Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [5] – La terreur blanche à Cao-Bac-Lang

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit du général Vo Nguyen Giap. La répression s’abat sur les révolutionnaires de la Ligue Viêt-Minh et les villages suspects.

LA TERREUR BLANCHE A CAO-BAC-LANG

Il importe de préciser que pendant les années 1942-1943, le mouvement de la Ligue Viêt Minh dans les provinces du Cao-Bac-Lang (1), avait pris une envergure sans précédent.

Trois des neuf districts du Cao Bang étaient des « districts à cent pour cent » (Ha Quang, Hoa An et Nguyen Binh) et nous avions des bases partout ailleurs. Dans le Bac Can, le mouvement avait gagné quatre districts. Du côté de Lang Son, il atteignait déjà That Khe. Il était particulièrement fort dans les régions Man, notamment chez les Man Blancs dans la région de Thien Thuat et chez les « Man à sapèques » dans la zone Quang Trung.

Je prendrai comme exemple le district de Ha Quang, région de population clairsemée, constituée pour la plus grande part de minorités Nung. Selon les chiffres du Comité du district, en 1941, les membres des organisations pour le salut national s’élevaient à 1.053 ; en 1942, ils étaient 3.096, dont 1.049 éléments sûrs, et 235 miliciens d’autodéfense et d’assaut. Le district avait organisé six cours de formation politique et trois cours de formation militaire accélérés. En 1943, toute la population avait adhéré aux organisations pour le salut national, qui comptaient 5.453 membres dont 2.250 éléments sûrs,  1.004 miliciens d’autodéfense et 15 détachements d’autodéfense et d’assaut ; le district avait ouvert onze cours de formation politique et 26 cours de formation militaire. La population avait en outre créé dix écoles pour commencer à liquider d’analphabétisme. En de nombreuses localités, les femmes plantaient des légumes, élevaient des vers-à-soie pour collecter de l’argent au profit des cadres clandestins.

Du point de vue militaire, dans toutes les localités organisées dans l’interprovince, la plupart des jeunes gens et jeunes filles participaient aux formations de miliciens de choc et avaient suivi plusieurs périodes d’entraînement militaire. On peut dire que, pendant la période clandestine, dans les régions rurales du Cao-Bac-Lang avait réussi à organiser et à armer toute la population.

En 1942 et 1943, le Comité interprovincial forma de nombreuses promotions de cadres militaires. A plusieurs reprises, des revues et des manœuvres militaires furent organisées. Les manœuvres qui se déroulèrent au village de Hong Viet en juillet 1943, mirent en action plus de mille hommes dont des miliciens d’autodéfense, des miliciens de choc, des cadres de la Ligue Viêt Minh à l’échelon communal et des éléments sûrs des organisations pour le salut national. On visait ainsi à apprendre aux cadres à commander et à parfaire l’entraînement des détachements de miliciens de choc. Par ailleurs ces manifestations de force achevaient de donner confiance aux masses révolutionnaires, aidaient à rallier les éléments flottants et intimidaient les réactionnaires locaux. Mais avec une telle méthode, on risquait facilement de découvrir nos forces, de dévoiler nos secrets et de provoquer la répression.

On se préoccupait également de stocker des vivres. Chaque district avait ses greniers de paddy et de mais en vue de l’insurrection. Les masses appliquaient fidèlement la tactique de la terre brûlée telle que nous la leur avions enseignée. Les paysans creusaient des abris au plus profond de la forêt ; ils y faisaient du feu pour sécher et durcir la terre, puis ils boisaient le trou et y installaient enfin des claies de bambou pour recevoir le paddy ; à une certaine hauteur, ils fermaient le coffrage avec des planches et des claies et recouvraient le tout de terre. Les achats d’armes avaient pris les proportions d’un mouvement de masse. Chaque famille cherchait par tous les moyens à acheter des armes de contrebande aux soldats des forces de Tchang Kaï-Chek, quitte à vendre un buffle ou du paddy pour les payer. En plusieurs points, on avait ouvert des forges pour réparer les fusils à amorce, les carabines de chasse et fabriquer des armes blanches, coupe-coupe, sabres, poignards, etc… Nos compatriotes répondaient magnifiquement et en masse aux collectes de fer, de cuivre, de socs de charrue, de cuvettes et de plateaux en cuivre, en ferraille, etc…

Les colonialistes français, vendus aux fascistes japonais, mettaient en œuvre tous les moyens dont ils disposaient dans l’espoir d’étouffer dans l’œuf l’insurrection armée. Ils menaient de pair une répression féroce et des manœuvres démagogiques. Ils cherchaient dans une première phase à liquider nos organisations de base et à couper les voies de ravitaillement des cadres clandestins. Après quoi ils déclenchaient des opérations militaires pour mettre la main sur les P.C. secrets du Viêt Minh.

C’est précisément au moment où s’intensifiait la répression que je quittais le camarade Chu Van Tan dans la région limitrophe de Cho Chu et Cho Don pour revenir à Cao Bang.

A mi-chemin, près du chef-lieu de Bac Can, je pus déjà constater les premières manifestations de cette terreur blanche. Arrivé à Na Lum, village isolé sur le sommet du mont Phia Booc, dont le nom signifie « rizière abandonnée », je reçus une lettre du camarade Duc Xuan, chef du Détachement de Propagande d’assaut pour « la marche vers le Sud », me signalant une montée du mouvement et me proposant de descendre participer à un meeting dans la vallée. Duc Xuan était un excellent propagandiste très actif et très courageux, qui composait de belles chansons populaires. J’avais déjà atteint un village au pied de la montagne, lorsque j’appris que l’ennemi avait envoyé des troupes contre notre base près de Phu Thông. Par manque de vigilance, le camarade Duc Xuan avait été surpris en pleine réunion, et abattu. L’ennemi lui avait tranché la tête et les bras pour les exposer au marché.

Notre route se trouvait donc coupée. La population, en plein désarroi.

Je fis demi-tour et, par des pistes traversant la chaîne du Phia Booc, je gagnai Cao Bang. Comme je l’ai dit plus haut, j’arrivai à Kim Ma au moment des fêtes du Têt. Là aussi, l’ennemi était en train d’intensifier la répression. Il s’intéressait particulièrement aux régions où s’étaient déroulées de grandes manœuvres militaires.

Le P.C. du Comité interprovincial, qui se trouvait dans la vallée de Lam Son, avait été encerclé à plusieurs reprises par la troupe. Chaque fois, notre tactique avait été de décrocher en évitant l’engagement et de nous replier provisoirement ailleurs. Un jour l’ennemi ouvrit un feu nourri de mortiers sur le siège du journal Vietnam Indépendant, mais sans aucun résultat. D’ailleurs les tirailleurs qu’on envoyait contre nous ne brillaient guère par leur courage. Il suffit qu’un jeune gars du P.C. criât : « A l’assaut » pour les faire détaler en quatrième vitesse.

Dans d’autres localités, l’ennemi cherchait à employer la ruse. Il affichait des proclamations, rassemblait la population et lui recommandait de vaquer tranquillement à ses occupations, sans se laisser influencer par les « rebelles Viêt Minh ». Il déclarait qu’il garantissait à tous ceux qui avaient rejoint le maquis, la liberté de revenir chez eux et invitait les cadres clandestins à passer au service du « gouvernement ». Résultat : fiasco complet ! Ces manigances n’eurent pas le moindre effet dans nos rangs car nos adhérents avaient été préparés à cette éventualité.

Les impérialistes reprirent alors la répression. Ils renforcèrent leurs réseaux de mouchards, installèrent des tours de garde aux points névralgiques et dans les localités les plus révolutionnaires. Ils créèrent de nouveaux « bang ta » (notables chez les minorités), augmentèrent les effectifs de la garde indigène et organisèrent des groupes francs mobiles. Ils recherchaient et arrêtaient les cadres révolutionnaires, y compris leurs parents. Toute famille qui avait un de ses membres parmi nos cadres ou soupçonnée d’entretenir des relations avec les maquis risquait de voir sa maison incendiée et ses biens confisqués. Dans beaucoup de localités, les greniers où l’on cachait le paddy furent découverts et incendiés. De nombreux villages furent impitoyablement rasés. Quiconque était pris en possession de documents Viêt Minh, était immédiatement passé par les armes, décapité et mutilé, la tête et les membres étant exposés sur le marché. La tête de nos militants était mise à prix. La moins chère valait 1.000 piastres et une tonne de sel ; certaines étaient cotées jusqu’à 20.000, voire 30.000 piastres.

Tirant l’expérience de la terreur blanche à Bac Son et Vu Nhai, l’ennemi donna l’ordre de concentrer les villages. Tous les hameaux reculés de moins de vingt maisons reçurent l’ordre de quitter leur emplacement  pour se regrouper en des points déterminés. Combien de villages furent ainsi laissés à l’abandon ! Les habitations étaient démantelées. Que de fois, du haut de la montagne, le cœur serré, nous avons été les témoins impuissants des incendies qui ravageaient, dans la vallée, les villages de nos camarades. D’un bout à l’autre de la zone de Cao-Bac-Lang, ce n’était que dévastation et désolation.

Dans les nouveaux centres de concentration, la population menait une vie des plus misérables. Tout gros village devait être ceinturé d’une triple haie de bambous, et assurer la garde de nuit. Le contrôle d’identité avait lieu chaque jour. Couvre-feu de six heures du soir à six heures du matin. Défense absolue d’emporter du riz hors du village. Des paysans furent fusillés sur place pour le seul fait de transporter une touque de paddy pour préparer les semences ou un panier de riz au marché.

Des agents s’infiltrèrent dans nos rangs pour y semer le doute et la discorde. Il ne se passait pas un seul jour sans que la troupe fît irruption dans les villages pour massacrer, piller, incendier, obliger la population à partir en corvée ou à signer des papiers par lesquels elle s’engageait à ne plus suivre le Viêt Minh.

Devant cette situation, le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang décida de mobiliser les masses pour réagir. Les cellules du Parti, les comités Viêt Minh de village devaient organiser leur « comité d’assaut anti-terroriste » avec les membres du Parti et les meilleurs éléments des organisations pour le salut national. Parallèlement, nous renforcions les mesures contre les infiltrations de réactionnaires dans les organisations patriotiques. La population ne se laissait pas abattre. Chaque fois que la troupe entrait dans un village pour le saccager, nos jeunes militants des deux sexes se répandaient dans les maisons pour soutenir le moral des gens. Cependant, les atrocités de l’ennemi ne furent pas sans provoquer localement certains flottements. Il y eut des villages où la population proposa de suspendre les activités de la Ligue. Ailleurs, une cinquantaine de jeunes gens et de jeunes filles se réfugièrent dans les forêts.

Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna des directives aux cadres qui vivaient encore dans la légalité : renforcer la vigilance pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, se préparer à passer dans la clandestinité, ne pas dormir chez soi la nuit ; dans la journée être toujours accompagné de gardes du corps, avoir sous la main un stock de vivres pour deux ou trois mois, garder le contact avec les responsables pour pouvoir passer dans la clandestinité en cas d’alerte. Le nombre des clandestins augmentait rapidement. Le Comité interprovincial décida de les organiser en « noyaux clandestins » chargés d’entretenir le mouvement. Chaque « noyau clandestin » groupait les camarades d’une ou deux communes, pour la plupart des membres du Parti qui avaient dû partir de chez eux pour se cacher dans la forêt. Il avait son P.C. dans une petite hutte de rien du tout – quelques lattes de bambou pour dormir, un toit d’herbes sèches ou de feuilles de bananiers – au sommet d’une montagne, en pleine jungle. Le sentier menant à mon P.C. empruntait ainsi le lit d’un ruisseau qui descendait en cascades. Il était impossible de passer ailleurs que dans le courant, ce qui présentait l’avantage d’effacer toute trace ; mais nous étions tout trempés chaque fois que nous arrivions à la cabane.

Un « noyau clandestin » groupait en général de quatre à cinq personnes, parfois même jusqu’à dix, qui vivaient selon une stricte discipline. L’emploi du temps suivait un programme rigoureux réparti entre l’agitation des masses, l’étude politique et l’entraînement militaire. La journée était consacrée aux études et aux travaux agricoles. On prenait le repas de bonne heure, vers trois ou quatre heures de l’après-midi. A la tombée de la nuit, les clandestins sortaient de la jungle pour se rendre au rendez-vous. Ils avaient un mot de passe ou un cri convenu pour se faire reconnaître par les membres du Parti ou les éléments sûrs de nos organisations qui, au mépris de leur vie, venaient leur apporter des vivres, faire le rapport sur la situation et demander des directives pour enrayer la répression dans chaque localité et chaque hameau. Tard dans la nuit, ils dormaient quelques heures à la belle étoile, quand le temps le permettait. A l’aube, ils reprenaient le chemin du P.C. Il fallait coûte que coûte avoir atteint la jungle avant que la brume matinale se levât pour ne pas encourir de critiques, mais surtout pour ne pas causer d’ennuis à la localité. Cette vie pleine de dangers et de privations, cette volonté tenace de garder le contact avec les organisations de base et la population, insuffla une puissante combativité aux masses révolutionnaires.

L’ennemi voyait bien qu’il n’avait pu couper le lien entre le Parti et les masses, entre les noyaux clandestins et les hameaux. Il intensifiait la répression, implantant des postes partout ; il encerclait des massifs montagneux et pénétrait dans la jungle, en poussant devant ses colonnes la population civile des vallées. De nuit, il envoyait des patrouilles tendre des embuscades aux confluents des ruisseaux. A l’aurore, des éclaireurs Man se glissaient dans la brume à la découverte des traces qui pouvaient déceler l’emplacement des refuges clandestins. En plein été, des patrouilles n’hésitèrent pas à incendier des forêts suspectes. Un jour, nous avons failli être brûlés vifs à cause de la découverte d’un abri près d’un ruisseau. Plusieurs P.C. de noyaux clandestins furent encerclés coup sur coup. La région de Bac Can était particulièrement visée. Il m’est arrivé, avec la camarade Hoang Sam et deux militants locaux, de rester bloqué trois jours de suite au sommet d’une montagne dans le canton Hoang Hoa Tham. Nous en étions réduits à prendre l’eau des bambous et la sève de certaines lianes pour faire cuire notre riz. Toutefois, nous avons eu de chance, plus de chance que tant de nos camarades qui tombèrent sous les coups de la répression. Chaque fois que l’ennemi découvrait un P.C. clandestin, il rasait les villages aux alentours. Dans le canton Hoang Hoa Tham où le mouvement s’était développé puissamment, les deux tiers de la population avaient abandonné les villages pour se réfugier dans la jungle.

On enregistrait un recul provisoire du mouvement des masses. Certes les cœurs n’avaient pas changé, mais les gens étaient si terrorisés qu’ils en venaient à dire : « Au jour de l’insurrection, nous nous soulèverons pour écraser l’ennemi, mais d’ici là, ne comptez pas sur nous. Il suffit de contacter un clandestin pour faire raser tout le village. » Mais si nos bases dans les masses s’effritaient, comment pourrions-nous jamais déclencher l’insurrection ?

Il fallait donc coûte que coûte maintenir nos organisations dans les masses. C’est ce que nous avons expliqué dans toutes les cellules du Parti, à tous les cadres et militants de base. Quelles que fussent les difficultés, ils devaient se cramponner aux masses. La répression devait fournir une occasion de sélectionner les éléments sûrs.

Après chaque réunion, les cadres des noyaux clandestins partaient chacun de leur côté vers leur secteur, avec un boyau de riz. Ils prenaient contact avec la population sur le chemin du marché ou dans les champs. Ils lui faisaient connaître les victoires de l’U.R.S.S. et des Alliés, la montée impétueuse de la révolution dans le delta, lui expliquaient que la répression serait impuissante et dressaient des plans avec eux pour poursuivre les activités de la Ligue. A la réunion suivante, nous commencions par faire l’appel : il y avait bien des chances qu’il y eut un absent, sinon plus. En général, ceux qui ne se trouvaient pas au rendez-vous dans les délais prévus étaient tombés au cours de leur mission. Dans certaines régions, on devait se contenter, durant des mois, de maïs ou de farine de riz ; dans d’autres, on déterrait des tubercules pour remplacer le riz. Dans mon secteur, nous avons mangé pendant des mois du riz avec des fleurs de bananier sauvage. Nous les faisions cuire dans l’eau salée jusqu’à ce que disparût toute trace d’un jus noir et visqueux, particulièrement âcre ; néanmoins cela nous brûlait l’estomac. Avec un tel régime, nous n’avions presque plus la force de gravir les pentes des montagnes, les jambes nous tremblaient. Nous sommes restés sans un gramme de graisse jusqu’au moment où le mouvement redémarra sérieusement. Mais nous avions une confiance sans borne, nous étions prêts à tout sacrifier et nous allions de l’avant, résolument, gaiement.

Si les attaques lancées par l’ennemi avaient réduit nos bases, elles les avaient aussi forgées. Quelque temps après, dans plusieurs régions, le mouvement reprit et marcha peu à peu vers la lutte armée. Le Comité interprovincial du Cao-Bac-Lang donna l’ordre aux noyaux clandestins de « se militariser », c’est-à-dire d’avoir des armes et des munitions, et d’intensifier l’entraînement militaire ; les activités militaires devaient aller de pair avec les activités politiques. Les noyaux clandestins reçurent aussi l’ordre de « vivre en guérilleros », c’est-à-dire toujours sur le qui-vive, le paquetage à portée de main, prêts à partir à la première alerte.

Les districts formaient des détachements armés de sept à douze combattants, détachés de tout travail de production et là où les conditions le permettaient, une section. Ces unités régionales se chargeaient de la propagande armée, elles exécutaient les réactionnaires les plus dangereux, tendaient des embuscades aux petites patrouilles pour s’assurer la contrôle des montagnes et des forêts. Cependant, pour éviter à la population des représailles, leur champ d’activité se tenait le plus possible à l’écart des organisations de base et, de ce fait même, se trouvait limité. Les combattants chargés d’exécuter le traître Tong Doan à Kim Ma, rencontrèrent pas mal de difficultés pour lui tendre une embuscade en un point assez éloigné de nos organisations de base, car il ne s’écartait guère du village. Un de nos détachements armés eut la chance de pouvoir le prendre en filature, comme il se rendait au marché et réussit à l’abattre. Toutes les femmes qui avaient été au marché ce jour-là colportaient la nouvelle et affirmaient : – « C’est la Ligue Viêt-Minh qui l’a descendu ! » Après cela, les autres traîtres se tinrent tranquilles pendant un certain temps, mais bientôt reprirent leurs activités comme avant.

Notre route « vers le Sud » avait été coupée en plusieurs points. Nous avions dépêché coup sur coup des groupes d’assaut vers les secteurs menacés pour soutenir la population locale et maintenir nos organisations de base, mais sans obtenir davantage que des résultats partiels. Au début de 1944, la liaison avec le delta devint une nécessité impérieuse. Sur les ordres du Parti, nous avons regroupé plusieurs détachements armés locaux pour former la Section « de la Marche vers le Sud ». Un plan fut adopté. On progresserait dans le secret le plus absolu à travers la jungle pour rétablir la liaison avec nos organisations de base au pied du mont Phia Booc. Sur notre route, plusieurs villages avaient été rasés. Dans les hameaux contrôlés par les postes, la surveillance était des plus sévères. Notre section partant de Kim Ma prit la direction du Sud, marchant la nuit, se reposant le jour. La progression était pénible. Il pleuvait sans cesse. Les pluies avaient fait déborder les ruisseaux qui inondaient les sentiers. Trempés jusqu’aux os, nous nous arrêtions parfois dans les grottes où nous allumions un petit feu pour nous réchauffer et sécher nos vêtements. Puis la marche reprenait. En général, vers sept ou huit heures du matin, nous cherchions un emplacement bien abrité où, étendus sur des feuilles de latanier, nous nous reposions de nos fatigues. Parfois, pour atteindre une de nos bases, nous devions marcher pendant deux, trois nuits de suite, par des villages entièrement sous le contrôle des réactionnaires, où ne nous pouvions emprunter qu’une unique piste à proximité des postes de garde. Nous avancions alors avec précaution, évitant le moindre bruit, un clapotis de pas dans la boue, un choc de bâton sur une pierre.

Après huit ou neuf jours de marche, nous avions dépassé Cho Ra et atteint notre point de ralliement au pied du mont Phia Booc. Un certain nombre de militants qui accompagnaient la Section armée avaient apporté une pierre lithographique, du papier et de l’encre, pour faire paraître un journal sur place après avoir pris contact avec les organisations de base, consolidé le mouvement dans la région et établi le P.C. Bien que rompus de fatigue, nous brûlions d’enthousiasme ; au lieu de nous reposer, nous commençâmes à abattre des arbres pour construire nos huttes ; pendant ce temps, je chargeai le camarade Thanh Quang, dont la famille se trouvait à Cho Ra, d’aller contacter les organisations les plus sûres de la région. Il revint le soir avec de tristes nouvelles : dans les villages environnants, toutes nos organisations avaient été disloquées, de nombreuses maisons de militants incendiées. La population l’avait averti de faire attention, une grande rafle était en cours, des tirailleurs battaient les forêts. Nous avons établi un tour de garde autour de notre campement provisoire et, après quelques heures de sommeil, nous avons repris la route vers Cao Bang. Comme nous n’avions pas prévu l’éventualité d’un repli, nous avons dû nous contenter de soupe de riz sur le chemin du retour. Nous devions tous tomber gravement malades après ce voyage.

Cette grande campagne de répression nous causa beaucoup de difficultés, mais les épreuves forgèrent nos militants et les masses, et leur inculquèrent un esprit de sacrifice très poussé. Or c’était là l’une des, conditions essentielles de l’insurrection.

(1) Cao Bang, Bac Can, Lang Son.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 121-135.

Épisodes précédents :