Søren Ivarsson : Creating Laos – CR de lecture de Constance Voisin

Ivarsson_CreatingLaosIl n’est pas si évident de penser le Laos en tant que nation au XIXème siècle, particulièrement avant l’arrivée des Français en 1860. Au cours du XVIIème siècle le royaume de Lan Xang, alors indépendant, se morcelle en effet en trois différents royaumes : Luang Phrabang, Xiengkhuang et Champasak, et passent tous sous contrôle du royaume siamois voisin. Dans l’ouvrage Creating Laos: The Making of Lao Space between Siam and Indochina, 1860-1945, Søren Ivarsson examine comment la présence française au Laos, de 1860 à 1945 a impulsé la création d’un espace et d’une identité Lao. La position du Laos entre deux espaces à tendance hégémonique : Siam et l’Indochine, fait de son édification nationale un processus particulièrement contesté. Ivarsson Soren développe ainsi dans cet ouvrage l’hypothèse selon laquelle la formation d’un espace Lao ne peut être effective sans qu’une politique de dissociation du royaume de Siam soit mise en place par le pouvoir colonial. Il montre ainsi que ce processus demande de la part des acteurs français et lao d’agir sur deux plans distincts : la création d’une entité territoriale avec l’instauration de frontières claires et précises et la recréation d’une entité culturelle, distincte de la culture siamoise.

Afin de répondre à son hypothèse, l’auteur décompose son ouvrage en cinq chapitres. Le premier chapitre s’intéresse à l’arrivée des coloniaux dans la zone ; le second analyse le discours thaïlandais sur l’espace lao en termes historiques et ethniques ; le troisième étudie le processus de création de routes, d’histoire, de culture, de religion par les français durant la période 1893-1940 ; le quatrième s’intéresse plus particulièrement à la période 1941-1945 et tente d’analyser l’impact de la campagne de réveil national ; le dernier chapitre quant à lui, étudie le phénomène de réappropriation du nationalisme culturel par les Laotiens afin de lutter contre l’hégémonie coloniale française.

Dans ce compte-rendu de lecture nous allons plus particulièrement nous intéresser aux processus de création d’une entité territoriale et d’une entité culturelle.

Création d’une entité territoriale

Plusieurs étapes ont été nécessaires à la création de l’entité territoriale du Laos contemporain. Dans un premier temps, afin d’affirmer son pouvoir sur la zone, la France a mis en place une politique de remise en question systématique de la suzeraineté siamoise qui s’est principalement traduite par une production cartographique. Et finalement en 1893 un traité est signé entre le royaume de Siam et le pouvoir colonial français. Même s’il fut signé par la force, des canonniers étant dirigés sur Bangkok, ce dernier marque la première reconnaissance internationale de la présence française. Ce traité révèle, selon l’auteur, que la construction d’une entité lao n’est pas évidente pour les Français. Le Laos n’y est en effet pas référencié en tant qu’entité politique mais uniquement en tant qu’une entité géographique. Dans cette continuité, lors de la constitution de l’espace colonial l’entité politique du territoire n’est pas envisagée, il est ainsi divisé en 1895 en deux administrations, chacune dirigée par un Commandant Supérieur. Par ailleurs, si l’espace lao intègre l’Union Indochinoise dès 1899, il faudra attendre 1941 pour qu’une entité lao soit politiquement crée et que l’unification du territoire soit réalisée.

En s’appuyant sur travail d’Eugen Weber[1] qui déclare que « l’unité nationale est impossible sans une unité des infrastructures routières »[2], l’auteur révèle qu’en parallèle de la construction administrative d’un territoire, la France a instauré différents projets, chacun ayant pour but de rendre le territoire autonome en infrastructures tout en essayant de l’intégrer à l’espace indochinois. Ces efforts se sont traduits par la construction de la route coloniale numéro huit qui relie Thakhek à Vinh et de la route coloniale numéro neuf reliant Savannakhet à Dong-Ha en 1924 et 1926. Søren note qu’il faudra ainsi attendre 1926 pour que le Laos soit connecté à l’espace indochinois. Cet effort tardif ne permet néanmoins pas de changer la donne, les biens continuent en effet de transiter par Bangkok car le voyage reste deux fois plus rapide.

L’auteur note qu’il existe un réel besoin, du côté des Français, de déconnecter territorialement l’espace lao de Siam. Cependant, il faudra attendre les années quarante pour que les projets d’infrastructures participent activement au processus de déconnexion.

Construction d’une entité culturelle

La construction d’un espace lao ne se résumant pas seulement à une construction administrative, le pouvoir colonial français espèrent déconnecter le Laos du Siam sur le plan ethnique, historique mais également linguistique.

Le Siam justifiant l’appartenance des territoires de l’est du Mékong en se plaçant sur un discours ethnique, dès l’arrivée des français, une étude « scientifique » a été menée afin de démontrer que le lao n’est pas un synonyme du thaï du nord mais appartient bien à une ethnie à part entière. Des différences physiologique et psychique ont ainsi été identifiées afin de placer l’ethnie lao sur le même pied d’égalité que l’ethnie thaï.

Néanmoins si une tentative de différenciation ethnique a été réalisée au XIXe siècle, les politiques de promotion de la culture lao ne sont entreprises par l’administration coloniale qu’à partir des années trente. Cette politique entreprend dans un premier temps de réécrire l’histoire lao afin qu’une continuité entre le royaume de Lan Xang et le protectorat français s’établisse. Des compilations de chroniques sont ainsi réalisées et la première histoire du Laos fut écrite à l’occasion de l’exposition coloniale de 1931 à Paris par Paul Le Boulanger (Histoire du Laos français, Plon, 1930). Dans cette histoire, la colonisation est décrite comme une conséquence naturelle, les Français ayant permis la libéralisation du Laos de l’impérialisme siamois. En parallèle à cette réécriture, les Français mènent également des politiques de restauration des monuments historiques afin de diffuser le message selon lequel des reliques de l’histoire glorieuse du Laos ont pu être restaurées grâce à la « bonté » de l’action française.

Un programme de nationalisation de la religion bouddhique a également été mené afin de restaurer l’aura religieux de Ventiane et éviter que les moines aillent étudier à Bangkok. Selon l’auteur, les Français craignaient que les moines laotiens qui effectuaient leurs études à Bangkok soient spirituellement assujettis. Un institut Bouddhique a ainsi été créé en 1930 afin de centraliser les diverses institutions existantes.

Parallèlement à ces deux politiques, un effort de standardisation de la langue a été réalisé afin de différencier la langue lao de la langue thaïe. Plusieurs propositions d’alphabet ont été faites mais aucune n’est arrivée à concilier le langage utilisé par les moines bouddhistes et celui du peuple. Il existe ainsi en 1930 trois alphabets et deux systèmes orthographiques. Afin de concilier les deux langages un alphabet romain est proposé par les français en 1942, mais fut rejeté quelques années plus tard. Cette volonté de romanisation traduit le désir des Français de moderniser mais également de distinguer le laotien de la langue thaïe, dont l’alphasyllabaire est inspiré du sanskrit.

LaoNhay
© The National Library of Australia

La Seconde Guerre mondiale marque la dernière étape dans la construction de la culture nationale. L’Amiral Decoux, sous autorité du régime de Vichy, a instauré une politique de rénovation nationale, dont l’objectif principal est d’assurer le support de la population locale. Ce plan espère augmenter le niveau de vie de la population, stimuler la production agricole, améliorer le système éducatif et le système de santé. Les élites sont particulièrement visées par cette campagne, l’administration leur propose de nombreux postes de fonctionnaires et augmente le salaire de ceux qui le sont déjà. Cette politique de rénovation culturelle s’accompagne d’une politique de réveil de l’esprit national laotien. En Janvier 1941 un journal, le Lao Nhay est ainsi créé par le Service de la Propagande. Ce journal est écrit en lao afin de toucher les masses. Søren considère que celui-ci a joué un rôle déterminant dans la construction de l’imaginaire national. Il prend l’exemple de la section des nouvelles qui permet de créer une sensation d’espace unifié en reliant des informations qui proviennent de toutes les provinces lao. La section littérature permet quant à elle de diffuser et de promouvoir des œuvres contemporaines. Les auteurs de ces œuvres ont été pour beaucoup subventionnés par le journal lui-même à condition que les codes instaurés, tels que la conservation des règles d’écriture traditionnelle, soient respectés. Ces codes permettent par ailleurs de relier les œuvres contemporaines aux œuvres passés. Simultanément, des symboles sont, pour la première fois, associés au Laos, un drapeau et hymne national sont ainsi créés.

* * *

En s’appuyant sur de nombreux ouvrages et références historiques, Søren Ivarsson considère que malgré certaines politiques peu efficaces, la France a influencé de manière décisive la formation d’un territoire et d’une identité lao, particulièrement pendant les dernières années de la colonisation. L’identité qui a été construite par l’administration française a été reprise par les acteurs lao puis transformée sous l’égide des nationalistes afin de combattre précisément cette hégémonie française.

Constance Voisin, promotion ASIOC 2013-2014

Réf. : Søren Ivarsson, Creating Laos: The Making of Lao Space between Siam and Indochina, 1860-1945, Copenhague, NIAS Press, 2008.


Notes

[1] Eugen WEBER – Peasants into Frenchmen: The Modernization of Rural France, 1870-1914, Stanford University Press, 1976.

[2] « There could be no national unity, before there was national circulation » in Peasants into Frenchman, p. 218.

Réf. illustration du Lao Nhay : New Mandala (2008)

 

Constance Voisin est étudiante en Master 2 à l’ENS de Lyon, ses recherches actuelles portent sur la politique d’aide publique au développement instaurée par la Corée du Sud.