Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [2] – Le mouvement monte en flèche

Giap_QDNDVN[ndlr] Suite du récit de Vo Nguyen Giap sur l’implantation de la Ligue Viêt-Minh et la préparation de l’insurrection armée.

LE MOUVEMENT MONTE EN FLÈCHE

Au bout d’un certain temps, nos activités en Chine furent remarquées par les agents du Kuomingtang qui ne tardèrent pas à savoir que nous étions communistes. Nous reçûmes l’ordre de retourner dans le pays pour une nouvelle mission.

Lorsque le camarade Tong (un des pseudonymes de Pham Van Dong) et moi, nous franchîmes la frontière, le mouvement à Cao Bang était déjà bien parti tandis qu’en bien d’autres endroits, il démarrait vigoureusement. C’était vers la fin de 1941.

La Ligue Viêt Minh touchait déjà de nombreux districts. Les minorités Tho et Nung adhéraient avec enthousiasme aux Associations pour le salut national. Partout jeunes gens et jeunes filles se portaient à l’avant-garde tant pour la propagande et l’organisation que pour l’entraînement militaire. Les femmes n’étaient pas moins résolues. Dans de nombreuses régions, les enfants venaient aussi grossir les rangs des associations pour le salut national où ils servaient comme agents de liaison ou comme guetteurs. Les cellules du Parti gagnaient du terrain dans les communes où le mouvement était particulièrement puissant. Des communes « à cent pour cent » firent peu à peu leur apparition, puis des cantons, des districts. Nous appelions ainsi les régions ou localités dont la population toute entière, à quelques rares exceptions près, militait dans des organisations pour le salut national ou sympathisait avec la cause de la Révolution. Dans les communes « à cent pour cent », le comité Viêt Minh se substituait entièrement aux autorités légales pour régler toutes les affaires de la commune, depuis la célébration des mariages jusqu’aux contestations au sujet des rizières. La plupart des notables se ralliaient à notre cause, les uns sympathisant avec le mouvement, les autres militant ouvertement au sein des associations pour le salut national. Les quelques rares éléments réactionnaires qui restaient se trouvaient politiquement isolés et étroitement surveillés. Une sorte de pouvoir à double face s’établissait à la base : les notables, avant de se rendre au district ou à la province, venaient demander les directives au Comité Viêt Minh et, dès leur retour au village, lui faisaient un rapport détaillé.

Il en était de même avec les miliciens. La plupart d’entre eux étaient noyautés par nous, sinon plus ou moins sympathisants. A cette époque, pour enrayer la montée révolutionnaire, les « autorités supérieures » avaient donné l’ordre aux échelons subalternes de renforcer la surveillance. Chaque village avait de deux à trois postes de garde. Mais les miliciens et la population locale étant de notre côté, les postes de garde de l’ennemi devenaient en fait nos propres postes et un certain nombre d’entre eux nous servirent de relais dans nos réseaux de liaison clandestins.

Le mouvement avait gagné également les hauteurs habitées par la minorité des « Man Blancs ». Ces montagnards menaient une vie des plus misérables, dans des régions arides difficilement accessibles. De rares sentiers, très accidentés, escaladaient ces montagnes escarpées. Comme les colonialistes français et leurs valets, mandarins et notables, les grugeaient jusqu’à la moelle, les Man n’attendaient qu’une occasion pour se soulever. Ils manifestèrent une grande joie quand ils virent pour la première fois des cadres du Viêt Minh. Ils furent très touchés de constater que les Kinh, les Tho et les Man, que la politique colonialiste avait jadis dressés les uns contre les autres, s’unissaient fraternellement dès qu’ils militaient au sein des associations du front Viêt Minh pour chasser les envahisseurs français et japonais. Ils nous aimaient comme des frères et soutenaient la révolution sans réserve.

Les associations pour le salut national s’étendirent rapidement dans cette région. Bientôt, l’organisation du Parti vit bientôt également le jour chez eux. L’un des premiers Man Blancs qui adhéra au Parti s’appelait Hong Tri. Il vivait dans une misérable paillote et brûlait d’une flamme ardente pour la révolution. Lors d’un ratissage organisé par les Japonais, il tomba en héros à la tête des guérilleros de son village.

L’union nationale était un des traits les plus marquants du mouvement. Dès les premiers jours de la lutte clandestine à Cao Bang, nous avions organisé avec succès plusieurs rencontres amicales entre les délégués des différentes minorités Tho, Man, Nung, Kinh, Chinois, etc… Des délégations de Man avaient effectué des visites de courtoisie dans la vallée. Elles avaient toutes reçu un accueil chaleureux de la part de la population locale. Dès leur retour, elles rapportaient fidèlement leurs impressions de voyage à leurs compatriotes. Périodiquement, dans les vallées et les hautes régions, nous organisions de petites expositions de photos et de gravures sur les crimes des colonialistes français et des fascistes japonais et la montée des forces révolutionnaires. A cette occasion, nous montrions les armes et le drapeau de la Révolution, nous faisions connaître l’U.R.S.S. et la révolution mondiale.

Quelque temps plus tard, le Comité provincial de Cao Bang fut réorganisé. Au début de novembre 1942, se tint le Congrès de la Ligue Viêt Minh de Cao Bang au cours duquel fut élu le Comité provincial. L’appareil d’organisation de la Ligue était désormais en place de l’échelon de la commune à celui de la province en passant par le canton et le district. Dans les cantons et districts « à cent pour cent », on organisa des élections démocratiques à partir de l’échelon communal. Après quoi fut formé le Comité interprovincial Cao-Bac-Lang (provinces de Cao Bang, Lang Son, Bac Can) avec le camarade La comme secrétaire général. Cet ancien militant qui était passé au travers de bien des épreuves, possédait une riche expérience et jouissait d’un grand prestige auprès de la population et des membres du Parti. Malgré une santé fragile, il s’acquittait avec abnégation de toutes ses fonctions. Par la suite, il est resté secrétaire du Comité provincial de Cao Bang jusqu’à sa mort survenue l’année dernière.

A cette époque, nous attachions une grande importance à l’éducation politique pour étayer le mouvement.

– Il faut tout d’abord, disait l’oncle Ho, gagner le peuple avant d’aborder le problème de l’insurrection.

Le problème était donc d’étendre et de consolider les organisations de base. De nombreux cours de formation politique accélérés avaient été ouverts dans les districts. Mais les militants de base n’aimaient guère quitter leurs villages et leurs hameaux, cela gênait leur travail dans les champs, sans compter qu’ils risquaient de se « brûler ». Pour pallier à ces difficultés, les « instructeurs » furent organisés en équipes mobiles. Chaque localité avait à préparer un centre clandestin, loin du village, où les militants se rendaient tour à tour avec des vivres pour suivre des cours pendant cinq à sept jours. Au bout d’un certain temps, presque tous les militants des villages étaient passés par ces stages. Le Comité interprovincial décida d’ouvrir de nouveaux cours d’un niveau supérieur qui recevraient également des jeunes gens et des jeunes filles ne faisant pas partie des Comités exécutifs des organisations de base. Nombreux étaient les éléments sûrs qui dans les associations pour le salut national demandaient à suivre ces cours. A la fin de chaque stage, invariablement nous organisions une petite fête amicale à laquelle étaient invités les délégués de toutes les couches de la population ; on chantait, on dansait, on puisait de nouvelles forces pour les tâches à venir. L’Oncle Ho enseignait directement aux militants et parfois aux paysans dans le voisinage du P.C. Les militants locaux, à part un petit nombre, ne connaissaient pas la langue vietnamienne. Les femmes notamment l’ignoraient complètement. L’Oncle Ho nous recommanda donc instamment d’apprendre le Tho. Chez les Man Blancs, nous devions même recourir au dessin pour faire saisir nos idées. Pour faire comprendre que Français et Japonais exploitaient notre peuple, nous représentions un Français et un Japonais frappant des Vietnamiens ou un paysan écrasé sous le poids des impôts et corvées. D’autres fois, nous dessinions un Kinh, un Man et un Tho marchant la main dans la main, pour souligner la nécessité de l’union nationale contre l’envahisseur. Plus tard seulement, les minorités Man, à leur tour, possédèrent leur propre écriture. Le contenu de ces cours était très simple : après l’exposé sommaire de la situation nationale et internationale, nous expliquions pourquoi nous devions engager la lutte contre les Français et les Japonais ; nous parlions ensuite de la préparation à l’insurrection armée, de l’organisation des associations pour le salut national, des détachements d’autodéfense et enfin des cinq points du travail clandestin. Nous enseignions aussi la manière de présider les réunions, de prendre la parole en public, etc…

J’étais responsable d’un de ces groupes d’instructeurs. Notre champ d’activités s’étendait sur les régions de Hoa An, Nguyen Binh, peuplées de minorités Man Blancs. Tous ces cours politiques obtinrent un grand succès. Il m’est arrivé cependant une histoire dont je me souviendrai longtemps. Un beau jour, je crus bien faire en expliquant aux militants, en dehors du programme habituel, les quatre contradictions de la conjoncture internationale. Quelle ne fut ma surprise lorsqu’après la dernière leçon, un des meilleurs éléments, que nous appelions De Tham, leva la main pour demander la parole et déclara :

– Je vous prie de m’autoriser à me retirer de l’Association.

– Mais pourquoi donc, camarade ? lui demandai-je au comble de la stupéfaction.

– Dans la Ligue, je suis prêt à faire tout ce qu’on me demandera. Mais ces études sont trop difficiles. Je n’arrive pas à me mettre tout cela dans la tête et j’ai peur de ne pas pouvoir bien faire ce qu’il faut.

Je venais de recevoir une bonne leçon quant à mes méthodes de formation. Je m’étais efforcé de composer un programme facile à comprendre qui réponde au niveau de mes élèves et voilà que le camarade De Tham demandait à quitter nos rangs parce que j’avais ajouté à mon cours… les quatre contradictions.

Dans le Parti, le travail de formation était considéré comme une tâche importante. Le Comité interprovincial se chargeait des cours politiques à l’intention des militants. Pour un certain nombre de cadres à l’échelon provincial, le programme d’études comprenait aussi, en dehors des résolutions du Comité central et des directives du Comité interprovincial, l’histoire du Parti communiste soviétique.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 99-105.

Épisode précédent :



Citer ce billet
indomemoires (2013, 23 décembre). Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [2] – Le mouvement monte en flèche. Mémoires d'Indochine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q554