Jonathan D. London: Where to from here for Vietnam? [East Asia Forum]

[ndlr] L’analyse du XXe Congrès par Jonathan D. London (City University of Hong Kong) à lire sur East Asia Forum.

While Vietnam’s 12th Party Congress was billed as a contest for leadership of the party between sitting party secretary Nguyen Phu Trong and sitting prime-minister Nguyen Tan Dung, it might well be remembered as marking the beginning of a generational shift in the party’s top leadership. Yet a generational shift does not necessarily entail major changes. Indeed, for all the excitement and tension that surrounded the congress, the current mood in Vietnam is one of anti-climax.

So what happened? Through a mix of procedural means and clever politicking that took many by surprise, Nguyen Phu Trong secured himself a second term as general secretary of Vietnam’s Communist Party. In the process, he and his supporters appear to have effectively short-circuited the political career of the self-styled political maverick Nguyen Tan Dung — the current prime minister, who until as recently as a few months ago was held to be the favourite for the leadership post.

Dung’s own legacy was his downfall. Though widely labelled a reformer, Dung’s record never squarely fit that characterisation. Mostly, he was a smooth politician who built up a powerful patronage network and initiated reforms that promoted the interests of well-placed persons and foreign investors, sometimes to the detriment of the country’s economic performance. While Dung projected himself as being committed to a more open and democratic Vietnam, his critics dismissed such a possibility. Still, much to the chagrin of his critics, Dung’s enigmatic style and wit led many Vietnamese to see his bid for secretary general as a bid for a new direction in Vietnamese politics that, though imperfect, would at the very least bring change.

Instead, the opposite has occurred. It is the party conservatives who are smiling. In the immediate aftermath of the Congress the state-run press was awash with photos of Trong being congratulated by his handpicked clutch of appointees. In contrast, images of Dung have him either standing stoically by or back turned, heading for the exits.

Lire la suite : East Asia Forum, 04/02/2016.

Ouvrages et articles récents de Jonathan D. London:

  • DrJonathanLondonLondon, Jonathan D. (ed.), The Routledge Handbook of Contemporary Vietnam, Oxfordshire UK, Routledge (Forthcoming in 2015).
  • London, Jonathan D. (ed.), Politics in Contemporary Vietnam: Party, State, and Authority Relations, New York and London, Palgrave Macmillan, 2014.
  • Malesky, Edmund and Jonathan London, “Reviewing the Political Economy of Development in China and Vietnam”, Annual Review of Political Science, 17, 2014.
  • London, Jonathan D., “Welfare Regimes in China and Viet Nam”, Journal of Contemporary Asia, Volume 44 (1): 84-107, 2014.
  • London, Jonathan D., “The Promises and Perils of Hospital Autonomy: Reform by Decree in Vietnam”, Social Science and Medicine, Volume 96 (2013), p. 232-240, 2013.
  • London, Jonathan D. (ed.), Education in Vietnam, Singapore, ISEAS Press, 2011.
  • London, Jonathan D., “Globalization & the Governance of Education in Viet Nam”, Asia-Pacific Journal of Education, Vol. 30, No. 4, December 2010.
  • London, Jonathan D., “Viet Nam and the Making of Market Leninism”, The Pacific Review, Vol. 22 No. 3 July 2009: 373–397, 2009.

 

Pour en savoir plus sur les enjeux de l’après Congrès :

Nguyễn Đình Cống : Pourquoi je quitte le Parti communiste vietnamien [03/02/2016]

[ndlr] Déclaration du Professeur Nguyễn Đình Cống sur sa page Facebook suivi de notre traduction en italiques. Cadre sénior du Parti communiste vietnamien, le vieux professeur au visage de sage taoïste fait part publiquement de sa démission de l’organisation précisément le jour de sa fondation (3 février 1930). Une décision motivée par le résultat du XIIe Congrès du PCV, “la goutte qui a fait déborder le vase” dit-il dans son entretien à RFA. Âgé de 79 ans, il mentionne la peur qui paralyse les gens, qui bloque toute initiative courageuse des cadres les plus progressistes et empêche tout changement politique dans son pays.

GSNguyenDinhCong_une

THÔNG BÁO TỪ BỎ ĐẢNG

Avis de démission du Parti

Tôi là Nguyễn Đình Cống, sinh năm 1937. Tôi vào Đảng Cộng sản VN năm 1985, tại đảng bộ Đại học Xây dựng, lúc 48 tuổi và đã được phong chức danh Phó giáo sư, tiến sĩ, hiện nay là Giáo sư.

Je, soussigné Nguyen Dinh Cong, né en 1937, déclare avoir adhéré au Parti Communiste Vietnamien [PCV] en 1985 à la cellule du Parti de l’Université de Génie civil, à l’âge de 48 ans et avoir été promu Professeur adjoint, Docteur et actuellement Professeur.

Tôi vào Đảng với nguyện vọng đóng góp trí tuệ và công sức làm cho Đảng trong sạch, vững mạnh. Thế nhưng càng ngày tôi càng nhận ra rằng Chủ nghĩa Mác Lênin ( CNML) có nhiều độc hại, rằng Chủ nghĩa cộng sản chỉ là ảo tưởng , rằng thể chế hiện tại của VN là sự độc tài toàn trị của Đảng. Tôi đã viết nhiều bài phân tích sai lầm của Mác, viết nhiều thư gửi tổ chức Đảng góp ý kiến về việc từ bỏ CNML và thay đổi thể chế, viết ý kiến đóng góp cho Đại hội 12 với hy vọng đại hội sẽ có chuyển biến tốt về phía dân chủ. Thế nhưng ĐH 12 vẫn kiên trì CNML và đường lối chính trị cũ. Tôi thấy không còn lý do để tiếp tục ở trong Đảng, cũng là để tỏ thái độ dứt khoát với CNML và sự độc tài toàn trị của ĐCSVN.

Je suis entré au Parti avec l’espoir d’y contribuer intellectuellement et par mes efforts à faire de notre Parti une organisation saine et forte. Pourtant, plus les jours passent plus je me rends compte que le Marxisme-Léninisme est très nocif, que le Communisme n’est qu’une illusion, que le régime actuel au Viêt-Nam est sous la dictature totalitaire du Parti. J’ai fourni de nombreuses analyses sur les erreurs du marxisme, envoyé de nombreuses lettres à l’organisation du Parti dans le but d’abandonner le Marxisme-Léninisme et contribuer à changer les institutions politiques, j’ai rédigé mes observations pour le XIIe Congrès dans l’espoir que le Congrès évoluerait positivement vers la démocratie. Malgré cela, le XIIe Congrès a réaffirmé sa fidélité au Marxisme-Léninisme et à l’ancienne ligne politique. Je ne vois plus aucune raison de rester dans le Parti ceci pour exprimer mon attitude sans appel concernant le Marxisme-Léninisme et le totalitarisme du Parti Communiste Vietnamien.

Vậy tôi thông báo từ bỏ Đảng Cộng sản Việt Nam từ ngày 03 tháng 02 năm 2016. Yêu cầu tổ chức Đảng xóa tên tôi khỏi danh sách.

De la sorte, je déclare quitter le Parti Communiste Vietnamien à partir du 3 février 2016. Je demande à l’organisation du Parti de rayer mon nom de la liste des adhérents.

★ ★ ★

Gia Minh: Trong số hơn 4 triệu đảng viên hiện nay có những người cũng có hiểu biết, có bằng cấp rất cao nhưng vì sao không có những tiếng nói mạnh mẽ về những điều bị cho là ‘không phải’ như thế?

Giáo sư Nguyễn Đình Cống: Họ sợ, phần lớn sợ. […] dân Việt Nam sợ, sợ kỷ luật đảng, sợ bà con chung quanh người ta xì xào. Tôi làm được như thế cũng là thắng nỗi sợ; chứ trong gia đình tôi, bà con, anh em, bạn bè … đều ngăn cản tôi làm chuyện đó. Không ai muốn, người ta sợ ảnh hưởng đến người ta: người đang làm sợ ảnh hưởng đến công việc, sợ ảnh hưởng đến con cái… Sợ kinh lắm! Và người ta chỉ muốn cho yên thân thôi!

Sascha Wölck, Komplexe Körper: Con lai Mỹ. Identitätsverhandlungen, Fremdbilder und gesellschaftliche Positionierungen von Besatzungskindern in Vietnam [parution]

[ndlr] Parution de l’ouvrage de Sascha Wölck basé sur sa thèse de doctorat soutenue à l’European University Viadrina de Francfort (Oder) sous la direction des Professeurs Konstanze Jungbluth et Werner Schiffauer. Rare étude sur les métis Américano-Vietnamiens. Présentation de l’auteur.

Sascha Wölck, Komplexe Körper: Con lai Mỹ. Identitätsverhandlungen, Fremdbilder und gesellschaftliche Positionierungen von Besatzungskindern in Vietnam [The Complex Body: Con lai My. Identity negotiations, foreign images and social positioning of children of servicemen in Vietnam], Berlin, Regiospectra, 2016.

SaschaWölck_KomplexeKörperConLaiMỹ

Abstract:

One aspect of the Vietnam War which so far has attracted little attention in area studies and human sciences is that during the years of warfare, tens of thousands of con lai Mỹ children of American soldiers and Vietnamese mothers were born. The end of the Republic of Vietnam and the subsequent withdrawal of US troops from Vietnam marked a profound change in the life of the majority of con lai Mỹ. After the reunification, they were increasingly associated with a specific breach of racist norms and labelled as offspring of absent fathers.

The marginal interest in their biographies and experiences is inexplicable, not only because they simply were so many, but also because they were significant witnesses to the Vietnam War and the post-war era, as well as observers and part of the construction of a national identity and of changing/changeless social norms in Vietnam.

Stuart Hall argues that there is no racism that can be understood as a universal characteristic of human societies, but rather that there are only specific forms of racism. Following his notion, I connect the discrimination that con lai Mỹ faced to social dynamics in post war Vietnam until the present day. Their experiences of discrimination can give perspectives on political and social conditions in Vietnam, which have changed tremendously since the end of the war in 1975.

In this dissertation, I identify processes that led to the representation of con lai Mỹ as deviants from society and examine specific forms of discrimination. In doing so, I investigate the further implications these constructions and attributions have had and still have on the social reality of many con lai Mỹ by conducting qualitative semi-structured interviews. So far, I have found three social environments particularly interesting: publicity, family and state. Each of these environments reacted specifically to their presence.

This dissertation is based on two residencies in Vietnam between 2012 and 2014, during which I conducted interviews in Đà Nẵng and Hồ-Chí-Minh-City. My basic questions are: What forms of discrimination did con lai Mỹ experience in different social situations in Vietnam? Is there a relationship between these experiences and broader social conditions in Vietnam? And if so, how is this relation structured? What are its characteristic features? How can one describe their daily life and position in society today?

Sascha Wölck is a cultural theorist and regional scientist with a focus on Southeast Asia. He is the author of a variety of scientific papers and journalistic publications concerning modern Vietnamese society.

Source : Regiospectra

Un début d’année marqué par de graves atteintes à la liberté religieuse [EDA]

[ndlr] En marge du XIIe Congrès du PCV, les rapports compliqués de l’État communiste avec les communautés religieuses indépendantes du pouvoir politique. A lire sur le site de l’agence Églises d’Asie.

L’association Liên Tôn (‘Fédération des religions’), fondée il y a quelques années indépendamment des diverses hiérarchies religieuses, rassemble des membres du clergé et des dignitaires de différentes religions, notamment du catholicisme, du protestantisme, du caodaïsme, du bouddhisme Hoa Hao originel et du bouddhisme unifié. A plusieurs reprises, depuis sa fondation, le groupe a mis en ligne sur Internet des textes dénonçant l’attitude des autorités gouvernementales à l’égard des religions.

Le 9 janvier 2016, un texte signé par 23 pasteurs protestants, prêtres catholiques, religieux et dignitaires des religions énumérées ci-dessus, a rapporté des atteintes graves à la liberté religieuse commises par les autorités policières au cours des premiers jours de l’année 2016. Trois faits ont été rapportés. L’association appelle les autorités à cesser immédiatement ce type d’exactions.

  • Un premier développement concerne l’interdiction faite aux fidèles appartenant au « bouddhisme Hoa Hao originel » de célébrer le 96e anniversaire de la naissance du fondateur de la religion, le Vénérable Huynh Phu So, né en 1919 dans le village Hoa Hao (province de Châu Dôc). La cérémonie principale devait avoir lieu dans la commune de Long Giang (province de An Giang), le 1er janvier. Mais la police a bloqué tous les chemins menant au lieu de culte ainsi que le réseau de canaux par lesquels on pouvait y parvenir. Dans les trois provinces de Vinh Long, An Guang, Dông Thâp, la police locale a fait connaître aux divers dignitaires et fidèles Hoa Hao qu’il était interdit d’organiser les cérémonies de d’anniversaire et d’y participer. Les agents ont intercepté les croyants sur les chemins ou les ont empêchés de sortir de chez eux. La police a même injurié et maltraité des personnes âgées. Chaque année, à la même date, la police réitère cette même interdiction des cérémonies d’anniversaire du fondateur du bouddhisme Hoa Hao.

Lire la suite : Églises d’Asie, 14/01/2016.

Image “à la une” : Autel dédié à Huynh Phu So, maître spirituel du bouddhisme rénové Hoa Hao (Bàn thờ thờ Huỳnh Phú Sổ, giáo chủ Phật Giáo Hòa Hảo, Việt Nam) par Thuydaonguyen, Wipimedia Commons, 2009.

Archives : Collectif intersyndical universitaire d’Action Vietnam Laos Cambodge

[ndlr] Message de Francis Gendreau, secrétaire du Comité pour la coopération scientifique et technique avec le Vietnam (CCSTVN), sur le versement des archives de ce comité aux Archives Nationales à l’attention des chercheurs ou des doctorants. Le CCSTVN (sous l’appellation de Collectif intersyndical universitaire d’Action Vietnam Laos Cambodge) est une association qui a été très active pendant la guerre du Vietnam.

Les archives du Comité pour la coopération scientifique et technique avec le Vietnam (CCSTVN) ont été versées en deux temps aux Archives nationales. D’où deux fonds :

  • Le premier, versé en 2000, concerne les archives du “Collectif intersyndical Vietnam Laos Cambodge” (l’ancêtre du CCSTVN), correspond à la période 1965-1976 et constitue le versement coté 20000529/1 à 8 ; son inventaire est consultable en ligne dans la salle des inventaires virtuelle.
  • Le second versement a été fait en 2009 et concerne la vie du Comité de 1976 (date de sa création) à 2004 ; il est coté 20090217/ 1 à 30 ; son inventaire n’est pas en ligne.

Ces deux versements sont librement consultables aux Archives nationales, au site de Pierrefitte-sur-Seine.

Pour en savoir plus :

Fonds privés ; Collectif intersyndical universitaire d’Action Vietnam Laos Cambodge 1965-1976

Annick Suzor Weiner et Michel Pédoussaut, Le Comité pour la coopération scientifique et technique avec le Vietnam, AAFV, 24/08/2008.

Image “à la une” : Chapeaux de paille pour protéger les enfants contre les éclats de bombe. Carte du Collectif Intersyndical Universitaire d’Action pour la Paix au Vietnam [196-], Fond Bertrand Russell, McMaster University Libraries.

Sylvie Fanchette (dir.), Hà Nội, future métropole – Rupture de l’intégration urbaine des villages

[ndlr] Présentation de l’éditeur. Atlas paru le 14 janvier 2016.

Installée dans « le coude du fleuve Rouge », Hà Nội compte parmi les plus anciennes capitales d’Asie du Sud-Est. Au fil des siècles, la ville s’est constituée sur un dense substrat de villages. Avec l’ouverture économique des années 1980, Hà Nội rencontre de nombreux blocages pour s’étendre : l’absence d’un réel marché foncier, des densités très élevées, une politique d’autosuffisance alimentaire qui limite les expropriations et la contrainte hydraulique de ce delta très vulnérable.

Fanchette_HanoiFutureMétropole_couv.

Depuis le début du nouveau millénaire, le changement de vitesse opéré par l’État et les promoteurs immobiliers dans la construction et la planification de la province-capitale pose le problème de l’intégration des villages qui s’urbanisent insitu, du maintien d’une ceinture verte et de la protection contre les inondations. La fusion ville-campagne, qui a toujours fait la spécificité du delta du fleuve Rouge, semble remise en cause.

À partir d’un riche corpus de cartes et d’études de terrain, cet ouvrage collectif montre comment l’urbanisation au ras des terroirs est confrontée à l’urbanisation « par le haut », la métropolisation. Combinant les approches disciplinaires à plusieurs échelles spatiales et sociales dans une perspective dynamique, il permet de mesurer l’impact des grands projets de développement urbain sur la vie des villages intégrés dans la fabrique de la ville, et de replacer la strate villageoise périurbaine comme acteur à part entière de la diversité sociodémographique de cette métropole en formation.

Source : Editions IRD

Nouvel an lunaire 2016, année du singe [IAO – 2 et 3 février 2016]

Nouvel an lunaire 2016, événement culturel organisé par l’Institut d’Asie Orientale à Lyon sous le signe du Singe et du bouddhisme.

 

portail-Bandeau_nouvelan_IAO2016

Mardi 2 février : 19-23h

Soirée cinéma – ouverture du Nouvel an lunaire

  • Inauguration du Nouvel an lunaire par Jean-François Pinton, président de l’ENS de Lyon
  • Projections-débats :
Deux fois la Chine : nouveaux territoires, nouvelles fictions cinématographiques
– Présentations par Liuying Cao, doctorante à l’ENS de Lyon
– Avant-première de Kaili Blues de Bi Gang (2015, 1h50), prix du meilleur réalisateur émergent au Festival de Locarno 2015
– Projection exceptionnelle de Beijing Stories (地下香 / Underground Fragrance) de Pengfei Song (2015, 1h15), prix Fedeora du meilleur film à la Mostra de Venise 2015
– Question-réponses en direct depuis la Chine avec Pengfei Song
Lieu : Théâtre Kantor – Site René Descartes – 15 parvis René Descartes


Mercredi 3 février : 18-20h

Soirée conférence

  • La pénétration du bouddhisme dans la Chine impériale, conférence de Jacques Giès, ancien président du Musée national des arts asiatiques – Guimet et Président de l’Association Asie-Sorbonne (Université Paris IV-Sorbonne)
  • Intervention de Deirdre Emmons, chargée des collections asiatiques au Musée des Confluences.
  • Débats animés par Romain Graziani, Professeur en études chinoises, ENS de Lyon

Partenaires :
Département des Arts de l’ENS de Lyon
Musée des Confluences

Source : ENS de Lyon

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam : sur les pas des Jeunesses de choc

Intervention au Séminaire d’enseignement et de recherche “Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques” de l’UMR SIRICE. Le mercredi de 17h30 à 19h30, salle F 603 (université Paris 1 – Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage).

Guillemot_Marges&TracesTNXP

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam : sur les pas des Jeunesses de choc

François Guillemot, IR CNRS, IAO, ENS de Lyon

Mercredi 27 janvier de 17h30 à 19h30

Cette communication sur les traces de guerre se propose de revenir sur trois aspects d’une recherche émergente sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, fil conducteur de notre propos. Mon premier point rappelle et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France à partir du début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois “une marge et un centre” comme le stipule l’adage terrible et imagé “tim có thể ngừng đập, nhưng mạch máu giao thông không thể tắc” (notre cœur peut cesser de battre mais les vaisseaux sanguins de la circulation sont inextinguibles). Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les moyens de communication à distance.

Source : Femmes & Guerres au Viêt-Nam

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge