Nguyễn Tường Bách (1916-2013), de la lutte révolutionnaire à l’exil prolongé: un destin vietnamien

Nguyen-Tuong-BachDepuis le 11 mai 2013, le docteur Nguyễn Tường Bách* nous a quittés. Décédé à l’âge de 97 ans à l’hôpital de Fountain Valley en Californie, il reste un personnage méconnu mais néanmoins incontournable de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Cadet de la célèbre famille de lettrés Nguyễn Tường, Nguyễn Tường Bách, né en 1916 à Câm Giang dans la province de Hai Duong, fut de tous les combats littéraires et politiques menés par le groupe littéraire autonome (Tự lực Văn Đoàn) et les partis nationalistes Đại Việt Dân Chính et VNQDĐ (Parti National du Viêt-Nam). Ses grands frères, les célèbres Nguyễn Tường Tam (Nhất Linh), Nguyễn Tường Long (Hoàng Đạo) et Nguyễn Tường Lân (Thạch Lam) ainsi que sa soeur Nguyễn Thị Thế jouèrent un rôle prépondérant dans le renouveau littéraire des années 1930.

Nguyễn Tường Bách de son nom de plume Vien Son rédigea très tôt des poésies et des nouvelles dans les deux grands journaux du Tự lực Văn Đoàn, Phong Hóa (Moeurs) et Ngày Nay (Temps modernes). Il intégra le lycée du Protectorat (trường Bưởi) avant de poursuivre ses études à la Faculté de Médecine de l’Université indochinoise. Il y reçut son diplôme de médecine en 1944. Mais Nguyễn Tường Bách fut surtout connu pour son engagement politique aux côtés de son grand frère Tam. Il fut d’abord affilié au Đại Việt Dân Chính (Parti Populaire du Grand Viêt-Nam), le nouveau parti créé et dirigé par Tam en 1939. Il avait alors 23 ans. Ce nouveau parti influencé par les nationalismes autoritaires japonais et européens rassemblait autour de Tam, l’artiste laqueur Nguyễn Gia Trí et le théoricien Hoàng Đạo. Bách de son côté prit en charge les éditions Đời Nay.

InsigneVNQDD
Insigne du VNQDD en 1945-1946 © Eric Deroo

Le jeune parti nationaliste tenta de développer des groupes d’assaut dans la province de Bắc Ninh et s’activa à Hanoi. Il fut rapidement repéré par la Sûreté coloniale qui, ayant gardé la main sur les affaires intérieures malgré la présence japonaise, lança contre lui et d’autres formations « antifrançaises » une vaste répression à l’automne 1941. Nguyễn Tường Tam, le chef, fut activement recherché mais il s’était déjà réfugié en Chine. C’est à ce moment que le parti qui pensait s’accommoder de la présence japonaise ou du moins obtenir un soutien de la Kempeitai pour mener la révolution nationaliste changea radicalement d’option politique. Le groupe se rapprocha du VNQDĐ de l’Extérieur regroupé au Yunnan et entre 1943 et 1945 organisa la nouvelle alliance des partis nationalistes révolutionnaires qui devait concurrencer le Viêt-Minh, l’organisation patronnée par le Parti communiste indochinois (PCI). Le Front des Partis Nationalistes (Mặt trận Quốc dân Đảng) fut ainsi créé en mai 1945 en Chine du Sud avant de prendre pied à Hanoi tardivement à la fin de l’année 1945 alors que des événements décisifs (Révolution d’août, proclamation de l’indépendance et création de la RDVN) avaient totalement changé la donne.

Après le coup de force japonais du 9 mars 1945, Nguyễn Tường Bách reprit en main la nouvelle édition du quotidien Ngày Nay avec Khái Hưng et Hoàng Đạo. Comme le Bình Minh, le Việt Nam Thời báo ou le Hải Phòng Nhat Bao, le journal soutint la nouvelle indépendance proclamée par l’empereur Bảo Đại le 11 mars 1945 mais il aspirait aussi à parfaire la révolution nationaliste « Đại Việt » en marche. Les événements se précipitèrent au mois d’août 1945 avec l’apparition du Front Viêt-Minh dans les différentes manifestations organisées à Hanoi. Même si celles-ci étaient au départ mises sur pieds pour soutenir l’action du gouvernement Trần Trọng Kim fragilisé, elles furent prises en main par les cadres du PCI. Après la capitulation japonaise, la situation était mûre et les membres du PCI n’eurent aucun mal à s’emparer de la fronde populaire. Le mot d’ordre d’indépendance nationale était général et mobilisa le peuple en marche. Les nationalistes du Đại Việt et du VNQDĐ hésitèrent à prendre le pouvoir par la force des mains japonaises. Ils manquèrent cette occasion unique que le Viêt-Minh, le front créé en mai 1941 dirigé par le PCI, sut saisir.

Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi en juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © Xua & Nay 2013
Photographie rare de la cérémonie en hommage à Nguyen Thai Hoc à Hanoi le 18 juin 1946 sur laquelle apparaît le drapeau du Front QDD. © 2013 Xua & Nay 

 

 

HoiKy_NguyenTruongBachLa suite des événements se résument en une lutte acharnée entre les partisans nationalistes anticommunistes des mouvement Quốc Dân Đảng (QDD) – Ðồng Minh Hội (DMH) et ceux du Viêt-Minh/PCI pour le pouvoir. Bénéficiant de la présence massive des Chinois au nord du 16e Parallèle jusqu’en juin 1946, les nationalistes révolutionnaires obligèrent le Viêt-Minh à former un gouvernement provisoire d’Union nationale en janvier 1946 puis un gouvernement d’Union et de résistance à partir de mars 1946. Mais à Hanoi, avec les Accords du 6 mars qui entérinèrent le retour militaire de la France, la partie était d’ores et déjà perdue. A partir de février 1946, Nguyễn Tường Bách créa, dirigea et organisa les Jeunesses Nationalistes (Quốc Gia Thanh Niên Đoàn) pour concurrencer l’organisation de jeunesse du Viêt-Minh (Đoàn Thanh niên Cứu Quốc).

Le Front QDĐ se replia dans ses zones de résistances à l’Ouest du delta du fleuve rouge à Vĩnh Yên, Yên Bái ou Chapa. La confrontation militaire avec les forces armées du gouvernement de la RDVN appuyées par La France fut inévitable. Nguyễn Tường Bách rejoignit la « Troisième zone de guerre » du Front nationaliste qu’il codirigea avec Vũ Hồng Khanh. Entre juin et novembre 1946, les partisans QDĐ, sans soutien, reculèrent jusqu’à la frontière chinoise avant de prendre le chemin de l’exil. Bách s’exila en Chine à partir d’août 1946 pour échapper à la répression Viêt-Minh comme bon nombre de partisans nationalistes. Il s’installa provisoirement à Kunming et se maria avec Hua Bao Lien, une sino-vietnamienne à la fin de cette année tumultueuse.

Son destin fut désormais lié à celui de l’histoire de la Chine, pays qu’il ne quitta que 40 décennies plus tard en 1988. Ses activités politiques se poursuivirent quelques années en Chine du Sud au Yunnan puis à Hong-Kong en 1947. Le VNQDĐ recomposé de 1947 n’adhèrait pas à la « solution Bảo Đại » dont il se méfiait. Les nationalistes étaient divisés : fallait-il soutenir cette initiative aux côtés des Français ou se maintenir dans une troisième voie minoritaire à la fois anticolonialiste et anticommuniste. La plupart d’entre eux qui avaient le mal du pays et bon gré mal gré décidèrent de rejoindre Hanoi entre 1948 et 1950. Le célèbre chef du VNQDĐ Vũ Hồng Khanh prit même la direction du Ministère de la Jeunesse et des Sports sous le gouvernement de Nguyễn Văn Tâm en 1952.

L'édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes
L’édition du journal du VNQDD (21 février 1946) annonçant la formation des Jeunesses Nationalistes

Nguyễn Tường Bách choisit une autre voie. Celle de l’exil sur le long terme. Il s’installa avec sa famille à Canton et y exerça la médecine jusqu’à sa retraite. Personne n’entendit plus parler de lui jusqu’en 1988 date à laquelle il rejoignit les États-Unis. Son frère Thạch Lam, tuberculeux, était parti très jeune en 1942, son autre frère Hoàng Đạo était décédé soudainement lors d’un voyage en train en 1948, son autre frère Nhất Linh s’était suicidé en 1963 à Saigon et sa soeur Nguyễn Thị Thế devait décéder en 1997 aux États-Unis. Un autre de ses frères, Nguyễn Tường Cẩm, avait été assassiné par le Viêt-Minh au Nord à l’âge de 44 ans. Il était donc le dernier de cette illustre famille de lettrés. Le nouvel environnement au Sud de la Californie le replongea dans la politique vietnamienne. Il avait conservé ses alliances et son fort attachement au VNQDĐ. Il reprit ses activités politiques au sein de cette organisation et rédigea des articles pour les revues du parti, par exemple dans le mensuel Dân Văn édité en Allemagne. Il s’investit dans l’organisation de plusieurs mouvements exilés défendant la démocratie et devint un des conseillers du mouvement Réseau des Droits de l’Homme au Viet Nam (Mang Luoi Nhan Quyen Viet Nam – Vietnam Human Rights Network) créé en novembre 1997 à Santa Ana en Californie.

NguyenTuongBach_HoiKyPhanIIL’œuvre littéraire de Nguyễn Tường Bách reflète son engagement des années 1945-46. Dans un roman fleuve intitulé Trên sông Hồng cuồn cuộn [Sur le Fleuve Rouge tourmenté] il décrivit l’atmosphère de lutte politique contre le colonialisme français et contre le communisme. Il publia trois mémoires qui constituent de véritables témoignages historiques de cette époque décisive qui vit l’avènement de la guerre civile au Viêt-Nam. Le premier texte intitulé Việt Nam những ngày lịch sử [Viêt-Nam, des jours historiques] fut publié à Montréal en 1981 par les éditions « Nghiên-cứu sử-địa Việt-Nam », dirigées par l’historien Nguyễn Khắc Ngữ. Dix ans plus tard, il publia ses mémoires en deux tomes. Le premier volume couvre la période de 1916 à 1946, le second ses années d’exil en Chine (1946-1988) et aux États-Unis (1988-2000). Il fut témoin des grands bouleversements du siècle chinois : Révolution culturelle puis fin du maoïsme triomphant.

Installé aux États-Unis en 1988, il considérait que la lutte pour un Viêt-Nam débarrassé du régime communiste n’était pas achevée. Il mit toutes ses forces pour poursuivre ce combat sans jamais entrer dans les complications politiques de la communauté exilée aux États-Unis. Nous l’avions interviewé au téléphone en 1998 pour notre recherche sur les partis Đại Việt. Très abordable et sans langue de bois, il connaissait parfaitement les faiblesses du mouvement nationaliste de 1945-1946 pour l’avoir vécu de l’intérieur. Militant du VNQDĐ jusqu’à sa mort, Nguyễn Tường Bách laisse en héritage un itinéraire précieux et fondamental pour mieux saisir les enjeux politiques, sociaux ou culturels du Viêt-Nam contemporain.

* Ne pas confondre avec son homonyme né à Huê en 1948 et spécialiste du bouddhisme.

François Guillemot, 30-09-2013.

Pour en savoir plus :

  • Lire la page hommage du magazine littéraire Co Thom
  • Voir aussi l’annonce de son décès sur le site du VNQDD, 18-05-2013.

 

* * *

 

* * *

LIRE EN LIGNE :

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Mot Sach Info

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, VN Thu Quan

Việt Nam, Một Thế Kỷ Qua, Viet Messenger