Dương Đình Khuê : le bánh dầy et le bánh chưng

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Chúc mừng năm mới 2014 – Xuân Giáp Ngọ

ThanhGiongCuoiNgua

Mémoires d’Indochine vous souhaite une très bonne année du Cheval de bois pleine de belles réussites !

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Mâm ngũ quả ngày Tết © 2014 Nga
Mâm ngũ quả ngày Tết © 2014 Nga

 

Le bánh dầy et le bánh chưng

Dương Đình Khuê

Le roi Hùng Vương VI avait 22 fils de plusieurs épouses. Se sentant vieillir, il voulut choisir un successeur. Il fit appeler tous ses fils auprès de lui et leur dit :

– Dans quelques jours arrivera le Nouvel An. Chacun de vous devra présenter un plateau contenant des mets destinés au culte. Je donnerai le trône à celui d’entre vous qui offrira les meilleurs mets.

Les princes s’empressèrent d’envoyer des émissaires aux quatre coins du royaume à la recherche des mets les plus extraordinaires : foie de dragon, pâté de phénix, hachis de paon, etc. Seul le prince Tiết Liêu, orphelin de mère, et pour cette raison démuni de ressources, ne convoitait pas la couronne royale. Mais une nuit un génie lui apparut en rêve qui lui dit :

– Rien n’est plus précieux sur la terre que le riz, qui nourrit l’homme. Vous n’avez donc qu’à confectionner des gâteaux avec du riz. Pour représentez le Ciel, vous donnerez à certains la forme circulaire. A d’autres, vous donnerez la forme carrée pour représenter la Terre. Les premiers seront faits seulement avec du riz gluant bien cuit et bien écrasé. Quant aux gâteaux carrés, prenez du riz, mettez au milieu de la pâte de dolique, enveloppez le tout avec des feuilles de bananier, puis faire cuire. L’enveloppe symbolise la protection dont vos parents vous entourent, et la pâte de dolique symbolise les vertus que vous lèguent vos ancêtres.

Tout heureux, le prince Tiết Liêu suivit à la lettre les recommandations du génie. Le jour du Nouvel An, les princes déposèrent sur l’autel leurs plateaux de mets. Celui de Tiết Liêu fut le plus modeste, mais le plus apprécié du roi Hùng Vương qui reconnut chez ce sage fils une vertu cardinale : la gratitude envers le Ciel, la Terre et les ancêtres.

Depuis lors, le bánh chưng et le bánh dầy font la joie des petits… et des grands pendant les fêtes du Tết, en constituent l’élément indispensable, en évoquant irrésistiblement l’atmosphère enivrante. Quel Vietnamien faisant ses études à l’étranger n’a senti son cœur chavirer, dont pourtant aucune galette, aucun caviar, aucune dinde au monde ne saurait égaler la saveur incomparable !

* * *

Extrait de : Duơng Đình Khuê, La littérature populaire vietnamienne, Bruxelles, Thanh-Long, Message d’Extrême-Orient n°1, 1976, p. 179.

* * *

Le Bánh tét une variante sudiste du gâteaux du Nouvel An (photos et fabrication : Nga)



Citer ce billet
indomemoires (2014, 30 janvier). Dương Đình Khuê : le bánh dầy et le bánh chưng. Mémoires d'Indochine. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q566