Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [4] – La marche vers le Sud

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit du général Vo Nguyen Giap (recueilli par Tran Cu) sur l’implantation de la Ligue Viêt-Minh en Haute-région et le départ vers le delta. Disparition et réapparition de Ho Chi Minh.

LA MARCHE VERS LE SUD – L’OUVERTURE DES LIAISONS ENTRE CAO BANG ET THAI NGUYEN

Depuis son retour dans le pays, sur la frontière, l’Oncle Ho s’était constamment préoccupé de garder le contact avec le Comité central qui se trouvait dans le delta. A partir du moment où la 8ème Session du Comité central décida la formation de deux bases révolutionnaires au Viet Bac, la liaison entre Cao Bang et la région de Bac Son-Vu Nhai devint une nécessité impérieuse.

Outre notre réseau de liaison clandestin, il nous fallait de toute urgence organiser de nombreuses autres filières de liaison populaires entre Cao Bang et le delta. Ainsi, en cas de répression, nous pourrions garder le contact et créer les conditions de la reprise d’activité de nos détachements de guérilla.

Pour ouvrir la liaison en direction du delta, nous devions passer par des régions habitées par les Tho et les « Man à sapèques »(1). Nous commençâmes un travail d’agitation parmi ces derniers. De même que les Man Blancs, les Man à sapèques sont droits et francs de nature. Eux aussi étaient las de l’impérialisme et prêts à se soulever. L’hospitalité et l’entraide étaient chez eux de tradition. Ils étaient enthousiasmés à l’idée de se rassembler dans une ligue pour chasser colonialistes français et les fascistes japonais, mais ils n’accordaient toute leur confiance qu’après une prestation de serment solennelle suivant les rites traditionnels. Pour leur prouver notre bonne foi, nous prenions part à ces cérémonies au cours desquelles on éteignait des baguettes d’encens ou sacrifiait un poulet. Nous jurions de nous unir comme des frères au sein d’une même famille pour chasser de nos villages les Japonais et les Français, au nom de la Patrie, suivant le programme de la Ligue Viêt Minh ; nous jurions de rester solidaires dans les moments les plus critiques, de ne jamais trahir la Ligue, même sous les tortures. Quiconque trahirait, encourrait la mort. Pour sceller nos serments, nous enfoncions une baguette d’encens allumée dans de l’eau ou nous tranchions la tête d’un poulet d’un coup sec de coupe-coupe. Les cellules du Parti commencèrent bientôt à faire leur apparition parmi ces minorités Man. Le premier Man à sapèques qui adhéra au Parti s’appelait Hoan, c’était un homme de Ha Hieu (Cho Ra), débordant d’activité, qui jouissait d’un grand prestige parmi la population. Il rendit d’immenses services dans l’organisation de la région. Arrêté plus tard par l’ennemi, il s’évanouit onze fois de suite sous les tortures sans livrer un seul renseignement. Il fut fusillé à Bac Can. Avant de mourir, il s’adressa à sa femme venue lui rendre une dernière visite :

« Je pense qu’ils vont me fusiller, mais ne te laisse pas ébranler. De toute façon la Révolution vaincra. Sois toujours fidèle au Parti, aide nos camarades. » Puis, lui remettant un morceau de gélatine de tigre (2), il ajouta :

– Quand tu verras le camarade Van, donne lui le bonjour de ma part et passe lui ce fortifiant. Ça l’aidera à rester en forme pour travailler.

Quelques temps après, de passage à Ha Hieu, je rendis visite à la famille du camarade Hoan. Sa femme pleura beaucoup en me racontant sa dernière rencontre avec son mari et me remit le morceau de gélatine de tigre.

La vieille maman de notre camarade, elle aussi, pleurait en me parlant :

« Aujourd’hui Hoan n’est plus là et la dernière récolte n’est pas bonne, mais quand même j’ai mis de côté pour nos guérilleros un peu de riz gluant. Mes enfants, ajouta-t-elle, ne perdez pas courage, écraser toute cette clique pour que nous puissions enfin vivre ! ».

A partir du moment où le mouvement prit une certaine ampleur, l’ennemi déclencha la répression. Des unités de Ngan Son, Nguyen Binh et Cao Bang montèrent vers le canton de Kim Ma qu’elles encerclèrent. Elles bloquèrent toutes les voies de communications, routes et pistes, pour faire la chasse aux militants et mettre la main sur nos services clandestins. A ce moment, j’étais en train d’ouvrir un cours politique avec le camarade Thiet Hung et, par-dessus le marché, j’avais une crise de paludisme. La population nous conseilla de quitter la région :

« Il s’agit cette fois d’une grande opération, nous disait-on. La troupe est montée par ici pour vous arrêter. Mieux vaudrait interrompre momentanément les activités de la Ligue. Quant à vous, il serait plus prudent de vous retirer dans la forêt ou de revenir auprès de l’échelon supérieur et après on verra. »

Dès qu’ils surent la nouvelle, l’Oncle Ho et le Comité interprovincial nous envoyèrent des émissaires pour nous faire revenir au P.C. Mais nous pensions que dans de telles circonstances, notre départ pourrait amener l’éclatement des organisations de base. Pour les maintenir nous avons donc demandé à rester sur place.

Dans la journée même, l’ennemi nous livra une chasse sans merci. Guidés par les camarades Khanh et Lac, nous avons marché, sous une pluie diluvienne, en ligne droite à travers la jungle et les champs, évitant les pistes, durant toute une nuit, jusqu’au matin nous avons escaladé des crêtes et dévalé des pentes. Au petit jour, la brume était si épaisse qu’on n’y voyait pas à plus de trois mètres. Quand le brouillard se leva au milieu de la matinée, nous étions au sommet d’un mamelon dénudé, à proximité d’un hameau que les tirailleurs fouillaient maison par maison. Nous nous sommes jetés à plat-ventre et nous avons rampé sur plus d’un kilomètre pour atteindre l’orée de la forêt où nous avons repris notre marche. A midi, nous étions si épuisés que nous étions incapables d’aller plus loin et ce sont les camarades de la région qui, nous prenant par la main, nous ont fait marcher jusqu’au soir. Au crépuscule, nous avions atteint l’emplacement prévu, au sommet d’une montagne assez élevée. Après avoir bâti hâtivement une hutte pour nous abriter, nous avons échafaudé un plan pour reprendre contact avec la population et diriger l’action contre la répression. Après cette marche mouvementée, le camarade Thiet Hung et moi-même avons été secoués par la fièvre durant deux mois et demi. Comme médicament, nous n’avions que des infusions de racines « cu ao ». Quelques-unes de nos militantes que notre état de santé inquiétait, prirent notre longue tunique indigo des minorités Tho pour aller implorer notre guérison chez le sorcier. Mais que pouvait le sorcier ! Il nous fallut attendre jusqu’au moment où la liaison se rétablit. Le camarade Cap qui vint du P.C. pour reprendre le contact nous apporta alors quelques comprimés de quinine qui nous soulagèrent.

En réalité, cette rafle n’était encore qu’une opération de petite envergure. Mais comme elle était la première dans la région, elle ne fut pas sans nous provoquer de sérieuses difficultés. Le mouvement connut un recul pendant un certain temps. Néanmoins la propagande et les cours politiques se poursuivaient. Puis tout redémarra. Les Associations pour le salut national, les organisations d’autodéfense s’étaient trempées dans l’épreuve. La vallée de Kim Ma retentit de nouveau des échos enthousiastes des meetings en vue de l’insurrection. Bientôt fut convoquée la première Conférence des Délégués des Minorités Man qui décida la création de la zone Quang Trung. Le mouvement avait repris son élan. A l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre, les représentants des cantons de Nguyen Binh et Ngan Son tinrent une conférence préparatoire en vue de l’insurrection armée avec la participation de quelque trois cents délégués et d’une dizaine de détachements de choc qui firent une démonstration militaire.

Pour faciliter notre propagande, nous avions mis en vers le programme de la Ligue Viet Minh. Je le traduisis dans le dialecte des Man à sapèques et des Man Blancs. Nous adaptions de nouvelles paroles sur des airs folkloriques pour exalter la révolution. Le programme de la Ligue se propageait ainsi très rapidement et pénétrait en profondeur dans les masses. En arrivant dans un village qui venait d’être gagné à notre cause, je fus un jour très étonné d’entendre les jeunes filles et les enfants réciter par cœur les vers du Programme de la Ligue en pilant le riz et en cardant le coton.

A ce moment, le Parti avait étendu ses organisations au Bac Can où avait été installé un Comité provisoire provincial avec le camarade Dang comme premier secrétaire. Ce communiste intrépide et fidèle à toute épreuve tomba en héros en faisant le coup de feu contre les soldats ennemis qui avaient réussi à encercler son P. C.

Plus la « marche vers le Sud » gagnait du terrain, plus elle exigeait de cadres. A l’appel du Comité interprovincial, une centaine de garçons et de filles de Cao Bang quittèrent leurs foyers pour former des groupes d’assaut armés. Ils se procurèrent par eux-mêmes des armes, mousquetons ou grenades. Le camarade Thiet Hung possédait un revolver capricieux qui s’enrayait un coup sur deux. Quant à moi, j’avais une grenade hors d’usage que je portais à mon ceinturon car un avantage moral n’est jamais à dédaigner. En étroite coopération avec les militants locaux, les groupes d’assaut armés se répartirent en plusieurs formations qui se dirigèrent vers le Sud pour leur mission de propagande. Le groupe d’assaut chargé du démarrage partait en premier. Il contactait les militants locaux pour un travail d’enquête et de propagande, puis mettait sur pied des organisations de base. Venait ensuite le groupe chargé de consolider ces premiers résultats. Il faisait le tri des éléments sûrs parmi les sympathisants et ouvrait à leur intention des cours politiques accélérés. Les cadres ainsi formés devenaient le noyau de l’extension du mouvement. Pour accélérer le travail, nous n »abordions pas simplement les villages dans l’ordre géographique, nous faisions souvent un bond en avant. Quand les conditions le permettaient, nous n’hésitions pas à envoyer au loin un groupe d’assaut qui se déplaçait clandestinement pour venir organiser un village où les masses avaient déjà plus ou moins pris conscience. Ce groupe faisait tache d’huile et établissait peu à peu le contact avec les anciennes bases. Nous avions baptisé cette méthode la « tactique du parachutage ».

Au cours de notre marche vers le Sud, il nous arriva une histoire qui mérite d’être signalée.

Suivant les progrès du mouvement, j’étais descendu peu à peu du canton de Kim Ma jusqu’à Ngan Son en passant par le canton Hoang Hoa Tham pour contrôler le travail et ouvrir des cours de formation pour les cadres régionaux. J’étais sur une montagne aux abords du chef-lieu du district de Ngan Son, quand je reçus une lettre urgente du camarade Tong me demandant de revenir immédiatement au P.C. Je retournai en toute hâte à Cao Bang. Notre P.C. était toujours sur la montagne de Lam Son. Dès mon arrivée, les camarades Tong et Vu Anh m’annoncèrent que l’Oncle Ho avait été arrêté au cours d’une mission en Chine, et qu’il venait d’y mourir de maladie en prison. Jamais je ne me serais attendu à une telle nouvelle. Tout tournait autour de moi. Ce que nous ressentions ne saurait se dire. L’Oncle Ho n’était plus ! Quelle perte pour notre Parti, pour notre peuple ! Nous discutâmes ensuite de la rédaction d’un rapport pour informer le Comité central et l’organisation d’une cérémonie à la mémoire du défunt. Le camarade Tong était chargé de prononcer l’oraison funèbre. Le camarade Cap apporta la valise de rotin de l’Oncle Ho où nous pensions trouver quelques objets à conserver en souvenir. Nous projetions aussi d’envoyer le camarade Cap en Chine pour essayer de trouver l’emplacement de la tombe.

Quelques jours plus tard, je reprenais la route pour continuer ma mission. Jamais je n’oublierai cette nuit où, en compagnie d’un camarade de la « marche vers le Sud », je cheminai par des montagnes désertes couvertes d’herbes à paillote. Il faisait un froid piquant et des milliers d’étoiles illuminaient l’immensité du ciel. Je me sentais comme abandonné. Une tristesse infinie me poignait. Une tristesse que mes mots n’auraient su exprimer.  Et les larmes aux yeux, je regardais les étoiles.

Un certain temps s’écoula. Un jour nous reçûmes un journal envoyé de Chine. En marge, quelques lignes en caractères chinois. C’était l’écriture de l’Oncle Ho !

« A tous, bonne santé et bon courage dans le travail. Ici, tout va bien. »

Suivaient quelques vers :

« Les nuages embrassent les monts
Les monts étreignent les nuages
Le fleuve est un miroir que rien ne ternit
Sur la crête des Monts de l’Ouest
Solitaire, je vais, le cœur ému
Je scrute au loin le ciel du Sud
Je pense à mes amis. »

Notre joie ne saurait se dire.

— Alors quoi ? Qu’est-ce que cela veut dire ? avons-nous demandé au camarade Cap en lui montrant le journal.

— Moi-même, je ne comprends plus rien, nous répondit-il. Quand j’étais en Chine, c’est le gouverneur du Kuomingtang qui m’a annoncé que Nguyen Ai Quoc était mort.

Nous harcelions Cap de questions.

– Essaye de te souvenir des termes exacts de ce qu’il t’a dit en chinois.

Il finit par se les rappeler et nous avions deviné. Cap avait mal entendu. Le gouverneur chinois en parlant de l’Oncle Ho avait prononcé les mots « su lo, su lo » qui signifient « bien, bien » mais notre camarade les avait mal interprétés, car il suffit d’un changement dans l’accent tonique du premier mot pour que l’expression signifie « déjà mort, déjà mort. »

Nous fûmes secoués d’une crise de fou rire. N’empêche que nous avions trainé un poids dans le cœur pendant des mois et des mois.

Vers le mois d’août 1943, la route vers le Sud était ouverte. Je l’empruntai pour me rendre au delta afin d’y rencontrer le camarade Ba, c’est-à-dire Chu Van Tan.

Mes pensées se reportaient un an en arrière. Au cours de notre marche vers le Sud, j’avais appris que le camarade Chu Van Tan de Bac Son, après être passé clandestinement en Chine, était revenu au pays et avait pu rejoindre le P.C. du Comité interprovincial de Cao-Bac-Lang. J’étais venu le rencontrer à Lam Son. Sur les ordres du Parti, il était retourné à Bac Son par That Khe, Dinh Ca pour y consolider nos organisations de base, et établir la liaison entre Thai Nguyen et Cao Bang. Quant à moi, je devais poursuivre l’ouverture de la route « vers le Sud » en direction du delta. Je me souvenais que nous avions discuté longuement ensemble sur les points possibles de notre future rencontre. Le camarade Chu Van Tan m’avait présenté des militants de Bac Son qui allaient me seconder dans « la marche vers le Sud ».

Après un long travail et en dépit de multiples difficultés, la route vers le Sud, partant du district de Kim Ma à Cao Bang, atteignait enfin Cho Don (province de Bac Can) et Cho Chu (Thai Nguyen), en passant par Ngan Son, Phu Thông, Cho Ra. Nous avions réussi à organiser les masses sur un assez vaste secteur. Notre piste franchissait plusieurs chaînes de montagnes et plusieurs vallées en passant par des villages des minorités Tho, Man à sapèques et Man rouges.

Je marchai vers le delta par la piste de Phu Thông – Cho Don. Partout sur mon passage, je constatais une atmosphère fiévreuse de préparatifs à l’insurrection. Le moral de la population était excellent. Les minorités Tho, comme les minorités Man, étaient gagnées à notre cause. Elles réservaient aux révolutionnaires un accueil des plus chaleureux. Tous les villages Mon qui jalonnaient la route vers la crête du Mont Phia Booc, un des sommets les plus élevés de la région sur lequel il ne cesse de crachiner d’un bout à l’autre de l’année, même quand il fait beau dans la vallée, travaillaient pour le Viêt Minh ; les femmes et les enfants savaient par cœur les vers du programme de la Ligue en langue Man et plusieurs chansons révolutionnaires. Quand des mouchards montaient par là, la population faisait tout pour cacher et protéger les révolutionnaires. Elle n’hésitait pas, s’il le fallait, à nous aménager des cachettes jusque dans les chambres à coucher ou sous l’autel des génies tutélaires, qui sont des lieux absolument tabous pour les étrangers.

Après quinze jours de marche, j’arrivai près de Cho Chu. Je suivais un sentier montagneux qui surplombait le poste de Coc. Quelques pas encore et je serais au rendez-vous. je trouvai le camarade Chu Van Tan dans un « ray » (3) en pleine jungle. Inutile de vous dire notre joie ! Nous avons immédiatement convoqué un certain nombre de cadres de Bac Son qui faisaient de l’agitation dans la région et des cadres de la « marche vers le Sud » pour un échange de vues. Après quoi nous avons organisé une petite fête intime où nous causions à bâtons rompus ; la nuit venue, nous avons dormi à la belle étoile sur des feuilles de lataniers.

Le camarade Tan nous brossa un tableau de la situation à Thai Nguyen et dans le delta. A cette époque, nos organisations de base à Bac Son et Vu Nhai s’étaient fortement implantées et le mouvement gagnait les régions de Cho Chu, Dai Tu. L’ennemi poursuivait sa politique de répression. Nos militants de Bac Son, malgré mille dangers et mille difficultés, s’efforçaient par tous les moyens de consolider et d’étendre les organisations de base. Le camarade Tan nous fit savoir encore qu’un rapport avait été envoyé au Comité central qui allait dépêcher immédiatement un de ses membres auprès de nous. Je restai un certain temps à l’attendre. Chaque jour, on nous annonçait son arrivée imminente ; mais deux semaines s’écoulèrent sans qu’on le vit arriver. La répression était si intense qu’aucune piste n’était sûre. Je dus donc retourner à Cao Bang comme prévu lors de mon départ. J’avais profité sur de ces jours d’attente pour écrire une brochure sur « L’expérience de la Ligue Viêt Minh au Viêt Bac » destinée à être envoyée dans le delta.

J’arrivai à Cao Bang, à la veille de la fête du Têt. Au dernier jour de l’année lunaire, la plupart des cadres et une vingtaine de détachements d’assaut armés de la « marche vers le Sud » s’étaient réunis pour fêter nos succès. La « Ligue Viêt Minh » et la Fédération du Parti du Cao-Bac-Lang nous remirent un fanion sur lequel étaient brodés les mots « Assaut victorieux ». Cet honneur souleva un enthousiasme indescriptible.

Au même moment, l’ennemi déclenchait la terreur blanche.

[à suivre]

Notes :

(1) Groupes de Man dont les femmes portent des sapèques comme parure.

(2) La « gélatine de tigre » est un médicament rare et recherché pour ses qualités toniques.

(3) Champ cultivé sur la pente de la montagne après avoir abattu et brûlé la forêt.

 

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 109-121.

Épisodes précédents :