David G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Marr_VietnamStateWarRevolutionDavid G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946), Berkeley, University of California Press, 2013, 721 p.

Dans son maître livre Vietnam 1945. A quest for Power (UCP, 1995), David Marr intitulait le dernier chapitre (8) ‘A State is born’. Le deuxième ouvrage qu’il nous propose aujourd’hui, peut être lu comme la suite. Le 2 septembre 1945, la fondation de l’État (Kiến Quốc) est proclamée en même temps que l’indépendance du Vietnam (Độc Lập). Entre la proclamation de la République démocratique du Vietnam et la tragédie meurtrière du 19 décembre 1946, qui anéantit l’espoir d’un modus vivendi franco-vietnamien, comment l’État assuma-t-il ses responsabilités ? Comment exerça-t-il son pouvoir, comment étendit-il son autorité sur un pays et une population en proie à la révolution c’est à dire à l’anarchie et au chaos ? Le Parti communiste indochinois joua–t-il un rôle déterminant dans la révolution d’août 1945 et dans l’exercice du pouvoir étatique, à l’intérieur et sur le front diplomatique ? (Question qui laisse entrevoir l’évolution post 1954). Ces interrogations tissent la trame du récit-analyse que David Marr développe dans ces 721 pages d’une admirable densité et d’un intérêt qui ne faiblit jamais.

Pour comprendre les difficultés auxquelles les dirigeants de la jeune république furent confrontés sans y avoir été préparés, il faut lire le chapitre 6 ‘Materials Dreams and Realities’ où l’auteur expose de façon claire et nuancée les attentes d’un peuple soumis depuis huit décennies à la domination étrangère :

« In times of revolution, hopes are aroused of great abundance, an end to fear about where the next meal will come from, the ability to enjoy the fruits of one’s labor, and membership in a much larger effort to create a new order of production, exchange and community welfare.  In Vietnam, material aspirations became linked with ideas of progress and modernity.  In this future life, farmers would obtain pumps, manual laborers become truck drivers, merchants offer a cornucopia of commodities at fair prices, engineers alter the physical landscape, and scientists contribute to world knowledge.

               However, revolution releases fury at those countrymen who are seen to have profited from the colonial system, who live in comfort while others starve. People subject to such accusations lose property, even their lives.  Or they may be allowed to show remorse, contribute resources to the revolution, learn the latest political slogans, and gain admission to a patriotic association.  Much depends on local circumstance. Meanwhile, everyone must face scarcities of food and other essentials, pay taxes, and accept that the country future is replete with uncertainties.  The government tries to increase output, manage some allocations, and ensure that the nascent army receives top resource priority.  Long after the events of a revolution, archive dossiers sometimes allow us to tune in on village property disputes, small scale commodity transactions, and neighborhood collection of taxes and donations » (p. 315).

Or les Vietnamiens nourrissaient leurs espoirs d’une vie meilleure dans un contexte économique, stratégique et politique extrêmement incertain et périlleux. À la fin de l’année 1944, le gouvernement général de l’Indochine prévoyait l’effondrement de l’économie pour l’année suivante, prévision confirmée par l’effroyable famine qui emporta des centaines de milliers, peut être 1 million, de vies dans le Tonkin et le Nord Annam (dans son livre 1945, David Marr est le premier qui a tenté de calculer sérieusement le nombre des victimes, p. 96-107). La complémentarité des ressources alimentaires du nord et du sud (le grenier à riz du Nam Bô) avait disparu avec la destruction quasi complète des communications et des transports ferroviaires et maritimes.

Dans le registre géopolitique internationale et asiatique en particulier, la fin de la Seconde guerre mondiale fut aussi le début du réaménagement de l’échiquier où les États Unis et l’Union soviétique s’affrontèrent pendant cinq décennies tandis que la fin des empires coloniaux occidentaux ne se déroulait pas pacifiquement. En attendant, le sort de la jeune république dépendit du partage décidée à Postdam sans consultation des peuples intéressés.

Au nord du 16ème parallèle, les troupes nationalistes chinoises chargées de désarmer les troupes japonaises, vécurent sur le pays pendant plusieurs mois ; s’étant emparé de la Banque de l’Indochine, elles privèrent l’État de ses ressources financières au moment où il en avait le plus besoin pour faire fonctionner l’appareil administratif, le système d’éducation et surtout mettre sur pieds une armée qui puisse préserver l’indépendance fraîchement acquise contre le retour offensif des Français, dès septembre 1945, dans le sud du pays.

Au sud du 16ème parallèle, les Britanniques ayant reçu la même mission que les Chinois, favorisèrent le retour des Français qui commencèrent la reconquête du Nam Bô dès octobre 1945, soustrayant le grenier à riz, vital pour la RDVN.

Sur le plan intérieur, le clivage politique entre nationalistes et communistes (une réplique de la rupture durable qui avait éclaté en Chine en 1927) resurgit après le 9 mars 1945. L’éviction du gouvernement colonial et la restauration du gouvernement monarchique avaient permis  à la mouvance politique nationaliste (Đại Việt, Quang Phục Hội, Dân Xã Hội) protégée par les Japonais, de ressurgir sur la scène publique, de s’exprimer et de se mouvoir sans entraves après sa « traversée du désert » dans la décennie 1930. La compétition entre groupes politiques et religieux étaient compliquée par les groupes ethniques des montagnes toujours jaloux de leur autonomie.

Par conséquent, le Parti communiste indochinois qui prit le pouvoir sous le couvert d’une organisation frontiste, Viet Nam Doc Lap Dong Minh Hoi (Ligue pour l’indépendance du Viet Nam) furent confronté à de nombreux facteurs potentiellement centrifuges qui lui imposaient une politique de large rassemblement. Action paradoxale en apparence puisqu’un parti communiste se présentait comme l’avant garde du prolétariat et prônait la lutte de classes, dans son essence, un parti communiste est une organisation exclusive et non inclusive.

En fait, la ligne politique définie par Ho Chi Minh en 1941, était conforme à la directive du Komintern issue du 7ème congrès de 1937 : pratiquer une politique antifasciste en Europe, anti-japonaise en Chine. Elle supposait la mise en veilleuse de la lutte des classes et de la révolution sociale. Le fait que le gouvernement de Vichy et de Tokyo avaient noué de relations de coopération, facilita l’adoption de la politique kominternienne. En revanche, l’union de toutes les forces indépendantistes ne manqua de soulever l’opposition au sein du PCI mais aussi celle des trotskystes bien implantés dans le Nam Bô (Cochinchine). Ce paradoxe, duplicité pour les adversaires, ne manqua pas d’obséder les interlocuteurs américains et les négociateurs français.

Marr invoque la faiblesse numérique du parti, 2 500 militants au maximum et les contradictions internes que la clandestinité, l‘absence de liaison entre les cellules du nord et celles du centre et du sud, les failles dans les communications entre le comité central et la base comme en témoigna l’échec de l’insurrection du Nam Ky (Cochinchine) en 1940. Le déphasage entre le nord et le sud se répercuta dans le conflit vite résorbé mais réel entre les « anciens et nouveaux Viet Minh » qui se traduisit par des frictions ou des heurts entre les Jeunesses d’Avant-garde et les Jeunesses de Salut national. L’auteur est conduit à contester le rôle dirigeant du PCI dans la révolution, il va jusqu’à nier que le parti ait programmé la prise du pouvoir ; le Parti a été entraîné par les événements plus qu’il ne les a orientés et maitrisés. En prenant le contre-pied d’une opinion établie, David Marr passe à l’extrême inverse, source de controverse.

Un parti qui vise l’hégémonie, même si ce n’est pas ouvertement, est forcément tenté par l’usage de la coercition et de la terreur, c’est l’accusation principale que les nationalistes et les trotskystes portèrent contre le Viet Minh. Si l’on se place dans cette perspective et que l’on adopte ces présupposés, la politique d’unité d’Ho Chi Minh, les avances que le Viêt Minh fit au Viêt Nam Quôc dân Dang et au Cach mang Dông minh Hôi, aux catholiques, aux caodaîstes et aux Hoa hao, n’étaient que manœuvres tactiques.

L’analyse de la période qui court de septembre 1945 à décembre 1946, nous conduit à ne pas nous contenter d’explications générales qui relèvent de la dénonciation du dessein expansionniste du communisme international. David Marr lui préfère une démarche empiriocriticiste, il a laissé de côté les idées reçues sur le communisme pour s’en tenir aux faits, « facts, facts, only facts ». Il a bénéficié d’un accès privilégié aux archives du ‘gouvernement de fait’, constitués des documents capturés par l’armée française lorsqu’elle reprit Hanoi, il y ajouta la presse vietnamienne de l’époque. Cette manne documentaire lui  permit de descendre jusqu’au niveau des villages et d’un peuple qui n’avait pas peur de s’exprimer. Toutes ces pages passent au crible la presse mais aussi les plaintes, pétitions, rapports d’enquêtes qui dénonçaient les arrestations arbitraires, les séquestrations des biens et des personnes, les exécutions sommaires autant que la corruption des nouveaux détenteurs de l’autorité. Elles nous mettent en présence d’ une véritable opinion publique. En même temps ces voix publiques témoignent d’un souffle patriotique, d’un esprit de sacrifice et d’une participation citoyenne. Les yeux d’un lecteur français voit défiler les moments exaltants et terrifiants de la révolution française.

Ni un seul appareil politique, le PCI dans ce cas, ni le seul appareil d’État d’ailleurs embryonnaire et fortement contesté parce que hérité de l’administration coloniale, et dont les communistes avaient saisi les postes-clés, là où ils eurent la possibilité, n’auraient pu tenir tête à l’armée française s’il n’ y avait pas eu la levée en masse de la population, ni le choix d’une majorité de rallier le Viet Minh (voir le chapitre 9 : Mobilizational patterns).

Je n’ai qu’un regret : David Marr à laissé de côté l’évolution socio-culturelle des années 1940-1945 qui fut celle de la maturation des esprits : progrès des connaissances modernes, redécouverte  et réappropriation du passé (en linguistique, en archéologie, en histoire et en littérature) en même temps que celle de la réflexion sur l’avenir de la nation. Ce mouvement dans la culture apparaît comme le prélude et la composante d’un soulèvement politique accompli dans une ferveur quasi unanime. Il éclaire également l’adhésion de l’intelligentsia moderniste à la révolution politique.

David Marr est visiblement convaincu que rien n’est préderminé ni fatal :

« I hope to convey the uncertainty and contingency as well as the coherency and momentum of revolutionary events in 1945-1946 » (p. 4).

C’est pourquoi David n’a pas seulement écrit un livre passionnant mais il nous donne aussi une belle leçon d’écriture de l’Histoire.

Pierre Brocheux

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions vivement.

* * *

Voir également sur Mémoires d’Indochine :

La présentation de l’ouvrage

Defining moments of modern Vietnam (Review)


2 réflexions sur « David G. Marr, Vietnam. State, War and Revolution (1945-1946) – CR de lecture par Pierre Brocheux »

  1. À François Guillemot,
    merci d’avoir lu attentivement ce que j’ai écrit et de l’avoir interprété sans vouloir me faire dire ce que je n’ai pas écrit ni le contraire de ce que je pense. Les personnes comme Thomas Nguyen sont malheureusement légion sur le Net.

  2. Encore un historien français qui affirme que:

    « … la tragédie meurtrière du 19 décembre 1946, qui anéantit l’espoir d’un modus vivendi franco-vietnamien … »

    Pourtant il n’est pas très difficile de voir que c’est surtout le bombardement de Hai Phong un mois auparavant (23 novembre 1946) qui rend impossible les négociations de paix. Ce n’était même pas un acte de guerre mais un massacre de milliers de civils sans défense. Un crime de guerre du même type que ceux jugés à Nuremberg.

    Et quand on est historien, on doit quand même prendre la peine de lire le contenu de l’accord du 28 février 1946 entre la France et les nationalistes chinois.

    Les Français, avant même de remettre les pieds au Tonkin, avaient promis aux Chinois un traitement de faveur concernant leurs nationaux en Indochine, le transit de leur marchandises dans le Tonkin et leur réserver une zone spéciale dans le port de Hai Phong. C’était écrit dans cet accord et approuvé par le Parlement français. Voir Documents Diplomatiques Francais, 1944-1954: 1946

    Ce qui est écrit dans cet accord montre clairement que la France s’était, dès le départ, fixée comme but de reprendre totalement le contrôle du Tonkin et n’avait aucune intention de rendre la moindre indépendance aux Vietnamiens.

    Avec ces informations en main, il serait assez pathétique de continuer à affirmer en 2013 que ce furent les attaques du 19 décembre 1946 qui rendirent impossible les négociations de paix.

    Réponse de FG : Vous sur-interprétez le propos de Pierre Brocheux. La phrase exacte est : « Entre la proclamation de la République démocratique du Vietnam et la tragédie meurtrière du 19 décembre 1946, qui anéantit l’espoir d’un modus vivendi franco-vietnamien, comment l’État assuma-t-il ses responsabilités ? ». Elle fait directement allusion au modus vivendi franco-vietnamien du 14 septembre 1946 en tant que possibilité d’une reprise de négociations entre les deux parties au début de l’année 1947. Cette possible reprise de négociations vole en éclat avec la volonté française d’en découdre à partir de septembre 1946 (rôle prépondérant du général Valluy) comme l’ont démontré Philippe Devillers (1988, neutralisation d’Hanoi et coup d’Etat manqué contre le gouvernement Ho Chi Minh) ou Stein Tonnesson (1987 et 2010).

    Sur le processus complexe qui mène à la guerre voir l’ouvrage remarquable de Stein Tonnesson, Vietnam 1946. How the war began, Berkeley, University of California Press, 2010 (cf. en particulier les chapitres 3 : “Modus Vivendi” et 4 : “Massacre”). Version complètement révisée et complétée de 1946 : Déclenchement de la guerre d’Indochine. Les vêpres tonkinoises du 19 décembre, Paris, L’Harmattan, 1987, voir pp. 129-132 « Les objectifs français » sous-tendus selon l’auteur par des mobiles géopolitiques et stratégiques (militaire, économique, culturelle).

    Sur l’accord du 6 mars 1946 et le rôle des Chinois, on lira avec intérêt son article (pdf en ligne) : « La paix imposée par la Chine: l’accord franco-vietnamien du 6 mars 1946 », in Les Guerres d’Indochine de 1945 à 1975, Juin 1996.

    Enfin, sur le massacre de Haiphong, voir le chapitre 4 (bizarrement intitulé) « Décembre 1946 : le bombardement de Haiphong » de l’ouvrage d’Yves Benot dans lequel il reprend le chiffre de 6000 morts (Y. Benot, Massacres coloniaux. 1944-1950 : la IVe République et la mise au pas des colonies françaises, Paris, La Découverte, 1995, pp. 97-113). Le premier à proposer une analyse du bombardement du 23 novembre fut Stein Tonnesson dans l’ouvrage précité (1946 : Déclenchement de la guerre d’Indochine) aux pp. 101-106. Le processus qui mène à cette agression a été bien décrit dans Philippe Devillers dans Paris Saigon Hanoi. Les archives de la guerre, Editions Gallimard / Julliard, 1988, pp. 243-258 [ch. X : « Haiphong : un prélude (8-30 novembre 1946)].

Les commentaires sont fermés.