Archives de catégorie : Signalements

Changing Lives in Laos: Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State [parution]

[ndlr] Parution d’une nouvelle publication sur le Laos contemporain sous la direction de Vatthana Pholsena et Vanina Bouté. Présentation de l’éditeur.

Changing Lives in Laos:

Society, Politics, and Culture in a Post-Socialist State

Edited by Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

Changes in the character of the political regime in Laos after 2000, a massive influx of foreign investment, and disruptions to rural life arising from improved communications and new forms of mobility within and across the borders have produced a major transformation across the country. Witnessing these changes, a group of scholars carried out studies that document the rise of a new social, cultural and economic order. The contributions to this volume draw on original fieldwork materials and unpublished sources, and provide fresh analyses of topics ranging from the structures of power to the politics of territoriality and new forms of sociability in emerging urban spaces.

« In Changing Lives in Laos, Vanina Bouté and Vatthana Pholsena have assembled an invaluable collection of papers on Laos by key established and emerging scholars of the country. While Laos remains under-studied compared to most of the region, these chapters show an increasingly thorough engagement with people and places and a better understanding of the texture of transition and transformation. »
Jonathan Rigg, Department of Geography, National University of Singapore

« This new book on Laos, edited by two leading specialists on this country, features articles by a new generation of historians, anthropologists, geographers and political scientists. Studying state formation, new economic trends, and issues such as the cultural integration of ethnic minorities and rural migration, this interesting book brilliantly demonstrates how in less than fifty years Lao society has been deeply transformed. »
Yves Goudineau, Director of the French School of Asian Studies (EFEO), Chair in Comparative Anthropology of Southeast Asia (Paris)

________________________________________________________ 

CONTENTS
List of Illustrations
1. Introduction
Vanina Bouté and Vatthana Pholsena

PART I: STATE FORMATION AND POLITICAL LEGITIMATION
2. The History and Evolution of the Lao People’s Revolutionary Party
Martin Rathie
3. Shaping the National Topography: The Party-State, National Imageries, and Questions of Political Authority in Lao PDR
Oliver Tappe
4. ‘Special Operation Pagoda’: Buddhism, Covert Operations, and the Politics of Religious Subversion in Cold-War Laos (1957-60)
Patrice Ladwig
5. War Generation: Youth Mobilization and Socialization in Revolutionary Laos
Vatthana Pholsena
6. Socialist Pathways of Education: The Lao in East Germany
Nicole Reichert

PART II: NATURAL RESOURCE GOVERNANCE AND AGRARIAN CHANGE
7. The Poltical Ecology of Upland/Lowland Relationships in Laos since 1975
Olivier Évrard and Ian G. Baird
8. The New ‘New Battlefield’: Capitalizing Security in Laos’ Agribusiness Landscape
Michael B. Dwyer
9. Reaching the Cities: New Forms of Network and Social Differentiation in Northern Laos
Vanina Bouté

PART III: ETHNIC MINORITIES ENGAGING WITH MODERNITY
10. Ethnic Belonging in Laos: A Politico-Historical Perspective
Grégoire Schlemmer
11. Piglets Are Buffaloes: Buddhification and the Reduction of Sacrifices on the Boloven Plateau
Guido Sprenger
12. Rubber’s Affective Economies: Seeding a Social Landscape in Northwest Laos
Chris Lyttleton and Yunxia Li

PART IV: IN SEARCH OF OPPORTUNITIES: MOVING ACROSS AND OUTSIDE THE COUNTRY
13. Migration and Mobility in Laos
Sverre Molland
14. Patterns and Consequences of Undocumented Migration from Lao PDR to Thailand
Kabmanivanh Phouxay
15. Textiles Economy in Laos: From the Household to the World
Annabel Vallard

Bibliography
Contributors
Index

Source : NUS Press

Journal d’Indochine 1949–1951

[ndlr] Signalement d’un projet en cours. Le designer graphique Sébastien Noguera (studio Chateau Fort Fort), travaille sur la transcription du carnet de guerre journalier, manuscrit et photographique, que son grand-père le gendarme Bernard Crombèke a rédigé durant sa période d’engagement en Indochine (1949–1951).

Complément photographique du «Journal d’Indochine 1949–1951» du gendarme Bernard Crombèke. Voici une sélection issue des 400 clichés datés et légendés du carnet de guerre décrivant le quotidien d’êtres humains au sein d’un des grands conflits du XXe siècle: la guerre d’Indochine (1946–1954). L’anthropologie d’un conflit…

Journal d'Indochine 1949—1951 from Château Fort Fort on Vimeo.

Un site à visiter 65 photos d’époque en ligne : http://journal-indochine.tumblr.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/journalindochine/

Vietnam-Indochina-Japan Relations during the Second World War [parution]

[ndlr] Parution du deuxième volet du projet de recherche de la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS), n° 25243007 intitulé « Comprehensive Study for New Developments in Japan-French Indochina-Vietnam Relations during the Second World War ».

Volume édité sous la direction de Masaya Shiraishi, Nguyen Van Khanh et Bruce M. Lockhart, Tokyo : Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies (WIAPS), February 2017, 333 p.

 

Sur le premier volet de ce projet, voir : https://indomemoires.hypotheses.org/17760

 

 

Michael Goebel : Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939)

[ndlr] Parution à La Découverte d’une étude intéressante et importante (450 p.) sur la l’organisation et la lutte des immigrés de Paris contre l’impérialisme et l’oppression coloniale. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’expansion, au cours de l’entre-deux-guerres, de l’anti-impérialisme mondial, mouvement dans lequel Paris joua un rôle de tout premier plan. La Ville Lumière accueillit en effet d’innombrables futurs leaders tiers-mondistes qui vinrent y faire, sans même le savoir, leur formation politique – formation qui, en retour, les mènera vers l’une des plus fantastiques déflagrations révolutionnaires de l’histoire. Dans ce Paris incroyablement cosmopolite où affluaient les âmes errantes venues du monde entier, on pouvait ainsi croiser Hô Chi Minh, Zhou Enlai, Léopold Sédar Senghor, C. L. R. James, George Padmore, Messali Hadj ou le révolutionnaire indien M. N. Roy. En étudiant le contexte sociopolitique parisien dans lequel ces apprentis activistes évoluaient, ce livre nous plonge dans des complots d’assassinat prétendument ourdis par des étudiants chinois, dans des manifestations menées par des nationalistes latino-américains, ou simplement dans la vie quotidienne des ouvriers algériens, sénégalais ou vietnamiens.

Sur la base de rapports de police et autres sources de première main, Michael Goebel montre le rôle de force motrice essentiel joué par les mouvements migratoires et les interactions vécues au sein des milieux immigrés dans le développement de l’opposition à l’ordre impérial mondial, qui a fait se croiser les histoires de peuples issus de trois continents.

S’appuyant sur les travaux de l’histoire globale et impériale, et sur les études des questions migratoires et « raciales » en France, ce livre ne propose rien de moins qu’une compréhension renouvelée des origines de l’idée de tiers monde et de tiers-mondisme.

Mickaël Goebel est historien. Il enseigne l’histoire globale et de l’Amérique latine à la Freie Universität de Berlin.

Source : La Découverte

Image « à la une » : Nguyen Ai Quoc (le futur Ho Chi Minh) lors du congrès fondateur du Parti communiste français (Congrès de Tours) en 1920 © DR

Nguyễn ngọc Châu : Le Caodaïsme

[ndlr] Annonce de la mise en ligne d’un article de M. sur la fondation du Caodaïsme en 1926. Nous remercions M. Hua Vang Tho pour nous avoir signalé ce document.

Le 7 octobre 1926, la création de la religion caodaïste fut officiellement annoncée et une Déclaration signée par 28 adeptes, fut envoyée au Gouverneur de Cochinchine, monsieur Le Foll ; elle était accompagnée de la liste de 247 noms de ceux qui étaient présents à la réunion de décision le 23 du 8è mois de l’année Bính Dần (1926) chez monsieur Võ Văn Tường (voir annexe 1 du document en ligne).

Pour l’avènement du Caodaïsme, des fêtes grandioses furent célébrées du 18 au 20 novembre 1926 à Tứ  Lâm Tự, pagode  bouddhiste dont la construction  avait été financée en grande  partie  par M. Nguyễn Ngọc Thơ et Mme Lâm Hương Thanh3 (qui devinrent peu après des dignitaires caodaïstes), et dont le supérieur était favorable au caodaïsme naissant. Un sacerdoce fut mis en place et un code religieux promulgué.

Le nom officiel de la religion caodaïste, Đại Đạo Tam Kỳ Phổ Độ, veut dire  » La Grande Voie de la Troisième Amnistie », sous entendu « de Dieu vis à vis de l’humanité », ou, dans une appellation plus moderne, « La Troisième Ère Universelle du Salut Divin de La Grande Voie ».

NguyenNgocChau_LeCaodaisme

Source : Paris Times

Image « à la une » : L’oeil de Cao Dai au Temple de Tay Ninh © Ethnotek Blog

Hội Cựu Tù Nhân Lương Tâm Việt Nam : Báo cáo vi phạm nhân quyền Việt Nam 2015-2016

[ndlr] Rapport de l’Association des anciens prisonniers de conscience du Viêt-Nam sur trois années de répression (2014-2015-2016). Une analyse autour de 4 axes : harcèlement, répression, violences et arrestation. A lire sur le site de l’Association.

Réalisé par les anciens prisonniers d’opinion suivants : Le Dr. Nguyễn Đan Quế, le Père Phan Văn Lợi, le Vénérable Thích Không Tánh, l’agrégé Phạm Bá Hải, l’avocat Lê Công Định,  le journaliste indépendant Phạm Chí Dũng, les ingénieurs Lê Thăng Long et Phạm Văn Trội.

Selon cette organisation, il y a actuellement (en date du 27/02/2017) 66 prisonniers d’opinion en RSVN, purgeant des peines de prison de 20 mois (pour Can Thi Theu) à la réclusion à perpétuité (pour Phan Van Thu). Parmi ceux-ci on compte 28 prisonniers condamnés à des peines de 10 à 17 ans ; 21 à des peines de 3 à 9 ans et 15 dont les peines ne sont pas connues.

Source : http://fvpoc.org/

Image « à la une » : l’évolution de la répression de 2014 à 2016, en page 3 du rapport.

Lien-Hang Nguyen : Who Called the Shots in Hanoi?

[ndlr] Le Viêt-Nam en guerre pendant l’année 1967 : une vue de Hanoi. Signalons cet excellent article de l’historienne Lien-Hang Nguyen.

As any account of combat in the Vietnam War will tell you, America fought an “elusive enemy”: guerrillas who would strike and then disappear; battalion commanders who refused to engage in open battles. But there’s more to the cliché than most people realize. Even by 1967, America’s military, intelligence and civilian leaders had no real idea who was actually calling the shots in Hanoi.

To some extent, this is what the North wanted — the impression that decisions were made collectively, albeit under the gentle guiding hand of President Ho Chi Minh. But the American confusion also, inadvertently, reflected the messy, factionalized reality of North Vietnamese politics, one that historians are only now coming to grasp. Thanks to the slow if capricious process of historical declassification, the publications of renegade memoirs and histories, the dissemination of “open letters” by disgruntled former leaders, and the careful and painstaking research and analysis by Vietnam specialists, we now have a better understanding of who was on top in Hanoi and what battles he waged to get there.

Lire la suite / Read more : The New York Times, The Opinion Pages, 14/02/2017.

Lien-Hang Nguyen is a professor of history at Columbia and the author of the forthcoming “Tet 1968: The Battles That Changed the Vietnam War and the Global Cold War.”

Image « à la une » ; Ho Chi Minh, le président de la RDVN et Le Duan, le secrétaire général du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam [futur PCV] à Hanoi.

Christopher Goscha : 1er septembre 1966 – Le discours de Phnom Penh

[ndlr] Article à lire sur le site de l’auteur. Christopher Goscha est Professeur agrégé au département d’histoire à l’université du Québec à Montréal (UQAM). Il a récemment publié une « nouvelle histoire du Viêt-Nam ».

En visite au Cambodge, De Gaulle défie les Américains en proclamant « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Rendue possible par la fin de la guerre d’Algérie, cette révolution diplomatique est le fruit d’une lente maturation, qui le voit rompre avec une politique étrangère séculaire braquée sur l’empire. Mais il n’ira pas jusqu’à abandonner les possessions françaises dans le Pacifique : elles sont trop nécessaires à la dissuasion nucléaire et à l’indépendance qu’il revendique en pleine guerre froide.

Lire l’article : 1er septembre 1966 : Le Discours de Phnom Penh (PDF) in L’histoire de France vue d’ailleurs, Paris, Les Arènes, 2016, pp. 556-569.