Journal d’un combattant Viêt Minh

[ndlr] La parution en 2011 du carnet de guerre à Dien Bien Phu de Pham Thanh Tâm et du recueil de témoignages Dien Bien Phu vu d’en face (2010) nous donne l’occasion de redécouvrir le Journal d’un combattant Viêt Minh de Ngo Van Chieu, paru en 1955, « traduit et adapté » par Jacques Despuech.

Ngo Van Chieu, officier Viêt Minh, membre de la Délégation de la République Démocratique du Viêt Nam à la Conférence de Genève de juillet 1954, remet à Despuech une « masse de documents, carnets, feuilles éparses, mal tenus, couverts de boue et de sueur, qu’il traînait avec lui et où il avait noté ses impressions de route » (p. 7) qui a servi à l’élaboration de l’ouvrage.

L’historien Alain Ruscio avait fait une présentation succincte de ce journal dans La guerre « française » d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance que nous reproduisons ci-dessous.

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viêt Minh, Paris, Editions du Seuil, 1955.

Document recueilli et traduit par Jacques Despuech.

En 1954, durant la Conférence de Genève, Jacques Despuech fait la connaissance de Ngo Van Chieu, délégué de la RDVN. Les deux hommes sympathisent. Le Vietnamien sort un jour de ces dossiers un vieux cahier et le confie au journaliste. C’est de document que Despuech publie un an plus tard. Cette présentation, faite par Despuech lui-même dans la préface, incite à la méfiance, reconnaissons-le. Cependant, à la lecture, la possibilité (la probabilité ?) d’avoir affaire à un document authentique s’impose. Les situations sont vraisemblables, la chronologie est respectée, le ton général est bien celui d’un journal personnel.

L’ouvrage commence en 1941. L’auteur, né dans une famille catholique, s’intéresse à la vie politique internationale. La défaite française lui paraît « incompréhensible » (p. 19). De même pour les divers renoncements français, en Indochine, devant les exigences japonaises. Les Japonais ne sont d’ailleurs pas populaires auprès des Vietnamiens. Survient le 9 mars 1945. La vie politique vietnamienne connaît une certaine effervescence. Dans la rue, les gens parlent beaucoup. Durant l’été apparaissent les premiers orateurs Viêt Minh. Bonne description de l’exaltation nationaliste et révolutionnaire des journées d’août 1945 (p. 22 et suiv.), puis de la journée de la proclamation de l’Indépendance (p. 40 et suiv.). Chieu adhère au Viet Minh. Muté  dans la province de Vinh, il y connaît ses premiers affrontements avec le Corps expéditionnaire. Il signale la présence de militaires japonais, peu nombreux. Par contre, de nombreux miliciens vietnamiens formés par les Japonais intègrent alors le Viêt Minh. Retour à Hanoi. Description de l’état d’esprit de la population lors des Accords du 6 mars, puis du retour des Français (pp. 67 et suiv.). Les incidents commencent, puis se multiplient. Bonne description de l’état d’esprit des militants Viêt Minh de base, fait de confiance en Hô Chi Minh et de mécontentement face aux empiètements français. L’auteur reconnaît qu’il y a eu divergence de vues entre les politiques et les miliciens Tu Ve. Dénonciation de la surenchère des nationalistes. La préparation militaire s’intensifie. Les militaires Viêt Minh reçoivent « fin octobre » l’ordre de se tenir prêts à toute éventualité (p. 102). Concernant l’affaire de Hanoi en décembre, Chieu estime que les Français sont seuls responsables.

Le récit s’interrompt à ce moment [décembre 1946] pour reprendre en octobre 1950. Récit des premiers combats de la bataille des frontières puis de la bataille elle-même (pp. 125 et suiv.). Excellentes pages sur l’imbrication du militaire et du politique, la répartition des tâches entre le commandant militaire et le commissaire politique, les séances de critiques et d’autocritiques… Chieu reconnaît qu’après la bataille des frontières, les combattants pensaient arriver très vite à Hanoi (pp. 140 et suiv.) mais le combat se durcit. L’apparition du napalm, par exemple, suscite l’effroi des combattants. Même les plus aguerris sont terrifiés (pp. 147 et suiv.). Chieu est alors blessé. Il est affecté à l’éducation politique des prisonniers du Corps expéditionnaire. Il qualifie la volonté de convaincre ceux-ci de « naïve » (p. 183). De retour au front, il y est de nouveau blessé.

Alain Ruscio

 

Réf. : Alain Ruscio (dir.), La guerre « française » d’Indochine (1945-1954). Les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, pp. 682-683.