Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [3] – Nous préparons une base armée

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur la formation militaire de la Ligue Viêt-Minh et la préparation des armes.

NOUS PREPARONS UNE BASE ARMEE

Vers la fin de 1941, de Pac Bo, l’Oncle Ho donna l’ordre d’organiser le premier détachement armé de Cao Bang ; le groupe comprenait les camarades Le Quang Ba, Hoang Sam, Bang Giang, Le Thiet Hung, Duc Thanh, Tho An, etc… sous le commandement du camarade Le Quang Ba. Le détachement avait pour mission d’assurer la protection du P.C., de consolider et maintenir le réseau de communications, tout en participant à la formation militaire des miliciens d’autodéfense et des miliciens de choc.

Dans les régions gagnées par le mouvement révolutionnaire, la population qui adhérait en masse aux associations pour le salut national, organisa parmi les jeunes des détachements d’autodéfense. Le problème de la formation militaire se posa impérativement. De partout, on réclamait des cadres militaires ; mais nous en manquions cruellement. Ceux d’entre nous qui avaient quelques rudiments de formation militaire durent donc participer à ce travail. Tel fut le cas des camarades Thiet Hung, Le Quang Ba, Hoang Sam et Cap. Il fallut envisager d’écrire des brochures de formation militaire. L’Oncle Ho rédigea un texte sur la tactique de guérilla, en termes simples, faciles à comprendre. Le Comité interprovincial, de son côté, donna l’ordre de composer le programme de formation militaire et décida l’adoption des commandements unifiés. Ce n’était pas une tâche aisée car elle était toute nouvelle pour nous. Quand, le simple fait de scander « un, deux » embarrasse les moniteurs faute d’habitude de commander, que dire alors de la troupe ? Le mouvement d’entraînement militaire prit un grand essor. Chaque période durait de cinq à sept jours, aussitôt que les travaux des champs le permettaient. Lorsque les organisations d’autodéfense eurent toutes reçu l’instruction militaire, nous procédâmes à la formation des détachements d’autodéfense et d’assaut, dont les membres furent choisis parmi les miliciens les plus courageux. On peut dire que dans les villages « à cent pour cent », pratiquement tous les jeunes entrèrent dans les formations d’autodéfense et suivirent une ou même deux périodes d’entraînement. Chaque village comptait une ou deux sections d’autodéfense et d’assaut bien organisées et bien entraînées. Au même moment, le Comité interprovincial organisait des cours pour former des cadres militaires. Ces cours duraient en général un mois, avec cinquante à soixante élèves par promotion.

Malgré toutes les entraves nées du fait même de la clandestinité, les écoles édifiées dans la jungle ne manquaient pas d’ « envergure ». Grande fut la stupéfaction de l’ennemi lorsqu’il réussit à découvrir l’emplacement de l’école militaire de la troisième promotion du canton de Kim Ma : il trouva de grands bâtiments couverts de feuilles de lataniers, assez vastes pour abriter des centaines de personnes. Rien ne manquait : amphithéâtre, dortoirs, réfectoires, salles d’armes, terrains d’exercice de cinquante, soixante gradins… A la fin de 1943, dans la région de Nuoc Hai, au district de Hoa An, on put assister de jour à des revues de troupes en plein champ et à des manœuvres qui engageaient quatre à cinq cents, parfois même mille combattants sur une région englobant plusieurs cantons.

Cette rapide croissance des forces armées traduit bien l’ambiance enthousiaste qui préludait à l’insurrection générale. Le ravitaillement en armes et munitions posait un problème non moins sérieux. Chaque milicien d’autodéfense devait se procurer lui-même son arme : sabre, poignard, carabine de chasse ou fusil à amorce. En certains endroits, c’était la population elle-même qui, avec l’argent collecté, achetait en Chine des mousquetons de fabrication locale. Chaque milicien devait aussi se munir d’un rouleau de corde pour s’entraîner à capturer les traîtres. Le Comité interprovincial décida d’installer une forge pour essayer de fabriquer des grenades et des mines. Placé sous la responsabilité du camarade Cap, cet atelier groupait cinq ou six ouvriers. Les matières premières étaient fournies par la population locale qui remettait des plateaux de cuivre, des marmites de fonte ou des cuvettes de fer blanc. Le choix de l’emplacement fut une question très délicate : on se décida enfin pour une vallée encaissée derrière la chaîne du Blockhaus Rouge, ce qui étouffait les bruits des marteaux sur l’enclume. Après quelques mois d’essais éreintants, la première mine vit le jour. A l’essai, chacune de ses parties, prise séparément, donna pleine satisfaction. Au jour J, les camarades Vu Anh et Tong m’invitèrent à venir voir exploser la mine. L’emplacement choisi était proche de la forge, dans un cirque de hautes falaises rocheuses. La mine fut placée dans une petite cavité au pied de la montagne, cependant que les « spectateurs » s’installaient sur les hauteurs, derrière de gros rochers pour se protéger des éclats. Une corde de cent mètres commandait l’explosion. Nous attendions, le coeur battant. Le camarade Cap cria « Feu ! ». Nous avions les yeux braqués sur la mine. Un peu de fumée se dégagea… puis, plus rien… pas la moindre explosion.

Un camarade des minorités Tho éclata de rire et cria dans son dialecte :

« Te nang du Ty » (elle est toujours assise à sa place !)

Ainsi échoua notre premier essai.

Mais le camarade Cap ne se découragea pas. Il continua avec acharnement les recherches, et finit par réussir.

Cette fameuse forge fonctionna jusqu’à la Révolution d’Août, et fut agrandie par la suite : elle devint l’atelier d’armement Lam Son, qui rendit d’immenses services au cours de la résistance en fournissant régulièrement au front les armes et les munitions. La forge du Blockhaus Rouge fut pour ainsi dire notre premier atelier d’armement.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 106-109.

Épisodes précédents :



Citer ce billet
indomemoires (2013, 24 décembre). Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [3] – Nous préparons une base armée. Mémoires d'Indochine. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q555