Isabelle Tracol-Huynh : Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 [thèse]

Université Lumière Lyon 2

École doctorale 483 ScSo

Faculté GHHAT

Département d’histoire

Institut d’Asie Orientale

 

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

Isabelle TRACOL-HUYNH

Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV.
Groupe de prostituées dans les années 1950. © Archives personnelles de RTV. 

Thèse pour l’obtention du titre de docteur en Histoire de l’Université de Lyon délivré par l’Université Lumière Lyon 2

Sous la direction de Christian HENRIOT

 

Présentée et soutenue publiquement le jeudi 12 décembre 2013

ENS de Lyon, IAO, à 14h en salle R66, 15 parvis René Descartes, Lyon

Devant un jury composé de :

Sylvie CHAPERON – professeure à l’Université Toulouse 2 le Mirail

Christopher GOSCHA – professeur à l’Université du Québec à Montréal

Christian HENRIOT – professeur à l’Université Lumière Lyon 2

Dominique KALIFA – professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Philippe PAPIN – professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

Résumé :

Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954

L’étude de la prostitution au Tonkin pendant la colonisation française est celle d’un monde en mutation. Le développement de la prostitution est à relier directement avec les changements socio-économiques que connaît le Tonkin. La mobilité croissante des populations à l’époque coloniale a pour conséquence une urbanisation importante accompagnée d’une transformation radicale de la société urbaine. Ces changements favorisent une expansion à la fois quantitative et qualitative de la prostitution car de nouvelles formes apparaissent (chanteuses, danseuses, etc.).

Fenêtre ouverte sur un monde urbain en transformation, le monde prostitutionnel permet également de rendre compte de la complexité de la société coloniale dont il est le microcosme puisqu’il en reprend la hiérarchie raciale, les rapports de domination, de tension et de sympathie réciproque. Ce microcosme est placé sous le signe de la rencontre des genres et, surtout, des races, ce qui, en situation coloniale, ne va pas sans poser problème. La gestion de la prostitution par les autorités s’insère directement dans la politique de maintien de l’ordre mise en place par l’État colonial, puisqu’elle s’efforce de recréer au sein du monde prostitutionnel la hiérarchie, à la fois genrée et raciale, régissant l’ensemble de la société coloniale.

Le second volet de l’administration de la prostitution est sanitaire car c’est au nom de la santé publique que la prostitution est réglementée. Le but est de lutter contre les maladies vénériennes, péril pour l’individu et la nation. L’histoire de la prostitution au Tonkin est celle d’une tension entre une administration tentant de contrôler un monde prostitutionnel mouvant et multiforme et les acteurs du monde prostitutionnel qui mettent en place des stratégies de contournement et d’évitement.

Ce travail entend analyser à la fois le système mis en place par les autorités et la réalité du monde prostitutionnel en s’intéressant à ses acteurs et à ses lieux.

Mots-clés : Vietnam ; Tonkin ; colonisation ; prostitution ; santé publique ; péril vénérien ; police ; culture urbaine ; problème public ; rôle de la presse



Citer ce billet
indomemoires (2013, 11 décembre). Isabelle Tracol-Huynh : Entre ordre colonial et santé publique, la prostitution au Tonkin de 1885 à 1954 [thèse]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q54w