Cambodge : les ouvrières de la confection prennent la parole – par Philippe Revelli [CCFD]

[ndlr] Article rare sur les rudes conditions de travail des ouvrières de la confection au Cambodge. Elles furent dernièrement au centre d’une révolte sociale (voir Le Monde, 13/11/2013) pour la revalorisation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail. Article et photo de Philippe Revelli.

Cambodge_OuvrièresConfection
© 2013 Philippe Revelli

 

Au Cambodge, où quelque 400 000 salariés, à 95% des femmes, fabriquent des vêtements pour les principales marques du prêt à porter de la planète, le Workers Information Center œuvre à sensibiliser les ouvrières à défendre leurs droits.

Un alignement de chambres des deux côtés d’un couloir sombre. Dyna frappe à la porte entrouverte de l’une d’entre elles, salue, se déchausse avant d’entrer. A l’intérieur de la minuscule pièce règne une chaleur étouffante. Quatre jeunes femmes y bavardent en préparant le repas du soir. Elles font une place à la nouvelle venue, qui s’assied en tailleur sur une natte posée à même le sol.

Dyna est coordinatrice du « Drop-in center » (DIC) de Prey Tea – l’une des huit antennes d’accueil mises en place à Phnom Penh par le Worker Information Center (ONG en lien avec le CCFD-Terre solidaire). Plusieurs fois par semaine, elle se rend au domicile d’ouvrières de la zone industrielle de Pochentong et, au cours de ces visites qui ont lieu après la journée de travail, écoute leurs doléances : « j’ai pris mon poste à 6 heures 30 et terminé à 21 heure tous les jours… en plus, cette semaine, on travaillera aussi dimanche ! » ; « l’après-midi, le patron fait éteindre les ventilateurs et la chaleur dans l’atelier est insupportable » ; « mon contrat est renouvelé tous les trois mois depuis plus de deux ans »…

Lire la suite : CCFD-Terre Solidaire, 02/12/2013.



Citer ce billet
indomemoires (2013, 2 décembre). Cambodge : les ouvrières de la confection prennent la parole – par Philippe Revelli [CCFD]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q54k