Chizuru Namba : Français et Japonais en Indochine (1940-1945) – CR de lecture par Pierre Brocheux

Namba_FrancaisetJaponaisEnIndochineNAMBA Chizuru, Français et Japonais en Indochine (1940-1945). Colonisation, propagande et rivalité culturelle, Paris, Karthala, 2012, bibliographie, index, 279 p.

Les historiens de l’Indochine française pendant la Seconde guerre mondiale sont peu nombreux, leurs ouvrages focalisent le régime colonial (voir CR du livre de Sébastien Verney in Outre-Mers 378-379 / 2013, p. 352-354) et surtout ‘l’occupation japonaise’, en évitant de se pencher ou d’insister sur le fait singulier de la collaboration d’État entre le gouvernement général vychiste et le gouvernement impérial nippon.

Il revient à une historienne japonaise d’aborder le sujet sur son versant japonais. En fait sur les six chapitres de sa thèse, Mlle Namba Chizuru raconte et analyse la ‘cohabitation’ franco-japonaise. Son étude est originale parce qu’elle se détourne du registre politique et militaire de la période 1941-1945 pour examiner les rapports au quotidien entre les protagonistes et, volens nolens, partenaires dans un jeu qui dura jusqu’au 9 mars 1945. Mais le travail de Mlle Chizuru est novateur lorsqu’elle scrute la dimension culturelle de la cohabitation, les initiatives japonaises et leur portée.

La nature contractuelle des relations franco-japonaises leur conférait un caractère spécifique dans l’Asie du Sud-Est en guerre. Contrairement aux Indes néerlandaises, aux Philippines sous tutelle américaine, à la Malaisie et la Birmanie britanniques conquis militairement et où l’on pouvait parler d’occupation au sens fort du terme, les Japonais et les Français avaient signé des accords de coopération économique et même de défense militaire, que les uns et les autres étaient contraints de respecter.

D’où une certaine retenue de part et d’autre et des efforts réels pour relâcher les tensions et résoudre les litiges.  Bien qu’étant en position de force, les Japonais, tout en ne cessant de revendiquer l’augmentation des contributions de l’Indochine à l’effort de guerre, s’interdisaient d’outrepasser certaines limites imposées par les accords diplomatiques. L’auteure ne s’attarde pas sur ces rapports entre diplomates (il y avait un ambassadeur du Japon à Hanoï mais il avait certainement moins de poids qu’Otto Abetz à Paris), et militaires qui pratiquaient le jeu « tu me tiens, je te tiens par la barbichette ».

Dans le chapitre 3 où l’auteure aborde les « rivalités et la cohabitation au quotidien entre Français et Japonais », elle recense les frictions et les incidents qui auraient pu entraîner la rupture d’un ordre fragile. Son récit montre aussi que les dirigeants français et japonais avaient à cœur de « tenir leurs gens » .

Le sujet affiché par le titre du livre n’est abordé que dans les chapitres 4 – La propagande, enjeux et pratiques ; 5 – La politique culturelle de la France en Indochine ; 6 – Les tentatives d’implantation de la culture japonaise et la concurrence franco-japonaise.

L’engagement pris par les Japonais de respecter l’intégrité du domaine colonial français et la souveraineté de la France les obligeait à restreindre leur propagande politique. Ce fut donc par le biais de l’action culturelle que les Japonais s’adressèrent aux peuples indochinois et principalement aux nationalistes indépendantistes vietnamiens.

Il s’agissait moins de préparer l’éviction des Français que démontrer que les Japonais étaient au même niveau de développement que les Occidentaux et préfigurer l’instauration de la Sphère de Co-prospérité de la Grande Asie orientale sous la houlette du Japon impérial. Deux raisons peuvent expliquer ce choix stratégique : 1) les Japonais prétendaient que la matrice civilisationnelle chinoise était commune aux cultures vietnamienne et japonaise, théorie très contestable : la relation du Japon à la civilisation chinoise n’a jamais eu la même intensité ni la même prégnance que la relation du Viêt Nam à la Chine.  2) Au début du XXème siècle,  (1905-1908), les résistants Việt modernistes s’étaient tournés vers le Japon du Meiji pour lui emprunter une méthode de modernisation et certains y avaient séjourné et en avaient gardé le souvenir. Cela n’avait rien à voir avec une attirance pour la culture japonaise traditionnelle. Par conséquent l’action culturelle du Japon ne pouvait pas dépasser le stade de la propagande ni accomplir un dessein politique profond.

Au fond, sous forme d’expositions et de congrès scientifiques et professionnels, l’action culturelle japonaise à l’adresse de l’élite vietnamienne, s’avéra une façon de placer la culture japonaise au même rang que la française en rappelant le rôle des experts français dans la modernisation Meiji (ingénieurs, officiers, juristes) mais également l’influence de l’esthétique japonaise sur l’évolution des arts français (les peintres impressionnistes).

Sur sa lancée, l’auteure affirme que les deux colonialismes étaient semblables, l’assertion manque de pertinence et dévoile son ignorance du volet culturel de la colonisation française. Alors que, de 1911 à 1939, le Japon renforça la japonisation de l’enseignement en Corée et à Formose/Taïwan, les Français avaient imposé la transcription de la langue việt romanisée, dite quốc ngữ, dans l’enseignement franco-indigène. L’intelligentsia vietnamienne l’adopta volontairement, la modernisa et en fit l’ écriture nationale. À partir de 1916, une presse d’opinion vivante et à partir des années 1930, une littérature moderne et la création d’un vocabulaire scientifique et technique, en firent une langue de culture et d’émancipation politique.

En conclusion, la politique coloniale en matière d’enseignement n’effaça pas la personnalité culturelle des Vietnamiens, au contraire, elle la revitalisa et la mit à jour. En Indochine, les Japonais ne purent affaiblir ni effacer l’impact de la culture française qui s’exerça pendant une trentaine d’années seulement. Mais, en trois décennies, une sociogenèse et une transculturalité avaient été mises en œuvre. Ce qui fut imposé au départ, fut acceptée volontairement et intégré dans la culture nationale par les Vietnamiens eux mêmes. Ce fait rappelle l’échec des tentatives Japonaises d’évincer la langue anglaise des Philippines.

Il est certain que les agents de l’action culturelle japonaise, dont beaucoup étaient francophones, ne se firent guère d’illusions sur l’efficacité de leur efforts. Phan Văn Trường raconta une anecdote édifiante que le lettré Phan Châu Trinh rapporta d’un bref séjour au Japon : comme il avait fait part de son admiration pour le système éducatif japonais, un professeur japonais lui répondit « ce que nous avons accompli en trente année d’efforts et de persévérance, vous pourriez le faire en un temps plus court et sans difficultés parce que vous êtes protégé et soutenu par la France, une des nations les plus avancées et intelligentes d’Europe »[1].

Pierre Brocheux


[1] Tran My-Van, A Vietnamese Royal Exile in Japan: Prince Cuong De (1882-1951), London, Routledge, Routledge Studies in the Modern History of Asia 29, 2005, p. 48.

CR de lecture publié sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions.


2 réflexions au sujet de « Chizuru Namba : Français et Japonais en Indochine (1940-1945) – CR de lecture par Pierre Brocheux »

  1. Supposons qu’il y avait vraiment « un professeur japonais » qui disait à propos du système éducatif colonial au Vietnam :

    « ce que nous avons accompli en trente année d’efforts et de persévérance, vous pourriez le faire en un temps plus court et sans difficultés parce que vous êtes protégé et soutenu par la France, une des nations les plus avancées et intelligentes d’Europe ».

    Ce « professeur japonais » n’aurait donc rien compris, la France coloniale n’a ni protégé ni soutenu l’intelligentsia vietnamienne dans son effort d’éduquer la jeune génération.

    Il faut savoir que le Vietnam de l’époque était régi pendant plusieurs générations par un système de discrimination raciale nommé « code de l’indigénat ». Un indigène Annamite n’avait donc aucune chance d’avoir un poste de responsabilité même s’il est plus compétent et plus diplômé qu’un colon « français de souche ». Ce fut un gaspillage de ressource humaine énorme et un frein au développement du pays.

    Un grand nombre d’intellectuels vietnamiens de l’époque étaient emprisonnés et déportés simplement par ce qu’ils réclamaient l’égalité raciale dans ce système colonial. Nguyên An Ninh était un de ceux là [voir à ce sujet le portrait du jeune révolutionnaire sur le site de Dang Anh Tuan : Viêt Nam mon pays natal].

  2. Commentaire sur le paragraphe [« la politique coloniale en matière d’enseignement n’effaça pas la personnalité culturelle des Vietnamiens, au contraire, elle la revitalisa et la mit à jour. En Indochine, les Japonais ne purent affaiblir ni effacer l’impact de la culture française qui s’exerça pendant une trentaine d’années seulement. Mais, en trois décennies, une sociogenèse et une transculturalité avaient été mises en œuvre. Ce qui fut imposé au départ, fut acceptée volontairement et intégré dans la culture nationale par les Vietnamiens eux mêmes. »]

    Rappelons que la politique d’acculturation colonialiste avait pour but de séparer la culture vietnamienne de la chinoise. Je ne retrouve pas mes sources, j’ai lu quelque part (C. Goscha sur Nguyen van Vinh ?) qu’après des décennies, cette acculturation n’avait qu’à moitié réussi malgré les efforts fournis, efforts relayés par les collaborationnistes dont les plus célèbres sont bien sûr Pham Quynh et Nguyen Van Vinh.

    Les élites intellectuelles vietnamiennes restaient ancrées dans l’ancienne culture; les publications chinoises continuaient à arriver au Viêt-Nam et étaient plus quantitativement recherchées que les françaises sinon plus appréciées. Il semble que l’adhésion à la nouvelle culture (léonine ?) était mitigée.

    Commentaire sur :[« les agents de l’action culturelle japonaise, dont beaucoup étaient francophones, ne se firent guère d’illusions sur l’efficacité de leur efforts »]

    Le peu d’efficacité ne serait-il pas du à la réputation qui précédait les Japonais, plutôt qu’à l’implantation culturelle française et l’adhésion des Vietnamiens à celle-ci ? Comme je l’ai dit plus haut, les liens persistaient entre le Viêt-Nam et la Chine. Les Vietnamiens avaient certainement entendu parler des empiètements japonais qui avaient déjà commencé en 1911, qui continuèrent après, s’aggravèrent avec l’invasion japonaise de 1937, se transformant en d’innombrables exactions cruelles dont le crescendo fut le massacre de Nankin. Pendant le temps de la présence japonaise, la population Vietnamienne était terrifiée.

Les commentaires sont fermés.