Portrait de Mme Nguyễn Thị Quyền née en 1914 et lisant le Nôm

Cụ bà Nguyễn Thị Quyền © 2014 Xa Luan
Cụ bà Nguyễn Thị Quyền © 2014 Xa Luan

[ndlr] Lecture du Kim-Vân-Kiều en Nôm par Mme Nguyễn Thị Quyền, centenaire. Née en 1914 dans la commune de Chuyên Ngoại, district de Duy Tiên dans la province de Hà Nam, Mme Quyền vit dans une commune réputée pour posséder de nombreuses personnes âgées à la longévité exceptionnelle par rapport à la moyenne nationale.

Peu familière du (chữ) quốc ngữ (l’écriture romanisée), elle est par contre plus à même de lire les documents en caractères Hán (chinois classique) ou en caractères Nôm, l’écriture démotique vietnamienne créée au XIIIe siècle. Mme Quyền a ainsi passé le siècle tumultueux du Viêt-Nam, de la colonisation à l’indépendance, en maintenant sa culture originelle. Elle fait ici une démonstration de sa virtuosité et de son savoir en lisant des extraits du célèbre roman vietnamien du XIXe sècle dans une édition de 1894. En outre, elle utilise le Kiều pour prédire l’avenir. Nous lui souhaitons avec un peu de retard un bon anniversaire (mừng thọ 100 tuổi) pour le Têt qui vient de s’écouler.

 

Cụ bà trăm tuổi vẫn đọc được truyện Kiều bằng chữ Nôm

D’après : Xa Luan, 11/02/2014 & Petrotimes, 11/02/2014.


7 réflexions sur « Portrait de Mme Nguyễn Thị Quyền née en 1914 et lisant le Nôm »

  1. Un texte écrit en quốc âm, c’est un texte écrit en Nôm. C’est expliqué dans Wikipédia : Chữ nôm

    L’écriture Nôm utilise pas mal de caractères Hán. Ces caractères gardent souvent leurs sens originels mais pas toujours. Par exemple, pour dire « encore=nữa » on utilise le caractère chinois « femme=nữ ». Un Chinois serait complètement perdu devant de telle transformation.

    En plus, la structure des phrases dans un texte Nôm est complètement différente d’un texte chinois. Un Chinois peut comprendre quelques mots Hán éparpillés dans un texte Nôm mais la compréhension générale du texte lui échappe complètement.

    Il est tout à fait absurde qu’un peuple parle le vietnamien qui est une langue Môn-Khmère et écrit en chinois littéraire. C’est pour cela que Hồ Quý Ly et Quang Trung ont promu le Nôm. C’est tellement évident d’un point de vue pratique. Indépendamment de l’aspect patriotique des choses (sur lequel je ne me prononce pas ici).

    1. Comme cet article de Wikipedia en langue française se réfère à un texte de la Vietnamese Nôm Preservation Foundation, je renvoie les lecteurs au site de cette fondation créée en 1999 et qui dispose d’un bureau à Hanoi : http://nomfoundation.org/ Leur définition du Nôm est assez large : “Chữ Nôm, is the ancient ideographic vernacular script of the Vietnamese language”. Depuis 1979, il existe également à Hanoi l’Institut de recherche Hán Nôm (Viện nghiên cứu Hán Nôm – 院研究漢喃) : http://www.hannom.org.vn/

  2. “quốc âm” ou “Nôm”, c’est pareil. Il est tout à fait correct de dire que Kim Vân Kiêu est écrit en Nôm. L’écriture Nôm fait des emprunts simples de quelques caractères Han, mais aussi des emprunts uniquement phonétiques ou sémantiques et beaucoup de créations purement vietnamiennes. Un Chinois est incapable de comprendre un texte écrit en Nôm même s’il pense pouvoir reconnaître certains caractères.

    De manière générale, les caractères Han dans un texte Nôm n’ont plus leurs sens d’origine et la structure des phrases est complètement différente du chinois. Il est évident que Hồ Quý Ly et Quang Trung ont promu l’écriture Nôm dans le but de supprimer le chinois littéraire qui n’est pas du tout adapté pour le peuple vietnamien (ni pour le peuple chinois non plus dans leur vie de tous les jours).

    1. [“quốc âm” ou “Nôm”, c’est pareil. Il est tout à fait correct de dire que Kim Vân Kiêu est écrit en Nôm. L’écriture Nôm fait des emprunts simples de quelques caractères Hán, mais aussi des emprunts uniquement phonétiques ou sémantiques et beaucoup de créations purement vietnamiennes.]
      – Vous faites la preuve de la confusion entre les différentes notions : quốc ngữ (parler véhiculaire et non national), le chữ quốc ngữ (transcription latine et non écriture nationale), le chữ nôm (caractères nôm), le parler nôm et le quốc âm.
      Kiều utilise plein de mots et caractères Han qui ont gardé leur sens originel : dès les premières phrases on a les mots tài 才 (talent) et mệnh 命 (destin) ou Kim, Vân, Kiều et plein d’autres. Savez vous ce que veut dire Kiều ? On dirait que soit vous ne reconnaissez pas les mots Hán Việt ou les caractères chinois soit que vous avez répondu sans vous donner la peine de relire Kiều.

      – Vous faites des acrobaties sémantiques, des jeux de mots : les mots Hán ont été nationalisés (sic !), ils sont devenus nôm, donc on peut dire que “Kiều est écrit en nôm”. 

      [Un Chinois est incapable de comprendre un texte écrit en Nôm même s’il pense pouvoir reconnaître certains caractères.]
      – Remarque oiseuse, que vient faire un Chinois ici ?

      [De manière générale, les caractères Hán dans un texte Nôm n’ont plus leurs sens d’origine.]
      – Un Chinois peut reconnaître les mots et caractères Han qui ont gardé leur sens comme tài 才 et mệnh 命 et des milliers d’autres présents dans Kiều.

      [Il est évident que Hồ Quý Ly et Quang Trung ont promu l’écriture Nôm dans le but de supprimer le chinois littéraire qui n’est pas du tout adapté pour le peuple vietnamien.]
      – Où est l’évidence ? Où sont les sources de cette affirmation péremptoire ? Dans Việt Nam văn học sử yếu, Dương Quảng Hàm explique que les Nguyễn à la fin de la guerre civile ont été obligés de laisser tomber le chinois littéraire par manque de lettrés compétents en cette matière.

      1. Si vous avez l’ouvrage de Dương Quảng Hàm (1898-1946) à disposition, merci de préciser au lecteur l’édition, la page de référence et la date de publication. L’ouvrage a été publié pour la première fois en 1943 et a bénéficié d’une bonne trentaine de rééditions jusqu’à nos jours. Il existe actuellement une édition (pdf) en ligne truffée de coquilles. Dans cet ouvrage de référence, le lecteur retrouvera les explications des termes “chữ quốc ngữ”, “quốc âm”, “chữ nho” de ce chercheur et grand professeur disparu trop tôt.

  3. Non, elle ne lit pas du nôm, de l’écriture nôm. Le Kim Vân Kiều n’est pas écrit en caractères nôm. Le Kiều est écrit en quốc âm, un mélange de caractères nôm et Hán. Dans l’ancien temps, la littérature “noble” (ainsi que le langage administratif) se faisait obligatoirement en “chinois littéraire ou văn ngôn” avec l’usage exclusif des caractères chinois ou Hán.

    De tout temps sans attendre le “Kiều” il y avait une littérature “triviale” qui utilisait le vietnamien parlé, de la vie ordinaire, en utilisant un mélange de vocabulaire Hán et nôm (ou non Hán). Ce n’est pas possible d’écrire une œuvre en parler ordinaire en utilisant uniquement du vocabulaire ou des caractères nôm. Le héros national Nguyễn Trãi est l’auteur d’une collection de poèmes en langage mixte appelé “Quốc âm thi tập”.

    Il y a une confusion très répandue entre le quốc ngữ (parler véhiculaire et non national), le chữ quốc ngữ (transcription latine et non écriture nationale), le chữ nôm (caractères nôm), le parler nôm et le quốc âm. Les gens mal informés répètent tout le temps le bobard selon lequel Hồ Quý Ly et Quang Trung, dans un esprit d’indépendance anti-chinoise, ont promu à leur avènement l’usage des caractères nôm dans l’administration (en sous-entendu, la suppression des caractères chinois).

Les commentaires sont fermés.