La marche de l’histoire : Le général Giáp [France-Inter]

[ndlr] Emission sur l’itinéraire du Général Vo Nguyen Giap diffusée le 20 novembre dans La marche de l’histoire (l’émission de Jean Lebrun sur France Inter).

Il y a soixante ans précisément, le général Navarre prenait la décision – qui paraît étrange a posteriori – de construire un grand camp retranché à Dien Bien Phu, destiné à attirer les troupes vietminh qui auraient dû venir s’y user. S’ensuivra une victoire des communistes dont leur chef, le général Giap, ne pourra fêter le soixantième anniversaire : il vient de mourir, à 102 ans.

vonguyengiap1944
Vo Nguyen Giap et une unité vietnamienne dans la jungle près de Kao Bak Lang en 1944 © domaine public – 2013

Ils m’ont mis dans la tombe une douzaine de fois, disait-il, mais je suis revenu.” Ils ? Ce ne sont ni les Français ni les Américains qui ont eux aussi fini par plier bagages, en 1975. Non, ce sont ses camarades d’un appareil communiste dont il n’a jamais voulu s’éloigner mais dont il n’a jamais pu prendre le contrôle non plus.

Ils ont vieilli ensemble, les bonnes et mauvaises fortunes politiques de Giap dépendant de plus puissants que lui. Au final, c’est lui qui l’emporte néanmoins. Sa mort a en effet provoqué un immense mouvement d’hommage. Au-delà du Vietnam : il était la seule personnalité du pays à avoir une dimension mondiale. A l’intérieur du pays plus encore. Si Giap avait toujours veillé à y présenter son profil le plus orthodoxe, il en laissait deviner un  autre qui pouvait se dévoiler en privé. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les partisans d’une évolution du régime vers le pluralisme font leur figure de proue du vieux héros que les hiérarques sont contraints de célébrer.

ClaireTranThiLienInvitée : Claire Tran Thi Lien

Maître de conférences en Histoire de l’Asie Orientale à l’Université Paris-Diderot.
Enseignante-chercheuse à l’Université Paris Diderot, ses travaux portent essentiellement sur les rapports entre politique et religions au Viêt Nam et dans la péninsule indochinoise de la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui et tout particulièrement sur l’histoire du catholicisme au Viêt Nam. Elle s’intéresse également à l’histoire politique du Viêt Nam contemporain et en particulier à l’histoire encore peu étudiée en France de la République du Viêt Nam (1954-75). Ses recherches s’inscrivent dans une perspective comparatiste avec d’autres pays d’Asie du Sud-Est, mais aussi d’autres régimes communistes (République Populaire de Chine, République Populaire de Corée, URSS/Russie, République Populaire de Pologne). Membre du laboratoire Sedet (Sociétés en développement. Études transdisciplinaires) depuis 2005, elle est co-responsable de l’’axe Asie avec Gilles Guiheux, elle participe depuis 2011 à l’organisation d’un séminaire commun des groupes Asie des laboratoires Sedet (Paris Diderot) et HSTM (Inalco) autour du thème “Normes, circulations, gouvernance en Asie” qui se poursuit dans le cadre du nouveau laboratoire Cessma. Elle est membre de l’Afrase (Association Française pour la Recherche en Asie du Sud-Est). Elle a développé récemment, dans son corpus de sources, les sources photographiques et audio-visuelles, dans le cadre d’une collaboration avec l’Ina (Institut National de l’Audiovisuel). Elle est auteur d’une thèse Les catholiques vietnamiens pendant la guerre d’indépendance (1945-1954). Entre la reconquête coloniale et la résistance communiste.
  • A écouter sur France Inter (disponible en écoute jusqu’au 15/08/2016).


Citer ce billet
indomemoires (2013, 21 novembre). La marche de l’histoire : Le général Giáp [France-Inter]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q548