néo Lao Habile Xénophile » : raisonnant principalement en terme de Nation, l’auteur n’évoque pas une seule fois la possibilité qu’une certaine partie de la société laotienne, notamment les plus défavorisés, puissent trouver séduisant l’idée d’une lutte des classes internationale (et donc être plus proches du Viet Minh que de la monarchie laotienne). La mauvaise foi intervient quand l’auteur narre sa fuite à l’étranger via la Thaïlande royaliste (qualifiée de « Deuxième Patrie » et donc la famille royale n’est pas sans liens de sang avec celle du Laos) et fait montre d’une sympathie manifeste envers l’ancien colonisateur français. Admiration culturelle avant tout certes (le texte est saturé de références littéraires et historiques françaises), mais sympathie politique aussi, comme en témoignent les descriptions parfois enflammées de personnages politiques français.

On ne peut certes pas reprocher à l’auteur ses sympathies conservatrices, mais le lecteur glisse vite d’un recul critique légitime à une posture « paranoïaque », remettant quasiment systématiquement en cause la parole de l’auteur puisqu’on en vient à constamment la soupçonner de partialité militante. Les présupposés rétrogrades de l’auteur sautent par ailleurs aux yeux du lecteur français des années 2010, notamment à travers quelques anecdotes « croustillantes », par exemple lorsque Mangkra Souvannaphouma explique qu’il a eu la présence d’esprit d’indiquer à sa femme le bulletin de vote qu’il faut glisser dans l’urne. Le texte étant rédigé directement en Français, on peut légitimement supposer qu’il vise avant tout un lectorat français et laotien installé en France ; or, les quelques incohérences du texte, le pari d’un parti pris total et assumé et une certaine naïveté laisse constamment le lecteur en proie au doute. Cet état de fait est par ailleurs d’autant plus vrai que le texte est constamment exempt de sources et que la précision des faits rapportés ne saurait être ramenée à la seule mémoire d’homme. En effet, la reconstitution très précise, parfois minute par minute, de certaines chronologies, tout comme le contenu de discussions informelles avec des passants anonymes il y a trente ans posent la question de la véracité des souvenirs rapportés ; cela ne signifie pas nécessairement que l’auteur mente intentionnellement, mais en tous cas le texte procède d’une certaine forme de reconstitution très postérieure aux faits. Problème étant, pour toutes les raisons évoquées plus haut, le « pacte autobiographique » qui veut que le lecteur accepte de se reposer sur l’auteur en ce qui concerne les faits rapportés s’effrite vite, et les souvenirs très précis rapportés trente ans plus tard sans autre forme d’explication achève de briser la confiance du lecteur.

Ces choix d’énonciation sont regrettables car le contenu de l’ouvrage s’avère parfois tout à fait éclairant : en effet, l’auteur fait du lecteur un témoin privilégié des débats ayant lieux dans les hautes sphères politiques du Laos,  ce qui permet d’identifier les réactions d’acteurs majeurs face aux défis politiques que rencontre le Laos. Ainsi, on sera surpris par le fait que le Roi soit beaucoup moins contrarié par la montée en puissance des communistes laotiens que le reste de la famille (à l’exception évidemment du « Prince rouge » Souphanouvong), et la réécriture de l’histoire familiale, qui se superpose à l’histoire du pays dans l’esprit de l’auteur, permet de bien saisir les enjeux de pouvoir qui secouent le Laos. Par ailleurs, il est tout à fait intéressant de constater à quel point la fameuse « piste Hô-Chi-Minh », qui traverse Laos et Cambodge, constitue une véritable obsession de la part des gouvernants, non seulement parce que cela constitue un viol de la souveraineté du Laos, mais aussi parce que cette piste constitue un important vecteur logistique pour le Pathet Lao.

La question ethnique est aussi abordée, notamment l’expérience des Hmongs pendant la guerre, ce qui permet au passage de grandement nuancer le portrait souvent manichéen qui est fait de cette ethnie : le livre montre bien que les Hmongs n’ont pas tous collaboré aveuglément avec la CIA, mais que la communauté Hmong a été partagée entre différentes attitudes (immobilisme, fuite, résistance, collaboration avec le pouvoir). Le discours un peu paternaliste de l’auteur à leur égard relève par ailleurs, en creux, quelques données des problématiques posées par la mosaïque ethnique laotienne. Problème étant, comme expliqué plus haut, on n’en saura pas beaucoup plus, malgré le fait que cette question semble essentielle dans la chute de la monarchie, puisque, selon Mangkra Souvannaphouma, cette déliquescence est une affaire de personnes plus que de contradictions politiques, économiques, ethniques ou culturelles. Le lecteur n’en apprendra pas beaucoup plus non plus sur la République Populaire Démocratique Lao, puisque l’auteur s’est réfugié en France dès l’arrivée au pouvoir du Pathet Lao, via une étape rocambolesque en Thaïlande. La fin de l’ouvrage porte en effet plus sur l’organisation d’une opposition monarchiste en exil en France à travers plusieurs groupuscules, et des différentes interactions entre l’ancienne famille royale et le pouvoir politique français (l’auteur fut en effet décoré de la Légion d’Honneur) que sur le Laos socialiste. On pourrait d’ailleurs être surpris du fait que Mangkra Souvanaphouma ne s’étende pas tellement sur le bilan économique, humain ou social de la RPDL, qui peut sembler critiquable à bien des égards, mais c’est somme toute assez logique vis-à-vis de sa démarche : le crime le plus impardonnable des « lao-viets » ne peut être autre que l’assassinat de la monarchie.

* * *

Cet ouvrage laisse donc un goût assez amer au lecteur dans la mesure où, s’il n’est pas sans apporter des éléments éclairants sur la métamorphose du Laos entre 1953 et 1975, le manque de recul critique, encore trente ans après les faits, et les explications simplistes de l’auteur surprennent. Si cet ouvrage constitue une somme intéressante exposant le point de vue d’un homme très informé sur les mouvements de pouvoir sur une période clé de l’histoire du Laos, il est évident que l’on ne peut s’en contenter et que seul quelques facettes de la réalité sont données à voir au lectorat.

Théo Clément, promotion ASIOC 2013-2014.

Réf. : Mangkra Souvannaphouma, Laos : Autopsie d’une monarchie assassinée, Paris, L’Harmattan, coll. Recherches asiatiques, 2010.

Théo Clément est étudiant en Master à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Actuellement en échange à l’Université de Pékin, il travaille principalement sur les relations bilatérales Chine-Corée du Nord.



Citer ce billet
indomemoires (2014, 3 mars). Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément. Mémoires d'Indochine. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q56y