Jacques Attali : Histoire de la modernité – CR de lecture

Attali_HistoireDeLaModernitéComment fut pensée la modernité à travers les âges ? De quoi sera fait le monde de demain ? A quelle modernité se référera-t-il ? Sera-t-il « moderne » et comment définira-t-il cette modernité ? Telles sont les questions ardues auxquelles Jacques Attali [1] tente de répondre dans cet essai qui se présente comme un voyage intellectuel (mais grand public) dans l’histoire des modernités de notre humanité. Penser le monde de 2030 pour imaginer celui de 2060, tel est le défi que se donne cet auteur prolifique qui est depuis longtemps passionné par l’avenir et le devenir de nos sociétés.

Dans ce court essai de 188 pages suivi d’une bibliographie d’environ 200 références (ouvrages et articles compris), Jacques Attali dresse un tableau de la définition de la modernité dictée par les dominants à travers le temps. Cette petite histoire de l’idée que l’on s’est fait de la modernité depuis que l’on dispose de textes s’y référant est découpée en sept chapitres chrono thématiques correspondant chacun à une période bien délimitée de l’histoire humaine. Cette « brève histoire de la modernité » est d’emblée résumée en introduction aux pp. 9-18 comme si l’auteur avait eu besoin de se convaincre lui-même de la pertinence de sa démonstration.

Être, Foi et Raison : trois modernités en concurrence

Premier temps long (Chapitre 1). L’ouvrage donne à voir la modernité de l’Être qui plonge ses racines dans l’avènement de l’homo sapiens sapiens, notre ancêtre, pour trouver son apogée avec la Rome antique et se transformer vers l’an 300. Cette première modernité identifiable avec le désir et neuf, du changement et la fin de la stabilité (« l’obsession de la préservation du même »), s’étend sur un temps remarquablement long puisque l’auteur lui attribue une longévité multiséculaire. C’est l’expression fascinante de l’Être qui naît dans l’univers judéo-hellène et mobilise les préoccupations des Grecs, des Hébreux, en quête d’un nouvel âge d’or. Le temps cyclique n’est plus, laissant place à un temps linéaire où l’homme, ce terrien en marche vers le neuf, est central et glorifié : « Beaucoup de choses sont admirables, mais rien n’est plus admirable que l’homme » écrit Sophocle dans Antigone (p. 28). Rome, capitale d’un monde qui se veut éternel, assoit sa grandeur en se saisissant de la centralité de l’homme pour la remplacer par un État fort, bureaucratique et urbanisé.

Second temps long (Chapitre 2). Il ne concerne plus la modernité décrite plus tard comme étant celle des « Anciens » (Juifs, Grecs et Romains) mais la nouvelle modernité des Chrétiens qui s’impose sur le déclin de Rome. La Foi prend le pas : « L’Être, la logique et la liberté individuelle ne seront plus des objectifs de l’avenir. Ils en seront même les ennemis » (p. 35). Cette modernité qui ne croit au départ qu’aux vertus de la pauvreté et du Ciel occupe notre monde occidental pendant dix siècles. Dans le monde musulman, il en va autrement puisque l’islam n’interdit pas l’alliance de la connaissance rationnelle du savoir scientifique et de la Foi. En Occident, le clivage est fort. Ce qui est « moderne » est religieux en opposition à la modernité dépassée et donc « ancienne » du monde gréco-romain. Le régime tout puissant de l’Église, gardienne de la Foi, écrase l’individu, le soumet au divin. Ces mille ans d’obscurantisme sont toutefois traversés par des îlots de lumières et des compromissions tolérées avec le « nouveau type humain » (entrepreneur, marchand, bourgeois) (p. 42) qui permettent à l’Église de durer. Cependant, la confrontation entre « les Modernes, tenants du dogme chrétien et les Anciens, partisans de la logique des Grecs » est inévitable. Elle débouche sur un nouvel âge dit de la Raison, fort de l’innovation géniale de Gutenberg et de son évolution imprévisible.

Troisième temps plus court de quelques siècles (Chapitres 3 à 5). Puis, comme toujours, l’histoire tourne, la Foi auparavant adulée entre en crise, remise en cause par les nouvelles découvertes (inventions, territoires) et les interrogations scientifiques. Comment concilier les deux : le retour de l’Être des « Anciens » avec le déclin de la Foi des « Modernes »? La réponse est la naissance d’une nouvelle modernité hybride qui s’incarne dans la Raison, espérant tracer un autre chemin de liberté. Le progrès rationnel l’emporte à partir du XVe siècle. Il débouche au XVIIIe siècle sur l’avènement d’un binôme fondamental issu de la Raison : le marché et la démocratie. Le marchand et le bourgeois vont supplanter peu à peu tous les autres représentants des anciennes modernités (penseurs, seigneurs, religieux, guerriers, révolutionnaires…). La démocratie de marché triomphe au XIXe siècle comme modèle quasi unique : « La modernité est désormais le changement qui instaure le marché et la démocratie en tant que règles institutionnelles et la raison comme finalité » (p. 101).

La postmodernité ou le nihilisme de notre temps

Le temps s’accélère et s’emballe (Chapitres 6 et 7). Mais cette vision impériale qui écrase « les prolétariats et les colonies » (p. 122) finit par déboucher sur une profonde remise en cause entre la fin du XIXe siècle et 1960. Le nihilisme de cette fuite en avant est analysé en détail par Nietzsche, dont les prédications sont annonciatrices de l’effondrement à venir. Avec la crise économique de 1907 (quid de celle des années 1930 ?), la guerre et le totalitarisme s’imposent et « brutalisent » une grande partie du monde. La guerre est même pour l’auteur la « forme suprême de la modernité rationnelle » (p. 133). Elle produit puis elle détruit à grande échelle. Au sortir de la Grande Guerre le constat est édifiant :

La modernité de la Raison prend une nouvelle forme, totalitaire, faisant toujours l’apologie de la science et du progrès matériel. Les démocraties s’effondrent chez tous les vaincus et même chez certains vainqueurs. Le socialisme s’installe en Russie. Le fascisme en Italie. Le national-socialisme tente sa chance en Allemagne. (p. 134)

Cette période apocalyptique illustrée par l’Holocauste (« manifestation paroxystique de la dictature de la rationalité industrielle ») que traverse le premier quart du XXe siècle oblige les sociétés à revenir à la Raison. Mais cette période s’ouvre sur une ère post-moderne controversée. Ce post-modernisme est d’ailleurs, l’auteur le reconnaît implicitement, difficile à cerner de près, tellement il fait référence à des objets différents y compris la science fiction (pp. 136-138 et pp. 162-163). D’une façon générale, « la post-modernité désigne la désillusion généralisée à l’égard des idéaux de la modernité de la Raison, sans vouloir  proposer une autre modernité » (p. 137).

En pleine reconstruction humaine, sociale et architecturale, le nouveau monde moderne s’affirme comme « contemporain » à partir des années 1960 (chapitre 7). Dans son avant-dernier chapitre consacré à ce phénomène, où chacun peut jouir librement de chaque instant sans contrat ou sans aucune préoccupation altruiste, l’auteur s’appuie sur l’art pour démontrer la quasi surréalité de ce vocable improbable qui désigne tout ce que l’on ne saurait raccrocher au passé. Le lecteur se demande alors si le « contemporain » (dans l’art) n’est pas une simple escroquerie conceptuelle ou au mieux un concept en devenir. L’art de notre instant présent est lui-même assimilé à une « dérision de la modernité ». Jacques Attali dresse de notre temps un portrait cuisant où la dictature du court terme et la recherche du plaisir immédiat et inassouvi imposent leurs codes et lois mercantiles sur tout le reste. On sent bien à la lecture de ces pages que ce monde « de droits sans devoirs » (p. 148) agace l’auteur. L’ego de « l’individu, libre, narcissique et solitaire » (p. 151) devient la nouvelle norme pour être heureux ou pour ce que l’on croit être le bonheur. L’auteur en profite pour questionner les avatars du monde contemporain : l’enfantine modernité (sorte « d’infantinisation » du monde marchand), l’individualisation de nos sociétés et l’occidentalisation paradoxale du monde. La « dictature de la productivité et du précaire », « l’oubli du long terme », sont néanmoins de plus en plus critiqués et combattus. Il faudra à terme inventer une autre modernité.

L’altruisme : du bon usage de la modernité

Comment sortir de cette cruelle impasse entre l’Être, la Foi et la Raison ? C’est ce que propose le dernier chapitre en analysant les sept modernités dont six sont autant de péchés capitaux : hypermodernité, amodernité, rétromodernité, ethnomodernité, théomodernité et écomodernité. L’auteur reprend des éléments de son introduction et affiche ici de nouveau son penchant pour la science fiction qui le fascine. Les six modernités à venir se présentent comme de futures tyrannies technologiques, psychologiques, religieuses, écologiques, ethniques… heureusement passagères. Seule, l’hypermodernité semble relativement pérenne. On quitte alors définitivement l’histoire des idées pour une prospective fragile car, comme chacun sait, rien ne sera aussi clair et différencié que l’idée de l’avenir que l’on peut se faire aujourd’hui. Ces six échecs de la modernité devront leur salut grâce à l’altermodernité, une conception altruiste de la vie en communauté qui reste, même aux yeux de l’auteur, une forme d’utopie. Du coup, entre pessimisme et utopisme, l’auteur nous égare. Sa démonstration laisse le lecteur un peu perplexe. Elle apparaît comme une volonté d’inscrire l’auteur dans la modernité à venir en tant qu’éventuel précurseur. Pourquoi développer l’altermodernité si celle-ci est vouée à l’échec ? L’auteur avoue lui-même dès l’introduction qu’elle est possible mais « peu probable » (p. 19) et pour finir dans son dernier chapitre : « Son avènement me semble cependant extrêmement peu probable » (p. 166) réduisant encore un peu plus son avènement.

Dans ce court essai, Jacques Attali propose un survol d’une idée qui, à travers le temps, s’adapte aux nouvelles conditions spirituelles, sociales, économiques et politiques du moment. Sa démonstration repose sur peu d’ouvrages d’histoire globale pour s’appuyer sur une quantité d’extraits de textes savants publiés depuis l’invention de l’imprimerie. Le pari est osé et certains historiens ou philosophes plus familiers de cet exercice trouveront à redire à ce traitement rapide d’une question clé de notre temps. Le risque est surtout de donner une vision figée ou trop réductrice de la pensée complexe des auteurs utilisés que ce soit Descartes, Kant, Nietzsche ou Marx. En outre, l’ouvrage aurait mérité quelques cinquante pages supplémentaires pour asseoir la démonstration sur un peu plus de profondeur historique. Les grands événements du monde (migrations, croisades, révolutions, guerres, indépendances, émergences des nations, affirmation des blocs, mondialisation) ou ses transformations (révolutions industrielle, technologique, numérique) sont curieusement assez peu évoquées ou trop rapidement, l’auteur restant au plus près de ses citations.

Critique du monde actuel lancé sur l’élaboration d’un homo artefactus, d’un homo roboticus, l’auteur ne fait-il pas preuve d’hypermodernité en citant en bibliographie les entrées de Wikipedia qu’il a pu utiliser ? (p. 205) Pourtant, quelques suspicions sont lancées sur le tout numérique à venir : « il sera hypermoderne de lire en numérique, de se distraire en numérique, de passer ses diplômes online » (p. 167). Ce qui est déjà une réalité, voire une évidence pour la jeune génération mondialisée très homo numericus.

* * *

Tout à la fois manuel pédagogique qui fait la promotion d’une altermodernité improbable et voyage intellectuel à travers l’idée de modernité, l’essai de Jacques Attali, d’une lecture agréable, est une réflexion utile sur notre temps en pleine crise existentielle. Penser notre monde et son évolution s’avère aujourd’hui capital. L’ouvrage pose néanmoins plus de questions qu’il n’en résout mais cela rejoint le désir final de l’auteur qui souhaite susciter une discussion avec ses lecteurs sur la viabilité de son utopie. Bienvenue dans la modernité de 2014 et rendez-vous en 2030 !

Réf. : Jacques Attali, Histoire de la modernité. Comment l’humanité pense son avenir, Paris, Robert Laffont, 2013, 204 p.

[1] On ne présentera pas ici cet auteur célèbre, familier du monde politique et des plateaux de télévision. Chacun pour lire sa biographie en ligne sur son propre blog : Biographie de Jacques Attali

François Guillemot, 05/01/2014.