Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Dans sa contribution au débat, Philippe Papin revient sur la question essentielle des sources d’inspiration de l’Etat-Parti vietnamien et de son fonctionnement. Son message amical est publié sous sa forme originale de lettre personnelle avec son autorisation.

Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement

Contribution au débat autour du livre de Christopher Goscha, Vietnam, un Etat né de la guerre.

Cher François,

Merci de tes commentaires et d’avoir fait connaître le petit débat qui est en train de se nouer autour du livre de Christopher Goscha, notre ami commun. J’ai pris position dans ce débat, je vais maintenant dire deux mots en réponse à ton commentaire, mais, d’abord, je tiens à réaffirmer très clairement mon admiration pour le travail de Christopher. Soyons plus précis. Parmi ses immenses mérites, il en est un qui précède notre débat, qui précède l’étude du contenu et des points éventuels de divergence, qui précède aussi les faits, les chiffres et les sources : ce « mérite a priori », c’est d’avoir écrit un vrai livre d’histoire, j’entends un livre qui contient de l’enjeu – applicable à d’autres lieux et à d’autres temps – sur la lecture que nous faisons des choses passées, en l’occurrence de ces phénomènes universels que sont la guerre, la mobilisation en vue de la guerre, l’idéologie et ses outils de domination, et bien sûr cette figure étrange qu’est l’État-Parti (mais est-elle si étrange, si dépourvue de déclinaisons anciennes ?). Christopher n’a pas seulement apporté de l’information. Il a proposé un modèle d’interprétation. C’est à ce titre qu’il a considérablement fait avancer notre questionnement. C’est à ce titre aussi qu’il s’expose – au bon sens du terme – à des réactions sur le fond.

Sur le point que tu soulèves dans ton commentaire, à savoir celui des racines coloniales et confucéennes de l’État, je me demande s’il n’y aurait pas davantage intérêt à regarder du côté des expériences soviétiques et des théories qui, en ce domaine, existaient cinquante ans avant que les révolutionnaires vietnamiens ne se posent la question de savoir quel type de régime ils allaient mettre en place. Christopher l’écrit, d’ailleurs, rappelant à plusieurs reprises que le Vietnam a déroulé le programme socialiste académique, sans nulle surprise, sans beaucoup d’innovation. Or la création/manipulation de l’État administratif par le Parti, lequel s’y cache et s’y enjolive, est précisément dans le programme. Elle est dans Lénine, elle est dans la Bible socialiste. Tous les mécanismes de cette machinerie compliquée existent déjà, sont détaillés dans les livres, sont sous les yeux des Vietnamiens, ont été véhiculés par le Komintern depuis trente ans. D’emblée, donc, je ne vois pas qu’on se soit privé au Vietnam d’une construction politico-administrative qui, en quelque sorte, avait fait ses preuves. Or, quoi qu’on en dise, dans cette construction, qui ne craint rien de plus que la technocratisation, que la dissolution de la doctrine dans la gestion, l’État administratif est conçu comme un ectoplasme : il est dans la main du Parti. Il suffit pour s’en convaincre de voir fonctionner au sein des institutions la fusion progressive, du bas vers le haut, marche après marche, des organes civils dans les organes politiques (la base est encore mêlée, le comité central a pour fonction d’équilibrer les forces, et le Politburo, tout en haut, de coiffer l’ensemble par le Parti seul). Il suffit aussi de poser la loupe sur un service administratif quelconque (les têtes de ce service ne sont que des subordonnés dans la hiérarchie du Parti : pratique très futée du « croisement des fonctions »). Et encore de constater, tout simplement, que les secrétaires du Parti, eux, à tous les niveaux des comités directifs, n’exercent que rarement des fonctions administratives : ils sont hors jeu car, via leurs subordonnés, ils dominent le jeu.

Mais si la captation de l’État par le Parti ne pose pas trop de problème, car la pratique existe et on peut la prouver, la mise en place de cette « recette » est plus compliquée. Si je résume grossièrement, la question est : comment tout cela a-t-il commencé ? En gros, toujours, Christopher pense que, pour qu’il y ait captation, il faut quelque chose à capter. D’autres, dont moi, je crois, estiment que tout a été bâti en vue de cette captation, et que finalement le mot même de captation est trompeur car il renvoie à un état (avec un « e » minuscule) idéal des choses qui n’a jamais existé. C’est là où le livre de Christopher est capital, à l’endroit où commence ce partenariat entre deux appareils qui sont posés côte à côte et qui pourtant sont inextricablement mêlés. De quand date l’emmêlement, voilà notre problème !

Aujourd’hui en tout cas, et chez les soviétiques hier, je ne vois pas comment on peut parler d’une structure étatique qui existerait hors l’appareil du Parti qui la fabrique et la contrôle, qui en recrute et mute les agents, qui domine toutes les carrières et qui est la source unique de légitimité. Alors, hier, a fortiori, comment la chose aurait-elle été possible ? Ou alors, et c’est là où ton commentaire est important, il faut nécessairement supposer la pérennité de structures administratives locales (coloniales, confucéennes) qui, parce qu’elles existaient déjà, auraient pu en effet être captées. C’est tout notre débat. Il se trouve que, de mon côté, je ne vois rien d’ancien, ni de local, dans les structures administratives en question. Je vois des comités, des coopératives, des unités de production, des cellules, des congrès, des bureaux permanents : bref, toute la chaîne du centralisme démocratique et tout ce vocabulaire technocratique qui trahit d’emblée ses origines. En d’autres termes, je vois mal comment on peut arguer de l’existence d’une structure étatique indépendante quand celle-ci, dans sa forme, ses effectifs, son peu de réalité sur la gestion des affaires, ressemble à s’y méprendre au joli cache-sexe tissé par l’Internationale depuis des décennies. Nos Vietnamiens n’ignoraient rien des techniques utiles pour tisser ce cache-sexe. Ils connaissaient leur Lénine sur le bout des doigts.

J’admets volontiers l’idée qu’il ait pu y avoir des continuités historiques locales (encore que…), mais, quand on cherche à comprendre la mise en place d’un régime qui se veut en rupture avec le passé, quand on examine le « fonctionnement vrai » de la machine, quand on pose la loupe sur cette machine elle-même, sur ses rouages, ses petites dents crantées, je me demande pourquoi nous devrions, nous les historiens, aller chercher dans le passé national ce qui, simplement, logiquement, pourrait avoir été pris dans la modernité (et l’efficacité) de l’époque : l’URSS. Et comme on sait tout de la manière dont les bolcheviques se sont imposés, dans un contexte de guerre et d’effondrement des structures anciennes, dans un contexte où ils étaient minoritaires parmi la population paysanne, alors pourquoi ne pas regarder de ce côté là ? Or de côté là, c’est bel et bien le Parti qui tire les ficelles : et, là, on a des archives pour le prouver. Attention, je ne me place là que du point de vue politico-administratif, évidemment pas du point de vue de la vie sociale, de la vie des gens, des autres rythmes et des autres logiques à l’œuvre.

En tout cas, pour en revenir à notre sujet, il est évident que l’horizon de la guerre d’Indochine n’était pas seulement la libération du colonialisme : il était aussi la prise du pouvoir, à partir de zéro, et sa conservation. Ce n’était pas août 44 : c’était octobre 17. Christopher le dit : alors, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout.

Avec toute ma grande amitié,

Philippe



Citer ce billet
indomemoires (2012, 20 septembre). Viêt-Nam : De l’Etat-Parti et de son fonctionnement. Mémoires d'Indochine. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4ox