Droit colonial et code de l’indigénat, par Olivier Le Cour Grandmaison

LeCourGrandmaison_DeL'IndigénatDes « monstres » juridiques

« Pour apprécier sainement » le « régime disciplinaire » imposé aux autochtones d’Algérie, « il ne faut pas se placer au point de vue d’un Français du XIXe siècle, habitué à toutes les garanties constitutionnelles issues des principes de 1789 : il paraîtrait monstrueux. » Publiées en 1895, ces lignes, qui s’achèvent sur cette caractérisation a priori singulière qu’il serait tentant de tenir pour excessive et insignifiante, n’ont pas été écrites par un farouche adversaire de la colonisation dont le jugement serait altéré, voire discrédité, par ses engagements politiques. Nulle sensibilité ou passion anachronique, aveugle à la différence des temps, des mœurs et des pratiques, n’est à l’origine de cette citation. Nulle critique, non plus d’ailleurs puisque la suite est un plaidoyer en faveur de mesures extraordinaires mais nécessaires pour assurer la pérennité de la domination française. « Les indigènes auxquels [les] notions [de 1789] sont absolument étrangères » trouvent ce régime « naturel puisque nous sommes les plus forts. Il fournit un moyen de répression souple, commode, rapide, qui évite de recourir à d’autres procédés plus rigoureux, précise l’auteur. C’est, en d’autres termes, l’arbitraire administratif ; mais ses inconvénients sont moins sensibles qu’en Europe et ses avantages sont beaucoup plus grands. [A. Girault (1865-1931). Principes de colonisation et de législation coloniale, Paris, Larose, 1895, p. 305.] »

Quand bien même il déroge aux lois fondamentales de la République, le « régime disciplinaire » précité – sont visés le Code de l’indigénat, l’internement, le séquestre et la responsabilité collective – doit être apprécié à l’aune exclusive de son efficacité. En ces matières, la fin poursuivie – la défense de la « présence française » comme on l’écrit alors – justifie tous les moyens fut-ce au prix de l’instauration d’un ordre juridique « monstrueux » qui se signale par des pouvoirs exorbitants et « arbitraires » conférés au gouverneur général chargé de prononcer les peines propres aux « indigènes. » Et pour bien juger de cette situation, il faut s’affranchir des principes hérités de la Révolution dont on découvre qu’ils font l’objet d’une application fort restrictive puisqu’ils ne valent ni pour tous les lieux, ni pour tous les hommes. Ruine de l’universalisme, triomphe remarquable et durable du relativisme juridique, politique et moral qui fonde et légitime des institutions coloniales inégalitaires, discriminatoires et illibérales comme le reconnait l’auteur. Plus encore, il fut aussi l’un des théoriciens majeurs du « régime du bon tyran » qui, selon lui, est « le gouvernement idéal » dans les territoires dominés par la métropole. L’une des conséquences pratiques de cette proposition générale est formulée en des termes forts clairs : « le pouvoir suprême » en outre-mer doit être confié à un « personnage » – le gouverneur – capable de « briser toutes les résistances qui viendraient à se produire. »

Lire la suite : Dormira Jamais

  • Lire en ligne l’ouvrage De l’Indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’empire français, La Découverte/Zones, 2010 : Zones


Citer ce billet
indomemoires (2013, 18 novembre). Droit colonial et code de l’indigénat, par Olivier Le Cour Grandmaison. Mémoires d'Indochine. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q545

Une réflexion sur « Droit colonial et code de l’indigénat, par Olivier Le Cour Grandmaison »

  1. Contrairement à ce que pensent beaucoup de Français, le Code de L’Indigénat n’est pas “une qualité indispensable pour gouverner efficacement des populations autochtones très variés », il est au contraire le clou du cercueil du colonialisme.

    En effet, s’il est nécessaire, pour consolider la domination française dans les colonies, d’avoir dans un premier temps, un système de discrimination raciale pour confiner les colonisés à des tâches subalternes et pour les punir plus facilement et plus rapidement, ce système produit un effet inverse dès la deuxième génération pour des colonisés qui sont nés sous l’occupation et qui veulent participer pleinement à une société coloniale à égalité avec les colons.

    En Indochine, ce système de discrimination raciale a duré trois générations. C’était beaucoup trop long. Les Français pouvaient très bien le supprimer dès les années 1900 sans mettre leur domination en danger.

    Le maintien du Code de l’Indigénat après 1900 a contribué à alimenter les révoltes et à la perte de la France coloniale, car les hommes acceptent difficilement que leurs descendants soient traités comme des sous-hommes pour des générations et des générations.

Les commentaires sont fermés.