Gérard Tongas : J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam [1960]

Tongas, Gérard, J’ai vécu dans l’enfer communiste au Nord Viêt-Nam, Paris, Les Nouvelles Editions Debresse, 1960, 463 p. La couverture porte en plus la mention : « et j’ai choisi la liberté ».

Quelques appréciations succinctes de lecture.

L’auteur, proviseur du Lycée Balzac de Hanoi, fait partie des rares Français qui ont fait le pari de rester au nord du 17e parallèle après l’arrivée des autorités Viêt-Minh. Il a donc vu la mise en place d’un système, qu’il dénonce. Il évoque une « atmosphère de terreur permanente » (p. 139) et une mise en condition de la population par une technique éprouvée de manipulation : « Comment le nationalisme et le désir d’indépendance sont exploités par les communistes et servent leurs propres progrès » (p. 116). Il n’est pas pour cela tendre avec la France. Il dénonce par exemple l’exode massif des Français d’Indochine, incapables de comprendre et a fortiori d’accepter la situation nouvelle. Gérard Tongas montre d’autre part que les autorités gouvernementales  n’ont pas su saisir la chance pour la France de rester présente dans cette partie du monde (voir le récit de la mission ratée de Sainteny). Qui dit que tous les dirigeants Viêt Minh étaient pour le départ de la France ? En agissant ainsi, on a encouragé les cadres les plus anti-français et donc favorisé Pékin et Moscou. (cf. Alain Ruscio (dir.), La guerre « francaise » d’Indochine (1945-1954). les sources de la connaissance, Paris, Les Indes Savantes, 2002, p. 902).

 * * *

Témoignage de Gérard Tongas qui fut, à partir de 1953, proviseur du Lycée Français « Honoré de Balzac » à Hanoï. Celui-ci relate comment les autorités administratives françaises ont tout laissé tomber à partir du moment où les accords de Genève furent appliqués sur le terrain. Témoignage édifiant sur les pratiques et la mainmise communistes sur tout un peuple que l’Occident a lâchement abandonné. Ceci préfigurera ce qui se passera moins de dix ans plus tard dans les départements français d’Algérie. Ouvrage courageux et peu courant qui fut mal diffusé à l’époque, faisant montre d’un anticommunisme politiquement incorrect. (Librairie Impériale, Maison Madelain).

* * *

Malgré un titre très « guerre froide » l’auteur un des rares français à être resté au Nord Viêt Nam après 1954 retrace les premières années de la RDVN. Au delà de sa déception vis à vis du régime, une foule d’anecdotes et d’informations rendent cet ouvrage indispensable pour comprendre cette période. (Carnets du Viêt-Nam).

* * *

Dominé par le souci de rectifier les affirmations officielles de Hanoi, ce témoignage anecdotique sur le Nord Vietnam d’après 1954 tombe trop souvent dans la polémique ou le dénigrement systématique (Persée, Revue française de science politique, « Informations bibliographiques », 1962, Vol. 12, n°1, p. 283).

Plan du livre [9 parties]

Le Nord Viêt-Nam, ses caractéristiques et ses problèmes.

La République démocratique du Viêt-Nam.

Politique intérieure.

Politique étrangère.

La vie économique.

La vie culturelle et la jeunesse.

La vie sociale.

Religions et superstitions.

L’avenir du Nord Viêt-Nam.

 * * *

Notre avis :

Le titre de l’ouvrage de Gérard Tongas est un clin d’œil assumé à l’ouvrage de Victor Kravchenko publié en 1947 sous le titre J’ai choisi la liberté. La vie publique et privée d’un haut fonctionnaire soviétique, ouvrage qui fit couler beaucoup d’encre dans une France d’après-guerre encore fascinée par l’Union soviétique. Ce pavé de Tongas de plus de 450 pages est parfois d’une lecture un peu indigeste car très dense, touffu et fourmillant d’anecdotes. L’ouvrage est un témoignage à chaud, un cri du vécu, à prendre donc avec les précautions d’usage. Si l’auteur semble régler quelque peu ses comptes avec ses rêves et une administration française fuyante, son témoignage sur le lourd climat politique de Hanoi dans les années cinquante est unique en son genre. Avec la perspective et la profondeur de champ que l’on a acquis depuis sur le fonctionnement du communisme vietnamien, l’ouvrage de Tongas ne ferait pas rougir les meilleures pages du dissident Bui Tin sur son pays. Gérard Tongas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ne fut pas un anticommuniste primaire mais un homme de conviction, socialiste et humaniste, connaisseur de l’Asie, spécialiste de l’empire Ottoman et d’Atatürk. Il fonda et dirigea la revue mensuelle Orient-Occident, une « revue politique, économique, scientifique, sociale, littéraire et artistique » de 1947 à 1953.

FG