Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [7] – Le détachement de propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam

Giap_QDNDVN[ndlr] Dernier épisode du récit du général Vo Nguyen Giap sur la formation du premier détachement de l’Armée populaire du Viêt Nam.

LE DÉTACHEMENT DE PROPAGANDE DE L’ARMÉE DE LIBÉRATION DU VIETNAM

Devant cette situation, le Comité interprovincial projetait d’organiser une dernière conférence pour décider de l’heure du déclenchement de la guérilla. C’est alors que nous parvint la nouvelle du retour imminent de l’Oncle Ho qui avait réussi à sortir des prisons du Kuomintang.

Arrivé à Pac Bo, après avoir écouté le rapport sur la situation et la résolution portant [sur le] déclenchement de la guérilla, il réunit les cadres responsables pour analyser la situation. Il souligna que la résolution adoptée ne reposait que sur la situation du Cao-Bac-Lang et non de l’ensemble du pays, autrement dit on s’attachait à une partie en faisant abstraction du tout. Dans de telles conditions, déclencher la guérilla sur une large échelle et dans les perspectives de la résolution du Comité interprovincial, c’était aller fatalement au devant de grandes difficultés. Dans l’ensemble du pays, aucune autre région ne réunissait les conditions voulues pour nous soutenir ; l’ennemi pourrait donc regrouper tous ses effectifs contre nous. Du point de vue militaire, la résolution ne répondait pas au principe de la concentration des forces : les cadres et l’armement étaient dispersés, il manquait une force de base.

L’Oncle Ho jugea que si l’étape de développement pacifique de la révolution était déjà dépassée sans qu’on fût cependant arrivé à la phase de l’insurrection générale. Se borner à des activités purement politiques ne suffirait plus à faire progresser le mouvement. Mais déclencher immédiatement l’insurrection serait se mettre en fâcheuse posture. La lutte devait donc passer du politique à la lutte armée, tout en laissant dans l’immédiat, l’action politique prendre encore le pas sur la lutte armée. Il fallait trouver une formule appropriée pour impulser le mouvement.

C’est au cours de cette réunion que le Président préconisa la création du « Détachement de propagande de l’Armée de Libération » qui n’était encore qu’une petite formation. Il avait mission de mobiliser et d’appeler le peuple au combat. Mais dans ses débuts, il devait attacher plus d’importance au travail politique qu’à l’action armée, la mission de propagande primant le combat proprement dit.

Cette analyse de la situation nous convainquit tous et le nouveau programme fut unanimement approuvé.

Ainsi vit le jour le Détachement de propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam.

Après avoir résolu les questions de principe, suivant la méthode de travail qui lui est chère, l’Oncle Ho nous orienta dans l’élaboration des mesures d’application : organisation du Détachement, composition, recrutement, ravitaillement en armes et en vivres, futurs rapports avec les autorités et les populations locales.

Nous avons ensuite passé toute une journée ensemble à élaborer le projet de plan. En veillée nous continuions à échanger nos points de vue ; tard dans la nuit, l’Oncle Ho pesait encore le pour et le contre. Le lendemain matin, nous soumettions le projet à la collectivité.

Pour déclencher la lutte armée suivant la nouvelle orientation, l’Oncle Ho insista particulièrement sur deux points :

– Agir vite et résolument : un mois après la formation du détachement, celui-ci devrait avoir à son actif quelques succès militaires ; le premier combat devrait être obligatoirement une victoire.

– En campagne, assurer de bons rapports entre le détachement régulier et les détachements locaux, entre l’armée et la population. Maintenir en permanence la liaison avec l’organisme dirigeant.

En outre, le Président attachait une extrême importance aux principes de la clandestinité. Nous allions prendre la route qu’il nous recommandait encore :

« Ne soyez pas subjectifs. Ne dévoilez pas vos forces, agissez en secret, dans un secret absolu. Que l’ennemi ignore tout de vous. Qu’il vous croie à l’Est alors que vous êtes à l’Ouest. Qu’il vous croie faible quand vous êtes fort. Qu’il ne se doute de rien alors que vous êtes à la veille de le frapper. »

C’est le cœur débordant de confiance que nous sommes retournés au Comité interprovincial. Les ordres furent appliqués avec célérité. Les cadres et l’armement furent immédiatement rassemblés. Le détachement comprenait à l’origine trente-quatre combattants choisis parmi les chefs de sections, chefs de groupes et soldats d’élite, et qui s’étaient signalé par leur courage dans les détachements armés régionaux ou les groupes de miliciens de choc. L’unité avait également été renforcée par quelques cadres qui venaient de terminer leurs études militaires en Chine. Dès lors il existait dans le Cao-Bac-Lang trois types de formations armées : le détachement de Propagande en constituait l’élément de choc, autour duquel se groupaient les détachements armés régionaux, et ensuite les détachements d’autodéfense paramilitaires. Bien  que toutes trois ne fussent qu’au stade de la guérilla, elles agissaient cependant en étroite coordination. Je me souviens très nettement de cette caractéristique : ce fut pour moi une chose tout à fait nouvelle qui me frappa beaucoup.

La veille de la formation du Détachement, je reçus les directives de l’Oncle Ho transcrites sur un petit morceau de papier caché dans un paquet de cigarettes. Deux jours après, le Détachement de Propagande commençait à les appliquer en remportant ses deux premières victoires à Phay Khat et Na Ngan. Le « Viet Lap » en publia aussitôt le communiqué. En même temps, le Comité interprovincial lançait un appel à la population l’invitant à intensifier son soutien à l’armée. L’influence du Détachement grandissait. La population était soulevée d’enthousiasme. Les éléments flottants se tournèrent vers nous. Les traîtres se mirent à trembler et l’ennemi tempéra son ardeur dans la chasse aux militants. De nombreuses organisations de base furent remises sur pied et virent grossir rapidement leurs rangs. Le mouvement montait. La population apportait à l’armée des palanches de grain à l’armée et des galettes de riz par paniers entiers. En certains endroits, on nous offrait même des buffles, des boeufs, des cochons. On vit apparaître des poèmes T.T., du riz T.T., des caisses T.T. pour l’achat des armes… (T. T. sont les initiales des mots vietnamiens « Tuyên Truyên » – propagande – par lesquelles on désignait le Détachement).

La jeunesse était gagnée par un puissant mouvement de « départ pour la libération » qui faisait grossir rapidement nos rangs.

De Phay Khat, Na Ngan, le Détachement de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam marcha droit sur la zone Thien Thuat, afin de se transformer en compagnie. Les nouvelles recrues, venues des petites unités régionales, arrivèrent très rapidement au centre de rassemblement. En plusieurs endroits, les détachements locaux avaient déjà les effectifs d’une section. Une partie des armes enlevées à l’ennemi leur fut attribuée, ce qui combla la troupe. A cette époque, il suffisait de deux ou trois mousquetons pour soulever d’enthousiasme les combattants. Dans tous les secteurs, on se préparait fiévreusement à de nouveaux engagements et on réclamait l’envoi de troupes régulières.

Après nous êtres formés en compagnie, nous laissâmes une partie de nos effectifs à Kim Ma, Tinh Tuc et Phia Uac pour la propagande armée, tandis que le gros de nos forces, pour désorienter l’ennemi, montait en direction de la région de Dong Mu-Bao Loc, sur la frontière sino-vietnamienne. Aussitôt arrivés dans ce secteur, nous nous rabattions dans un secret absolu vers la région limitrophe des provinces de Cao Bang et Bac Can. Nous pensions, lorsque le mouvement gagnerait encore, nous diriger vers le Sud. Sur notre parcours, la population nous réservait un accueil extrêmement chaleureux. En certains endroits, bien qu’on ne fût qu’à deux ou trois kilomètres du poste, elle allumait des torches pour venir à notre rencontre. Nous étions à l’approche du Têt. Dans certaines localités, la jeunesse avait préparé un véritable festin, disposé tables et chaises aux bords même de la route et nous avait attendus toute une nuit pour nous fêter. Au canton de Hoang Hoa Tham, qu’elle ne fut notre surprise de voir que la population avait tout préparé pour recevoir la troupe. Un véritable campement de paillotes nous attendait dans la forêt, assez vaste pour loger toute la compagnie, avec un terrain d’exercice et un important stock de vivres. La population qui était alors extrêmement démunie, aidait l’armée de la révolution sans compter. Durant les trois journées du Têt, des jeunes et des vieux quittèrent leurs foyers pour passer la fête avec nous. Quand j’y songe aujourd’hui, je me demande encore comment payer la dette que nous avons alors contractée envers le peuple.

C’est à cette époque que les groupes d’assaut rétablirent nos lignes de liaison avec Thai Nguyen, coupées par la répression. Nous poursuivions des préparatifs intenses pour marcher vers le Sud. Les camarades Tong et Vu Anh nous rejoignirent dans la forêt Tran Hung Dao pour rendre visite à la troupe et élaborer un plan de marche vers le Sud. Ils venaient à peine de nous quitter qu’éclata le coup de force du 9 mars [1945]. La situation évoluait favorablement. Le Détachement de Propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam sortit de la jungle pour une marche en plein jour dans la vallée de Kim Ma. Dans chaque village, la population en liesse avait arboré des drapeaux rouges à étoile d’or. Je me souviendrai toujours du spectacle qui s’offrit alors à nos yeux. Tous ces drapeaux rouges qui rendaient le ciel plus vaste et plus bleu. Les hommes et la nature comme transfigurés, épanouis. Les premières bouffées de l’indépendance qui nous enivraient.

Ensuite, le gros de la compagnie se dirigea vers le Sud, établissant sur son passage le pouvoir révolutionnaire, désarmant les garnisons ennemies et levant de nouvelles unités révolutionnaires.

Dans le Cao-Bac-Lang, la direction du Parti avait donné à temps les directives pour la formation du pouvoir populaire dans la campagne, le déclenchement de la guérilla et la levée de nouvelles recrues. Au lendemain du coup de force japonais, une vingtaine de nouvelles compagnies de l’Armée de Libération furent constituées. Partout, nous ouvrions des bureaux de recrutement. Près de Nuoc Hai, plus de trois mille jeunes s’enrôlèrent volontairement. Dans toute la région du Cao-Bac-Lang les campagnes formaient une vaste zone libre.

Au même moment, dans le centre Bac Son-Vu Nhai, les troupes du Salut national se soulevaient aussi, engageaient la guérilla, instauraient le pouvoir révolutionnaire et accroissaient leurs effectifs. Quelque temps après, les troupes du Salut national et l’Armée de Libération opéraient leur jonction. La Conférence Militaire du Tonkin tenue à Hiep Hoa décidait l’unification de toutes les forces armées révolutionnaires sous l’appellation « Armée de Libération du Viêt Nam. » La zone libérée fut ensuite formée, englobant les provinces de Cao Bang, Bac Can, Lang Son, Ha Giang, Thai Nguyen, Tuyen Quang et une partie des provinces de Bac Giang et Vinh Yen.

La situation évoluait rapidement. Le mouvement contre les Japonais, pour le Salut national, montait comme un raz-de-marée. Bientôt le Congrès national du Parti et le Congrès des Délégués de la nation se tinrent à Tan Trao. Sur ces entrefaites survint la capitulation du Japon. La Révolution d’Août éclatait. La République Démocratique du Viêt Nam était née !

Propos recueillis par Tran Cu.

[Fin]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 139-146.

Épisodes précédents :




Citer ce billet
indomemoires (2013, 30 décembre). Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [7] – Le détachement de propagande de l’Armée de Libération du Viêt Nam. Mémoires d'Indochine. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q55b