Vo Nguyen Giap : Naissance d’une armée [1] – Ho Chi Minh rentre au pays

Giap_QDNDVN[ndlr] A l’occasion de la journée anniversaire de la création de la première brigade de propagande armée (22 décembre 1944), embryon de la future armée populaire vietnamienne, nous publions en sept feuilletons le texte du général Vo Nguyen Giap dans sa version éditée en République Démocratique du Viêt-Nam en 1961. Notez que cette version diffère légèrement du texte publié dans la Petite Collection Maspéro en 1971 (Récits de la résistance vietnamienne) et reproduit sur le blog Guérilla. Le texte présenté ci-dessous fut initialement publié dans Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 87-146. Propos du général Giap recueillis par Tran Cu.

* * *

L’UN DES DEUX CENTRES DU MOUVEMENT AU VIET BAC : CAO BANG.

HO CHI MINH RENTRE AU PAYS

Cao Bang est une province où, très tôt, s’est implanté le mouvement révolutionnaire. Dès 1929, il y existait déjà plusieurs groupes de l’Association de la Jeunesse Révolutionnaire y comptait plusieurs groupes. Plus tard, lorsque le Parti Communiste Indochinois fut créé, Cao Bang eut aussitôt ses premières cellules. Malgré la terreur blanche, les organisations de base du Parti réussirent à s’y maintenir jusqu’au moment du Front populaire où la flambée révolutionnaire gagna la masse. Plusieurs meetings saluèrent avec enthousiasme le Congrès national du Parti cependant que les mineurs de Tinh Tuc donnaient le signal des luttes revendicatives. Lorsqu’éclata la Seconde Guerre mondiale, les colonialistes français qui cédaient sur toute la ligne devant les fascistes japonais, jetèrent par contre le meilleur de leurs forces contre le mouvement révolutionnaire. Cao Bang connut aussi la répression. Nos cadres et nos militants, passant dans la clandestinité, maintinrent les organisations de base et entretinrent le mouvement au milieu d’énormes difficultés.

C’est à ce moment critique que le Président Ho Chi Minh arriva dans la région frontalière sino-vietnamienne où se trouvait déjà un petit groupe d’émigrés comprenant les camarades Phung Chi Kien, Pham Van Dong, Hoang Van Hoan, Vu Anh et moi-même. Après l’armistice de 1940 en France, l’Oncle Ho avait jugé que le plus important pour nous était de retourner immédiatement au pays, pour prendre contact avec le Comité central et étendre notre réseau. Ce qui fut fait. Les premiers temps, nous sommes restés provisoirement dans quelques localités chinoises proches de la frontière. C’était une région où était déjà passée l’Armée rouge chinoise qui y avait mené un travail politique très efficace. La population se montra bien disposée à notre égard dès qu’elle sut à qui elle avait affaire. Mieux encore, elle fit même tout pour nous aider. A cette époque, un certain nombre de cadres et de militants de Cao Bang — les camarades Le Quang Ba, Hoang Sam, Bang Giang, etc… – avaient dû se réfugier en Chine pour échapper aux poursuites. Comme ils cherchaient à contacter les dirigeants pour rétablir la liaison avec l’organisation du Parti, ils eurent la chance de rencontrer l’Oncle Ho qui décida de les joindre à notre groupe. Il avait l’intention de leur faire suivre un cours politique après quoi  ils repasseraient la frontière pour établir les premières bases de l’organisation de la Ligue Viêt Minh dans le pays. Ce cours politique accéléré eut lieu dans un village chinois proche de la frontière. L’oncle Ho y apporta un soin méticuleux. Il nous fit discuter le programme qui fut adopté en commun. Il répartit ensuite entre nous la rédaction des six ou sept leçons. Nous devions au préalable composer le plan détaillé de chacun de ces exposés, le soumettre à la discussion collective avant de le développer par écrit. Le texte définitif devait être examiné de nouveau en commun au cours d’une réunion. L’Oncle Ho exigeait que nos leçons soient adaptées au niveau de la masse : claires dans leur contenu, simples dans les termes. Ces cours devaient être imprimés plus tard sous le titre « Le chemin de la libération ».

Ce premier cours de formation politique des cadres de la Ligue Viet Minh fut un grand succès. Nous étions à la veille de la Fête du Têt (Nouvel an lunaire). Les militants franchirent la frontière, débordants de confiance, assurés du succès de leur mission. Après le Têt, l’Oncle Ho revint à son tour dans le pays. Il établit son P.C. dans la grotte de Pac Bo, au sein d’un massif montagneux de deux à trois kilomètres de large sur cinq à six km de long, à un kilomètre seulement de la frontière. Les minorités Nung qui peuplent cette région sont disséminées dans de minuscules agglomérations juchées au flanc des montagnes ou nichées dans des vallées encaissées. L’endroit ne manquait pas de pittoresque avec ses carrés de rizières sertis dans la jungle épaisse et les montagnes abruptes. Une végétation luxuriante masquait presque totalement l’entrée de la caverne ; même de près, elle était difficile à repérer. Très profonde, elle surplombait un charmant ruisseau dont les eaux formaient en un point un assez grand bassin, comme un lac miniature. Le ruisseau cheminait dans un enchevêtrement de rochers capricieux où de grosses stalactites plongeaient sur d’énormes blocs arrondis par l’érosion. C’était là que chaque jour l’Oncle Ho descendait pour travailler, à moins qu’il [n’]allât donner un cours politique dans un village des environs. Pour les repas, il retournait à la grotte. La nuit, pour chasser le froid très vif qui y régnait, on pouvait heureusement se permettre d’allumer un petit feu sans crainte d’être découvert.

L’Oncle Ho, qui attachait une importance extrême à la vigilance, veillait toujours à ce que tout le monde gardât un secret absolu sur tout ce qui concernait le P.C. Il donnait l’ordre de changer de place immédiatement au moindre indice de danger. Une fois, on nous fit savoir que l’ennemi avait envoyé des espions dans la région. Notre P.C. s’enfonça aussitôt plus profondément dans la jungle. Le nouvel emplacement offrait une grande sécurité : pour l’atteindre, il fallait remonter le cours d’un ruisseau, franchir quelques cascades et escalader plusieurs pentes escarpées. Le siège du P.C. n’était qu’une hutte bien cachée sous un enchevêtrement de lianes et de grosses racines. Malheureusement il y faisait si sombre, même en plein jour, que pour travailler, nous devions grimper en haut de la montagne. Plus tard, toujours par précaution, notre P.C. déménagea dans une autre grotte extrêmement exiguë qui pouvait à peine abriter trois ou quatre lits. Les jours de grande pluie, les serpents et diverses bestioles y venaient nous tenir compagnie.

Cette vie de clandestins traqués était extrêmement dure. Pour garder une bonne santé, condition primordiale d’un bon travail, l’Oncle Ho s’en tenait à des règles très strictes. Il se levait très tôt et chaque jour invariablement c’était lui qui nous réveillait. Ensemble, nous faisions quelques mouvements de culture physique ; puis la journée de travail commençait. Pendant la nuit, faute de pétrole pour les lampes, nous nous rassemblions autour d’un feu de bois pour tenir des réunions ou tout simplement bavarder à bâtons rompus. Les heures de repas étaient aussi scrupuleusement respectées ; mais l’ordinaire était bien maigre. De loin en loin seulement, notre menu comportait un petit plat de viande que nous avions baptisé « viande Viêt Minh » et dont voici la recette : viande grillée hachée et pilée dans la proportion d’un quart de viande, trois quarts de gros sel. Quelquefois nous organisions une partie de pêche pour améliorer notre ordinaire. Notre « maître-coq » était un vieux membre du Parti, nommé Lôc. Il veillait avec sollicitude sur la santé de l’Oncle Ho et nous couvait comme une véritable mère poule. Lorsque le Président était fatigué, il pensait toujours à lui mettre de côté un bol de soupe de riz. Notre boisson était l’eau de la source passée à travers un filtre de fortune fait de charbon, de cailloux et de sable.

Malgré toutes ces précautions, aucun d’entre nous n’a échappé au paludisme. L’Oncle Ho lui-même subissait fréquemment des attaques de fièvre Au moment des crises, malgré nos prières, il refusait de se reposer et continuait à présider nos réunions.

– Il faut lutter, se plaisait-il à répéter, pour faire reculer la maladie et la vaincre.

Plus tard, lorsque le mouvement eut pris de l’ampleur, notre P.C. se déplaça à Lam Son, près de Nuoc Hai, au fond d’une vallée encastrée dans une chaîne de montagnes d’accès extrêmement difficile. Nous appelions cet endroit, « le Blockhaus Rouge » parce qu’il était environné de montagnes de couleur rougeâtre et qu’il servait depuis fort longtemps de rendez-vous aux révolutionnaires. L’Oncle Ho conservait toujours le même mode de vie, tout de simplicité et de frugalité. Le séjour dans les grottes et la jungle avait miné sa santé. Lorsque la situation évoluait favorablement, le ravitaillement s’améliorant, notre vie matérielle devenait à peu près satisfaisante. Mais lorsque l’ennemi intensifiait la répression, notre P.C. s’enfonçait plus profondément dans la jungle, et le ravitaillement devenait difficile. Il nous arriva plus d’une fois de nous réfugier parmi les minorités « Man Blancs » (1), qui, faute de riz, ne se nourrissaient que de maïs. Pendant de longs mois, nous aussi, nous avons mangé la soupe de maïs. A la suite de ce régime, on vit la santé de l’Oncle Ho décliner à vue d’œil. Notre vieux camarade Lôc, accomplissant mille prodiges, réussit à trouver un peu de riz qu’il fit cuire à l’intention de l’Oncle Ho. Mais celui-ci lui opposa un refus catégorique. Il lui reprocha même de n’avoir pas sur conserver ce riz précieux pour les camarades malades et continua à partager avec nous la soupe de maïs.

Durant tout ce séjour au Viet Bac, jamais l’Oncle Ho ne fut aussi gravement malade qu’en 1945, après le coup de force des fascistes japonais. A cette époque, nous avions déjà libéré une vaste zone qui ne cessait de s’étendre. Avec l’oncle Ho, nous étions descendus de Cao Bang à Tan Trao. C’était au mois de juillet 1945, dans la période fiévreuse de préparation du Congrès national qui avait été décidé par le Comité central. Le P.C. du Commandement provisoire de la zone libérée se trouvait dans une maison sur pilotis au village de Tan Trao près du gros banian devenu historique depuis. A ce moment, j’assurais la permanence du P.C. L’Oncle Ho logeait dans une petite hutte nichée au flanc de la montagne, à un kilomètre environ du village. La longue marche qu’il avait dû effectuer pour se rendre de Cao Bang à Tan Trao devait l’avoir épuisé. Il tomba gravement malade après une période de grande faiblesse ; la fièvre ne lui laissait aucun répit. Au début, il pouvait encore avaler un peu de soupe de riz. Puis il en fut réduit à la farine de riz délayée dans l’eau. Parfois il délirait. Bien que notre approvisionnement en médicaments se fût amélioré, nous n’avions en tout et pour tout que quelques comprimés de quinine et quelques ampoules d’huile camphrée. Quotidiennement, je me présentais chez lui pour faire le rapport ; je m’inquiétais fort de son état. Mais lorsque je lui demandais des nouvelles de sa santé, il me tranquillisait et insistait toujours pour que je rentre au P.C. expédier les affaires courantes. Le septième jour de sa maladie, je le trouvai plus mal. Comme d’habitude, après le rapport, il me congédia. Prétextant qu’aucune affaire urgente ne m’attendait, j’insistai pour demeurer auprès de lui. Sans doute se rendait-il compte de son état critique, il accepta. Durant la nuit, il se réveilla plusieurs fois et chaque fois il m’appelait. Je sentis confusément qu’il voulait me communiquer des choses extrêmement importantes avant qu’il ne soit trop tard…

De sa voix calme qui prononçait lentement chaque mot, il me dit :

« Cette fois, la conjoncture nationale et internationale nous est extrêmement favorable. Notre Parti ne doit pas laisser passer l’occasion. Nous devons prendre la direction de la lutte nationale pour la conquête de l’indépendance, quoi qu’il en coûte, même si toute la Cordillère vietnamienne doit être la proie des flammes. »

Il s’interrompit un moment pour reprendre son souffle et me donna ensuite quelques conseils pour les problèmes de l’heure :

– Le mouvement révolutionnaire gagne du terrain, me dit-il, mais quand le mouvement monte, il faut toujours veiller à consolider ses assises : renforcer idéologiquement les éléments sûrs, former des cadres. Il faut ouvrir des cours accélérés afin de former à temps les militants locaux et s’attacher particulièrement à l’édification des cellules de façon à pouvoir maintenir le mouvement aux heures critiques. Quant à la lutte armée, dès que les circonstances deviennent favorables, il faut la poursuivre résolument et l’étendre, mais sans oublier de consolider nos bases pour parer à toute éventualité.

En écoutant ces recommandations, j’avais l’impression qu’il envisageait déjà une issue fatale à sa maladie. L’inquiétude s’empara de moi. Je fis immédiatement un rapport détaillé sur son état de santé et dépêchai une estafette pour l’apporter au Comité central. En même temps, je demandais à tous les camarades se trouvant dans la localité de consulter la population locale. Les vieillards du village vinrent alors à notre secours. Ils nous indiquèrent l’adresse d’un médecin traditionnel, réputé pour la guérison de ce genre de fièvre. Un courrier fut dépêché dans la nuit même auprès du médecin qui arriva le lendemain matin. Il prit le pouls du malade, et se rendit dans la forêt où il déterra une sorte de tubercule dont je serais bien en peine de donner le nom. Il le fit brûler et en versa les cendres dans un bol de soupe de riz qu’il fit avaler au malade. L’Oncle Ho ne tarda pas à se sentir mieux et quelques jours plus tard il était parfaitement rétabli.

Notre joie ne saurait se dire. Mais jusqu’à maintenant nous n’avons pu encore découvrir le nom de ce tubercule miraculeux qui guérit si vite l’Oncle Ho.

Revenons maintenant à Cao Bang, au temps où le Président séjournait à Pac Bo. A ce moment, les camarades Phung Chi Kien et Vu Anh étaient déjà là-bas. Le camarade Lam (nom de guerre de Pham Van Dong), le camarade Ly (nom de guerre de Hong Van Hoan) et moi-même, en mission à Tsin Si (Chine), faisions la navette entre cette ville et Kouei Lin. Nous nous rendions souvent à Pac Bo pour faire nos rapports à l’Oncle Ho et recevoir des instructions. De temps en temps, accompagné du camarade Phung Chi Kien, il venait à notre rencontre, dans un endroit situé à mi-chemin entre Pac Bo et notre résidence. Très endurant, il pouvait sans fatigue faire à pied d’une seule traite des dizaines de kilomètres. Une fois, nous le rencontrâmes, comme il était convenu entre nous, à notre rendez-vous situé dans un marché en Chine. Un de nos camarades qui venait de franchir la frontière lui annonça :

– Le camarade X. a été arrêté !

Mais sans se préoccuper autrement de la nouvelle, l’Oncle Ho nous invita à entrer dans une auberge et commanda le repas. C’est seulement après avoir mangé qu’il ouvrit la réunion projetée. Il prit la parole le premier en s’adressant au messager :

– Fais maintenant ton rapport. Quoi qu’il arrive, il ne faut jamais perdre son sang-froid.

Chaque fois que nous revenions au P.C. pour rencontrer l’Oncle Ho nous avions toujours la sensation renconfortante de nous retrouver chez nous, dans une chaleureuse ambiance de famille.

– Le Parti, disait-il souvent, c’est la grande famille des communistes.

Il plaisait aussi à nous répéter :

– Le Parti doit être notre guide en toutes circonstances.

Il n’oubliait jamais de s’enquérir de notre santé et montrait vis-à-vis de chacun une sollicitude constante. Au P.C., il régnait une atmosphère d’optimisme révolutionnaire. Aux heures de poussée du mouvement, les militants qui revenaient en apportant avec eux le bouillonnement fiévreux des organes de base, y trouvaient une atmosphère sereine qui leur rappelait immédiatement que la lutte révolutionnaire serait encore longue et pénible. Aux heures sombres, lorsque l’ennemi semait la terreur parmi la population en désarroi, ils y trouvaient encore, à leur retour de mission, cette même atmosphère sereine d’où se dégageait alors une confiance inébranlable en la victoire finale. J’en ai gardé une impression inoubliable et tiré une précieuse leçon : dans les heures sombres, pas de pessimisme ; dans les heures de triomphe, pas d’optimisme béat. L’Oncle Ho sut à merveille nous insuffler une foi inébranlable en la victoire de la révolution.

– Faire la révolution, disait-il, c’est un travail de longue haleine, un travail qui exige de la ténacité et de la persévérance. Toute décision demande mûre réflexion et ne doit jamais être prise à la légère.

Aussi, en général, à nos retours de mission, si rien n’exigeait une solution urgente, nous observions la règle de travail suivante : l’Oncle Ho posait le problème à débattre et nous laissait un certain temps pour réfléchir. Ensuite avaient lieu la réunion et les discussions. Ses directives étaient toujours très précises et très pratiques. Et lorsqu’ après de minutieuses discussions, nous adoptions les résolutions finales, il exigeait que nous les réalisions coûte que coûte. Il tenait aussi à contrôler effectivement notre plan de travail, quelle que fût son importance. De mon séjour auprès de lui, j’ai pu tirer un précieux enseignement : pour fixer la ligne de la révolution, il faut voir les choses dans leur ensemble et voir loin, mais au moment de passer au travail d’exécution, attacher une grande attention à tous les détails pratiques quelle que soit leur importance. Négliger les détails, c’est compromettre tout l’ensemble des grandes lignes.

Dès que son P.C. fut établi à Pac Bo, l’Oncle Ho donna immédiatement l’ordre de faire paraître le Viêt Lâp (Vietnam Indépendant). Ce journal paraissait clandestinement une fois par semaine, sur deux pages de petit format. Les articles, courts, simples, étaient imprimés en gros caractères, à la lithographie. Les estimant trop courts et trop simplistes, nous proposâmes d’enrichir le contenu et d’utiliser des caractères plus petits pour améliorer la présentation et augmenter le nombre des articles. Mais l’Oncle Ho ne partagea pas ce point de vue.

– Pour que le journal soit au niveau des masses, disait-il, il est de beaucoup préférable de publier des articles courts, en gros caractères.

Effectivement, nous n’avons pas tardé à constater l’efficacité pratique du Viet Lap dans notre travail de propagande et d’organisation. L’influence du journal ne venait pas seulement par sa ligne politique juste, mais aussi par sa forme simple, parfaitement adaptée au niveau de la population. De toute évidence, la première condition pour éveiller la conscience des masses et les guider dans leur marche en avant, c’était d’aborder les problèmes qui les préoccupaient et en parler en des termes qu’elles comprenaient. Par la suite, le journal fit des progrès, il parut sur quatre pages avec une meilleure présentation. Il devait continuer à remporter un grand succès auprès de la population.

L’Oncle Ho attachait une grande importance à la formation idéologique des cadres. Il avait traduit en vietnamien l’Histoire du Parti communiste (Bolchevik) de l’U.R.S.S. De ses propres mains, Il avait dactylographié cette traduction en quelques exemplaires qui nous servaient de document pour nos études.

Il restait en contact étroit avec la population locale, souvent il allait rendre visite aux vieillards ou apprendre aux jeunes à lire. Il aimait profondément les enfants. Avec sa veste indigo à la mode des minorités « Tho », on l’aurait pris pour un paysan de la région. La population l’appelait respectueusement « ong ke », terme réservé aux anciens du village. Simple, optimiste, toujours près du peuple, plein d’un chaleureux esprit de camaraderie, l’Oncle Ho avait déjà ce style de vie qu’il a gardé jusqu’à ce jour.

Au mois de mars [1941], la 8ème Conférence élargie du Comité central se tint sous sa présidence à Pac Bo. Comme chacun le sait, cette réunion devait prendre des décisions de portée historique. Définissant la nouvelle ligne du Parti, elle fit de la libération nationale la question N°1 pour tout le peuple. Elle décida également l’organisation de la Ligue pour l’Indépendance du Viêt Nam (Viêt Minh) et la préparation à l’insurrection armée. Ce fut elle également qui décida de maintenir et d’étendre les deux bases que nous avions à Bac Son-Vu Nhai, et à Cao Bang, pour en faire les foyers de préparation à l’insurrection armée au Viet Bac.

(1) Les « Man Trang », ainsi nommés à cause de leur costume et de leurs parures.

[à suivre]

Source : Extrait de Peuple héroïque. Souvenirs de militants, Hanoi, Éditions en Langues Étrangères, 1961, pp. 87-99.