Images et mémoires : visibilité et invisibilité de la guerre en Algérie

[ndlr] Programme de deux journées d’études sur les problématiques de l’image et de la mémoire à Lyon.

31 mai 2016 / 1er juin 2016

Maison internationale des Langues et des cultures (MILC)

35 Rue Raulin, Lyon 7e

Texier_Humanité

                                   Ces journées d’études sont organisées dans le cadre du projet Mémoire de l’Université de Lyon en partenariat avec le laboratoire LARHRA (UMR CNRS 5190) « Mémoire et héritage : construction, déconstruction, reconstruction de la mémoire individuelle et collective » et du séminaire « Mémoire de l’image, mémoire en images ».

Résumé : Il est courant d’entendre que la guerre d’Algérie a été une « guerre sans nom » ou encore une « guerre invisible ». Ces propos méritent d’être infléchis voire corrigés car dès 1954 les contemporains en Algérie et en France ont photographié, filmé, illustré, nommé la guerre que ce soit dans des documents amateurs ou des images d’actualités filmées ou télévisées ou encore dans des films de fiction. Certaines images sont parfois très datées lorsqu’elles renvoient à des événements précis (1961) mais d’autres comme d’ailleurs la mémoire qu’elles portent ou celle des témoins qui les accompagnent réinscrivent ce moment aigu dans un temps plus long, celui des territoires respectifs et celui des territoires de la mémoire. Certaines de ces images sont aujourd’hui découvertes ou redécouvertes. Certaines sont devenues des marqueurs des événements et de leurs mémoires. Elles font l’objet de réemplois variés et contribuent à la mise en récit des événements. Elles fonctionnent dès lors comme des vecteurs de mémoires que ce soit celles des personnes confrontées à la guerre ou plus largement celles de notre société.

Les journées du 31 mai et du premier juin ne veulent ainsi pas revenir simplement sur les images de la guerre franco-algérienne. Elles s’attacheront à visionner, étudier ces images pour questionner dans toutes leurs dimensions, leurs usages, leur fonction, leur réemploi dans l’histoire et les mémoires en Algérie et en France ; à les resituer et les interpréter dans une histoire de plus longue durée ; à dégager les réalités que quelquefois elles contribuent à masquer ou à déformer.

Source : ENS de Lyon

Time for justice in the killing of Vietnamese-American journalists [CPJ]

[ndlr] Conférence de presse du CPJ (Committee to Protect Journalists) à Washington sur les assassinats non résolus de cinq journalistes vietnamiens aux États-Unis entre 1981 et 1990. Demande de réouverture de l’enquête.

Silenced_CPJ1994New York, May 27, 2016

The Committee to Protect Journalists will call for the cases of five Vietnamese-American journalists who were killed between 1981 and 1990 to be reopened, based on information uncovered by ProPublica and Frontline. The suspected assassinations were the subject of CPJ’s 1994 report, « Silenced, The Unsolved Murders of Immigrant Journalists in the United States. »

CPJ will hold a press conference at the National Press Club in Washington, D.C., on June 1, to call for a new investigation. CPJ Executive Director Joel Simon, CPJ Program Director and Americas Senior Program Coordinator Carlos Lauría, and Tu Nguyen, the son of Nguyen Dam Phong, a publisher and reporter murdered in 1982, will speak at the event. A.C. Thompson, who examined the killings in « Terror in Little Saigon, » a ProPublica/Frontline documentary and Web series, will speak about his reporting. CPJ sent a letter to the Department of Justice calling for action to end impunity in the cases.

WHAT: Press conference on the unsolved murders of five Vietnamese-American journalists.

WHEN: June 1, 2016, noon to 1 P.M.

WHERE: Zenger Room

National Press Club

529 14th Street NW

Washington, DC 20045

Source : CPJ

Le corps indochinois utopique, histoire d’une émotion inégale. Fragments littéraires

Résumé de notre communication à la journée d’études Le corps en perspective (Paris 1 Sorbonne, 27 mai 2016).

Notre communication aborde la question du corps colonial et postcolonial en tant que « chantier des utopies ». Le corps de l’Autre est ici au cœur de cette réflexion. Nous proposons une exploration des représentations du corps indochinois et de son interaction avec les Français à travers la littérature romanesque et/ou autobiographique à travers quelques points clés : décrire le corps féminin de l’Autre ; regards amoureux ; sentiments ambivalents ; rapports charnels ; exotisme inversé ; souffrances sourdes et problématique de la mixité.

Cette exploration vise à montrer l’intérêt qu’il y a à entrevoir une histoire des émotions et de l’intimité corporelle qui s’élabore avec la littérature coloniale et la dépasse largement. Elle permet de mieux comprendre comment est perçue et représentée cette rencontre (attirance mutuelle dans un cadre inégal) entre l’Orient (ici « Indochinois ») et l’Occident (ici la France) sur le plan des sentiments amoureux. Elle scrute le champ des possibles dans ce corps-à-corps utopique.

Guillemot_LeCorpsIndochinoisUtopique
Illustration de Vu Thuy © DR

A travers la problématique du corps comme lieu des utopies, se posent des universaux de la rencontre mais également des différences clés au sein du « corps historique » (colonisation / décolonisation / libération des corps) par lequel on observe un renversement partiel des valeurs. Le corps, mis à nu, est ainsi révélateur, au delà des aléas de l’histoire et des processus d’esthétisation, d’une certaine vérité dans les relations humaines*.

[*] Profitons de cette mise en ligne pour remercier Henri Copin qui nous a accordé un échange fructueux sur ces questions.

Programme de l’ensemble de la journée d’étude sur Mémoires d’Indochine.

Image « à la une » : André Maire (1898 – 1984) Tonkinoise au repos (Hanoi), circa 1958.

Pierre-Yves Manguin : Les navires de haute-mer de l’Asie du Sud-Est pré-moderne : un vecteur négligé des réseaux marchands de la mer de Chine et de l’océan Indien

[ndlr] Avis de séminaire.

Pierre-Yves Manguin (EFEO, Paris)

« Les navires de haute-mer de l’Asie du Sud-Est pré-moderne : un vecteur négligé des réseaux marchands de la mer de Chine et de l’océan Indien »

Lundi 23 mai 2016

de 11h à 12h30 à la Maison de l’Asie

22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, salon du 1er étage

Les historiens de l’Asie se sont longtemps contentés de faire allusion aux qualités de marins des populations de l’Asie du Sud-Est insulaire, sans leur accorder de rôle signifiant dans le développement des réseaux hauturiers de l’Asie orientale. En se fondant sur une relecture des sources textuelles des deux derniers millénaires, sur des terrains ethnographiques et sur les progrès soutenus en archéologie nautique, un nouveau paradigme a émergé, qui donne aux innovations techniques des charpentiers de marine de l’Insulinde, comme aux maîtres de navires de la région un rôle moteur au sein des réseaux asiatiques.

Affichette PDF : Séminaire EFEO de Pierre-Yves Manguin

Les thématiques du séminaire mensuel de l’EFEO s’inscrivent dans celles du séminaire de Master « Asies » (EFEO – EHESS – EPHE) qui se tient à la Maison de l’Asie, les lundis, de 9h à 11h.

Le corps en perspective – Journée d’étude SFHOM – vendredi 27 mai 2016

[ndlr] La SFHOM vous fait part de cette journée d’étude qui se tiendra à la Sorbonne le 27 mai prochain, sur le thème :

LeCorpsEnPerspective_SFOM_2016

Le corps en perspective

Représentations, pratiques et prises en charge dans les colonies

Cette journée d’étude entend nourrir le chantier de l’histoire du corps « colonial », celui du colonisé et celui du colonisateur, en s’interrogeant plus spécifiquement, tant le champ est vaste, sur la question de leur définition et des politiques de prises en charge du corps qu’elles supposent. C’est de l’histoire culturelle, assurément, mais comment se priver de l’histoire sociale, politique, voire même paradoxalement de celle des idées ? Et comment, dans une histoire coloniale, laisser de côté la dimension économique, celle de l’exploitation des corps, de leur contrôle ? Le corps n’est-il pas le lieu d’exercice et d’inscription de tous les pouvoirs ? Il est aussi celui des résistances et des réappropriations, coloniales ou postcoloniales. Le but est également de resituer le corps et les systèmes genrés qui l’accompagnent au cœur des modes de vie des différentes communautés.

  • 9h30 : Introduction : Jacques Dumont, responsable de la journée d’étude, « Corps-objet ? Le corps objet de recherche en milieu colonial »
  • 10h00 : Monia Lachheb, « La construction du corps des femmes dans la Tunisie coloniale : Négociation ou métissage ? »
  • 10h30 : Delphine Pereiti-Courtis, « La nudité africaine dans la littérature médicale française (1780-1950) »
  • 11h : Brice Fossard, « Les populations colonisées doivent-elles faire du sport ? »
  • Discussion : 11h30-12h30

PAUSE-DÉJEUNER

  • 14h15 : Hugues Tertrais, « Que faire des “techniques du corps” de Marcel Mauss ? »
  • 14h45 : François Guillemot, « Indochine/France : un corps à corps utopique » (titre provisoire)
  • 15h15 : Christine Mussard, « Voisinages coloniaux dans les villages de l’Algérie rurale : les indices de la présence de l’autre »
  • 15h45 : Olivier Malo, « La capoeira, d’un corps brésilien à la brasillanité (1908-2009) : un même idéal, des conceptions plurielles »
  • 16h15-17h15 : Discussion

Programme en ligne : SFHOM

Centenaire de Xuân Diệu (1916-1985) – BnF

[ndlr] Signalement d’un billet biographique sur le poète Xuân Diệu par Nguyen Giang-Huong.

À l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance, la Bibliothèque nationale de France lui rend hommage par une présentation des livres de Xuân Diệu dans la salle G de la bibliothèque de Haut-de-Jardin du 10 mai au 3 juillet 2016.

Poète doté d’une grande sensibilité, illustre défenseur de la modernisation de la langue vietnamienne, Xuân Diệu est l’une des figures les plus représentatives de la littérature vietnamienne du XXe siècle.

Né le 2 février 1916 à Bình Định dans une famille de lettrés, Ngô Xuân Diệu, connu sous son nom de plume de Xuân Diệu, maîtrise à la fois les caractères chinois par son père, l’écriture vietnamienne romanisée (appelée le quốc ngữ) et le français par son parcours scolaire dans les écoles franco-indigènes. Après son baccalauréat, il devient fonctionnaire du gouvernement colonial, au Bureau de Commerce à Mỹ Tho. Il démissionne en 1943 pour rejoindre son ami intime Huy Cận à Hà Nội, avec qui il se rallie au Việt Minh et fait partie des partisans de Hồ Chí Minh. En 1983, il est élu membre honoraire à l’Académie des Arts de Berlin. Xuân Diệu meurt le 18 décembre 1985 d’une crise cardiaque.

Lire la suite : Blog BnF, 09/05/2016.

Seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam : un 8 mai répressif

Le 8 mai 2016, une seconde manifestation pour l’environnement au Viêt-Nam [xuống đường vì môi trường] s’est déroulée au Viêt-Nam : à Ho Chi Minh-Ville, Hanoi ou Nha Trang. La population demande des éclaircissements sur l’affaire de la pollution industrielle qui a engendré des tonnes de poissons morts sur les côtes de quatre provinces vietnamiennes.

Lors de ce « second round », la répression a été plus forte : des dizaines de manifestants ont été arrêtés et des violences policières on été rapportées. En particulier, à Ho Chi Minh-Ville, l’intervention d’une bande mafieuse dénommée « les chiens aux anneaux verts » a secondé la Sécurité publique dans sa confrontation avec les manifestants. Selon des internautes, photos à l’appui, ces hommes en civil utilisés pour créer des violences portent un anneau en plastique vert sur leur doigt.

La répression a été principalement menée par des hommes casqués en uniformes verts issus des troupes des Jeunesses de choc (ou TNXP, fondées pendant la guerre du Viêt-Nam et autrefois assignées à la logistique de guerre). L’avocat dissident Phạm Công Út a appelé à mener une action en justice contre cette unité spéciale issue des Jeunes Volontaires. Ces jeunes recrues sont habituellement chargées de la protection des touristes dans le centre-ville et mobilisées pour fluidifier la circulation aux heures de pointe. Pour témoigner des exactions de ces forces supplétives, de nombreux manifestants ont pris des photos ou filmé à l’aide de leur portables les violences qui ont émaillées le cortège pacifique.

Ces événements relancent une fois de plus la question de la loi sur le droit de manifester, l’étendue de ce droit et sa gestion par l’État-Parti. Dans un entretien avec la BBC, le député Dương Trung Quốc a souligné l’ambiguïté du droit actuel qui relève plus de la gestion de la protection de l’État-Parti que du droit des citoyens. Malgré la volonté de légiférer sur ce droit, l’équilibre entre droits des citoyens et autoprotection d’un État craignant la subversion politique semble difficile à trouver.

En guise de réponse aux demandes de transparence sur la pollution des côtes, via la télévision officielle VTV, le gouvernement a lancé cette semaine (du 9 mai au 12 mai) une opération d’envergure dénommée « Nous devons nettoyer la mer » [?!] (Hãy làm sạch biển) mobilisant quelques 4000 jeunes pour nettoyer les côtes investies par des poissons morts dans quatre provinces du centre du pays : Hà Tĩnh, Quảng Bĩnh, Quảng Trị, Thừa Thiên Huế).

Étend donné l’ampleur de la pollution et de son impact sur l’économie de la pêche dans tout le pays, le nouveau gouvernement joue sa crédibilité dans cette première crise environnementale qu’il se doit de résoudre. A défaut d’une réponse appropriée, transparente et mesurée le gouvernement donnerait du crédit à l’hypothèse du professeur Lê Viết Khuyến sur une possible volonté délibérée de saborder l’économie maritime vietnamienne à travers une « guerre géophysique » (chiến tranh địa vật lý).

On comprend à demi-mot qu’il pourrait y avoir un lien entre cette affaire de pollution et les problèmes récurrents rencontrés par la RSVN en Mer de Chine méridionale. Ainsi, en touchant l’intérêt national, une grande partie de l’économie du Viêt-Nam étant tournée vers la pêche, l’affaire pourrait prendre, à l’avenir, un tour beaucoup plus politique.

FG, MàJ 09/05/2016.

Aperçus vidéographiques et compte-rendus en ligne :


Deux policiers en civil arrêtant et frappant au visage un manifestant.


Hommes de main : arrestation musclée d’un manifestant qui tente de fuir et protestation de la foule suivie par l’agression contre un autre manifestant (peu après embarqué manu-militari).

Près de la Cathédrale de Saigon, protestation de manifestantes contre la violence exercée sur une femme et son enfant.

Un manifestant délivré des mains des forces de Sécurité par d’autres manifestants.


Arrestations de manifestants par les forces de la Sécurité publique (ici l’unité spéciale des Jeunes Volontaires). Des manifestants sont isolés, frappés et embarqués de force par des policiers en civils et des hommes de main dans des cars de tourisme.


Idem. Une technique répétée à chaque manifestation.


Ici, une première voiture noire aux vitres teintées s’arrête et un manifestant est embarqué de force à l’intérieur suivie d’une seconde voiture et d’un autre manifestant.


Cars de tourisme réquisitionnés par la Sécurité publique pour embarquer les manifestants dans les commissariats du secteur. Applaudissements et soutien solidaire des autres manifestants contre la répression.


Manifestation à Nha Trang.


Les supporters de l’équipe de football de Haiphong manifestent pour la sauvegarde des poissons : « Nous choisissons la mer, nous choisissons le poisson, nous aimons le foot ! ».

Image « à la une » : arrestation d’un manifestant par deux membres de l’unité anti-manifestation des Jeunesses de choc © Dân Làm Báo

Hà Sĩ Phu: Cứ êm ái chết đúng quy trình như đàn cá ư ? [interview]

[ndlr] Interview intéressante de l’intellectuel Hà Sĩ Phu sur « la question chinoise » qui refait surface avec l’affaire de la pollution industrielle à l’origine de milliers de tonnes de poissons morts dans le centre du Viêt-Nam.

Il y développe sa théorie : « Pour sortir de l’orbite chinoise, il faut sortir du communisme mais pour sortir du communisme il faut sortir du mythe de l’Oncle Ho ».

« … Thoát Trung là một công cuộc không đơn giản, rất khó khăn và lâu dài. Nhưng rút gọn lại như một triết lý, như cái cốt lõi của vấn đề thì “Muốn Thoát Trung phải Thoát Cộng, mà muốn Thoát Cộng thì phải Thoát được Hồ”. Nếu bảo Việt Nam không thể Thoát Hồ, không thể Thoát Cộng được đâu thì điều đó cũng có nghĩa là xin thua luôn, cứ chịu Bắc thuộc thôi, Việt Nam không thể Thoát Trung được! Nạn Bắc thuộc mới sẽ diễn ra đúng như quy trình và bất khả kháng!? » – Hà Sĩ Phu.

Source : Dân Làm Báo

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge