Georges Boudarel : Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam [1991]

[ndlr] Paru à la fin de l’année 1991 alors que la fin de l’URSS est annoncée et que les mouvements démocratiques dans les pays de l’Europe de l’Est arrivent au pouvoir, l’ouvrage de Georges Boudarel rappelle les débuts de la dissidence communiste vietnamienne en RDVN entre 1954 et 1956. A l’appui de sources encore largement méconnues à cette époque, il explore les tenants et les aboutissants de la contestation interne et les acteurs de la demande d’une démocratisation du régime. La célèbre affaire des revues « Humanisme et Belles Œuvres » (Nhan Van – Giai Pham) est savamment décortiquée et illustrée par des références littéraires produites par les accusés. Elle sonne le départ d’une épuration brutale au sein du parti sous le masque d’une réforme agraire radicale. L’ouvrage épuisé aujourd’hui est paru alors que débute une autre affaire franco-française sur la décolonisation : « l’affaire Boudarel ».

Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991, 301 p.

Présentation de l’éditeur

Georges Boudarel relate dans cet ouvrage une période charnière de l’histoire du Vietnam, entre le colonialisme et l’indépendance, le stalinisme et la libéralisation, la Chine et l’URSS. Fort de son expérience controversée sur le terrain, il produit ici un travail d’historien nourri par sa connaissance de la langue et du peuple vietnamien, par l’analyse systématique des sources, pour la plupart inédites en français (presse quotidienne et périodiques vietnamiens), et de nombreuses œuvres littéraires d’une qualité surprenante.

L’auteur nous révèle que des intellectuels, des militaires et des écrivains ont très tôt inscrit dans la tradition politique du Vietnam un regard critique qui subsiste encore aujourd’hui. La répression fut spectaculaire. Georges Boudarel nous fait vivre dans l’intimité des familles villageoises la réforme agraire qui, sous couvert de redistribuer les terres, instaura au Vietnam un régime de terreur et de délation.

Ce livre s’achève sur des perspectives et une question. La richesse de la dissidence, apparue voici près de quarante ans au Vietnam, fera-t-elle que ce pays, exceptionnel à bien des titres, sera aussi celui qui saura réformer le système communiste sans abandonner son idéologie ?

Dans sa page de remerciements, Boudarel revient rapidement sur les conditions d’élaboration de cet ouvrage.

Ma collaboration avec le Viet Minh de 1950 à 1964 est à l’origine de ce travail. Membre du parti communiste vietnamien jusqu’en 1964, j’ai plus ou moins partagé certaines des vues que je critique aujourd’hui. Ma propre évolution dans le cadre vietnamien m’a permis de connaître certains des contestataires ou des officiels dont je parle et de rassembler à l’époque une documentation imprimée, ouvrages et périodiques.

Cette étude entend toutefois se situer sur un plan historique aussi objectif que possible. Pour éviter les approximations, j’ai donc tenu à dépouiller le quotidien du parti communiste Nhan Zan (le Peuple) de 1954 à 1960 et à opérer nombre de sondages dans les diverses publications en quoc ngu de l’époque.

Je n’aurais pu réaliser cette recherche et ce travail sans l’octroi par le Social Science Research Council de New York une bourse de la fondation Ford. Celle-ci me permit notamment de trouver des matériaux à l’Institut des Etudes Etrangères d’Osaka grâce au professeur Masaya Shiraishi, en Australie grâce au Dr David Marr, à la School of Pacific and South-East Asian Studies à Canberra et aux Etats-Unis où j’explorai les trésors de l’université Cornell et du centre de recherche de M. Douglas Pike à Berkeley. Je tiens à leur exprimer ici tous mes remerciements.

Sur le parcours controversé de l’auteur :

Jean-Claude Pomonti, « Georges Boudarel, ancien commissaire politique stalinien », Le Monde, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pierre Marie Giraud, « Boudarel, commissaire politique dans un camp vietminh et universitaire », Agence France Presse, 29 décembre 2003. A lire sur le blog de Patrick Guénin, Le Viêt Nam, aujourd’hui (1997-2003).

Pour le rappel succinct de « l’Affaire Boudarel », voir l’entrée Wikipedia à son nom.



Citer ce billet
indomemoires (2012, 11 octobre). Georges Boudarel : Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam [1991]. Mémoires d'Indochine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q4qq