Elections cambodgiennes : le Roi, l’armée et la rue

Cambodge29juillet2013
Voiture de police incendiée à Phnom Penh le 29/07/2013 © Maxppp

Les résultats officiels des élections législatives du dimanche 28 juillet 2013 sont désormais connus. L’AFP rapportait le 12 août que le Parti Populaire Cambodgien (PPC) sortait vainqueur avec 49% des voix (sur 6,6 millions de votes) contre le Parti du Sauvetage National du Cambodge (PSNC) crédité de 44% des voix. L’écart est donc faible et, fait inédit, le PPC n’obtiendrait pas la majorité [1].

Dans le contexte d’un pays divisé en deux camps, le Cambodge présente tous les signes d’une instabilité politique à venir. En effet, à l’issue des élections qui vit le PPC, parti gouvernemental dirigé par Hun Sen, autoproclamé vainqueur du scrutin par deux fois avant les résultats officiels, son principal concurrent le Parti pour la Sauvegarde Nationale du Cambodge dénonçait une série d’irrégularités invalidant, selon lui, cette élection. Depuis, le roi est intervenu, l’armée s’est positionnée et la rue menace d’entrer en action. Retour succinct sur les derniers rebondissements engendrés par cette tension politique.

Le Roi

Rappelons que le scrutin annoncé dès le 28 juillet comme quasi définitif (68 contre 55 sièges) par le parti au gouvernement est actuellement de 64 sièges contre 55 pour l’opposition [2]. Mais cette dernière n’entend pas baisser les bras car, selon elle, il y aurait eu des fraudes massives et des irrégularités dans plusieurs localités qu’elle aurait dû remporter. Phil Robertson, directeur-adjoint de l’ONG Human Rights Watch, confirmait pour RFI cet état de fait en parlant d’ « un niveau sans précédent de machination et de malversation dans le processus électoral » [3].

Rappelons également que les élections ont été suivies par quelques 40.456 observateurs (40.190 observateurs cambodgiens et 266 observateurs étrangers [4]) et que ceux-ci ont confirmé des irrégularités tout en précisant que le climat électoral s’était bien apaisé par rapport aux décennies post-khmères rouges précédentes. De même, le 2 août 2013, le message officiel de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, soulignait en des termes encourageants le processus électoral :

Le Secrétaire général se félicite du déroulement pacifique des élections au Cambodge le 28 juillet.  Concernant les informations selon lesquelles il y aurait eu des irrégularités, les Nations Unies encouragent les autorités compétentes à examiner de manière juste et transparente les plaintes, dans le but ultime d’assurer de manière précise le respect et la détermination de la volonté du peuple cambodgien [5].

C’est donc dans une extrême tension que le pays a attendu les résultats officiels. Du côté du Premier ministre Hun Sen, le spectre de la guerre civile a été régulièrement agité et ce, bien avant les élections, comme un véritable avertissement au peuple. Du côté de Sam Rainsy, candidat volontaire mais non accepté par la commission électorale, la menace de manifestations d’envergure pouvant paralyser le pays a été proférée cette fois-ci en guise d’avertissement au pouvoir en place.

Pour empêcher tout dérapage vers une guerre civile, le Roi Norodom Sihamoni a dû prendre position dans un message officiel le 7 août. C’est en ces termes qu’il s’est adressé à ses compatriotes :

“Pour les intérêts suprêmes de notre pays et peuple et pour maintenir la paix et la stabilité nationale, je voudrais faire appel aux deux partis politiques, qui ont remporté des sièges dans la cinquième législature de l’Assemblée nationale, de poursuivre leurs discussions afin de trouver des solutions pacifiques à leur différend ou aux problèmes restants” [6].

Cette sage initiative, contraignant les deux partis à discuter autour d’une table, a sans doute permis d’éviter l’embrasement tant redouté. Les deux partis sont mis en face de leurs responsabilités afin de trouver une entente politique par des « moyens pacifiques » dans le but de préserver une certaine solidarité nationale. On comprend bien qu’aucun des deux camps ne souhaitent endosser la responsabilité d’une éventuelle vague de violence. Sam Rainsy prendra-t-il le risque, après avoir bénéficié du « pardon royal » permettant son retour au pays, d’enflammer le pays ? De son côté, Hun Sen prendra-t-il le risque d’un verrouillage excessif qui ternirait son image savamment entretenue de « réconciliateur » ? Les deux hommes sont quelque peu contraints au compromis politique et historique.

L’armée

Le gouvernement de Hun Sen se retrouve pour la première fois depuis 1998 (voir notre article précédent) dans une position affaiblie. Il a désormais face à lui une opposition unie, renforcée par un scrutin qui dans lui offre une belle part dans la nouvelle assemblée nationale. Elle compte donc jouer pleinement son rôle au grand dam de Hun Sen. L’homme fort du pays veut démontrer qu’il reste déterminé face à une tension qu’il qualifie de retour à la « guerre civile ». Pour donner du crédit à son « moi ou le chaos », il a fait déployer l’armée dans Phnom Penh. Les observateurs et correspondants de presse ont ainsi rapportés l’événement :

Le porte-parole de la police militaire Kheng Titoa a confirmé que des soldats et des véhicules blindés avaient été déployés en des lieux stratégiques pour  « maintenir la sécurité et l’ordre public » jusqu’à la formation du nouveau gouvernement, assurant que ce n’était pas pour « interdire » les manifestations [7].

C’est ainsi que les habitants médusés ont vu des véhicules de l’armée lourdement armés prendre position dans les quartiers périphériques de Phnom Penh ou dans des endroits réputés stratégiques de la capitale cambodgienne. Des patrouilles de la police militaire ont également été déployées pour « décourager » les éventuelles manifestations de l’opposition très remontée après sa défaite [8]. Cette disposition aux allures d’une intimidation officielle n’est pas très rassurante mais du moins permet-elle de montrer qu’aucun affrontement ne sera toléré. L’inquiétude est néanmoins partagée par Amnesty International qui l’exprimait dans une note du 12 août :

«Les autorités au Cambodge doivent veiller à ce que les tensions postélectorales ne dégénèrent pas en affrontements violents, a indiqué Isabelle Arradon, directrice du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. Les Cambodgiens, notamment ceux qui soutiennent un parti politique, doivent bénéficier de suffisamment d’espace pour exprimer leurs opinions, et être autorisés à exercer leur liberté de réunion pacifique. Les forces cambodgiennes de sécurité doivent s’abstenir de recourir à une force excessive ou injustifiée contre les manifestants. Il ne faut pas qu’ils rendent des situations tendues encore plus explosives en ne respectant pas les droits humains [9].»

Reste à savoir si l’armée favorisera le parti au pouvoir en cas d’émeutes ou de provocations.

La rue

Le jeu est à double tranchant car la véritable question reste le comportement de la rue. En effet, celle-ci reste la grande inconnue. Les 14 millions de Cambodgiens seront dans les semaines qui suivent l’objet de toutes les attentions. Car la rue peut conforter ou bousculer le régime. L’opposition menace de soulever de grandes manifestations populaires pour réclamer son dû. On sait désormais qu’elle en a la possibilité en mobilisant largement une jeunesse tentée par le changement (7 millions de jeunes ont moins de 25 ans rappelait Le Monde [10]). Très en colère, Sam Rainsy, le principal chef de l’opposition revenu d’exil le 18 juillet, n’en démord pas. Le journal Le Monde rapportait ses propos sur le scrutin du 28 juillet :

« Le scrutin a consisté en un match de boxe où il n’y avait qu’un seul boxeur, le premier ministre sortant. L’arbitre était une commission électorale contrôlée par le parti au pouvoir qui a donc pris fait et cause pour l’unique boxeur sur le ring. L’ampleur des fraudes a été telle qu’elle est de nature à inverser la volonté populaire » [11].

C’est ainsi que son parti revendique pas moins de 63 sièges sur 123 et non les 55 prévus par les résultats officiels estimant que 15% des voix (soit 1,3 million d’électeurs) rayées des listes électorales lui revenaient [12]. Pour se faire entendre, l’opposition réclame une enquête internationale sous l’égide d’une commission indépendante soutenue par l’ONU. Dans le même temps, les deux camps ont débuté des discussions car un ultime délai fixé au 8 septembre, prévoit de clore définitivement toute contestation officielle des résultats et d’annoncer très officiellement la répartition des sièges des deux partis à l’Assemblée nationale [13]. En attendant, Sam Rainsy ironise sur un possible « été cambodgien » et Hun Sen, politicien rusé, n’a peut-être pas abattu toutes ses cartes [14]. Toute la question est de savoir jusqu’où il pourra reculer pour mieux se maintenir.

FG, 15/08/2013 (version revue et corrigée le 16/08/2013).

Notes

[1] Cambodge: victoire confirmée du parti au pouvoir, La Presse (Montréal, Canada), 12/08/2013. Voir aussi les résultats officiels sur Vietnam + : Le gouvernement cambodgien « doit prévenir les émeutes », 14/08/2013.

[2] Bruno Philip, Au Cambodge, confrontation ou compromis ?, Le Monde, 14/08/2013

[3] Le Cambodge sous tension, en attendant les résultats officiels des élections, RFI, 09/08/2013.

[4] Ouverture des 5es élections législatives au Cambodge, Vietnam Plus, 28/07/2013.

[5] Message du Secrétaire général, SG/SM/15198, 02/08/2013/

[6] Propos rapportés par Vietnam + : Le roi du Cambodge lance un appel au PPC et au CNRP, Vietnam Plus, 08/08/2013.

[7] L’armée dans les rues de Phnom Penh après des législatives controversées, La Croix, 09/08/2013.

[8] idem.

[9] Tensions post-électorales à Phnom Penh, Amnesty International, 12/08/2013.

[10] Bruno Philip, art. cit., Le Monde, 14/08/2013.

[11] Cambodge : le parti du premier ministre remporte les législatives, Le Monde, 12/08/2013.

[12] idem.

[13] Législatives au Cambodge : la victoire du parti au pouvoir toujours contestée par l’opposition, RFI, 13/08/2013.

[14] Bruno Philip, art. cit., Le Monde, 14/08/2013.